Posts Tagged ‘guerre de cent ans moderne’

Economic Collapse – Martial Law – 24 Experts Warn of 2010 Meltdown

mai 27, 2010

Predictions For The Rest Of 2010

Bob Chapman

First 6 months of 2010, Americans will continue to live in the ‘unreality’…the period between July and October is when the financial fireworks will begin. The Fed will act unilaterally for its own survival irrespective of any political implications …(source is from insider at FED meetings). In the last quarter of the year we could even see Martial law, which is more likely for the first 6 months of 2011. The FDIC will collapse in September 2010. Commercial real estate is set to implode in 2010. Wall Street believes there is a 100% chance of crash in bond market, especially municipals sometime during 2010. The dollar will be devalued by the end of 2010.

Gerald Celente

Terrorist attacks and the « Crash of 2010 ». 40% devaluation at first = the greatest depression, worse than the Great Depression.

Igor Panarin

In the summer of 1998, based on classified data about the state of the U.S. economy and society supplied to him by fellow FAPSI analysts, Panarin forecast the probable disintegration of the USA into six parts in 2010 (at the end of June – start of July 2010, as he specified on 10 December 2000

Neithercorps

Have projected that the third and final stage of the economic collapse will begin sometime in 2010. Barring some kind of financial miracle, or the complete dissolution of the Federal Reserve, a snowballing implosion should become visible by the end of this year. The behavior of the Fed, along with that of the IMF seems to suggest that they are preparing for a focused collapse, peaking within weeks or months instead of years, and the most certain fall of the dollar.

Webbots

July and onward things get very strange. Revolution. Dollar dead by November 2010.

LEAP 20/20

2010 Outlook from a group of 25 European Economists with a 90% accuracy rating- We anticipate a sudden intensification of the crisis in the second half of 2010, caused by a double effect of a catching up of events which were temporarily « frozen » in the second half of 2009 and the impossibility of maintaining the palliative remedies of past years. There is a perfect (economic) storm coming within the global financial markets and inevitable pressure on interest rates in the U.S. The injection of zero-cost money into the Western banking system has failed to restart the economy. Despite zero-cost money, the system has stalled. It is slowly rolling over into the next big down wave, which in Elliott Wave terminology will be Super Cycle Wave Three, or in common language, « THE BIG ONE, WHERE WE ALL GO OVER THE FALLS TOGETHER. »

Joseph Meyer

Forecasts on the economy. He sees the real estate market continuing to decline, and advised people to invest in precious metals and commodities, as well as keeping cash at home in a safe place in case of bank closures. The stock market, after peaking in March or April (around 10,850), will fall all the way down to somewhere between 2450 and 4125 during the next leg down.

Harry Dent (investor)

A very likely second crash by late 2010. The coming depression (starts around the summer of 2010). Dent sees the stock market–currently benefiting from upward momentum and peppier economic activity–headed for a very brief and pleasant run that could lift the Dow to the 10,700-11,500 range from its current level of about 10.090. But then, he sees the market running into a stone wall, which will be followed by a nasty stock market decline (starting in early March to late April) that could drive down the Dow later this year to 3,000-5,000, with his best guess about 3,800.

Richard Russell (Market Expert)

(from 2/3/10) says the bear market rally is in the process of breaking up and panic is on the way. He sees a full correction of the entire rise from the 2002 low of 7,286 to the bull market high of 14,164.53 set on October 9, 2007. The halfway level of retracement was 10,725. The total retracement was to 6,547.05 on March 9, 2009. He now sees the Dow falling to 7,286 and if that level does not hold, “I see it sinking to its 1980-82 area low of Dow 1,000.” The current action is the worst he has ever seen. (Bob Chapman says for Russell to make such a startling statement is unusual because he never cries wolf and is almost never wrong)

Niño Becerra (Professor of Economics)

Predicted in July 2007 that what was going to happen was that by mid 2010 there is going to be a crisis only comparable to the one in 1929. From October 2009 to May 2010 people will begin to see things are not working out the way the government thought. In May of 2010, the crisis starts with all its force and continues and strengthens throughout 2011. He accurately predicted the current recession and market crash to the month.

Lyndon Larouche

The crisis is accelerating and will become worse week by week until the whole system grinds into a collapse, likely sometime this year. And when it does, it will be the greatest collapse since the fall of the Roman Empire.

WALL STREET JOURNAL- (2/2010)

« You are witnessing a fundamental breakdown of the American dream, a systemic breakdown of our democracy and our capitalism, a breakdown driven by the blind insatiable greed of Wall Street: Dysfunctional government, insane markets, economy on the brink. Multiply that many times over and see a world in total disarray. Ignore it now, tomorrow will be too late. »

Eric deCarbonnel

There is no precedence for the panic and chaos that will occur in 2010. The global food supply/demand picture has NEVER been so out of balance. The 2010 food crisis will rearrange economic, financial, and political order of the world, and those who aren’t prepared will suffer terrible losses…As the dollar loses most of its value, America’s savings will be wiped out. The US service economy will disintegrate as consumer spending in real terms (ie: gold or other stable currencies) drops like a rock, bringing unemployment to levels exceeding the great depression. Public health services/programs will be cut back, as individuals will have no savings/credit/income to pay for medical care. Value of most investments will be wiped out. The US debt markets will freeze again, this time permanently. There will be no buyers except at the most drastic of firesale prices, and inflation will wipe away value before credit markets have any chance at recovery. The panic in 2010 will see the majority of derivatives end up worthless. Since global derivatives markets operate on the assumption of the continued stable value of the dollar and short term US debt, using derivatives to bet against the dollar is NOT a good idea. The panic in 2010 will see the majority of derivatives end up worthless. The dollar’s collapse will rob US consumers of all purchasing power, and any investment depend on US consumption will lose most of its value.

Alpha-Omega Report (Trends Forecast)

Going into 2010, the trends seemed to lead nowhere or towards oblivion. Geo-politically, the Middle East was and is trending towards some sort of military clash, most likely by mid-year, but perhaps sooner…At the moment, it seems 2010 is shaping up to be a year of absolute chaos. We see trends for war between Israel and her neighbors that will shake every facet of human activity…In the event of war, we see all other societal trends being thoroughly disrupted…Iran will most likely shut off the flow of oil from the Persian Gulf. This will have immense consequences for the world’s economy. Oil prices will skyrocket into the stratosphere and become so expensive that world’s economies will collapse..There are also trend indicators along economic lines that point to the potential for a total meltdown of the world’s financial system with major crisis points developing with the change of each quarter of the year. 2010 could be a meltdown year for the world’s economy, regardless of what goes on in the Middle East.

Robin Landry (Market Expert)

I believe we are headed to new market highs between 10780-11241 over the next few months. The most likely time frame for the top is the April-May area. Remember the evidence IMHO still says we are in a bear market rally with a major decline to follow once this rally ends.

John P. Hussman, Ph.D.

In my estimation, there is still close to an 80% probability (Bayes’ Rule) that a second market plunge and economic downturn will unfold during 2010.

Robert Prechter

Founder of Elliott Wave International, implores retail investors stay away from the markets… for now. Prechter, who was bullish near the lows in March 2009, now says the stock market “is in a topping area, “predicting another crash in 2010 that will bring stocks below the 2009 low. His word to the wise, “be patient, don’t rush it” keep your money in cash and cash equivalents.

Richard Mogey

Current Research Director at the Foundation for the Study of Cycles- Because of a convergence of numerous cycles all at once, the stock market may go up for a little while, but will crash in 2010 and reach all-time lows late 2012. Mogey says that the 2008 crash was nothing compared to the coming crash. Gold may correct in 2009, but will go up in 2010 and peak in 2011. Silver will follow gold.

James Howard Kunstler (January 2010)

The economy as we’ve known it simply can’t go on, which James Howard Kunstler has been saying all along. The shenanigans with stimulus and bailouts will just compound the central problem with debt. There’s not much longer to go before the whole thing collapses and dies. Six Months to Live- The economy that is. Especially the part that consists of swapping paper certificates. That’s the buzz I’ve gotten the first two weeks of 2010.

Peter Schiff (3/13/2010)

« In my opinion, the market is now perfectly positioned for a massive dollar sell-off. The fundamentals for the dollar in 2010 are so much worse than they were in 2008 that it is hard to imagine a reason for people to keep buying once a modicum of political and monetary stability can be restored in Europe. In fact, the euro has recently stabilized. My gut is that the dollar sell-off will be sharp and swift. Once the dollar decisively breaks below last year’s lows, many of the traders who jumped ship in the recent rally will look to re-establish their positions. This will accelerate the dollar’s descent and refocus everyone’s attention back on the financial train-wreck unfolding in the United States. Any doubts about the future of the U.S. dollar should be laid to rest by today’s announcement that San Francisco Federal Reserve President Janet Yellen has been nominated to be Vice Chair of the Fed’s Board of Governors, and thereby a voter on the interest rate-setting, seven-member Open Markets Committee. Ms. Yellen has earned a reputation for being one of the biggest inflation doves among the Fed’s top players. » Schiff is famous for his accurate predictions of the economic events of 2008.

Lindsey Williams

Dollar devalued 30-50% by end of year. It will become very difficult for the average American to afford to buy even food. This was revealed to him through an Illuminati insider.

Unnamed Economist working for US Gov’t (GLP)

What we have experienced the last two years is nothing to what we are going to experience this year. If you have a job now…you may not have it in three to six months. (by August 2010). Stock market will fall = great depression. Foreign investors stop financing debt = collapse. 6.2 million are about to lose their unemployment.

Jimmy « Doomsday »

DOW will fall below 7,000 before mid summer 2010- Dollar will rise above 95 on the dollar index before mid summer 2010- Gold will bottom out below $800 before mid summer 2010- Silver will bottom out below $10 before mid summer 2010- CA debt implosion will start its major downturn by mid summer and hit crisis mode before Q4 2010- Dollar index will plunge below 65 between Q3 and Q4 2010- Commercial real estate will hit crisis mode in Q4 2010- Over 35 states will be bailed out by end of Q4 2010 by the US tax payer End of Q4 2010 gold will hit $1,600 and silver jump to $35 an oz.

George Ure

Markets up until mid-to-late-summer. Then « all hell breaks lose » from then on through the rest of the year.
http://www.morningliberty.com/ merci pierre pour le lien et les autres plus bas.
traduction google

Que du bonheur !
quelles perspectives de dingue, ils sont quand même beaucoup à dire que le système va dérailler, et pas mal d’entre eux avaient prévu la crise.

Ecoutez Philippe Dessertine et son livre  » Le monde s’en va-t-en guerre », il dit en gros que seuls les pays riches pourront sauver le système (ha bon!) sinon c’est la guerre totale.

Je sais que c’est dure à accepter, mais c’est bien réel, le monde est en pleine restructuration et la guerre viendra valider ou pas cette nouvelle architecture, en parlant de guerre, voila quelques liens sur la situation assez tendue en Corée.

La torpille qui a coulé le navire sud coréen ne serait pas nord coréenne :
http://whatreallyhappened.com/ d’ ailleurs les russes demandent des preuves qui soient sûres à 100%, le monde

tension et missiles en Syrie et au Liban :
http://www.debka.com/article/8808/

les russes envoient leurs plus puissants navires de guerre en extrème orient….
http://en.rian.ru/mlitary_news/

les américains testent des missiles supersoniques ( 7 000km/h)
http://fr.rian.ru/defense

Un banquier suisse annonce la fin de l’euro

mai 20, 2010

Dans un incroyable entretien accordé hier au quotidien suisse La Tribune de Genève, Alexandre Wohlwend, patron d’Arabesque Wealth Management, est convaincu que l’euro ne survivra pas à la crise actuelle. Mieux que ça, il confirme nos prévisions les plus sombres sur les évènements en cours : pour que la monnaie unique se maintienne, il faudrait aligner au même niveau toutes les économies des pays de la zone euro, ce qui est exactement ce que le pouvoir autoritaire européen est en train de mettre en place avec la mise sous tutelle des Etats concernés.

S’exprimant sans langue de bois, M. Wohlwend explique également que « les États-Unis ont planifié et souhaité la création de l’euro, avec la complicité de la Communauté européenne, pour contaminer l’Europe avec leur concept de mondialisation ».

Comme cet entretien n’est pas disponible sur le site internet du quotidien, nous en plaçons ci-dessous les principaux extraits, ainsi que le fac-similé de la version imprimée.

Alexandre Wohlwend à La Tribune de Genève (extraits) :

Je considère que la constitution de l’Europe autour de la monnaie unique est un non-sens politique, économique et culturel. L’Histoire à montré que toute monnaie plurinationale est vouée a exploser s’il y a des déséquilibres dans les économies qui la partagent. (…)

L’euro n’échappera pas à la règle car les différences culturelles et économiques en Europe son énormes. La crise grecque n’est que le premier symptôme. (…)

Cela pourrait être très rapide. J’estime qu’avant cinq ans les pays européens auront largement commencé à se retirer de la zone euro. (…)

[Le plan de 750 milliards est] une fuite en avant. (…) L’Europe est euphorique car elle est droguée à la dette. Cette solution ne fait qu’augmenter la dose de la drogue en créant encore plus de dettes ! Tout cet argent sera finalement ponctionné auprès des contribuables, ce qui risque d’entrainer une crise sociale importante. (…)

Ce sont les États-Unis qui ont planifié et souhaité la création de l’euro, avec la complicité de la Communauté européenne, pour « contaminer » l’Europe avec leur concept de mondialisation et de profits maximum à court terme. Le problème, c’est qu’ils ont créé un endettement abyssal et démantelé leur industrie, rapidement imités en cela par les États européens. En outre, depuis qu’ils ont séparé le dollar de l’étalon-d’or, ils ont créé de la monnaie à tout va, jusqu’à faire baisser de 98% la valeur du billet vert par rapport à l’once d’or. Le dollar est lui aussi moribond et la disparition de l’euro lui profitera en lui permettant de rester momentanément en vie. (…)

Avec 2200 milliards de dollars que la Chine détient en bons du Trésors américains, chaque chinois possède une créance virtuelle de 15′000 dollars envers les États-Unis. Pour l’instant, il n’est pas dans l’intérêt de la Chine de voir chuter la monnaie américaine ; elle continuera donc à augmenter ses réserves en bons du Trésors, qu’elle finira par utiliser pour acheter des pans entiers de l’industrie américaine. Et fera vraisemblablement de même, dans la foulée, avec les pays occidentaux si ces derniers ne se protègent pas par un retour à leur souveraineté monétaire et territoriale, visant à la reconstruction d’un tissu industriel, seul gagnant d’une stabilité économique à long terme.

Propos recueillis par Emmanuel Barraud, pour la TdG
mecanopolis

Bon rien de nouveau pour nous, ça fait des mois qu’on le dit, et comme Asselineau ou Hillard il pointe la volonté US pour la création de l’euro, ce banquier assure, même si il ne parle pas du projet fasciste européen.

Merkel fait plonger les marchés, et annonce de manière à peine voilé son intention de quitter l’europe :

 » L’euro est en danger, et si nous ne parons pas à ce danger, les conséquences pour l’Europe sont incalculables et les conséquences au-delà de l’Europe sont incalculables », a déclaré la chancelière conservatrice. « Si l’euro échoue, l’Europe échoue », a-t-elle insisté.  » source

Le député Myard l’a clairement compris et le dit :

 » Le député UMP Jacques Myard estime jeudi que les déclarations de la chancelière allemande Angela Merkel au journal Le Monde signent « la mort annoncée de l’euro ». Dans un entretien au quotidien daté de mercredi, Angela Merkel affirme que « l’appartenance à la zone euro ne peut donner naissance à une Union faite de transferts financiers ». « Cette déclaration signifie la fin de l’euro car c’est refuser par avance que les zones économiques développées paient pour les zones économiques plus pauvres », affirme Jacques Myard dans un communiqué. « C’est donc la mort annoncée de l’euro! » poursuit-il. « Il ne nous reste qu’une chose à faire: comment organiser calmement la sortie de l’euro? Commençons par l’Allemagne! » source

Et pendant ce temps la, la Chine achète TOUS les ports de Grèce :

“Ils veulent faire du Pirée une porte d’entrée en Europe“, affirme Ta Nea en Une. “Ils“, ce sont les hommes de la China Ocean Shipping Company (Cosco) qui, après avoir racheté une partie du port du Pirée en 2009, “ont exprimé leur intention d’acheter les ports de Thessalonique, Kavala et Alexandroupolis, dans le nord du pays“, explique le quotidien grec.
En outre, constate le journal, le “manager rouge de Cosco“, Wei Jiafu, “s’intéresse au réseau ferroviaire (trains et gares), à l’industrie de la marine marchande, au tourisme, à la construction et à la gestion d’aéroports en Crète et ailleurs“. Le “Capitaine Wei” a ainsi été reçu par le Premier ministre Georges Papandréou, qui espère des investissements à hauteur de 3 milliards de dollars, ajoute Ta Nea. “La Grèce devient la porte d’entrée de la Chine en Europe“, lui fait écho la Süddeutsche Zeitung, qui estime que pour la Grèce, le patron de Cosco “est un rayon d’espoir en ces temps sombres”. Toutefois, le journal remarque avec inquiétude que Cosco pourrait bientôt déplacer son siège européen de Hambourg à Athènes. source

C’est vraiment fou tout ce qu’il se passe, et ça va tellement vite…
Mais ne révons pas trop, tout ce que va gagner c’est une union européenne plus volontariste et plus destructrice de souveraineté, j’espère que l’Europe va exploser, mais j’en doute fortement, on verra bien…

Nucléaire : pas de politique américaine pour contrecarrer l’Iran ?

mai 19, 2010

« Les États possédant l’arme nucléaire, ceux qui l’ont utilisée ou ceux qui ont menacé de l’utiliser devraient être suspendus de l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA). », affirmait M. Ahmadinejad lors de la Conférence de Téhéran sur le nucléaire le 17 avril 2010. Pour le président iranien, le Traité de non-prolifération nucléaire devrait être révisé par les pays indépendants dépourvus de ce genre d’armement. Toujours à propos du nucléaire, demandant à ce que la structure du Conseil de sécurité de l’ONU soit réformée, il ajoutait : « Un jour, la justice, la paix et la sécurité seront instaurées dans le monde entier grâce aux efforts d’hommes justes et parfaits, et l’arrogance n’y aura aucune place … » Puis, M. Mehmanparast, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a récemment annoncé sur Al-Jazeera que l’Iran poursuivait son programme nucléaire, sans omettre de préciser que les Etats-Unis menaçaient son pays de sanctions depuis trente ans, donc bien avant le lancement même de ce programme. « Même si nous parvenions à un accord avec Washington, ils ouvriraient un nouveau dossier. »
Quant aux Etats-Unis, le dossier sur le nucléaire iranien est bel et bien ouvert et la diabolisation contre l’Iran fait son oeuvre à l’international bon gré, mal gré. Mais, comme nous l’apprend le New York Times, Washington s’interroge sur la politique à adopter pour contrecarrer l’Iran si les tractations diplomatiques venaient à échouer. Stratège reconnu dans son cercle, le Secrétaire à la Défense, Robert M. Gates, fort préoccupé, prévient la Maison Blanche dans un mémorandum de trois pages, que les Etats-Unis n’ont pas de politique réellement élaborée. Fâcheux, car selon leurs prévisions, l’Iran serait capable d’envoyer une bombe sur les Etats-Unis d’ici 2015.

Selon Gates, les Etats-Unis n’ont pas de politique pour contrecarrer l’Iran
Par David E.SANGER et THOM SHANKER, paru dans le New York Times
Publié le 17 avril 2010
WASHINGTON – Selon les responsables gouvernementaux connaissant le dossier, le Secrétaire à la Défense Robert M. Gates a averti les officiels de la Maison-Blanche via un mémorandum secret de trois pages que les États-Unis n’ont pas de politique efficace à long terme pour faire face à l’évolution du potentiel nucléaire iranien.
Selon plusieurs officiels, les analyses hautement classifiées rédigées en janvier pour le conseiller à la sécurité du Président Obama, le Général James L. Jones, sont arrivées tandis que le Pentagone, la Maison Blanche et les services de renseignement travaillaient à développer de nouvelles options pour M. Obama. Il s’agissait d’une série d’alternatives militaires, encore à un stade de développement, à employer si la diplomatie et les sanctions pour obliger l’Iran à changer de cap venaient à échouer.
Les fonctionnaires ayant connaissance de la note auraient uniquement évoqué la stratégie et la politique, et non, apparemment, les sanctions concernant les opérations secrètes contre l’Iran ou la façon de négocier avec les alliés du Golfe Persique.
Un haut fonctionnaire qui, comme d’autres, en raison du caractère sensible de la note a parlé sous réserve de l’anonymat, a décrit ce document comme étant « un avertissement sans frais. » Mais les officiels de la Maison Blanche ne sont pas d’accord sur ce point. Ils insistent sur le fait que durant 15 mois, ils ont mené des plans détaillés envisageant toutes les éventualités sur le programme nucléaire iranien.
Vendredi, lors d’une interview, le Général Jones a refusé de parler de la note. Toutefois, il a dit : « Concernant l’Iran, on fait ce qu’on a dit qu’on allait faire. Le fait que l’on ne révèle pas au monde toute notre stratégie ne veut pas dire que nous n’avons pas de stratégie pour anticiper sur tout le panel des risques – nous le faisons. »
Mais dans sa note, M. Gates a abordé plusieurs sujets, notamment l’absence d’une stratégie efficace que l’Iran pourrait adopter et que plusieurs gouvernements et analystes extérieurs considèrent ainsi : l’Iran pourrait assembler les pièces essentielles à une arme nucléaire – le combustible, les plans et les détonateurs – mais ne pourrait aller jusqu’à assembler une arme totalement opérationnelle.
Dans ce cas, l’Iran pourrait rester signataire du Traité de Non-prolifération Nucléaire tout en devenant ce que les stratèges appellent un Etat à l’armement nucléaire « virtuel. »
Selon plusieurs fonctionnaires, la note appelle également à réfléchir sur la façon dont les Etats-Unis pourraient contenir la puissance de l’Iran si celui ci décidait de produire une arme, et sur la manière de gérer l’éventuelle obtention du combustible ou des armes par des groupes terroristes que l’Iran a soutenus, ce qui pour les officiels, est moins probable.
M. Gates n’a jamais mentionné la note en public. Son porte-parole, Geoff Morrell, a refusé de commenter les détails du document, mais a publié une déclaration le samedi, disant :  » Le secrétaire estime que le président et son équipe de sécurité nationale ont dépensé énormément d’efforts et de temps pour envisager et préparer le panel complet des éventualités à l’égard de l’Iran.
Poursuivant sur les phrases jusqu’alors ambiguëes de l’administration – jusqu’ à quel point les Etats-Unis seraient prêts à autoriser le programme de l’Iran – un haut fonctionnaire a décrit la semaine dernière de façon un peu plus explicite qu’il y a une ligne que l’Iran ne serait pas autorisé à franchir.
Le fonctionnaire a déclaré que les Etats-Unis devraient s’assurer que l’Iran ne puisse « acquérir une capacité nucléaire », une étape à laquelle Téhéran pourrait bien parvenir avant de développer une arme sophistiquée. « Cela inclut la possibilité d’ une rupture », a-t-il dit, employant un terme de spécialistes en nucléaire, s’appliquant à un pays qui renonce tout à coup au Traité de non prolifération, et utilisant sa technologie pour élaborer un petit arsenal.
Deux semaines avant environ, dans une interview du New York Times, on avait demandé à Mr Obama s’il faisait la différence entre la capacité nucléaire de l’Iran et (les pays) qui avaient une arme totalement développée. « Je ne vais pas analyser cela maintenant » a t-il dit. Mais il a noté que la Corée du Nord avait été considérée comme un État à potentiel nucléaire jusqu’à ce qu’elle ait rejeté les inspecteurs et, comme il l’a dit, « soit devenue un État nucléaire auto-proclamé. »
M. Gates, préoccupé, a fait allusion aux agences de renseignements qui pourraient passer à côté du signal indiquant que l’Iran a atteint la dernière étape de production d’une arme. Dimanche dernier, au journal télévisé « Meet the Press » de la NBC, il disait :  » Si leur politique consiste à aller jusqu’à franchir le seuil, mais sans assembler d’arme nucléaire, comment peut-on dire qu’ils ne l’ont pas assemblée ? Je ne sais vraiment pas comment on pourrait le vérifier. » Mais il a prévenu que l’Iran a rencontré des difficultés de production, disant :  » ça va lentement, plus lentement qu’ils ne l’espéraient; mais ils vont dans cette direction. »
M. Gates a tenu un rôle crucial dans la présentation de la stratégie de l’administration; on le connait dans sa carrière pour ses avertissements sévères sur de possibles surprises stratégiques.
Pour certains fonctionnaires, sa note devrait être vue sous cet angle : tel un avertissement pour prévenir un président relativement nouveau que les Etats-Unis ne sont pas suffisamment préparés.
Il a écrit cette note après que l’Iran ait laissé passer le délai de 2009 fixé par M. Obama pour répondre à son offre d’engagement diplomatique.
Ce processus tout comme les efforts visant à porter de nouvelles sanctions contre l’Iran ont été débattues. Les fonctionnaires de l’administration espéraient que les révélations de M. Obama en septembre, disant que l’Iran construisait une nouvelle centrale d’uranium enrichi dans une montagne près de Qom, stimuleraient d’autres nations contre l’Iran, mais les réactions ont été moindres.
Les trois mois suivants ont été consacrés à ce qui s’est révélé être des pourparlers diplomatiques infructueux avec l’Iran concernant le changement d’une grande partie de son uranium faiblement enrichi en combustible pour un réacteur médical à Téhéran. Les négociations échouaient au moment où Mr Gates rédigeait sa note.
La note de M. Gates semble refléter les préoccupations du Pentagone et des militaires sur le fait que la Maison Blanche n’ait pas d’alternatives suffisamment bien préparées au cas où toutes les mesures diplomatiques viendraient à échouer. De son côté, l’Amiral Mike Mullen, Président du Comité des chefs d’Etat-major interarmes, a écrit « une notice d’information pour la présidence » à l’intention de son équipe en décembre pour véhiculer un sentiment d’urgence sur la planification des contingences. Il a prévenu qu’une attaque militaire aurait des « résultats limités », mais il n’a fourni aucun avertissement sur les carences de la politique.
« Si le Président fait appelle à des options militaires, nous devons les tenir prêtes, » écrit l’Amiral.
Les responsables de l’administration, témoignant devant un comité sénatorial la semaine dernière, ont clairement indiqué que les préparatifs étaient en cours. Ce qu’a fait le Général Jones, disant dans l’interview : « Le Président a clairement fait savoir dès le commencement de cette administration que nous devions être prêts à toute éventualité. » « C’est ce que nous avons fait dès le premier jour, parvenant à constituer une coalition des nations pour isoler l’Iran et la presser de tenir ses obligations. »
Durant la même audience devant la commission sénatoriale des forces armées, le lieutenant-général Ronald L. Burgess Jr., directeur de la Défense Intelligence Agency, le général James E. Cartwright, le vice-président du Joint Chiefs of Staff et l’un des officiers militaires les plus expérimentés sur les questions nucléaires ont déclaré que l’Iran pourrait produire du combustible de la catégorie d’une bombe pour au moins une arme nucléaire d’ici un an, mais que deux à cinq ans lui seraient probablement nécessaires pour fabriquer une bombe atomique viable.
L’administration a intensifié les efforts pour contenir l’influence de l’Iran et contrer ses missiles, y compris par la mise en place de batteries anti-missiles Patriot, le plus souvent gérées par les Américains, dans plusieurs États à travers le Golfe Persique. Le Pentagone va également de l’avant avec un plan de défense antimissile régional qui reconfigure l’architecture héritée de l’administration Bush afin de répondre plus rapidement aux intercepteurs sur terre et sur mer.

Traduction apetimedia pour ReOpenNews
reopen

L’article en explique pas plus que ça, mais la problématique est bien réelle, que vont pouvoir faire les occidentaux et ces tarés de juifs extrémistes pour faire plier l’Iran ?

Le jeu en vaut-il la chandelle, un baril à 400 dollars, une économie mondiale plombée, une rupture totale avec le reste des nations qui ne tolèreront plus l’hégémonie occidentale, Russie et Chine en tête.
Tout ça pour ces chiens galeux de sionistes malsains, espérons que Meyssan ait raison, que l’armée US a la la main haute sur les affaires et que les militaiires US comprendront le caractère suicidaire et vain d’une attaque sur l’Iran.
Maintenant, nous savons tous que certaines élites poussent au conflit, d’intenses tractations doivent avoir lieu en coulisse, le chaos est le but ultime des élites satanistes qui poussent à une gouvernance mondiale autoritaire, vont-elles y arriver, Hillard estime pour sa part qu’il faut compter sur la providence pour que ce projet échoue, et je crois qu’il a raison….

Quoiqu’il en soit, au jour d’aujourd’hui, c’est le flou artistique sur l’Iran, ces gens sont remarquablement habiles en diplomatie, les occidentaux enragent, et ne vous laissez pas manipuler par les médias, si les chinois et les russes participent aux sanctions, c’est que celles ci sont légères et ne gèneront en rien la République Islamique.

L’occident est sur la Fin, reste à savoir comment nous allons accepter cela….
L’Iran sera le pays qui aura déboulonné l’occident après 5 siècles de domination sans partage
ou
L’Iran sera le premier pays à se faire atomiser depuis la seconde guere mondiale, montrant que l’occident a totalement perdu la boule, et qu’lle s’accroche coute que coute à son leadership.

Accord Pékin-Islamabad étudié aux USA

mai 13, 2010

Les Etats-Unis étudient de près la décision de Pékin de doter le Pakistan de deux nouveaux réacteurs nucléaires civils, et rappellent la nécessité pour les Etats de respecter les engagements de non-prolifération nucléaire, selon un responsable américain.

La Chine, qui collaborait déjà avec Islamabad dans le nucléaire civil, compte installer ces réacteurs à Chashma, dans la province du Pendjab (est).
Pékin avait déjà construit deux réacteurs nucléaires au Pakistan, mais depuis 2004 elle fait partie du Groupe des fournisseurs nucléaires (NSG), qui élabore des directives pour éviter que des exportations sensibles destinées à un usage civil de l’énergie nucléaire ne soient détournées à des fins militaires.

Le secrétaire d’Etat adjoint américain, James Steinberg, a indiqué hier à Washington que des discussions étaient en cours concernant la décision de Pékin, mais qu’aucune « conclusion n’avait été tirée pour le moment ».
« C’est quelque chose que nous étudions bien évidemment de très près », a-t-il dit, interrogé à la Brookings Institution.
« Je pense que c’est important d’honorer scrupuleusement les engagements de non-prolifération », a-t-il dit. « Nous allons poursuivre nos discussions sur la question pour savoir si c’est permis par les règles de l’AIEA (l’Agence internationale de l’énergie atomique) ».

Certains analystes estiment que Pékin a été encouragé dans sa décision par la signature en 2008 d’un accord historique de collaboration dans le nucléaire à usage civil entre les Etats-Unis et l’Inde.

L’Inde et le Pakistan, deux Etats rivaux détenteurs de l’arme nucléaire, refusent de signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).
En 2004, le père de la bombe atomique pakistanaise, Abdul Qadeer Khan, considéré comme un héros national dans son pays, avait confessé avoir vendu de la technologie, des équipements et du savoir-faire à l’Iran, la Corée du Nord et la Libye dans les années 1990, avant de se rétracter.
le figaro

Les dirigeants pakistanais doivent se chier dessus, une alliance avec la Chine est à double tranchant, à la fois une sorte parapluie et en même temps un paratonnerre !
Pensez à la carte de Ralph Peters :

C’est le Pakistan qui perd le plus de territoire, le pays est réduit à une peau de chagrin, le long de l’Indus, et c’est bel est bien le pays le plus faible, jeune, profondément divisé avec 20% de chiites, 6 millions de chrétiens, et de nombreux groupe ethno culturel comme les
Pendjabis
– Pachtounes
– Sindhis
– Muhadjirs
– Baloutches
et peuplé de 170 millions d’habitants, autant de leviers différent pour déstabiliser le pays. La guerre contre les talibans est un exemple de ce qui peut se passer partout dans le pays.
article précis sur le Pakistan

Voila une interview de Brzezinski sur la région et ses enjeux stratégiques :

Regardez les trois épisodes, c’est interessant, il me fais rire ce gars à parler des coups tordus qu’il a réalisé en Asie, il devrait être jugé et lui se vante des guerres qu’il a mise en scène, c’est fou.

Bref, le Pakistan est sur la sellette, il suffit qu’un homme venant du Pakistan commette un attentat aux USA pour que le Pakistan soit tenu responsable, cela prouve la volonté US de trouver des prétextes pour intervenir plus intensément dans le pays, j’ai entendu ce guignol de BHL dire sur CNN que le Pakistan était le véritable ennemi, rien que ça…
Pendant ce temps chaque semaine des civils meurent dans les bombardements à partir des drones, les États-Unis sont détestés dans le pays et c’est normal, si la France était bombardée chaque jour les français détesteraient également les USA.

Los Angeles Times : l’Administration US prévoit de rester en guerre pour les 80 prochaines années …

mai 10, 2010

Quelle est la marge de manoeuvre de Barack Obama pour mettre fin aux guerres initiées après le 11/9 ? On ne peut évidemment pas s’arrêter à son discours devant les troupes à Baghram ou encore à ses sorties sur la menace nucléaire terroriste, qui semblent davantage guidées par une certaine propagande déjà souvent employée mais qui connaît ses limites. Au-delà de ces discours, quelle est véritablement sa vision de l’avenir du monde et de la place des États-Unis sur le futur échiquier international ? Le député de Californie Tom hayden nous dresse ici un tableau consternant de ce qui ressort de certains documents décrivant la « Longue Guerre » voulue par certains milieux de l’Administration US.

Sans débat public et sans en référer au Congrès, certains responsables du Pentagone et des personnes partageant la même optique ont fait leur une doctrine dite de la Longue Guerre, qui prévoit un
« arc d’instabilité » s’étendant de l’Europe à l’Asie du Sud du fait de groupes rebelles et dont la durée serait de 50 à 80 ans. Selon l’un de ses architectes, l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan ne sont que « de petites guerres au sein d’une
grande. »
Considérez l’aplomb d’une telle idée. Une guerre non déclarée de 80 ans engloberait les 20 mandats présidentiels à venir, s’étendant loin dans le futur d’électeurs encore à naître. Le coût humain pour les États-Unis des interventions en Irak et en Afghanistan approche maintenant des 5000 morts, nombre à multiplier par un coefficient élevé pour obtenir le nombre de blessés. En tenant compte des morts américains du 11-Septembre, nous voilà à 8000 morts jusqu’à présent, dans cette première décennie de la Longue Guerre. Et si les forces armées américaines sont déjà fortement sollicitées aujourd’hui, essayez de vous représenter sept autres décennies de combat.
Le coût économique est également inimaginable. Selon les économistes Joseph E Stiglitz et Linda Bilmes, la guerre d’Irak coûtera à elle-seule 3 000 milliards de dollars. Ces coûts, ajoutés aux programmes déficitaires des dernières années, « ne laissent virtuellement aucune marge de manoeuvre aux initiatives intérieures de Monsieur Obama et de ses successeurs, » selon une analyse budgétaire réalisée par le New York Times en février. Le fait de continuer à financer la Longue Guerre par du déficit budgétaire dépouillera les jeunes générations d’aujourd’hui des ressources nécessaires à leur avenir.
Le terme «Longue Guerre» a été appliqué pour la première fois en 2004 aux conflits post- 11 Septembre impliquant l’Amérique par le général John P. Abizaid, alors à la tête de l’ U.S. Central Command , et par le Chef d’État-major des Armées, le général Richard B. Myers, en 2005, alors qu’il s’apprêtait à partir à la retraite.
Selon David Kilcullen, un conseiller haut placé en contre-insurrection auprès du général David H. Petraeus et partisan de la doctrine de la Longue Guerre, le concept a été affûté depuis « une succession de bureaux aveugles enfouis à l’intérieur du Pentagone » par une petite équipe qui a réussi à faire pression pour que le terme soit intégré en 2006 dans la Quadrenial Defense Review, le schéma militaire à long terme de la nation. Le Président George W. Bush a déclaré lors de son allocution sur l’État de l’Union en 2006 que « notre propre génération est engagée dans une longue guerre contre un ennemi déterminé. »
Le concept a petit à petit gagné en crédibilité. Un reporter du Washington Post reconverti dans l’écriture, Thomas E. Ricks, a utilisé « La Longue Guerre » comme titre de son livre sur l’Irak publié en 2009, dans lequel il prédisait que les États-Unis n’en étaient qu’à la moitié de leur phase de combat sur ce théâtre d’opérations.
L’expression s’est immiscée dans le langage juridique. La juge de la Cour d’appel fédérale Janice Rogers Brown, enfant chérie de la droite américaine, a récemment émis un avis en faveur de la détention permanente des prisonniers parce que sinon, « chaque campagne réussie dans une longue guerre déclencherait l’obligation de relâcher les combattants taliban capturés lors d’affrontements antérieurs. »
Parmi les analystes de la Défense, Andrew J. Bacevich, un vétéran du Vietnam qui enseigne à l’université de Boston, est le critique le plus en pointe de la doctrine de la Longue Guerre, dénonçant le fait qu’elle soit issue « d’un petit groupe de spécialistes auto-entretenus et auto-proclamés » qui voient l’opinion publique comme « un objet de manipulation » dans la mesure où ils ne lui accordent pas la moindre considération.
La Longue Guerre a atteint un rythme de croisière, bien que le terme soit absent de la Quadrenial Defense Review divulguée par le Secrétaire à la Défense Robert M. Gates en février. Un commentateur a noté la préférence affichée dans le document pour en finir avec « nos guerres actuelles avant de penser aux suivantes. »
Toujours est-il que nous menons des guerres qui s’enchaînent les unes aux autres sans qu’il soit possible d’y voir clairement un terme. Les divisions politiques en Irak pourraient compromettre le retrait complet des troupes U.S. prévu pour 2012.
Alors que le niveau des troupes diminue en Irak, il a été porté à 100.000 en Afghanistan, où l’émissaire Richard C. Holbrooke a eu cette fameuse formule selon laquelle la réussite sera acquise « quand nous la verrons. » La guerre afghane a repoussé al-Qaïda au Pakistan, où des officiers de renseignement U.S. collaborent clandestinement avec l’armée pakistanaise. Récemment, nos forces spéciales ont monté des opérations clandestines au Yémen.
Ça ne finit jamais. L’expert britannique en sécurité Peter Neumann a dit au King’s College que l’Europe était le « centre névralgique » du Jihad mondial du fait des terroristes immergés dans des havres protégés par des lois garantes des libertés civiques. Cela pourrait-il signifier que l’OTAN serait amenée à occuper l’Europe ?
Il est temps que la Longue Guerre soit placée sous les projecteurs et fasse l’objet de consultations aux Congrès et d’examens par les médias. Le peuple américain a droit à la parole dans la détermination d’une stratégie qui affectera son futur et celui de ses petits-enfants. Il existe au moins trois importantes questions à traiter lors de débats publics :
Quel est le rôle de la Longue Guerre dans la politique des États-Unis aujourd’hui ? Est-ce que le Pentagone ou le président peuvent imposer de telles décisions bellicistes sans débat et sans ratification du Congrès ?
Qui exactement est l’ennemi dans cette Longue Guerre ? Est-ce qu’al-Qaïda (ou le «fondamentalisme islamique») est considéré comme un ennemi unifié au même titre que la «conspiration communiste internationale» était censée l’être ? Est-ce qu’une Longue Guerre peut être engagée avec un simple blanc-seing pour agir contre tout groupe décentralisé situé dans n’importe que pays, de l’Europe à l’Asie du Sud ?
Par-dessus tout, quel sera le coût d’une Longue Guerre mesuré en dollars payés par le contribuable américain, en vies d’Américains, et en respect du monde extérieur envers l’Amérique ? Est-ce tenable ? Sinon, quelles sont les options alternatives ?
Le Président Obama a implicitement fait part de son propre désaccord avec la doctrine de la Longue Guerre sans en rejeter ouvertement le terme. Il a plaidé pour un retrait de toutes les troupes U.S. d’Irak d’ici à 2012, différant en cela de ceux qui, comme Ricks, prédisent la poursuite des combats, aboutissant à une occupation à la façon de la Corée. Obama plaide également pour entamer le retrait des troupes américaines d’Afghanistan d’ici à l’été 2011, par opposition à ceux qui exigent que nous restions jusqu’à une victoire non définie. Obama a dit aux cadets de West Point que « l’engagement de nos troupes en Afghanistan ne peut pas être indéfini, car la nation que je suis le plus intéressé à construire est la nôtre. »
Ces perspectives sont naïves aux yeux des néoconservateurs et de certains, au Pentagone, pour qui la Longue Guerre remplit le vide laissé par la fin de la Guerre Froide.
Ils essaieront de piéger Obama dans une Longue Guerre en exigeant des bases permanentes en Irak, en ralentissant les retraits américains d’Afghanistan les réduisant à un goutte-à-goutte, et en défendant les opérations secrètes au Pakistan. Là où la violence s’embrase, il sera blâmé pour s’être désengagé prématurément. Là où la situation se stabilise, il lui sera suggéré par ses conseillers que c’est grâce au fait d’avoir maintenu des bottes sur le terrain. Nous continuerons à dépenser des dollars que nous n’avons pas dans des guerres sans fin.
Les questions latentes doivent être débattues maintenant, avant que le futur lui-même ne soit configuré pour la guerre.
par Tom Hayden, Los angeles Times 1er avril 2010
Traduction Gavrouchka pour ReOpenNews

(*) Tom Hayden était un leader des mouvements des étudiants, des droits civiques, pour la paix et pour l’environnement dans les années 1960. Il a effectué 18 années comme membre de l’Assemblée législative de Californie, où il a présidé des comités sur le travail, l’enseignement supérieur et les ressources naturelles. Il est l’auteur de dix livres, parmi lesquels «Street Wars» (New Press, 2004). Il est professeur à l’Occidental College, à Los Angeles, et a été intervenant à l’Institut de Politique de Harvard à l’automne dernier.
http://www.reopen911.info/

Ce n’est que par la guerre que les USA tentent de conserver leur leadership, et paradoxalement c’est cette politique qui les poussent à la faillite et à la perte de leadership.
Historiquement, la naissance et la mort des empires repond toujours aux mêmes schemas, trop d’argent dépensé pour sécuriser l’accès à l’energie et aux ressources, et un budget de la défense faramineux qui vampirise les recettes et bloque un développement économiquement sain.

La doctrine dite de la Longue Guerre, voila le projet des élites US et occidentales, les anglais d’ailleurs l’avaient déja annoncé il y a quelques semaines:
\" Le rôle de l’armée britannique évoluera, mais le processus complet pourrait prendre entre 30 et 40 ans.” en parlant de l’Afghanistan.
La guerre, voila le projet, une guerre sans fin, à la 1984, l’Estasia étant l’arc Maroc-Indonésie, tout un programme, avec une diversion par la Chine. La volonté de créer du chaos se manifeste avec la carte proposée par un officier américain, un certain Ralph Peters, même si la carte n’est pas définitive, elle donne une idée de ce que les américains flanqués d’alliés de circonstance sont pret à faire pour à la fois sécuriser l’accès au pétrole et au gaz mais surtout garder l’initiative stratégique en étant un facteur d’instabilité poussant les états ennemis à devoir réagir en fonction des États-Unis.

et après :

Les États-Unis n’existent qu’avec la guerre et le complexe militaro-industriel flanqué de réseaux à la solde d’intérets privés voire de pays étrangers, on connait tous la puissance de l’AIPAC. Le CFR, PNAC sont les plus connus, ce sont ceux qui ont le plus influencé la politique étrangère américaine. Mais l’usage de la guerre par les états unis est plus profond que ça, en tant que nation totalement sous l’emprise des élites dégénérés satanistes, toutes les actions militaires américaines sout doublées d’une sorte d’aura purement malsaine, une dimension satanique avec une symbolique maçonnique. Je sais que ça fait très propagande irakienne ou iranienne, mais je pense qu’il est juste de qualifier les USA de Grand Satan.

Le monde étant ce qu’il est aujourd’hui, les années à venir ressembleront à ce qui c’est passé entre 1936-1945, une sorte de monté en puissance des forces du Mal avec comme résultat la destruction et la mort dans le monde entier.