La Chine publie le calendrier de son futur premier alunissage habité

Le calendrier du futur premier alunissage habité de la Chine, ainsi que du lancement d’une station spatiale, d’un laboratoire spatial et de sondes pour explorer Mars et Venus, a été annoncé par les scientifiques chinois le week end dernier.

Les analystes chinois ont cependant tenu à apaiser les inquiétudes qui sont nées de par le monde, selon lesquelles Beijing serait en train d’engager une course aux armements dans l’espace extra-atmosphérique, insistant sur le fait que les activités récentes et les missions futures n’ont été et ne seront conduites que dans un but scientifique et pour le bénéfice de l’humanité.

Lors d’une visite à la base spatiale de la Chine, située à Xi’an, dans la province du Sha’anxi, samedi, Yang Liwei, le premier astronaute chinois à avoir voyagé au-delà de l’atmosphère terrestre en 2003, a révélé les plans du lancement du premier laboratoire de l’espace non habité chinois, Tiangong-1, l’année prochaine, qui devrait réaliser le premier arrimage spatial non habité avec Shenzhou-8, une étape capitale vers la construction d’une station spatiale.

Tant le vaisseau spatial habité Shenzhou-9 que le vaisseau spatial non habité Shenzhou-10 seront lancés en 2012 pour s’arrimer avec le laboratoire spatial Tiangong, et d’ici 2020 environ, la Chine lancera sa première station spatiale orbitale, a dit M. Yang.

Dans le même temps, lors d’un forum sur l’ingénierie aérospatiale organisé jeudi dernier, Ye Peijian, Commandant en Chef du Programme Chang’e, mais également universitaire de l’Académie Chinoise des Sciences, a déclaré que le programme chinois de sonde lunaire, le premier pas du pays vers l’exploration de l’espace lointain, devrait tourner en orbite autour de la Lune, y atterrir et revenir sur terre d’ici 2020.

M. Ye a aussi proposé que la Chine fasse son premier alunissage humain en 2025, qu’elle lance une sonde vers Mars en 2013, et une autre vers Vénus en 2015.

« La Chine a la pleine capacité d’accomplir une exploration de Mars d’ici 2013 », a dit M. Ye.

Un peu plus tôt ce mois, Wu Weiren, l’ingénieur en chef qui supervise le programme chinois d’exploration lunaire, a également révélé que les travaux sur l’orbiteur lunaire Chang’e-2 étaient entrés dans l’étape de tests avant lancement, et qu’il ferait son premier vol d’essai avant la fin de cette année.

Chang’e procédera à un essai d’atterrissage en douceur, en préparation du lancement de Chang’e-3, qui est prévu pour 2013.

Le Projet Chang’e tient son nom d’une déesse de la mythologie chinoise qui déroba un élixir magique puis s’enfuit vers la Lune.

Les responsables du programme spatial chinois avaient auparavant déclaré que la mission Chang’e-2 serait lancée en octobre, aux alentours de la Fête de la Mi-automne (ou Fête de la Lune), qui est justement dédiée à la Déesse de la Lune Chang’e, mais aucune date précise n’a été donnée.

Ouyang Ziyuan, Scientifique en chef du projet d’orbiteur lunaire chinois, a déclaré au Global Times que le projet chinois de lancement d’une station spatiale en orbite vers 2020 était faisable, basé sur le développement des technologies aérospatiales et le succès des futures missions habitées.

Le programme spatial chinois est un grand défi pour les scientifiques et les techniciens, a dit M. Ouyang, ajoutant que la station spatiale sera de taille plutôt petite, comparée à la Station Spatiale Internationale, une collaboration conjointe entre seize pays, dont les Etats-Unis et la Russie.

Huang Hai, Professeur à l’Université d’Aéronautique et d’Astronautique de Beijing, a pour sa part déclaré au Global Times qu’une station spatiale était vitale pour les futures recherches scientifiques.

« Une station spatiale est une bonne plateforme pour un vaisseau spatial, et c’est aussi un laboratoire de recherche. C’est le but ultime de la technologie spatiale habitée », a dit M. Huang, ajoutant que le coût varierait en fonction de la taille de la station.

« La Chine construira une station plus petite, probablement pour 10 à 20 personnes, ce qui est abordable pour un seul pays », a-t-il dit.

Des craintes de course aux armements

Cependant, le programme spatial chinois semble avoir alimenté des spéculations, selon lesquelles il serait utilisé à des fins de surveillance militaire.

« L’Armée Populaire de Libération travaille depuis de nombreuses années sur des formes variées de programmes de guerre spatiale », a dit ainsi Larry Wortzel, Vice-président de la Commission Sino-américaine de Contrôle de la Sécurité et de l’Economie, dont les propos ont été rapportés par le journal américain Defense News.

Faisant référence aux récentes manoeuvres conduites par la Chine, qui apparemment comprenaient des opérations de rendez-vous entre le satellite Shijian-06F et le modèle lancé plus récemment, le Shijian-12, M. Wortzel a dit que que ce rendez-vous pourrait être une partie des efforts de la Chine pour développer des armes spatiales, « ou cela pourrait être totalement innocent, ou encore être un mélange des deux ? ».

Mais la Chine a précisé que le Shijian-12 était essentiellement utilisé à des fins de recherche scientifique, de surveillance de l’environnement et pour les télécommunications.

Weng Jingnong, Professeur à l’Université d’Aéronautique et d’Astronautique de Beijing, a déclaré au Global Times que la priorité du programme spatial de la Chine était de servir à un usage civil, dont la gestion des catastrophes et la protection de l’environnement. « Etant donné les fréquentes catastrophes naturelles qui ont touché la Chine ces dernières années, il est de plus en plus important d’utiliser la technologie spatiale pour surveiller les conditions météorologiques extrêmes », a-t-il dit.
Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Whaou, les chinois veulent construire une station spatiale tout seul !!!!!
Un chinois sur la lune dans 15 ans, à la vitesse ou ils vont, si il n’y a pas de gros problème, ils devraient y arriver.

Je trouve que cette phrase peut nous faire réfléchir :
 » Etant donné les fréquentes catastrophes naturelles qui ont touché la Chine ces dernières années, il est de plus en plus important d’utiliser la technologie spatiale pour surveiller les conditions météorologiques extrêmes  »

Les chinois chercheraient ils à pouvoir contrer les armes climatiques et ou spatiales US, selon moi il n’y a aucun doute.
Les chinois ne rigolent pas, ils se dévelopent à une vitesse ahurissante et ils ont intéret à faire vite, les montagnes d’argents qu’ils possèdent ne valant pas grand chose en réalité.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 Réponses to “La Chine publie le calendrier de son futur premier alunissage habité”

  1. hufschmid Says:

    Salut Fonzi,
    Tu dis: « Un chinois sur la lune dans 15 ans, à la vitesse ou ils vont, si il n’y a pas de gros problème, ils devraient y arriver. »
    Pourquoi dans 15 ans, alors que les Américains y sont allés (soit-disant du moins) il y a 40 ans!!! Regarde cette photo, et dis-moi ce que t’en penses:
    http://yfrog.com/n4vanallenj
    Et maintenant, un peu de rigolade:
    http://yfrog.com/mssingos12j
    http://yfrog.com/n0laissesj
    http://yfrog.com/n3singosj
    Bonne continuation à toi.

  2. hufschmid Says:

    Et puis comme je suis en forme ce soir:
    http://yfrog.com/17paster1j
    http://yfrog.com/0qartesj

  3. fonzibrain Says:

    franchement, à chaque fois je me prends des fous rire quand je vois tes photos, c’est vraiment excellent, j’adore ton humour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :