Nétanyahou veut la fin du conflit mais veut reprendre la colonisation et garder Jerusalem

Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a assuré vouloir mettre fin « une fois pour toutes » au conflit au Proche-Orient et appelé à défendre la paix contre ses ennemis, face au président palestinien Mahmoud Abbas qu’il a qualifié de « partenaire ».

Selon des extraits du discours que le premier ministre devait prononcer au dîner de la Maison Blanche prévu pour marquer la relance des pourparlers directs israélo-palestiniens, M. Netanyahu a dit vouloir « forger une paix sûre et durable entre Israël et les Palestiniens ». « Nous ne recherchons pas un bref interlude entre deux guerres. Nous ne recherchons pas un répit temporaire entre des accès de terreur. Nous recherchons une paix qui mettra fin au conflit une fois pour toutes », devait-il déclarer, selon ces extraits remis à l’avance à la presse.

S’adressant à M. Abbas, M. Nétanyahou devait déclarer: « Vous êtes mon partenaire pour la paix. Il dépend de nous de vivre l’un à côté de l’autre et l’un avec l’autre ». « Mais face à ses ennemis, la paix doit être défendue », devait ajouter le chef du gouvernement israélien, au lendemain d’un attentat du Hamas qui a coûté la vie à quatre colons juifs en Cisjordanie.
le figaro

mais

Tandis que les négociations directes avec les Palestiniens doivent reprendre jeudi, la délégation israélienne semble peu encline aux compromis.

Benjamin Netanyahu a prévenu la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, peu avant son arrivée à la maison Blanche, qu’il n’a pas l’intention de prolonger le gel de la colonisation juive en Cisjordanie qui expire à la fin du mois, a indiqué le bureau du Premier ministre israélien mercredi 1er septembre.

Lors d’une réunion avec Hillary Clinton, Benjamin Netanyahu a indiqué qu’il n’y avait « aucun changement quant à la décision du cabinet (israélien, ndlr) de mettre un terme au gel (partiel de la colonisation) à la fin du mois de septembre 2010 », selon le bureau du Premier ministre israélien.

Les Palestiniens ont indiqué que la reprise de la colonisation après le 26 septembre, date de la fin du moratoire de dix mois, mettrait fin aux négociations directes.

« Il est impossible de prendre la question des colonies en Cisjordanie -qui doit figurer dans l’accord final- et de l’étude des préconditions », a-t-il assuré. « Il n’y a donc aucune raison de se lever et d’abandonner les pourparlers à cause d’un dossier qui peut faire l’objet de discussions et auquel on peut trouver une solution dans le cadre d’un accord définitif », a conclu Benjamin Netanyahu.

Dans un entretien au New York Times publié mercredi, le président égyptien Hosni Moubarak a estimé qu’un « gel complet de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est est crucial pour le succès des négociations, à commencer par la prorogation du moratoire d’Israël sur la construction (…) qui expire ce mois ».

Jérusalem restera la « capitale indivisible d’Israël »

D’autre part, Jérusalem restera la « capitale indivisible d’Israël », a déclaré un peu plus tôt un responsable de la délégation du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, contredisant le ministre de la Défense Ehud Barak qui avait suggéré que les quartiers arabes pourraient revenir aux Palestiniens.

« La position du Premier ministre est que Jérusalem est une des questions clés qui seront sur la table lors des pourparlers » directs, a dit ce responsable sous couvert d’anonymat.

« Notre position est que Jérusalem restera la capitale indivisible d’Israël », a-t-il ajouté.

Mercredi matin, Ehud Barak avait expliqué au quotidien israélien Haaretz que le secteur de Jérusalem-Ouest et « 12 quartiers juifs » -des blocs de colonisation où sont installés 200.000 Israéliens- à Jérusalem-Est, à majorité arabe, resteraient entre les mains de l’Etat hébreu. En revanche, « les quartiers arabes où vivent près d’un quart de million de Palestiniens seront à eux ».

Le porte-parole de la diplomatie américaine Philip Crowley avait réagi aux déclarations du ministre de la Défense israélien en indiquant que les Etats-Unis « se réjouissent d’écouter les idées d’Israël lors des pourparlers directs ».

« Climat pessimiste »

De son côté, le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, a estimé que la reprise des négociations directes entre Israël et les Palestiniens se faisait dans un climat « pessimiste ».

« Nombreux sont ceux qui sont pessimistes quant au résultat de ces négociations », a déclaré Amr Moussa, cité par l’agence officielle égyptienne Mena.

Amr Moussa a ajouté que le comité spécialisé de la Ligue arabe qui suit ce dossier pourrait être amené à se réunir dans les prochaines semaines « pour évaluer la situation ».

Les négociations directes entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas doivent reprendre formellement jeudi à Washington. Les discussions entre Israéliens et Palestiniens avaient cessé fin 2008, avec l’offensive israélienne sur Gaza.
nouvel obs

Vous allez voir qu’on va dire que c’est à cause des palestiniens et du Hamas que les discussions ont échoué.
Bibi se fout de la gueule du monde, ces discussions sont surréaliste quand on y pense puisque personne ne veut la paix, ça sent la guerre et la manipulation à plein nez.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “Nétanyahou veut la fin du conflit mais veut reprendre la colonisation et garder Jerusalem”

  1. tueursnet Says:

    Dédiabolisons la haine mister Président !

    Le conflit au Proche Orient ne se réduit pas à une lutte acharnée entre l’amour et la haine, mais à une lutte charnelle entre la haine et la haine. Chacun réclamant pour sa part, une maison, une terre, une nation… non pour exister mais pour détester, exprimer son droit de mettre l’autre de côté… de l’autre côté…
    Ce n’est pas très compliqué : il s’agit d’élever un mur entre mon jardin et celui de mon voisin mais comme c’est moi qui suis la mieux située, je le priverai ainsi de voir le soleil fleurir son jardin et l’empêcherai du même coup d’avoir un œil sur la taille de mon rosier.
    Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il m’a fait ?
    Rien ou plutôt si, pour que j’existe un peu plus, il faut qu’il existe un peu moins. Pour que je me réjouisse un peu plus, il faut qu’il réussisse un peu moins…
    Et inversement proportionnel ! Que voulez-vous, le réel est irrationnel.
    C’est dans mon cerveau reptilien et je n’y peux rien… j’ai besoin de haïr…
    Jérusalem, terre d’amour, une et indivisible… c’est tellement vrai… c’est tellement faux… parce que la division n’est pas au cœur de la cité mais au cœur de l’homme… sa part d’ombre… ce n’est pas péjoratif. C’est ce qui le protège des coups de soleil intempestifs…
    Avant de diviniser l’amour mister président, dédiabolisons la haine… laissons-leur le droit de se haïr… ils finiront peut-être par s’aimer.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20du%20Proche%20Orient

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :