Posts Tagged ‘europe soviétique’

La dette publique des Etats-Unis est pire que celle de la Grèce

mai 12, 2010

En 2009, aux Etats-Unis, le déficit primaire structurel atteint 7,3% du PIB et au Royaume-Uni 6,8% du PIB. Cela paraît incroyable mais il est pire que les 6% de la Grèce

Quiconque aimerait savoir qui créera des emplois ces prochaines années peut exclure le secteur public. La dette des Etats est telle que les dépenses publiques devront baisser. Certains crieront au diktat des marchés, mais les Etats ne pourront se soustraire à l’arithmétique la plus élémentaire. Même la France, qui depuis 1974 n’a pas connu un seul budget en équilibre. Les décisions de ce week-end n’y changeront rien. Elles ne permettent que de gagner du temps.

D’une façon générale, la situation a tendance à empirer. Dans cinq ans il n’y aura plus aucun pays muni d’un rating de AAA, selon une admirable étude de Willem Buiter, chef économiste de Citigroup. Cet ancien membre du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre est une personnalité réputée et s’exprimait aussi mardi lors de la conférence de la BNS et du FMI, à Zurich.

Nous sommes presque au point où il n’existe plus d’obligation sans risque, selon Willem Buiter. Le kilo d’or n’est pas par hasard à 42 000 francs. Même les Etats-Unis et l’Allemagne ne sont plus sûrs: le CDS spread (mesure du coût de la protection) de l’Etat américain s’élève à 40 points de base. En clair, cela signifie que la probabilité des Etats-Unis d’être en défaut sur leur dette atteint 3,5% à 5 ans. Pour l’Allemagne, la probabilité est de 2,8%.

Le pire se trouve-t-il d’ailleurs à Athènes? Si l’attention se porte avec raison sur le sud de l’Europe, les finances publiques britanniques et américaines sont dans une position aussi catastrophique.

Le meilleur indicateur de la capacité de sortir de la crise du crédit est le déficit primaire d’un Etat. Il exclut les paiements sur les intérêts de la dette. Il est toutefois nécessaire de l’évaluer en faisant abstraction du cycle conjoncturel. Le résultat s’appelle déficit primaire structurel. En 2009, aux Etats-Unis, ce déficit atteint 7,3% du PIB et au Royaume-Uni 6,8% du PIB. Cela paraît incroyable mais il est pire que les 6% de la Grèce. Nous ajouterons qu’à l’aune de ce critère la Suisse s’en sort bien, avec un excédent primaire structurel de 0,3% (comme l’Allemagne), alors que la France est largement dans le rouge, avec un déficit primaire de 3,7% du PIB.

Sur cette base, Willem Buiter montre que les Etats-Unis doivent absolument présenter un programme de réduction budgétaire permanent de 7,3% pour s’en sortir. Soit par hausse des impôts, soit par baisse des dépenses publiques. L’effort doit en outre être permanent. Le calcul est indiscutable, seules les hypothèses peuvent l’être. Willem Buiter s’appuie sur le déficit public américain de 2009, qui atteint 103% du PIB, associé à un taux de croissance annuel de 3% et un taux d’intérêt réel de 4%.

L’économiste ajoute que ces chiffres n’ont pas encore intégré le coût considérable des promesses de retraites. Pourtant le défi démographique pèse de plus en plus sur la productivité des pays industrialisés.

Laissons tomber le débat sur les promesses liées à la sécurité sociale et aux retraites. Mais contentons-nous d’intégrer les engagements des deux grandes agences hypothécaires américaines (Fannie Mae et Freddie Mac), lesquelles appartiennent à 79,9% à l’Etat. Il faut dès lors ajouter une dette de 1761 milliards de dollars à la dette publique officielle. Il serait économiquement justifié d’ajouter 4379 milliards de dollars d’engagements hors bilan. Mais en fermant les yeux sur ceux-ci et ne prenant que les dettes inscrites au bilan, la dette publique de l’Etat américain devrait être relevée de presque 13% du PIB par rapport aux statistiques officielles.

Ce n’est pas parce que les gouvernements anglais et américain détournent l’attention et n’entreprennent rien contre l’ascension de leurs déficits qu’ils n’existent pas. Au contraire, l’inaction signifie que la détérioration se poursuivra et que la conclusion sera plus douloureuse, selon Buiter.

Le camp des optimistes nous explique généralement que des déficits publics élevés ne sont pas nouveaux et qu’après avoir atteint des sommets au sortir de la Deuxième Guerre, l’amélioration a été considérable. Le déficit américain a en effet chuté de 121% du PIB à 32% en 1974. C’est omettre l’essentiel. Les autorités doivent être au bénéfice d’un fort soutien politique pour que le plan de redressement soit accepté. Après la guerre, chacun avait compris que la cause du déficit était la lutte pour la souveraineté. L’effort demandé était perçu comme normal. Il en ira autrement si le déficit est, comme aujourd’hui, le fruit d’une mauvaise gestion ou de promesses intenables.

Les milieux qui ne perçoivent aucun danger dans le niveau des déficits espèrent que la croissance économique permettra d’éponger le déficit public. L’histoire américaine, de 1946 à 1974, a montré que les 89% d’amélioration se sont répartis à parts égales entre la croissance réelle (55%) et l’inflation (55%) et qu’il a été contrecarré par les années de déficit public fédéral (-20%). Le même calcul pour le Royaume-Uni montre qu’entre 1947 et 1991, l’inflation a réduit le déficit de 228% du PIB, la croissance économique de 98% alors que de nouveaux déficits se sont ajoutés pour un total de 124%. En somme, l’idée d’une sortie des déficits par la croissance est un leurre.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont donc très vulnérables. Mais ils ont deux atouts majeurs par rapport à la Grèce. Ils disposent de leur propre monnaie et leur économie souterraine est bien plus modeste. Mais leur maladie n’est pas plus imaginaire que celle de la Grèce.
le temps
un site avec toutes les dettes aux USA

Et oui, taper sur l’europe est vital pour les anglo-saxons, c’est une diversion stratégique, sans cela, la Livre et le dollar seraient à terre depuis longtemps.
Les chiffres de l’économie américaine donnent le tournis, j’attends le jours ou les autorités US vont annoncer qu’ils ne peuvent plus honorer le remboursement de leur dette.

Dans le même genre, nous apprenons aujourd’hui que l’Espagne entame une une politique de rigueur :

 » Le chef du gouvernement socialiste espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a annoncé mercredi de dures mesures d’austérité sous la pression des marchés, de l’UE et de Barack Obama, dont une baisse des salaires des fonctionnaires, pour tenter de restaurer la crédibilité financière du pays.
La semaine dernière encore, au coeur de la tempête boursière qui s’abattait sur l’Espagne, il avait écarté toute mesure additionnelle à son plan d’austérité de 50 milliards d’euros pour ramener les déficits publics de 11,2% du PIB en 2009 à 3% en 2013.
Mais l’Espagne, 4e économie de la zone euro, dont elle est devenue un maillon faible, a dû céder dimanche à la pression des pays de la zone euro qui ont approuvé un plan massif de 750 milliards pour défendre la monnaie unique.
M. Zapatero a détaillé mercredi au parlement une accélération douloureuse de la réduction des dépenses publiques, de 15 milliards supplémentaires en 2010 et 2011, qui ne modifie pas le cap global qu’il s’est fixé pour 2013.
La Commission européenne a prudemment salué des mesures qui vont « dans la bonne direction ».
M. Zapatero a annoncé une baisse moyenne des salaires des fonctionnaires de 5% à partir de juin, leur gel en 2011, la suppression de la revalorisation automatique de retraites et la fin d’une aide de 2.500 euros aux familles.
Il a également fait part entre autres de la suppression de 6 milliards d’investissements publics, d’une coupe de 600 millions dans l’aide au développement.
Outre la pression des partenaires européens, M. Zapatero a été pressé d’agir fermement par le président américain Barack Obama qui l’a appelé mardi.
Selon le quotidien espagnol Expansion, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a également appelé M. Zapatero. »
source

C’est dingue qu’Obama et Wen Jiabao fassent pression sur l’Espagne, pauvre zapatero, sans compter L’UE qui s’impose de plus en plus. Au coeur de la bulle immobilière, l’espagne a construit plus de maisons que la france, le royame unis et l’allemagne , sérieux, c’est pas des dingues, le gouvernement a été irresponsable, je ne sais pas si c’est une conséquence du régionalisme extrème, mais les dirigeants ont fait n’importe quoi. Voila un site qui donne quelques indications sur le drame de l’immobilier espagnol, 80% de construction en moins par rapport à 2007, 3 ou 4 millions de logement vide et tenez vous bien, presque 90 % de la population est propriétaire ! Je ne sais pas comment ils vont faire, vue qu’ils ne font pas d’enfants… La dernière fois que je suis allé en espagne et que j’ai vu tous ces complexes vides et assez isolés, je me suis dit que ces batiments pourraient être utilisés comme des camps pour entasser des immigrés ou des dissidents par les autorités de la nouvelle europe, celle qui s’est dévoilée il y a peu avec la crise.

On va se prendre pour 20 ou 30 ans de recession, à la limite, il faudra attendre que les générations des baby boomers meurent, pour retrouver un certain équilibre dans la pyramide des ages. En plus des problèmes structuraux de l’économie européenne, (euro, pas de taxe douanière, désindustrialisation, etc), avoir une population vieillissante n’arrange pas la situation, un manque de vitalité et de jeunesse se traduit immédiatement dans le développement d’une nation. En plus , c’est à mon avis la première fois dans l’histoire de humanité qu’une civilisation voit sa population diminuer sans pour autant qu’il y ait la guerre ou des épidémies, cela traduit je pense une grave crise de civilisation et une fois encore c’est l’occident qui innove dans la négation de la vie avec un égoisme porté à son parroxysme, le  » pérenniser la struture et maintenir la structure  » comme nécessité biologique d’henri laborit s’est mué en jouir et détruire la structure, c’est dingue.

Bref, nous vivons une periode incroyable, c’est génial, Lol, prenez des notes !

Nigel Farage fait des siennes au parlement européen.

novembre 29, 2009

Un échange stupéfiant a eu lieu au Parlement de l’Union Européenne plus tôt cette semaine où le Député Européen, Nigel Farage, a été réprimandé pour avoir osé exposer le fait que l’UE est une dictature autoritaire dirigée par des bureaucrates non élus, au détriment de la souveraineté nationale. Farage a effectivement violé une loi tyrannique de 1999 qui stipule que critiquer l’UE est illégal.
Des gens comme le Président de la Commission Européenne, Manuel Barroso, ont laché leur fiel étant donné que Farage s’en est ouvertement pris aux élitistes de l’UE pour leurs mensonges et leur copinage.

Farage n’a pas perdu de temps pour s’en prendre à l’UE concernant ses politiques autoritaires, affirmant, « Cela vous a pris 8 ans et demi d’intimidation, de mensonge, de non respect des référendums démocratiques pour faire passer ce Traité (se référant au Traité de Lisbonne) ».
Farage a alors attaqué la nomination de Van Rompuy en tant que premier Président de l’UE, mettant en avant qu’il n’était qu’un simple chef de file malléable pour Barroso.

« Mais au moins c’est un homme politique élu contrairement à la Baronne Ashton, » a dit Farage, se référant à la femme qui a été débarqué au poste de Haut Représentant pour les Affaires Etrangères.

« En quelque sorte elle est [la personne] idéale, n’est-ce-pas , » a dit Farage, chef du partie de l’Indépendance Britannique. « Elle n’a jamais eu un vrai travail, et n’a jamais été élue au moindre poste durant sa vie, du coup je devine qu’elle est parfaite pour cette Union européenne. »

Aussitôt que Farage a frappé son coup, révélant la nature autoritaire de l’UE, il a été immédiatement réprimandé par le Président du Parlement Européen, Jerzy Buzek, qui a dit qu’il voudrait « déposé (ou limoger) » Farage et l’a remis à l’ordre plus tard sur le « ton » qu’il a utilisé pour critiquer « des personnalités importantes de l’UE ».

Comme nous l’avons vu par le passé, l’UE est très sensible à toute personne discutant le fait qu’elle représente un corps dictatorial.

Les Nazis tuaient les gens qui parlaient contre le Troisième Reich, tandis que l’UE a mis en place une solution carrément plus efficace – au lieu de cela, simplement tuer leur liberté de parole.

Plus tôt cette année, une Député Hollandais s’est vu refusé l’entrée en Grande-Bretagne parce que ses opinions politiques étaient considérés comme blessantes en vertu des lois de l’UE. Les parlementaires Européens ont d’une même voix essayé d’interdire « le dangereux et non réglementé blogosphère » afin d’essayer de mettre un terme à la liberté de parole sur Internet. Sous l’acte de 1999 de la Cour de Justice Européenne (affaire 274/99), il est illégal de critiquer l’UE et l’UE s’est donnée pour mission de proscrire tous les partis politiques nationaux qui ne se conforment pas à l’agenda du super-Etat fédéral Européen.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/politics/7885918.stm

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/3059617/Euro-MPs-to-vote-on-anonymous-blog-ban.html

http://findarticles.com/p/articles/mi_qa3724/is_200011/ai_n8923307/

Farage a poursuivi en mettant l’accent sur le fait qu’Ashton représentait l’agenda de l’UE dans « un âge post-démocratique, » où les gens sont choisis par l’élite pour occuper les positions les plus puissantes plutôt qu’être élus par le peuple.

« Elle s’est bien mariée, elle a épousé un conseiller et un ami et un défenseur de Tony Blair et a obtenu son entrée dans la Chambre des Lords, quand elle a intégré la Chambre des Lords, on l’a assigné à une lourde tâche, sa mission était de faire accepter le Traité de Lisbonne à la Chambre des Lords, et de le faire en prétendant qu’il était entièrement différent de la constitution de l’UE… et elle a vigoureusement écrasé toute tentative de la Chambre des Lords d’organiser un référendum pour les Anglais, » a déclaré Farage en même temps que les dirigeants-bureaucrates de l’UE, vexés que leur tyrannie soit ouvertement discuté au Parlement de l’UE, ont commencé à essayer de vouloir le faire taire en criant et en gesticulant, vue que Barroso semblait visiblement secoué.

Farage a repondu à un élément perturbateur en affirmant, « bon, au moins j’ai été élu Monsieur, contrairement à elle, elle n’a pas été élue et le peuple n’a pas la pouvoir de lui demander de partir. »

Vue que les bureaucrates de l’UE continuaient à interpeler Farage, il a expliqué comment Ashton avait accepté d’énormes donations d’un membre proéminent du Parti Communiste en Grande-Bretagne, alors qu’elle occupait le poste de Trésorier pour le CND, exigeant des réponses sur ce qui l’a poussé à prendre de l’argent de quelqu’un qui représente une organisation viscéralement opposée à la démocratie occidentale.

« A-t-elle pris de l’argent des ennemis de l’ouest, cette question doit obtenir une réponse, » a affirmé Farage.

Farage a alors accusé les Députés Européens de « trahir leurs démocraties nationales » en permettant au Traité de Lisbonne de passer et a averti qu’une avalanche de nouvelles lois suivrait, avant d’appeler à un référendum national au Royaume-Uni pour décider si la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE. La caméra s’est alors de nouveau posée sur Barroso qui semblait fumer de rage du fait que quelqu’un ait osé se lever contre la toute-puissante de l’Union Européenne et d’exposer leur nature autoritariste et dictatoriale.

Après que Buzek l’ait à nouveau averti concernant « certaines des expressions » qu’il a employé, Farage a essayé de savoir ce qu’il avait dit de si blessant, avant qu’un Député Européen Socialiste babille une rhétorique à peine compréhensible de globaliste, dans une tentative boiteuse de stopper le discours incisif de Farage.

<<Avec tout le respect que je vous dois, je pense que vous avez complètement manqué le point, » a répondu Farage, « parce que par deux fois vous avez dit : ‘les personnes qui ont été élues la semaine dernière' – alors qu’elles n'ont pas été élues, voila la remarque que j’ai fait à propos du cas de la Baronne Ashton : de sa vie entière, elle n'a été jamais élue à aucun poste de l'administration publique, elle prend un poste extrêmement puissant et les peuples de l'Europe n'ont aucun pouvoir pour lui demander des comptes et pour lui demander de partir et c’est ce qui est fondamentalement mauvais avec l’ensemble de cette Union Européenne, tout la question tourne autour de l’opposition entre la bureaucratie et la démocratie. »

Les fondements pour l'UE et dernièrement la monnaie unique de l’Euro ont été jetés par le groupe secret des Bilderberg durant les années 50. Les documents des Bilderberg ayant été l’objet de fuite montrent que l'agenda pour créer un marché commun Européen et une monnaie unique ont été formulés par les Bilderberg en 1955. Un des principaux fondateurs du groupe était le Prince H. Bernhard des Pays Bas, un ancien officier SS Nazi.

http://www.prisonplanet.com/leaked-1955-bilderberg-docs-outline-plan-for-single-european-currency.html

http://www.bilderberg.org/bernhard.htm#Nazis

Mais le contexte idéologique de l’Union Européenne remonte encore plus loin, aux années 40 quand les principaux économistes et universitaires Nazis ont tracé le plan pour une unique communauté économique Européenne, un agenda qui a été dûment suivi après la fin de la deuxième Guerre Mondiale.

Comme nous l’avons souligné dans le passé, le nazisme et l’UE ont quelques parallèles très inquiétants. En effet, les deux sont fondamentalement entrelacés et les origines de l’UE peuvent être directement être retracées jusqu’aux Nazis.
http://www.prisonplanet.com/top-nazis-planned-eu-style-fourth-reich.html

Le fait que l’UE soit une invention des principaux économistes et industriels Nazis, élaboré comme un moyen de préserver un pouvoir dictatorial et alors mis en place par un ancien nazi travaillant sous les auspices du groupe des Bilderberg en 1955, montre que l’ensemble du système de l’Union Européenne est empoisonné par un legs et sa raison d’être est le totalitarisme.

Cela devient de plus en plus voyant au 21ème siècle, alors que des mouvements sociaux populaires s’élèvent à travers l’Europe pour s’opposer à la flagrante prise de pouvoir de l’UE par l’intermédiaire du Traité de Lisbonne, qui est passé par la force en Irlande plus tôt cette année en dépit du fait que la population l’ait déjà rejeté dans un précédent référendum national.

Tout comme, dans les années 30, Hitler a obligé, à plusieurs reprises, les Allemands à revoter jusqu’à ce qu’il ait pu les intimider pour voter ce qu’il voulait, l’Union Européenne a suivi la même méthode. La ratification du Traité de Lisbonne a permis en premier lieu à l’UE de créer le poste de Président de l’Europe, et il n’y a aucun doute que Van Rompuy et Ashton feront tout ce qu’ils ont en leur pouvoir pour accélérer le mouvement vers l’objectif ultime des Bilderberg – un super-Etat fédéral dictatorial Européen qui a complètement englouti les lambeaux déchiquetés de ce qu’il reste de souveraineté des Etats membres.

Voila la vidéo


Nigel Farage réprimandé pour ses critiques
envoyé par kevinz1985. – L’actualité du moment en vidéo.

Whaou, ce Nigel Farage assure !!!!
Comme il parle de Haston, c’est excellent  » Elle s’est bien mariée, elle a épousé un conseiller et un ami et un défenseur de Tony Blair et a obtenu son entrée dans la Chambre des Lords  » !!!!

Que rajouter, même si je me méfie un peu d’Alex Jones, on ne peut pas nier que lui et son équipe font du bon boulot, ils synthétisent et résument assez bien la situation, ils se fondent souvent sur des infos des grands médias, et font des liens qui ont du sens.

L’Union européenne est un monstre bureaucratique, antidémocratique et dangereuse.

Encore un petit exemple, Anne-Marie Le Pourhiet qui dit ce qu’elle pense de l’europe d’aujourd’hui :


Démocratie et Europe (Anne Marie Le Pourhiet)
envoyé par noop. – L’info internationale vidéo.

Les dégénérés anglais inventent la délation rémunérée et mettent en ligne les vidéos de surveillances privées !!!!!

octobre 7, 2009

NewBanksyES_468x643

Dans un pays déjà connu pour son appétence pour la vidéosurveillance – 4,2 millions de caméras, soit une pour 14 habitants – une société propose de mettre en ligne les images des caméras de sécurité. Et lance un concours mensuel à la délation, prime à la clé…
Jusqu’ici, la Grande Bretagne était bardée de caméras, au point que beaucoup la comparent déjà au monde de Big Brother décrit par George Orwell dans « 1984 ». Seulement, ces caméras étaient en quelque sorte « chacune dans son coin ». Et puis un rapport vient de conclure à l’inutilité de la vidéosurveillance, car il n’y a personne pour scruter les images.
<a href='http://Alors, les responsables d’une société baptisée Internet Eyes ont eu l’idée d’aller plus loin. Beaucoup plus loin. Le système proposé franchit un nouveau pas dans la surveillance des faits et gestes des sujets de Sa gracieuse Majesté. D’abord, parce que le système sera cette fois-ci centralisé. C’est-à-dire que les commerces qui le souhaiteront pourront payer un abonnement de 25 euros par mois pour que les images de leurs caméras de vidéosurveillance soient mises en ligne via la société Internet Eyes. N’importe qui pourra donc depuis son ordinateur chez lui, observer n’importe quel magasin ou n’importe quelle rue. Prime à la délation Ensuite parce que le business prendra la forme d’un jeu en ligne, qui flatte les tendances voyeuristes de tout un chacun. Car chaque mois, une prime de 1.000 livres sterling sera versée à la personne qui, en observant son écran, dénoncera le plus grand nombre de méfaits. Le système sera testé fin novembre dans la ville natale de Shakespeare, Stratford-upon-Avon. Et s’il devait se généraliser, chacun serait alors sous la surveillance de tous, en permanence, et la délation serait plus que jamais une arme suprême contre la délinquance.
france info
dailymail

J’ai envie de pleurer quand je lis ça.Très franchement,je n’ai pas peur de le dire.Le mouvement de fascisation arrive à son terme.
Vous vous rendez compte  » Car chaque mois, une prime de 1.000 livres sterling sera versée à la personne qui, en observant son écran, dénoncera le plus grand nombre de méfaits. Le système sera testé fin novembre dans la ville natale de Shakespeare, Stratford-upon-Avon. Et s’il devait se généraliser, chacun serait alors sous la surveillance de tous, en permanence, et la délation serait plus que jamais une arme suprême contre la délinquance. »

C’est mieux que la Gestapo, j’ai honte pour ceux qui ont proposé ce système et j’ai honte pour ceux qui vont passer leurs journés à épier et espionner les gens.

Ce que propose cette société est ahurissant, c’est le stade final du fascisme, vous vous rendez compte, les vidéos de surveillances privées mises en ligne et tout un chacun passant son temps à espionner pour trouver les voleurs.Laissez tomber l’ambiance, c’est le stade ultime d’une société basée sur la surveillance, plus besoin de police, la population a été totalement manipulée, mais dans des proportions hallucinantes, et c’est elle même qui fait la police.Un peu à la chinoise, à la soviétique, à la nazis, tranquille quoi.

Vous savez, nous vivons réellement dans un système tyrannique, regardez ce qui arrive aux chercheurs qui sortent de la logique marchande,regardez le niveau de surveillance, jamais nous n’avons été aussi épiés.Regardez la propagande et surtout comment nous avons été mentalement empoisonnés, comment nous avons cru dans des représentations mentales malsaines.Ecraser l’autre et non la coopération,la compétition effrénée au lieu de l’émulation,accumuler des choses inutiles, croire que l’on peut avoir tout ce que l’on désire, rendant les gens constamment insatisfaits et frustrés. Nous couper de la spiritualité et du contact avec la nature, enfin bref, on nous fait croire des trucs totalement débiles,et nous nous sommes auto détruit.

Les anglais sont vraiment des abrutis,déja adolescent, quand j’ai découvert les philosophes anglais j’avais été stupéfait par la débilité de leurs systèmes de pensée.Ce n’est pas pour rien que le capitalisme s’est si bien développé dans l’ile.

Le materialisme, la place centrale de l’homme et sa censée superiorité sur toute chose, ont crée des générations entières de dégénérées que rien n’effraient.Le possible est sans limite.

Ce n’est pas pour rien que l’Angleterre a été le premier pays à généraliser les caméras de surveilance, et ce n’est pas pour rien qu’ils en arrivent généraliser la délation rémunérée.

Une chose marrante fait qu’en anglais les réseaux de surveillances public s’appelle CCTV, c’est aussi le nom des chaine de télé chinoise…