Le sud-coréen Daewoo Electronics passe sous pavillon iranien

Le groupe iranien Entekhab Industrial a pris le contrôle du groupe sud-coréen Daewoo Electronics pour 518 millions de dollars, selon une information de la presse iranienne confirmée dimanche à l’AFP par une source diplomatique à Téhéran.
Entekhab Industrial a « acheté Daewoo Electronics pour 518 millions de dollars », a indiqué dimanche le quotidien réformateur Shargh, précisant que ce groupe iranien était en concurrence avec le suédois Electrolux pour reprendre Daewoo Electronics, en difficulté depuis de nombreuses années.
Une source diplomatique a confirmé à l’AFP que « le contrat final a été signé il y a quelques jours, et le rachat par Entekhab est effectif ».
Entekhab Industrial, entreprise privée de taille moyenne, est basée à Ispahan (centre de l’Iran). Elle produit des appareils électroménagers comme réfrigérateurs, machines à laver, fours à micro-onde ou téléviseurs.
Daewoo Electronics, qui produit le même type d’équipements, est issu de l’éclatement en 1999 du conglomérat sud-coréen géant Daewoo, regroupant également des chantiers navals et un constructeur automobile.
Daewoo Electronics était depuis cette date sous le contrôle (à 97,5%) d’un consortium de ses banques créditrices. Un responsable de ce consortium a précisé à l’agence sud-coréenne Yonhap que la vente d’une « participation majoritaire » à Entekhab avait été signée le 8 novembre. L’opération sera effective après le règlement, dans les trois mois, du montant de la transaction qu’il a évaluée à 577,7 milliards de wons (511 millions de dollars).
Cette opération intervient alors que l’Iran est sous le coup de sévères sanctions économiques internationales pour son programme nucléaire controversé. Ces sanctions, doublées d’une forte pression américaine, ont entraîné depuis l’été le retrait d’Iran de sociétés comme le constructeur automobile Kia, ou la fermeture de la banque iranienne Mellat à Séoul, affectant les activité des quelque 2.000 entreprises sud-coréennes commerçant avec l’Iran.
Séoul a également imposé des restrictions aux investissements dans le secteur pétrolier et gazier iranien, ainsi que sur la réassurance des transactions entre les deux pays estimées à 9,7 milliards de dollars en 2009.
http://www.lesechos.fr

Sans les sanctions, l’Iran serait un acteur économique important, sa position stratégique acheverait d’en faire un maillon indispensable du commerce mondial.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :