La disponibilité des sous-marins nucléaires d’attaque est en dessous du « seuil critique »

Les six sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de la Marine nationale rencontrent de sérieux problèmes de disponibilité. Dans leur récents rapports parlementaires, Louis Giscard d’Estaing et Marguerite Lamour donnent les chiffres de disponiblité suivants :
2006 : 55%
2007 : 47,9%
2008 : 40,3%
2009 : 63%
2010 (premier semestre) : 52%

Pas génial ! D’autant que la Marine a modifié son mode de calcul en 2009. Louis Giscard d’Estaing explique ainsi que « la notion de disponibilité a évolué en 2009. Jusqu’à fin 2008, la mesure portait sur la « disponibilité technique » (DT) qui correspondant au volume de matériels disponibles rapporté à la totalité du parc [Six SNA, en l’occurence]. A partir de 2009, cette mesure a été remplacée par celle de la « disponibilité technique opérationnelle » (DTO) qui correspond au volume de matériels disponibles rapportés à un volume nécessaire pour assurer le contrat opérationnel ».

Interrogée par nos soins, la Marine n’a pas pu nous indiquer quel était ce « volume nécessaire » – une donnée, semble-t-il, couverte par le secret défense. Il faut dire que le calcul de la DTO est passablement compliqué : chacun des six SNA se voit attribuer un délai pour être opérationnel. Il peut aller d’un an (pour les entretiens de longue durée) à rien du tout, pour les sous-marins en mission à la mer. « Des bateaux en panne peuvent respecter le contrat opérationnel, s’ils peuvent être disponibles avant la date fixée par le contrat opérationnel », explique la Marine, qui reconnait que « c’est difficile à comprendre pour le grand public ».

La Marine fixe un seuil optimal de DTO (100%), difficilement atteignable, mais surtout un « seuil critique », à 60% pour les SNA. On est en dessous de ce seuil depuis le début de l’année, comme les années précédentes (avec d’autres modes de calcul), sauf en 2009. Le problème est que la situation ne devrait pas s’améliorer, bien au contraire.

Voici ce qu’écrit la députée Marguerite Lamour :  » Pour respecter les contraintes budgétaires imposées par le Loi de programmation militaire, le nouveau contrat SM2 pour le maintien en condition opérationnelle des SNA, entré en vigueur en 2010, prévoit un gel de neuf mois avant l’entrée en arrêt technique majeur de trois SNA sur la période 2010-14. En conséquence, durant cette période, la disponibilité des SNA (…) sera inférieure à celle de la période précédente ». On sera donc en dessous du dessous du seuil critique.

Et Louis Giscard d’Estaing : « Le retour d’expérience des retards survenus dans les arrêts techniques de l’année 2008 a permis d’améliorer notablement la disponibilité en 2009. En 2010, la disponibilité des SNA est réduite par la décision prise d’immobilsier chaque sous-marin neuf mois avant tout carénage de manière à les ménager ».

Cette réduction d’activité sera de l’ordre de 15%, a précisé le chef d’état-major de la Marine lors de son audition par les députés. L’amiral Pierre-François Forissier, lui-même sous-marinier, n’a d’ailleurs pas caché ses préoccupations quant à l’avneir des SNA de la classe Rubis : « Conçus pour servir pendant vingt-cinq ans, ils vont largement dépasser cet âge et nous devons les faire durer au moins trente-cinq ans, peut-être quarante. Nous n’avons pas beaucoup d’inquiétudes, compte tenu des normes retenuies à l’époque de leur construction, notamment en matière nucléaire. Nous devons cependant rester vigilants, car nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise. Le pari est raisonnable, mais nous n’avons pas toutes garanties qu’il sera gagné ».

Les SNA actuels doivent être remplacés par six sous-marins Barracuda. En attendant leur arrivée dans la flotte, la France devra sans doute se contenter de deux ou trois SNA en état de prendre la mer pour remplir leurs missions.
http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/

C’est honteux et cela prouve bien le peu d’intérêt prété à l’exercice et la sauvegarde de notre souveraineté et après on célèbre la mort de De Gaulle.
Un seul porte avion, et qui ne fonctionne pas, des sous marins à quai, des soldats sous équipés, des transall vieux de 40 ans , on se demande bien à quoi sert notre armée.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “La disponibilité des sous-marins nucléaires d’attaque est en dessous du « seuil critique »”

  1. Anonyme Says:

    vgkhhtgfihg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :