Posts Tagged ‘communisme’

Des Etats américains tentés par la sécession, en raison de la crise.

octobre 13, 2009

russia_us_in5

Lassés de payer des impôts qui financent deux guerres lointaines et des plans de relance dont ils ne voient pas les retombées concrètes, un nombre croissant d’Américains poussent leurs Etats à mettre en cause les lois fédérales, voire les pressent de faire sécession.

Qu’ils défendent un pouvoir accru des Etats ou leur séparation pure et simple de l’Union, ces Américains s’entendent sur un point: ras-le-bol d’avoir l’Etat fédéral sur le dos.

« L’Etat fédéral a perdu son autorité morale, notre gouvernement est aux ordres de Wall Street », explique à l’AFP Thomas Naylor, ancien professeur d’économie, chef de file du mouvement pour la Seconde République du Vermont (nord-est).

« L’empire s’écroule, voulez-vous couler avec le Titanic ou trouver une autre solution tant que c’est encore possible ? », s’interroge-t-il.

Déjà active bien avant l’élection de Barack Obama président des Etats-Unis, la veine anti-Washington a vu ses rangs grossir avec la récession, l’intervention grandissante de l’Etat dans l’économie et l’explosion des dépenses nationales, affirme Jason Sorens, professeur à l’université de Buffalo à New York.

« On parle plus aujourd’hui d’invalider des lois fédérales au niveau des Etats et de faire sécession qu’on n’en parlait en 1865 », détaille Kirckpatrick Sale, de l’Institut Middlebury, qui étudie la sécession, et l’auto-détermination.

Des groupes actifs de sécessionnistes existent actuellement dans au moins 10 Etats, dont le Texas (sud), le Vermont (nord-est), Hawaii (pacifique) et l’Alaska (nord-ouest).

Rick Perry, le gouverneur du Texas a récemment surpris en suggérant dans une réunion de conservateurs qu’il était favorable à la sécession.

« La sécession est notre seule réponse parce que l’Etat fédéral est en miette et ne peut plus être réparé tel que fonctionne le système politique actuel », déclare à l’AFP Dave Mundy, porte-parole du Mouvement nationaliste texan.

A l’origine, les Etats-Unis d’Amérique ont été conçus comme « une confédération d’Etats indépendants liés entre eux par une défense commune et des intérêts commerciaux », ajoute-t-il, en regrettant qu’années après années, l’Etat fédéral ait acquis un pouvoir, selon lui, excessif.

Mais, nuance J.R. Labbe, directrice éditoriale du Star-Telegram de Forth Worth (Texas), les sécessionnistes « ne sont qu’une minorité » et Dick Perry ne fait que céder à un groupe « petit mais bruyant ».

Il reste malgré tout « peu probable » que les sécessionnistes prennent suffisamment de vigueur pour provoquer une séparation, estime Lyn Spillman, spécialiste du nationalisme.
almanar

Que dire de plus à part LOL !

Même si la situation est catastrophique, je ne pense pas que les États Unis vont perdre leur unité.
Nous oublions, je pense, la puissance de l’état fédéral et ses agences de renseignements.Nous oublions aussi les retombés des black project.
N’imaginez pas que les USA vont s’effondrer et que des états vont faire sécession, les États-Unis vont plutot se transformer en État fasciste.
Tout l’arsenal legislatif mis en place par l’administration Bush n’a pas été construit pour rien.C’est Obama qui va en profiter.Rien n’est fait au hasard, surtout en politique.
Il suffit d’écouter Alex Jones pour s’en convaincre.La police qui se transforme en gestapo, soupçonnant tout un chacun d’être un  » terroriste », l’armée investie les rues et des polices privées se subsituent aux polices locales.
Sans parler des camps de la FEMA, des listes d’américains « pertubateurs » :  » La “No-Fly-List” contient des centaines de milliers de noms et les autorités U.S. s’en servent pour “punir” ceux qui osent se dresser contre elles. 90% des noms sur cette liste sont ceux de militants sociaux, dissidents anti-Bush voire tout simplement de politiques n’étant pas membres du Parti Républicain… le Sénateur Ted Kennedy, par exemple, ou encore la députée US Barbara Boxer. Cela montre bien qu’il s’agit d’une liste politique, de contrôle social et non d’anti-terrorisme. Le terrorisme a toujours été l’excuse pour le pouvoir qui voulait renforcer la mise sous contrôle des populations.. c’était déjà le cas il y 21 siècles, avec les “trompettes de Crassus “ source, ou lisez le Nexus de juillet/aout 2009 qui parle Naomi Wolf et son ouvrage « the end of america  »

Voila une de ses conférences :

Obama est un accélérateur, un boosteur pour passer en mode fascisme.
Un noir à la tête du pays avec une économie chancelante, un virage à 180 degrès par rapport à Bush dans la relation au monde et une FED communisante sont un mélange explosif.Sans compter les déçus d’Obama.
Chaque tranche sociologique de la nation va se retrouver à hair celui qui leur a menti.
Je pense que dans les deux années qui viennent que nous allons être les témoins d’évènements historiques aux USA.

Historiquement, c’est vraiment exaltant ce qui se passe, rarement le monde n’a été aussi instable.Ne voyez pas la un trait de cynisme, je pense plutot que c’est une protection psychologique, j’essaye de ne pas tout prendre au premier degré, sinon c’est la pendaison assurée !

La BNP Paribas continue à jongler pour ne pas faire faillite,elle est obligé de faire une augmentation de capital de 4,3 milliards pour rembourser les 5 miliards prétés par l’état.

septembre 29, 2009

h-20-1646737-1249453932

BNP Paribas annonce une augmentation de capital de 4,3 milliards d’euros qui sera consacrée au remboursement de l’aide accordée par l’Etat au plus fort de la tempête financière dans le cadre de son plan de sauvetage des banques.

Cette opération s’inscrit dans un mouvement plus large en Europe et aux Etats-Unis où les banques profitent d’une reprise en fanfare des marchés financiers mondiaux pour rembourser les pouvoirs publics et retrouver leur autonomie.

Cette opération a été saluée par le marché. Vers 11h00, le titre enregistrait la plus forte progression du CAC en gagnant 2,55% à 58,01 euros, surperformant nettement l’indice sectoriel européen DJ Stoxx (+0,42%).

Société générale gagne également 1,55% à 6,31 euros, alors que le marché spécule sur une opération similaire de sa part.

Dans un communiqué, la BNP indique qu’elle va rembourser dès octobre les 5,1 milliards d’euros d’actions de préférence (sans droit de vote) souscrites le 31 mars par l’Etat français, et lui verser une rémunération de 226 millions d’euros calculée sur sept mois.

D’autres banques européennes, comme Unicredit et Intesa Sanpaolo en Italie ou encore les banques britanniques Lloyds Banking Group et Royal Bank of Scotland envisagent également des opérations similaires afin de rembourser des aides publiques.

« Je pourrais souscrire à cette offre. Le prix est attractif », observe Arnaud Scarpaci, gérant chez Agilis Gestion, qui a récemment cédé 2.500 titres BNP Paribas à environ 55 euros.

D’autres se demandent toutefois si l’augmentation de capital sera suffisante pour satisfaire les besoins de fonds propres de la banque de la rue d’Antin.

« Nous nous posons la question de savoir si BNP Paribas sera toujours considérée comme ayant assez de capital malgré une bonne gestion du risque et une profitabilité décente, » observe Nomura dans une note sur l’augmentation de capital.

La question des fonds propres parait d’autant plus cruciale que, selon des sources interrogées par Reuters, la BNP discute avec le ministère néerlandais des Finances d’un rachat éventuel d’actifs de Fortis aux Pays-Bas. L’opération pourrait concerner Fortis Commercial Banking et Commercial Finance.

Le directeur général de BNP a démenti catégoriquement que l’augmentation de capital serve à préparer une acquisition mais n’a pas souhaité commenter directement la possibilité d’une acquisition aux Pays-Bas.

« Nous nous concentrons sur l’intégration de Fortis, » a déclaré Baudouin Prot lors d’une conférence téléphonique, rappelant que l’intégration des actifs belges et luxembourgeois de Fortis occupait déjà considérablement les équipes de la BNP.

IMPACT RELUTIF DE 8,4% SUR LE BNPA

BNP prévoit que les 5,1 milliards d’euros seront remboursés grâce à une augmentation de capital à droit préférentiel de souscription (DPS) de 4,3 milliards d’euros, combinée à la création de fonds propres résultant notamment du paiement du dividende en actions (0,75 milliard d’euros) et d’une augmentation de capital réservée aux salariés (0,26 milliard d’euros).

Il était convenu dès l’origine avec les pouvoirs publics et l’Union Européenne que cette participation de l’Etat serait remboursée dès que possible.

Le taux d’intérêt de ces fonds, apportés aux banques afin de les aider à surmonter la crise financière, augmente en effet au fil du temps de manière à inciter à un remboursement rapide.

La parité de cette augmentation de capital a été fixée à une action ordinaire nouvelle pour 10 actions ordinaires existantes avec un prix de souscription de 40 euros par action nouvelle.

Le groupe français d’assurances Axa, actionnaire de BNP à hauteur de 5,2% s’est engagé à souscrire pour la totalité de ses droits. Les intentions des autres actionnaires ne sont pas connues.

A l’issue de l’opération, qui sera relutive d’environ 8,4% sur le bénéfice net par action (BNPA), BNP Paribas disposera de 59,4 milliards d’euros de fonds propres Tier one et son ratio Tier one sera supérieur à 9% (pro forma au 30 juin).

L’impact sur l’actif net par action ordinaire et sur le Tier One seront marginaux selon la BNP (+0,9% sur l’actif net et -14 points de base sur le Tier one).

La banque française a dégagé un bénéfice net de 3,16 milliards d’euros au premier semestre 2009 et passé dans ses comptes 4,17 milliards de provisions depuis le début de l’année.

L’annonce en plein été d’une provision d’environ un milliard d’euros destinée à payer les bonus des salariés de sa division de banque de financement et d’investissement avait contribué à relancer le débat sur ce sujet déjà sensible.

Le titre de la BNP, qui représente une capitalisation boursière de 61 milliards d’euros, progresse de plus de 90% depuis le début de l’année après avoir perdu 59% en 2008
le point

Et on dit que c’est la banque la plus solide, lol !

Ils n’ont pas franc les banquiers,dans la vrai vie une telle augmentation de capital aurait fait plonger le titre,mais c’est le contraire qui c’est passé.
En tout cas ils sont obligés de faire cette augmentation de capital pour rembourser l’aide de l’état et cela après un bénéfice de 3 milliards au premier semestre,et avoir mis 4 milliards en provision !

LOL,les pauvres,ils jonglent comme ils peuvent c’est marrant à voir !

Le moindre choc,la moindre faillite d’une grosse banque mondiale fera tomber la quasi totalité des banques.Je pense que c’est pour cela que les banques veulent rembourser les aides de l’état,pour pouvoir redemander de l’argent à la prochaine crise en disant « vous avez vu nous vous avons déja remboursé,nous sommes sérieux,pretez nous plus  »

Je ne sais pas si avez fait attention mais de très nombreuses entreprises ont emprunté de l’argent ces derniers temps,et maintenant c’est l’état qui demande 100 milliards,tout les acteurs sont en quête d’argent frais,ça craint,ça veut dire que tout le monde est ruiné.

Sortez votre argent de la banque,laissez juste les prélèvements,payer tout en liquide,déja pas de trace et en plus on ne donne rien à la banque.
De toute façon n’achetez rien d’inutile,nous n’avons besoin que de peu de chose,ne flattons pas le système,ne donnons pas à manger à la bête.

fdgfhfdfgre