David Pujadas reçoit la laisse d’or du journaliste le plus servile …. Franchement, c’est excellent !!!

Le 30 juin 2010 vers 21 h 30, alors que le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas quittait les bureaux de France Télévisions, une délégation l’attend sur le trottoir pour lui remettre le trophée le plus convoité du Parti de la presse et de l’argent (PPA) : la Laisse d’or.

L’objet, composé d’un collier en métal robuste et d’une lanière en cuir véritable, avait été acheté le jour même dans une quincaillerie parisienne et enduit d’une fine mais alléchante couche de peinture dorée. Une boîte de cirage, une brosse et un plumeau multicolore doté, selon son fabricant, du pouvoir d’« attirer la poussière » complétaient la panoplie.

En décernant ce kit au présentateur du « 20 heures » de France 2, les organisateurs entendaient récompenser le « journaliste le plus servile », comme ils l’ont expliqué au Plan B, qui passait par là. Selon eux, Pujadas mérite la Laisse d’or pour son amour des euros (12 000 euros de salaire mensuel), sa haine des syndicalistes [1] et son dévouement pour les puissants, réaffirmé récemment dans le film culte de Denis Jeambar, Huit journalistes en colère (Arte, 9.2.10), qui le montrait fustigeant la surmédiatisation des humbles : « Le journalisme des bons sentiments, c’est aussi une bien-pensance. C’est l’idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l’entreprise, l’administré contre l’État, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective. En fait, c’est une sorte de dérive mal digérée de la défense de la veuve et de l’orphelin. »

La cérémonie fut brève mais solennelle. Au moment où le journaliste « en colère » s’apprête à enfourcher son scooter, le comité des fêtes surgit d’un arrêt de bus pour l’acclamer, le couvrir de confettis et lui enrouler sa laisse autour du cou (qu’il a fort bas). Le récipiendaire ne cache pas son émotion, laquelle redouble lorsque ses hôtes entreprennent de dorer intégralement son scooter en le vaporisant de peinture aérosol. « Vive le laquais du Siècle ! Vive le roi des laquais ! », exulte la foule en liesse, cependant que la monture du présentateur se métamorphose en carrosse royal (voir photo).

Sans doute intimidé par cette profusion d’hommages, et soucieux manifestement d’y convier les vigiles, David Pujadas prend alors ses jambes à son cou pour s’engouffrer dans l’immeuble de France Télévisions, où le sas de sécurité le retient une bonne trentaine de secondes, le temps pour l’assistance de se disperser dans la bonne humeur. On le verra ensuite donner l’ordre aux vigiles de recouvrir la selle plaquée or de son carrosse d’une bâche en plastique. Après quoi il grimpera dessus et quittera fièrement les lieux dans une explosion de dorures et de vrombissements.

David Pujadas n’a pas souhaité donner plus de retentissement à son embouffonnage. Mais que le public se rassure : les images de la scène figureront dans le prochain film de Pierre Carles…

leplanB.org

C’est vraiment excellent, ces gens sont trop fort, je me languis de voir les images, cet abruti de Pujadas s’est profondément vexé, les médias parlent même de  » l’agression dont a été victime pujadas  » comme si ce mongolien ne nous agressait pas quotidiennement avec ses mensonges et ses manipulations.

Bref, vivement que le dernier film de Pierre Carles sorte,  » Danger Travail  » m’avait profondément influencé, j’espère que son dernier opus sera aussi bien .

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 Réponses to “David Pujadas reçoit la laisse d’or du journaliste le plus servile …. Franchement, c’est excellent !!!”

  1. NN Says:

    Soignez l’orthographe.

    Il faut écrire soit « David Pujadas reçoit la laisse » ou bien « David Pujadas : reçois la laisse ! » mais pas « David Pujadas reçois la laisse ».

    Un bon titre peut prêter au ricanement s’il comporte une coquille de ce calibre.

    Il est vrai qu’avoir un Claude Hagège professeur de linguistique au Collège de France soulève autant l’hilarité que l’estomac, mais ce n’est pas une raison.

  2. jan Says:

    alors la ,vraiment excellent. bravo trois fois bravo aux chics types qui ont fait ça.
    j’espere que beaucoup de monde le verra.
    je suis entierement partisan d’action comme ça, et ils auraient pu lui écraser une grosse merde bien molle dans sa tronche de pourri

  3. Pujalassse Says:

    Entartage , peinturage ,j’attend la suite !

  4. Pujalassse Says:

    entartage et peinturage sont les nouvelles mammelles de la France !

  5. Jean aimar Says:

    Bien mérité pour ce lécheur de culs de premier ordre. Le problème de cet avorton n’est pas uniquement sa servilité ni la propagande qu’il sert aux débiles qui y croient tous les soirs, c’est surtout qu’il représente vraiment la caste des journalistes français.

    95% de crétins tous formés a l’école du marxisme et de la pensée pré formatée. On ne leur apprend pas leur métier ou a réfléchir dans les « écoles » de journalisme, on les dresse a remuer la queue, et a répéter sans cesse les mêmes conneries, et a être des bons représentants de la pensée unique et du politiquement correct. …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :