Posts Tagged ‘banquier toujours les mêmes’

Chimiothérapie, des taux de réussite autour de… 2,2 % ! Les dirigeants des laboratoires et de l’industrie pharmaceutique devraient tous aller en taule pour non assistance en personne en danger ayant entrainée la mort de millions de personnes, sans parler de la souffrance occasionnée.

mai 5, 2010

Une étude qui devrait faire du bruit. À condition bien sûr d’en parler… On apprend ainsi, que le taux moyen de succès des chimiothérapies tourne autour des 2,2 pour cent !

Un article de trois professeurs australiens est paru dans la revue Clinical Oncology, sous le titre : The contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies [1] .

Il étudie les données d’études cliniques avec chimiothérapie au cours des 20 dernières années en Australie et aux USA. Le résultat est tout simplement consternant. En ce qui concerne la survie au bout de 5 ans, et bien qu’en Australie seuls 2,3 % des patients tirent profit d’une chimiothérapie et qu’aux USA, il n’y en ait que 2,1 %, on continue malgré cela à proposer ces mêmes thérapies aux patients cancéreux. Au total, ce sont les données de 72 964 patients en Australie et de 154971 aux USA, tous traités par chimiothérapie, qui ont été étudiées. Ici, personne ne peut plus prétendre qu’il ne s’agit que des données de quelques patients et, par conséquent, « insignifiantes »…

Les auteurs s’interrogent, avec raison, sur le fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, ait dans le même temps connu un tel succès commercial. Et cela devient totalement incompréhensible, lorsque l’on considère, une par une, les différentes sortes de cancer. C’est ainsi qu’aux USA, depuis 1985, il y a eu exactement 0 % de progrès dans les cancers suivants:

Cancer du pancréas
Sarcome des parties molles
Mélanome
Cancer des ovaires de la Prostate
Cancer des reins
Cancer de la vessie
tumeurs cérébrales
Myélomes multiples.

Pour le cancer de la prostate, par exemple, rien qu’aux USA, 23.000 patients ont été analysés. Mais au vu des ” taux de succès “, on ne peut que constater : ils étaient de 1,4 % pour le cancer du sein, de 1,0 % pour le cancer de l’intestin, et de 0,7 % pour le cancer de l’estomac. Et ceci au bout de 20 années de recherches intensives dans le domaine de la chimiothérapie et l’investissement de milliards provenant de fonds pour la recherche et de dons faits aux grandes organisations pour le cancer. Logiquement, tout un chacun devrait maintenant changer sa façon de penser.

Mais à quelle réaction devons-nous nous attendre ? Tout porte à croire, que les pouvoirs publics continueront à affirmer sans la moindre retenue que « l’on a fait ce qu’il fallait» au cours des dernières décennies et que la recherche a englouti des milliards de dollars dans la bonne direction. Car dans le cas contraire, la perte de prestige serait immense et dévastatrice, et les conséquences économique et financière catastrophiques pour tous ceux qui vivent — et non meurent — du système ! Et tant pis pour le consommateur, pardon le patient, qui se trouve bien seul lorsqu’il n’a pas accès à l’information lui permettant de prendre conscience de cette autre réalité de la maladie, au moins autant physique que psychologique et spirituelle.

On trouvera sur le site http://www.cancerdecisions.com/ , les chiffres des effets cytotoxiques de la chimiothérapie sur les cinq années de survie. Ce qui est remarquable, c’est la similarité des resultants entre les deux pays ! A travers ces chiffres, on peut mesurer les conséquences de ces traitements, acceptés le plus souvent au prix de terribles souffrances, dans l’espoir ultime d’une guérison, en réalité bien illusoire.

Cette information a été diffusée dans la revue Univers Spirale n°55 du printemps 2009

” The contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies” de la revue Clinical Oncology ; 16 : 549-560. [↩]
source

Comme c’est grave si c’est vrai, j’avais déja entendu certains dire que la chimio ne servait à rien et que c’était nocif, mais la, avec 2,2 % d’efficacité c’est à dire RIEN, je me pose des questions.
Au fond de moi je sais que nos élites tiennent un système profondément inique, ils jouent tels des pervers avec les êtres humains, mais quand je suis confronté à une information, une donnée qui valide ce sentiment je suis quand même stupéfait, surtout quand c’est incroyable comme ces 2,2%.

Dpuis que j’ai vu Savants maudits, chercheurs exclus, Les guerrisseurs, la foi, la science ou dans un autre registre l’homme qui parle avec les plantes, dont voila un petit extrait :

Donc depuis que j’ai vu ces documentaires, j’ai pleinement pris conscience du monde quasiment satanique dans lequel nous vivons, quand on se rend compte qu’une vie saine et pure à tous les niveaux est possible mais que quelques dexasés nous font vivre dans la souffrance et la difficulté, ça fout les glandes, mais ça motive également à sortir le plus possible de ce système pour ne pas le cautionner et pour vivre mieux.

Je vous conseille d’acheter les trois tomes du livre  » savants maudits, chercheurs exclus  » il y a des dizaines de cas, c’est bien plus étoffé que le documentaire.

Regardez ce site, il y a des tas d’informations : http://www.retrouversonnord.be/Chimiotherapie.

La mémoire de l’eau, retrouvée par Luc Montagnier…

mars 8, 2010

Luc Montagnier, prix Nobel 2008 de médecine, a estimé qu’un vaccin thérapeutique du sida pourrait voir le jour dans « quatre ou cinq ans ». Une petite phrase et la presse s’emballe. Pourtant, en 2007, il avait annoncé quelques découvertes surprenantes qui tendaient à confirmer la théorie de la « mémoire de l’eau ». Mais la presse n’avait pas alors jugé utile de s’emballer… Un trou de mémoire, peut-être ?

Deux chercheurs aux destinées uniques

Le professeur français Luc Montagnier, à l’origine de la découverte du rétrovirus du sida il y a 25 ans, a reçu cette année la récompense ultime du prix Nobel de médecine, partagé avec Françoise Barré-Sinoussi. Une fierté nationale saluée comme telle. On utilise même son nom, aujourd’hui, pour justifier de la retraite à 70 ans. Respect. De l’autre côté de la force, Jacques Benveniste, biologiste et chercheur régulièrement cité dans les classements des plus grandes… arnaques scientifiques de l’histoire, au titre de sa découverte controversée de la « mémoire de l’eau ».

Quand la « mémoire de l’eau » refait surface

Quand le premier, porté aux nues, déclare qu’un vaccin thérapeutique du sida pourrait voir le jour dans « quatre ou cinq ans », la presse ne se prive pas de saturer les ondes pour diffuser la bonne nouvelle, tant il est vrai qu’il s’agit d’une annonce majeure. Mais pour faire bonne mesure, il faudrait aussi signaler une conférence au cours de laquelle ce même génie de la science avait rendu un hommage posthume très appuyé à son collègue banni et discrédité, en octobre 2007. Cet hommage, s’il n’a aucune valeur scientifique, prend une autre saveur lorsqu’on étudie le contenu de la conférence, particulièrement épicée en révélations : Luc Montagnier a en effet remis la « mémoire de l’eau » au goût du jour… Pas moins.

Cette conférence se tenait à Lugano (Suisse), le 27 octobre 2007. Et la première phrase de l’élocution de Montagnier est sans ambiguïté : « Cette conférence est un hommage à Jacques Benveniste, qui était un de mes collègues. Au début, je ne l’ai pas suivi dans ses percées tout à fait nouvelles mais il se trouve que mes travaux sur le virus du SIDA ont conduit à me rapprocher de ses idées ». Par la suite, il présente les résultats de ses travaux sur le virus du SIDA.

Des organismes à génération spontanée

Montagnier déclare (entre autres) qu’il a constaté que lorsque du sang infecté était filtré de telle façon que plus aucune bactérie ni virus ne pouvait subsister dans la solution, certaines structures vivantes réapparaissaient spontanément après une vingtaine de jours. Autre découverte aussi surprenante : ces bactéries et virus qui émettent des signaux électromagnétiques dans le milieu… alors qu’ils en ont été extraits ! Etonnantes, ces découvertes détaillées par la prix Nobel (voir les vidéos), qui lui font dire que « l’information génétique peut-être transmise de l’ADN à quelque chose qui est dans l’eau ». « Ceci est un pas de plus dans la science fiction. Je crois que Jacques Benveniste avait beaucoup d’idées très audacieuses. Moi, je suis un peu son tracé » a-t-il conclu.

Une science, deux chercheurs, trois possibilités

Il est curieux que les résultats de ces travaux n’aient jamais été relayés par la presse, pas plus que par la communauté scientifique. Peut-être attend-on de voir à quoi aboutiront finalement les recherches du professeur Montagnier. Mais si c’est le cas, pourquoi ne pas avoir fait preuve d’autant de prudence dans le cas Benveniste ? Un mystère sur lequel la science se penchera peut-être un jour…
http://www.lesmotsontunsens.com + vidéos

Cet article date de 2 ans, mais il est extrèmement interessant, je ne connais pas trop le sujet et je vais un peu plus me renseigner.

Regardez cela, c’est très sympa, je connaissais Masaru Emoto mais pas ce monsieur

Un jardin sans travailler le sol, TROP BON !!!!

février 21, 2010


Un jardin sans travail du sol(voir les liens ss la videos )
envoyé par lumierecomune. – Rencontrez plus de personnalités du web.

SUPER, C’EST EXCELLENT
Voila notre avenir, simplissité et efficacité, cela dans le respect de la nature, que demander de plus, copier cette vidéo et d’autres de la playlist, c’est important, un mythe de plus qui tombe, jardiner n’est pas difficile, tout le monde peut le faire et tendre vers l’autosuffisance.

Un carburant grâce au soleil !!!

janvier 29, 2010

La quête des alchimistes était de transformer le plomb en or. Avec du soleil, de l’eau et du CO2, les physiciens et chimistes modernes poursuivent un autre rêve: fabriquer en masse de nouveaux carburants… solaires. L’idée est ancienne, elle date de la fin des années 1970, mais elle fut quasiment abandonnée avec la baisse prolongée du prix de l’or noir. D’une grande élégance scientifique, le concept est à nouveau au premier plan de la recherche. La faisabilité technologique a non seulement été démontrée mais elle progresse à grands pas, comme en témoignent la littérature scientifique et les premiers résultats de laboratoire réalisés aux Etats-Unis, en Suède mais également en Suisse, notamment par les équipes du Paul Scherrer Institute (PSI) et de l’EPFZ.

Les chercheurs partent d’un constat: l’énergie solaire qui irradie la Terre est quasi infinie et permettrait de satisfaire tous les besoins de l’humanité, à condition de savoir la capter efficacement et la stocker sous une forme chimique facilement transportable. Pour la capter, les ingénieurs imaginent de grandes centrales solaires où l’on suit les rayons du soleil pour les reconcentrer sur une tour pour atteindre de très hautes températures (+1000 degrés C) et craquer les molécules d’eau dont on pourra extraire de l’hydrogène et de l’oxygène. Cette thermo-électrolyse se fait en deux étapes pour éviter la formation du couple hydrogène-oxygène, hautement explosif. Concrètement, dans la première chambre du réacteur (voir schéma) où se concentre le rayonnement solaire, de l’oxyde de zinc est réduit en zinc et en oxygène sous l’effet de la chaleur; puis, dans la seconde chambre, le zinc réagit avec l’eau, libérant de l’oxyde de zinc et de l’hydrogène. La boucle est bouclée: le réacteur dopé par le soleil opère la transmutation des éléments.

Le procédé, qui a été validé récemment par un prototype au PSI mis au point par l’équipe du professeur Aldo Steinfeld, permet de valoriser une autre ressource abondante dont l’humanité aimerait se débarrasser sans mettre en danger le climat: le CO2. Avec le même réacteur, il est possible de transformer le CO2 en monoxyde de carbone (CO), composé chimique qui, combiné avec de l’hydrogène, permet de produire un gaz de synthèse (syngas) hautement énergétique. A la seule différence près que l’on injecte du CO2 dans la seconde chambre du réacteur, à la place de l’eau. Une expérience pilote concluante vient d’être réalisée par les chercheurs du Sandia National Laboratories dans les entrailles d’un réacteur installé dans la Vallée de la Mort, à la frontière de la Californie et du Nevada. Cette expérience ouvre une voie prometteuse: le CO2 émis par les grandes centrales au charbon et au gaz pourrait être ainsi recyclé plusieurs fois en carburant solaire utilisable pour les voitures, en attendant l’arrivée de la filière hydrogène. Pour Aldo Steinfeld, de telles installations permettraient de réduire fortement les émissions de CO2 dans l’atmosphère et pourraient s’avérer nettement moins coûteuses que la séquestration du CO2 que l’on envisage de piéger dans les centrales pour le stocker à terme dans des couches terrestres imperméables.

Sur la route du tout hydrogène, l’utilisation du CO2 comme matériau de base pour produire un carburant solaire décarboné servirait d’étape intermédiaire pour enrichir énergétiquement les carburants fossiles classiques grâce à l’apport du soleil. A priori, on peut envisager de produire du gaz de synthèse, craquer du pétrole et du gaz, recombiner du biogaz, produire du méthanol, des composés chimiques solides, soit autant d’essences synthétiques qui permettraient de créer un pont technologique vers une production à grande échelle d’hydrogène dont l’émergence n’est annoncée que pour le milieu du siècle. Selon les premières évaluations, le recyclage du CO2 des centrales thermiques classiques dans une centaine de réacteurs solaires installés dans les déserts serait suffisant pour remplacer la totalité de l’essence consommée par les voitures améri caines. La mise au point de la technologie se heurte bien sûr à d’innombrables obstacles mais aucun ne semble insurmontable, à lire les chercheurs. Au PSI comme à Sandia National Laboratories, les chimistes et physiciens passent en revue tous les oxydes de métaux et autres céramiques qui permettraient d’augmenter les rendements de conversion et d’abaisser le niveau des températures requises pour assurer la transmutation du CO2 et craquer les molécules d’eau au sein de réacteurs qui, jusqu’ici, n’ont permis de produire que quelques centaines de litres d’essence solaire. Le PSI détient le record d’efficacité, soit 3% d’énergie solaire convertie en carburant. Pour des applications commerciales, les chercheurs estiment nécessaire d’atteindre un rendement supérieur à 20%. Un tel objectif, envisagé pour 2020, exigera des catalyseurs plus performants et une optimisation des concentrateurs solaires. Ces développements technologiques sont stratégiques. Plusieurs grands projets de centrales solaires thermiques classiques sont en cours de réalisation. Dotées de concentrateurs solaires, ces usines permettraient de stocker l’énergie solaire captée sous une forme chimique, notamment pour assurer une production électrique en continu. En fait, les chercheurs empruntent la même voie que les plantes, qui se nourrissent d’eau et de CO2 et les métabolisent en énergie chimique mais avec un rendement inférieur à 1%. Les ingénieurs ont aujourd’hui un allié de poids, la toute-puissance du soleil et un avocat scientifique, Steven Chu, Prix Nobel de physique, ministre de l’Energie de Barack Obama, convaincu que l’avenir des systèmes énergétiques sera fondé sur la bioénergie, l’alliance fertile entre la chimie, la physique et la biologie. Nous y sommes.
le temps

Stocker de l’énergie en se servant du soleil, c’est super, quand on pense à toutes ces technologies possible, cela donne le tournis, en même temps pourquoi chercher midi à 14 heures, quand il existe la fusion froide, les systèmes à la minato, ou l’énergie libre à la Tesla.
Bref, il vaut mieux produire de l’énergie grâce au soleil plutôt qu’avec du pétrole, du gaz, du nucléaire, ou même hydroélectrique, ça détruit les fleuves les barrages…

Davos: le chef de la sécurité se suicide

janvier 29, 2010

A la veille du lancement du Forum économique mondial de Davos, la nouvelle a de quoi surprendre. Le commandant de police en charge de la sécurité du sommet s’est suicidé à quelques heures de ce rendez-vous annuel du gotha économique et politique de la planète.

Le commandant de la police cantonale Markus Reinhardt « a été retrouvé mort ce (mardi) matin dans sa chambre d’hôtel », a indiqué dans un communiqué la police du canton des Grisons, dans le sud-est de la Suisse. « Tout indique qu’il s’agit d’un suicide », selon le communiqué.

« C’est une tragédie humaine », a commenté, des sanglots dans la voix, la conseillère d’Etat Barbara Janom Steiner, chef du département grison de la justice, de la sécurité et de la santé, citée par l’agence de presse suisse ATS. Par respect pour le défunt et sa famille, elle n’a pas voulu avancer de raisons qui auraient pu mener le policier à ce geste.

« Les mesures de sécurités restent intactes »

A la veille de l’ouverture du sommet, il a fallu trouver un remplaçant à Markus Reinhardt. La responsabilité de la sécurité durant le Forum économique mondial sera assumée par Marcel Suter, chef de l’état-major de la police cantonale.

« Les mesures de sécurité au sommet restent intactes », ajoute un porte-parole du gouvernement du canton des Grisons, sans donner plus de précisions sur les circonstances de la mort de Markus Reinhardt. Agé de 61 ans, il était à la tête de la police cantonale depuis 1984.
le figaro

Ma foi, qu’en penser, encore une histoire cheloud à mon avis, il avait du entendre ou voir un truc de dingue…

NOUVEAU: DELOCALISATION DES PRISONS CALIFORNIENNES

janvier 29, 2010

NOUVEAU: DELOCALISATION DES PRISONS CALIFORNIENNES
du 28 au 30 janvier 2010 : Alors là, bravo, il fallait y penser et surtout oser. Terminator est tellement ruiné, qu’il ne peut subvenir aux besoins des prisonniers. Donc, coup de génie: et pourquoi ne pas construire des prisons californiennes au Mexique ? Ca permet d’économiser un milliard de dollars en délocalisant! Euh.. ben oui, pourquoi pas ? Sauf que là aussi, la sous-traitance américaine et les emplois passent à l’as… « D’autant que 19.000 des 171.000 prisonniers sont des illégaux mexicains » nous dit le san francisco chronicle , les syndicat des gardiens de prison a apprécié. Bienvenue au XXIe siècle financier. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2010.

Trop bon, bientôt ils les enfermeront au Zimbabwé, ce sera encore moins cher, il est bien notre monde, hein ?

Un peu d’économie en lambeau

janvier 29, 2010

Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi l’adoption d’un plan d’austérité sur trois ans visant à économiser 50 milliards d’euros d’ici 2013 et à rentrer dans les clous du pacte de stabilité européen qui limite à 3% du PIB le déficit budgétaire des Etats membres.

Ce plan « supposera une économie d’environ 50 milliards d’euros », a déclaré la vice-présidente du gouvernement socialiste espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega, à l’issue du conseil hebdomadaire des ministres.
http://www.romandie.com/infos/news2/100129141354.dbjaqt9m.asp

et du coup

e gouvernement socialiste espagnol va proposer de retarder progressivement l\'âge légal de la retraite, a déclaré vendredi le ministre du Travail, confirmant les informations de presse selon lesquelles il serait porté à 67 ans contre 65 actuellement.

Sinon, je vous en ai parlé il y quelques jours :
La Chine, un signe avant-coureur de baisse boursière mondiale ?

Mais aujourd’hui, deux mois après que la Bourse chinoise a atteint son plus haut niveau, les actions américaines commencent à chanceler. Les investisseurs américains doivent-ils s’inquiéter ? « Oui », affirment les techniciens de la Bourse.

Comme l’a observé le spécialiste des options Jay Shartsis, « les marchés émergents importants que sont la Chine, la Russie et le Brésil ont déjà atteint leur plafond et depuis, ils baissent. Ils guident les tendances de notre marché, et ils ont chuté avant nous en mars dernier ».

Il faut bien le reconnaître, Shartsis tire son opinion de gribouillis affichés sur un écran d’ordinateur. Sa perspective pessimiste doit donc être facile à écarter. Malheureusement, les données du commerce du monde réel refusent de contredire ses gribouillis… surtout maintenant que la Banque centrale chinoise a serré la vis au processus de prêt.

▪ Des rumeurs ont commencé à circuler la semaine dernière, disant que les autorités chinoises imposeraient un « couvre-feu sur les prêts ». Et récemment, ces rumeurs se sont vérifiées.
http://www.la-chronique-agora.com/articles/20100129-2462.html

Quand la chine s’effondrera, le monde s’effondrera aussi, lol

Trop bon les vautours se sont jetés sur la dette grec, tu m’étonnes à quasiment 7%, y’a bon, sauf si y’a défaut, et il y aura défaut, c’est le plan.
La Grèce a placé sa dette souveraine. Tout le monde est soulagé, mais pas nous :

Nous pressentons une tragédie grecque plutôt qu’un conte de fées. On expliquait récemment dans le Financial Times que la Grèce « se débat pour placer sa dette ». Puis, un peu plus loin, on apprend que les cinq milliards d’émission ont été sursouscrits, avec quatre fois plus d’acheteurs que nécessaire. Sans avoir l’esprit spécialement tordu, avouez qu’il est étrange que les acheteurs se bousculent pour quelque chose qui se vend mal. Cherchez l’erreur…

▪ Les émissions dépassent l’épargne : étrange
Il faut rapprocher les émissions de dettes souveraines et les taux d’épargne. L’Europe, par exemple, va émettre cette année 2 200 milliards d’euros. Le PIB de la Zone euro est de 12 000 milliards d’euros. L’émission de dettes représente 18% du PIB. Parallèlement, le taux d’épargne est inférieur. En France il a atteint un taux record de 17%, le plus élevé depuis 1983. Mais en moyenne, il serait plutôt de 10% en Europe. Conclusion : l’épargne ne suffit pas à absorber les émissions obligataires. C’est pourquoi, la Grèce est contrainte d’envoyer des émissaires de Goldman Sachs pour placer sa dette en Chine.

▪ Les mystérieuses « sur-souscriptions »
Trois hypothèses sont possibles. Je vous livre d’abord la plus présentable. Les investisseurs délaissent les marchés actions et se tournent vers l’obligataire. Cela présage mal du comportement des Bourses en 2010, puisque tout l’argent disponible se tournerait vers l’obligataire.

Deuxième hypothèse : tout est absorbé par les réserves de change des pays émergents. La Chine se serait donc ruée sur la dette grecque dès que le taux l’aurait satisfaite. Avouez quand même que c’est peu crédible. Elle a déjà fort à faire pour éponger les émissions en dollar.

Troisième hypothèse : la monétisation de la dette (quantitative easing et rachat en sous main par les banques centrales des émissions) se poursuit à un rythme bien plus grave qu’on veut le dire.

▪ Les banques centrales « tricheraient » ?
Pourquoi la Fed refuse-t-elle un audit ? Pourquoi Fitch met-il en garde contre les risques de marché sur la dette à court terme ? Nous nous insurgeons contre l’idée fausse que les banques centrales maîtrisent leurs taux directeurs. Ce sont les acheteurs de dette qui vont fixer les taux longs et les taux courts devront suivre. C’est le prix à payer quand on vend sa dette à l’étranger.

Epargnants, vendez vos obligations souveraines ! Déjà plus de 6% en Grèce. A combien faudra-t-il monter pour que l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal et la France casent les leurs ? Que deviendra la vieille dette émise à des taux ridicules ?
http://www.la-chronique-agora.com/articles/20100129-2461.html
L’europe tangue, c’est marrant, 10% de chomeur au sein de l’europe, même en trichant, les records explosent

ça aussi c’est trop bon :
Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées – Winston Churchill

« Baisse du nombre de chômeurs en décembre », titre Le Figaro. Parfois, en lisant la presse, nous avons l’impression de lire la Pravda. Ou un manifeste d’optimisme béat à la solde du gouvernement – ce qui, en fait, revient au même.

Que découvre-t-on en lisant Le Figaro ? Que « le nombre d’inscrits en catégorie A, celle ‘de référence’, a diminué de 0,7% ». L’assurance et les promesses de Nicolas Sarkozy, « le chômage devrait reculer dans les semaines qui viennent », lundi dernier s’explique dans un grand alléluia.

Ce grand brassage de bonnes nouvelles suggérées, préparées, annoncées, nous fait immanquablement penser à la citation de Winston Churchill : « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées ».

ous le savez, les chiffres officiels du chômage ne prennent en compte qu’une petite partie de la réalité du chômage. Nous vous avons déjà longuement parlé de ces manoeuvres qui permettent de maintenir le taux de chômage sous les 10%. Et nous n’accusons pas seulement le gouvernement français de manipuler les statistiques. C’est une mauvaise manie partagée par tous les gouvernements. Les Américains ont leurs chômeurs découragés, la France a ses chômeurs en fin de droits. Et des taux de chômage réel entre 15% et 20% des deux côtés de l’Atlantique.

Nicolas Sarkozy arrivera peut-être à tenir ses promesses sur la baisse du chômage. Un million de chômeurs vont arriver en fin de droits en 2010. Un million de personnes vont donc se retrouver projeté dans la pauvreté avec un peu plus de 400 euros par mois pour vivre.

« Plus de 1,7 million de foyers ont touché le RSA en novembre », nous apprend Reuters. Si nous ne prenons en compte que le côté économique de cette réalité, cela signifie qu’une chose : que cette année près de 3 millions de personnes auront besoin du RSA pour survivre. Nous assistons à une réelle paupérisation de la population française, signe de plus que nous sommes dans une dépression.
http://www.moneyweek.fr/conseils/02711/statistiques-chomage-sarkozy.html

 » Nous assistons à une réelle paupérisation de la population française, signe de plus que nous sommes dans une dépression. » LOL, et wé…

Quelques liens.

janvier 29, 2010

http://www.agoravox.fr/rdv-de-l-agora/article/amiante-la-bombe-a-retardement-68912 des milliers de morts, et tout le monde savait que l’amiante était nocif

http://www.alterinfo.net/Des-corps-atypiques-en-orbite-autour-du-Soleil-et-de-la-Terre_a41891.html cheloud

http://www.romandie.com/ats/news/100128213713.100n4gi8.asp fusion thermonucléaire, j’aime bien les défis scientifiques, c’est juste bete qu’ils ne travaillent pas la fusion froide

Une équipe de chercheurs français vient de mettre au point une puce à ADN capable de détecter et d’identifier en 24 heures de nouveaux virus influenza A et leurs variants à partir d’un échantillon clinique

Le virus de la grippe aviaire a été détecté au sein d\'un élevage dans un kibboutz de la région nord d\'Israël, a indiqué aujourd\'hui un responsable du ministère israélien de la Santé.

Après avoir érigé, au nord, une clôture de sécurité le long de la frontière avec le Liban et la Syrie, puis un mur de béton armé sur la frontière avec Gaza, et enfin une autre barrière en Cisjordanie, les Israéliens vont installer une clôture de sécurité sur la frontière avec l\'Égypte.

Le Hamas va poursuivre Israël pour extraction illégale d\'organes sur les palestiniens

Le plafond de la dette américaine haussé à 14 294 milliards, c’est tellement simple…

janvier 28, 2010

Le Sénat américain a approuvé jeudi le relèvement du plafond de la dette américaine de 12 374 à 14 294 milliards de dollars, soit une hausse d’environ 1900 milliards.

Les sénateurs ont approuvé la mesure par 60 voix contre 39. La Chambre des représentants doit encore se prononcer sur le sujet, avant que le texte ne soit envoyé au président Barack Obama pour promulgation.

En décembre, le Sénat et la Chambre avaient déjà adopté un relèvement du plafond de la dette du pays de 290 milliards de dollars.

Cette manoeuvre est employée afin d’éviter que le fonctionnement du gouvernement américain ne soit entravé par son incapacité à emprunter davantage.

«Il est malheureux que le vote d’aujourd’hui pour augmenter la dette fédérale se soit avéré nécessaire. Mais le fait est que ces dettes représentent des obligations sur lesquelles notre gouvernement s’est déjà engagé», a écrit le sénateur Kent Conrad président de la commission du Budget dans un communiqué diffusé après le vote.

Ce vote intervient au lendemain du discours sur l’état de l’Union lors duquel le président Barack Obama a promis davantage de responsabilité budgétaire pour réduire le déficit américain qui atteint des records.

Le Bureau du budget du Congrès des États-Unis (CBO) a indiqué mardi qu’il tablait sur une baisse du déficit budgétaire américain dès l’exercice 2010, après le record atteint en 2009.

Le CBO a toutefois mis en garde contre l’accumulation des déficits et leur coût.

Pour l’exercice 2009-2010 (entamé le 1er octobre) le déficit budgétaire devrait atteindre 1.349 milliards de dollars, soit 9,2% du PIB, a indiqué le CBO, à quelques jours de la publication du projet de budget de la Maison Blanche pour l’exercice 2011, attendu pour le début du mois de février.

Le déficit budgétaire américain a atteint 1.416 milliards de dollars en 2008-2009 (exercice clos fin septembre), soit environ 10% du PIB, selon les chiffres du Trésor.
la presse affaire

C’est si simple d’endetter un pays tout entier.Un peu de corruption, de compromission, et bcp de renoncement.
Nos élites travaillent contre nous, dans des proportions tout juste pensable.
À qui profite le crime, qui sont ces banquiers internationaux qui profitent de l’intérêt, de quelles banques viennent ceux qui ont détruit les souverainetés économiques des pays occcidentaux ?
Même une grand mère israélienne le sait…