Sous Clinton, les codes nucléaires égarés pendant des mois, selon un général. Mais c’est quoi ce pays ?

Les codes ultra-secrets qui permettent au président des Etats-Unis de déclencher une frappe nucléaire ont disparu pendant « des mois » alors que le président Bill Clinton était à la Maison Blanche, écrit dans ses mémoires son ancien chef d’Etat-major.

Connus sous l’appellation familière du « biscuit », les codes permettant l’usage de l’arme nucléaire sont supposés être en permanence à la disposition du président et sont placés sous la responsabilité d’un de ses collaborateurs.

« A un moment sous l’administration Clinton –et à ce jour, à ma connaissance, ceci n’a jamais été révélé– les codes ont disparu pendant des mois », écrit le général à la retraite Hugh Shelton, dans ses mémoires qui viennent de paraître, sous le titre « Without Hesitation: The Odyssey of an American Warrior » (Sans hésitation: l’odyssée d’un guerrier américain ».

L’aide du président chargé de garder le « biscuit » –qui se présente comme carte digitale– l’a égaré en 2000, raconte le général, ex-chef de l’Etat-major interarmes.

Quand un responsable du Pentagone est venu le voir un jour à la Maison Blanche pour la confirmation des codes –une procédure de routine qui se déroule tous les mois– l’aide en question l’a congédie en lui assurant que le président Clinton les avaient en sa possession et qu’il était accupé par une réunion urgente.

« Ce petit jeu s’est poursuivi, sans que le président Clinton n’en soit informé, j’en suis sûr », poursuit le général, jusqu’au moment où il fallut remplacer les codes par un nouveau jeu, ce qui est fait tous les quatre mois.

« A ce moment-là, nous avons découvert que l’aide n’avait aucune idée de l’endroit où se trouvaient les anciens codes, parce qu’ils avaient disparu depuis des mois », révèle le général dans son livre.

« Le président ne les avait jamais eus, mais il pensait, j’en suis certain, que son aide les avait avec lui, ainsi qu’il était prévu », ajoute le général.

Le désastre découvert, le général Shelton s’est rué dans le bureau du secrétaire d’Etat à la Défense de l’époque, William Cohen, en lui lançant: « Vous n’allez pas le croire !.. »

Les procédures ont été modifiées après l’incident et la crainte de voir l’affaire révélée à la une de la presse ne s’est jamais matérialisée.

L’épisode démontre aux yeux du général qu’aucun système n’est à l’abri d’une erreur humaine: « Vous pouvez faire tout ce que vous voulez et croire que votre système est infaillible, quelqu’un trouvera toujours le moyen de le faire foirer d’une manière ou d’une autre ».

Un autre livre, publié plusieurs années auparavant, racontait un incident similaire, mais le datait de 1998 et du jour qui suivit la révélation du scandale Monica Lewinsky.

Son auteur, le lieutenant-colonel à la retraite Robert Patterson, assurait que Bill Clinton, et non son aide, avait perdu les codes.
http://www.romandie.com/

Bien évidement, il y a un cohen dans l’histoire, trève de plaisanterie, cette histoire défie l’entendement, je me demande même si c’est vrai, vu que clinton a été vilipendé comme personne par les cercles néo conservateurs, peut être est ce une manière de taper sur le démocrate obama, j’en sais rien, mais j’ai vraiment du mal à croire que les codes nucléaires aient pu être égarés, à la limite qu’ils aient été volés je veux bien quoique ce soit encore plus fou dans les conséquences.
Souvenons nous que le 11/09 les  » terroristes  » ont communiqué des codes de communications top secret, allez savoir si ces deux affaires ont un lien.
En fait les USA sont à la ramasse, ils se font piller de toutes parts, se font voler des technologies, les codes secrets nucléaires, je me demande comment ce pays tient encore debout, c’est extrèmement grave comme situation, ça veut dire que c’est une mafia qui dirige le pays.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 Réponses to “Sous Clinton, les codes nucléaires égarés pendant des mois, selon un général. Mais c’est quoi ce pays ?”

  1. Pierre Bourdon Says:

    C’est Monica Lewinski qui avait bouffé les codes.

  2. Sous Clinton, les codes nucléaires égarés pendant des mois, selon un général. Mais c’est quoi ce pays ? | Breve.fr Says:

    […] SHOAH PLANETAIRE […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :