Archive for septembre 2010

9/11: Israel’s Grand Deception

septembre 29, 2010

When an event occurs that changes the dynamics of the geopolitical spectrum, there is only one question that needs to be asked, no matter what kind of information is being force-fed to the public by the Zionist media: Who does this event benefit? The answer to this question is always: The Zionist elite. The official story presented to the masses in the laughable (and criminally false) 9/11 Commission Report, overseen by Zionist Philip Zelikow, is so dubious and so nonsensical in its arrogance, it is truly amazing that the story was swallowed by the world’s population as truth to begin with. It doesn’t take a scientist, an architect, or an engineer to determine that something else other than planes brought down the Twin Towers and Building 7 at free fall speed on that infamous day. Al Qaeda, Arabic for “The Base” because it was the CIA’s base of operations in Afghanistan, was not behind the September Eleventh attacks, the Mossad and its Zionist criminal network were. Wake up.

Shocking Prediction or Evidence of Planning?

On September 23, 1979, a very disturbing interview took place between Zionist Michael D. Evans and founder of the Mossad, Isser Harel. Evans asked the former director of the Mossad if (Islamic) terrorism will eventually come to America. Harel proceeds to tell the American Zionist that terrorism will indeed come to the United States, the attack will take place in New York City and it will be on its tallest building (1). Isser Harel was asked to step down from his post as Mossad chief by the architect of Al Nakbah and notorious racist David Ben Gurion because his terrorist tactics were drawing too much attention to the Zionist State. Harel was behind the failed Lavon Affair of 1954, in which Egyptian-Israeli agents placed bombs inside British, American and Egyptian targets hoping Muslim groups would be blamed, and Western relations with Egypt would be irrevocably damaged. He was also responsible for ‘Operation Damocles’ which left scores of German scientists, writers, and public officials dead under the guise of Nazi-hunting (2). After his resignation and subsequent ‘retirement,’ Harel remained involved with Mossad, serving as a consultant and advisor to the terrorist agency before it released any information to the public (3).

Harel’s Hand Surfaces Again

Avraham Bendor, former head of Shin Bet, and Peter Zvi Malkin, agents that worked with Harel since he founded Mossad, gained control of the World Trade Center’s security through an agreement with the Port Authority of New York and New Jersey in 1987. The name of the company was Atwell Security of Tel Aviv, a subsidiary of Eisenberg Group, owned by Israeli tycoon and Mossad-connected arms dealer, Shaul Eisenberg. The agreement was terminated shortly thereafter for what Edward J. O’Sullivan, the Port Authority’s Director of Special Plans, called “a lack of satisfaction.” The executive director of the Port Authority at the time, who exerted the pressure on O’Sullivan, was Stephen Berger, who has deep connections with other criminals in the Zionist network behind the 9/11 attacks, including Larry Silverstein, the current leaseholder of the World Trade Center (4). It is illogical to believe that the executive director of the Port Authority, a Zionist himself, would hire an Israeli company directly connected to Mossad for World Trade Center security, then terminate the agreement for something as vague as ‘lack of satisfaction.’ It is logical however, when considering the facts that will be uniformly laid out later in this article, this agreement was initiated and kept in place just long enough, for blueprints and intelligence to be gathered for what was being planned by Mossad for the future.

The False Flag of 1993

Ramzi Yousef wasn’t the mastermind of the failed attack of February 26, 1993 just like Osama Bin Laden wasn’t the mastermind of the 9/11 operation. Yousef and his co-conspirators were trained in the art of bomb-making by high-ranking officials in the FBI. Not only was the FBI aware of the bomb that killed 6 people and injured 1,042, it supervised the process and had dealings with members of Yousef’s group as early as 1991 (5). Ahmad Ajaj, a Palestinian who was imprisoned in connection with the ‘93 bombing, was exposed by investigative reporter Robert Friedman as a Mossad agent who was trained in an Israeli prison. It was Ajaj who was portrayed by the Zionist media as the ‘author’ of Al-Qaeda terrorist manuals based on information received by the FBI. This was a Mossad PSYOP to establish Ajaj as a ‘legitimate’ activist amongst Palestinians (6). Tridata Corporation, a subsidiary of Systems Planning Corporation, owned by PNAC member and dual Israeli-American citizen Rabbi Dov Zakheim, was granted the contract to oversee the investigation which commenced after the botched bombing, and gained valuable intelligence with its unlimited access to the World Trade Center (7). Dov Zakheim would play a major role in the 9/11 attack and its cover-up.

Project For A New American Century (PNAC)

In 1997, two neoconservative Zionist commentators, William Kristol and Robert Kagan founded an ultra-aggressive, militaristic think tank which developed and studied ideas that would expand America’s hegemonic dominion over the globe, in association with emphasizing the necessity of strong relations with the Zionist regime. Named “Project for the New American Century,” it was the single most influential entity in the policy-making decisions of the murderous Bush administration, with many of its members actually serving in the administration. In September of 2000, PNAC released a document entitled “Rebuilding America’s Defenses: Strategies, Forces, and Resources For a New Century” which discussed the removal of Saddam Hussein and the total destruction of Iraq as a nation due to its threat to Israel, and suggested America would need to “fight and decisively win multiple, simultaneous major theater wars” to further establish its dominance in the Middle East (8). The most disturbing part of the document however, came with its call for a New Pearl Harbor, “the process of transformation is likely to be a long one, absent some catastrophic catalyzing event — like a New Pearl Harbor.” Nobody can deny 9/11 served that exact purpose, galvanizing the American masses behind illegal wars and genocides against Afghanistan and Iraq, all in the name of American patriotism.

Members Of PNAC

The authors of Rebuilding America’s Defenses (RAD) were credited as Zionists Donald Kagan (Robert Kagan’s father) and Gary Schmitt, but contributions were provided by many of its elite Zionist members including: Gary Bauer, Robert Bernstein, US Ambassador to the UN John Bolton, Rudy Boschwitz, former CIA agent William F. Buckley Jr., Frank Carlucci (CIA murderer of Prime Minister of the Congo Patrice Lemumba), war criminal Vice President Dick Cheney, Eliot Cohen, David Epstein, Frank Gaffney, Aaron Friedberg, Charles Krauthammer, aid to the Vice President Lewis “Scooter” Libby, Lewish Lehrman, Martin Peretz, Richard Perle (who was pegged by the FBI for spying for Israel in the 1970s, but never prosecuted), Norman Podhoretz, AIPAC official Stephen Rosen, war criminal Secretary of Defense Donald Rumsfeld, Randy Scheunemann, Pentagon official Abram Shulsky, architect of the first genocide against Iraq Stephen Solarz, Caspar Weinberger, architect of the second genocide against Iraq Paul Wolfowitz, Heritage Foundation Director Larry Wortzel, and Rabbi Dov Zakheim (9). All of these men played their role in the orchestration of the tragic events on 9/11, whether it was the planning, the propagation of the mythologically false Zionist media-enforced official story, or the aftermath with the illegal military occupations overseas. RAD can easily be found by placing the title into any Internet search engine.

Lies, Myths and Propaganda Of The Official Story

Any independent investigation into the events leading up to, occurring during, and following 9/11 will automatically lead to being labeled with the inflammatory and degrading title of “conspiracy theorist.” However, a closer look at the evidence proves it is the ludicrous official story that is the only real conspiracy theory. What the Zionist media has led the masses to believe is that 19 Muslim men, under orders of mastermind Osama Bin Laden, with funding from various Muslim charities that were fronts for terrorist operations, hijacked 4 planes with box cutters, bypassed the $400 billion air defense system of the United States, flew the planes into the Twin Towers and The Pentagon with another plane going down in Shanksville, Pennsylvania; the Twin Towers then collapsed followed by Building 7 (which wasn’t struck by a plane, but collapsed anyway) several hours later; despite the US government knowing absolutely nothing about the attacks, it knew who the hijackers were, who plotted the operation, where they were hiding, and how they carried out the terror in a matter of hours though no formal investigation was conducted. That is the actual, literal, widely-accepted mainstream theory. And it is pathetic.

There were no Arabic/Islamic names on the passenger lists released by United Airlines and American Airlines (10), so where did the Muslim men come from? At least 8 of the men which are said to be the suicidal hijackers by the FBI, are actually alive and well in various countries (11). Osama Bin Laden, whose name has been used to justify a genocidal occupation in Afghanistan that has claimed hundreds of thousands of innocent lives, is dead. It’s been a known fact worldwide that he’s dead for 9 years and it’s even been reported (perhaps out of intentional arrogance) by Mossad (12). Osama Bin Laden worked for the CIA under the name of Tim Osman and had numerous personal and financial ventures with the Bush crime family and the corrupt Saudi regime, extracting funds from both of them and taking orders from US intelligence until his death at the very end of 2001. If the CIA ever had any intention of arresting Bin Laden to begin with, they would’ve done so when Bin Laden met with CIA officials in Dubai just two months before 9/11 (13). All of the reports for Muslim charities funding terror, the Al Qaeda videos, and the Bin Laden recordings have all been the work of two Mossad-connected contractors. The Intel Center is run by Mossad agent Ben Venzke, and is notorious for releasing videos of an ‘Al-Qaeda’ operative named Adam Yahiye Gadahn, whose real name has been revealed as Adam Pearlman; he is the grandson of a former director of Israel’s propaganda arm, the ADL of B’nai B’rith (14). SITE Intelligence Group, founded by former IOF soldier Rita Katz, is the major provider of intelligence on ‘Islamic terror groups,’ not just for the Zionist media, but the government’s agencies as well (15).

The multi-layered, extremely advanced air defense system of the US along with the F-16 responses to any foreign activity in restricted airspace were rendered ineffective due to three main factors. The first factor, was Vice President Cheney issuing stand-down orders from the Presidential Emergency Operations Center (16). The second factor was the multiple war game exercises being conducted by the American military to deter the attention of the response from the actual attack (17). And the final factor, perhaps the most important and most damning piece of evidence, is the subversion of US government computer networks by a company called P-Tech, controlled by yet another Mossad agent named Michael Goff. Goff’s father and grandfather were deeply involved in Zionist activities as their initiation into the B’nai B’rith Commonwealth Lodge in Worcester, Massachusetts confirms (18). Flight 93, which was the subject of the romanticized Hollywood film “United 93, » entirely written and produced by Zionists (Kate Solomon, Lloyd Levin, Paul Greengrass, Eric Fellner, Liza Chasin, Michael Bronner, Tim Bevan and Mairi Bett), did not crash into a field in Pennsylvania. It landed at Cleveland Hopkins Airport as was reported by local media on 9/11 (19). The only plane that hit the Pentagon was an unmanned global hawk, and there is eyewitness testimony to substantiate this revelation (20).

A 32-story Spanish skyscraper, the Windsor building, burned for 24 hours but remained standing. The idea of buildings collapsing from fire is absolutely asinine. It has never happened in the history of modern architecture. 1,277 verified architectural and engineering professionals have already signed a petition demanding a reopening of the 9/11 investigation due to the illegitimacy of the mechanics in the official story. Professor Steven Jones of BYU discovered thermate and thermite (extremely destructive chemicals used in explosives) in samples he collected from Ground Zero, exposing the truth of a controlled demolition (21). Ultra-Zionist Larry Silverstein, leaseholder of the Twin Towers and chief asset in the Mossad operation on 9/11, raised the eyebrows of many during an interview with PBS in September of 2002, “I remember getting a call from the, er, fire department commander, telling me that they were not sure they were going to be able to contain the fire, and I said, ‘We’ve had such terrible loss of life, maybe the smartest thing to do is pull it.’ And they made that decision to pull and we watched the building collapse (22).” ‘Pull it’ is common terminology used before the demolition of a building. Silverstein had much to gain from the destruction of the Twin Towers, and even more to gain with the destruction of Building 7, which went down at 5:20 p.m. though it wasn’t struck by a plane. If there wasn’t anything questionable about the collapse, why wasn’t it mentioned in Zionist Zelikow’s distorted 9/11 Commission Report?

Privatization, Insider Trading and Profiteering

On July 23, 2001, Zionist Lewis Eisenberg, a prominent member of the pro-Israel Lobby, and the head of the Port Authority at the time, finalized the deal that would privatize the World Trade Center for the first time in its history (23). Ronald Lauder, of the notorious Zionist company Estee Lauder Cosmetics, is a major player in the pro-Israel Lobby, boasting active membership in the Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations, World Jewish Congress, Jewish National Fund, American Jewish Joint Distribution Committee, Abraham Fund, Jewish Theological Seminary, and the ADL of B’nai B’rith. He also donated a school named after him, The Lauder School of Government, Diplomacy and Strategy to the Interdisciplinary Center of Herzliya, a Mossad training ground. Lauder was the chairman of two organizations, the New York State Commission of Privatization and the New York State Research Council on Privatization, that introduced the concept of privatization to the Port Authority, and aggressively lobbied for it after the introduction (24).

The new leaseholders were United Jewish Appeal board member, ultra-Zionist Larry Silverstein, and former Haganah terrorist and Golani Brigade Commando, billionaire Frank Lowy, whose mall conglomerate Westfield America was guaranteed 427,000 square feet of retail floor space. Eisenberg, Lauder, Lowy and Silverstein all had close, friendly ties with Benjamin Netanyahu, Ehud Barak, and Ariel Sharon; Silverstein even had phone conversations with the current Zionist entity prime minister every Sunday (25). An anti-terrorism insurance contract was established with Swiss Re Insurance which would pay out $3.5 billion for a single terrorist attack, and an additional payment of the same amount for two terrorist attacks, hence why the Solomon Brothers Building, better known as Building 7 was destroyed. Silverstein adopted this policy six weeks before 9/11 (26). Silverstein’s battle with the insurance company was eventually decided in his favor by Zionist Judge Michael Mukasey, who determined the planes crashing into the Twin Towers constituted multiple terror attacks, and the fate of Building 7 wasn’t necessary for the ruling (27). Mukasey would play a crucial role in discharging the Mossad agents captured on 9/11, and would later go on to become Attorney General for war criminal George W. Bush’s administration (28).

Between August 26th and September 11th 2001, a group of financial speculators identified as Israeli citizens by the SEC, short sold 38 stocks and purchased put options in mass on Merrill Lynch, Morgan Stanley, AIG, Swiss Re and Munich Re Insurance, United Airlines and American Airlines. All of these companies were directly involved with the 9/11 attacks. The Israeli speculators were never investigated any further, and they were most certainly not arrested (29). 70,000 tons of World Trade Center steel were shipped to China and India for $120 a ton. The purchaser of the scrap was Metals Management, owned by Zionist Alan D. Ratner (30). It is no coincidence that Zionist Michael Bloomberg (31), became mayor of New York right after the 9/11 assault. One of his first acts as mayor was to cover up AIG CEO and Zionist criminal Maurice Greenberg’s put option scam through Bear Stearns and Swiss Re Insurance (32). It was Bloomberg that awarded the clean-up contract to Ratner’s company so the steel would be disposed of and prevent its examination by NIST, which was controlled by yet another Zionist, Stephen Cauffman (33), the ‘Leader of the Structures Group of the Materials and Construction Research Division’ according to the official NIST website.

John O’Neil: Sabotaged And Murdered

His name is one not known by the majority of the American people, but John P. O’Neil knew more about Tim Osman (Bin Laden) than any other person in the world. He became the FBI’s counter-terrorism chief in 1995 and quickly rose through the ranks. Because of his unorthodox investigative methods, and a tendency to go against protocol, it didn’t take long for John O’Neil to come into direct conflict with his superiors. The FBI higher-ups continuously blocked O’Neil from digging deeper into the ‘Al Qaeda’ network, starting with the bombing of Khobar Towers in Saudi Arabia (34). It is of extreme significance to note, that the Zionist entity typically and erroneously blamed the attack on Khobar Towers on Hezbollah, the Lebanese Resistance movement. The same type of military grade explosives used in the truck bomb at Khobar Towers, was used in the 1983 marine barracks bombing in Lebanon and the assassination of former Lebanese Prime Minister Rafik Hariri. These two incidents were also blamed on Hezbollah by the usurping Zionist regime. The marine barracks bombing has now been linked to Israel by former Mossad agent Victor Ostrovsky (35), and the assassination of Hariri has been extensively exposed as an Israeli operation by Hezbollah Secretary General, his eminence, Sayyed Hassan Nasrallah (36).

After the bombings of the US embassies in Nairobi and Tanzania, which are now also linked to CIA and Mossad (37), John O’Neil was eager to be involved in the investigation due to the so-called Al Qaeda fingerprints on the attack. The ‘superiors’ in Washington had a severe dislike for O’Neil however, and the NY FBI office where O’Neil worked was left out of the loop. This jaded O’Neil even further, and in October of 2000, the beginning of the end came for O’Neil when he came into conflict with Zionist Ambassador Barbara Bodine over the USS Cole bombing. O’Neil suspected the truth of the matter was larger than he ever imagined, and that Al Qaeda may not be the main culprit (38). Bodine received her orders to undermine O’Neil’s team by Zionist Secretary of State Madeline Albright, the fervent defender of the genocidal sanctions against Iraq. A former CIA agent echoed O’Neil’s suspicions when he said O’Neil and his team were kicked out of Yemen because they were getting close to uncovering that the US Navy ship wasn’t bombed by Al Qaeda, but an Israeli cruise missile launched from a Zionist Dolphin-class submarine (39).
O’Neil would return home to the United States frustrated, 20 pounds lighter and in doubt of his future in the intelligence community. He continued investigating the USS Cole bombing, but was ordered to cease and desist when the FBI pulled out of Yemen.

Less than a month before the September 11th attacks, John O’Neil was forced to step down from his position as counter-terrorism chief of the FBI due to pressure from the Bush administration and a smear campaign from his FBI bosses (40). He was approached by Zionist Jerome Hauer of Kroll Inc. founded by Zionist Jules B. Kroll immediately after he reluctantly resigned from the FBI. Kroll had gained control of the World Trade Center’s security after the 1993 false flag attack, and it became a wholly owned subsidiary of Marsh-McLennan Companies and AIG, owned by aforementioned Zionist 9/11 accomplice Maurice Greenberg, and later his son, Jeffrey Greenberg. The family of Jerome Hauer had deep Zionist fund-raising roots in New York’s Jewish community, and Hauer himself was very close with Larry Silverstein. Hauer was responsible for placing the Office of Emergency Management inside Building 7, much to the dismay of the NYPD. Classified information linking the CIA and the Zionist companies that profited from insider trading were located in this office (41).

The younger brother of George W. Bush, Marvin Bush, was a director of the other firm with a security contract for the Twin Towers called Securacom, later known as Stratasec from 1993 until 2000. A year before Bush stepped down, his cousin, Wirt D. Walker III became Stratasec CEO (42). Kroll and Securacom were behind the mysterious power-down the weekend prior to 9/11 where masked men entered the Towers with excessively large amounts of wire that they claimed would be used for rerouting internet cables (43). Though Larry Silverstein had breakfast in the ‘Windows on the World’ restaurant on the 107th Floor of the North Tower every morning (44), he was conveniently absent that fateful morning. Jerome Hauer, Maurice Greenberg and his son, Marvin Bush and Wirt Walker, Jules Kroll, Frank Lowy, Ronald Lauder and several other key Zionist assets in the Mossad operation were not present in the World Trade Center on 9/11. John O’Neil however, went to work like it was a regular day. The former FBI counter-terrorism chief died in the World Trade Center. Due to the affiliations of the Zionist personalities involved in smearing him and hiring him as a consultant with Kroll, it would appear O’Neil was murdered.

Re-Enter Zakheim And Lauder

Israel is the pioneer of drone technology like remote-controlled planes and armored assault vehicles, and has made billions off of video game style murder in occupied Palestine, occupied Kashmir, occupied Iraq, and Lebanon (45). Remote-controlled vehicles are not something out of a sci-fi film, they are an everyday reality, being used by oppressive regimes worldwide to terrorize civilian populations. Rabbi Dov Zakheim, the owner of a company that produced such technology, was also Pentagon comptroller from 2001-2004. Zakehim was in charge of the Department of Defense’s flow of money and on the day before 9/11/01, war criminal Donald Rumsfeld announced that $2.3 trillion had vanished. By the time Zakheim stepped down, another trillion dollars had gone missing, totaling $3.3 trillion that seemingly couldn’t be accounted for. But when the Zionist entity received a weapons package in the form of a military surplus from Bush’s neo-conservative Zionist administration, including a fleet of F-16 and F-15 fight jets, it was none other than Zakheim who negotiated the deal. These new planes would be used in brutal Israeli genocides inflicted against Lebanon in 2006 and Gaza in 2008-09 (46).

The name of Zakheim’s aforesaid company is Systems Planning Corporation (SPC), a defense contractor that specialized in new age warfare, and specifically, the implementation of remote control software into military aircraft. SPC manufactures a Flight Termination System (FTS) equipped with long range transmitters, which allows a flight to be hijacked and controlled at any time. Shortly before 9/11, Zakheim’s SPC contracted with an air force base in Florida to test the FTS on at least 32 Boeing 767 aircraft, as part of a tanker deal between Boeing and the Pentagon. Boeing, according to an overview on its website, has had a working relationship with the Zionist entity for over 60 years. Zakheim’s company reformatted the planes with several key parts, and it is explicitly crucial to note, Flight 175 which struck the South Tower and Flight 11 which struck the North Tower, were both 767s. In photos of the remains of Flight 175, there is an object under the fuselage that sharply resembles SPC’s FTS. Comparing the pictures of the demolished ‘hijacked’ airplanes and the tankers on SPC’s website, it is impossible to ignore the likelihood that the airliners were actually Zakheim’s refitted, reformatted Pentagon-Boeing tankers (47).

Ronald Lauder, the chairman of the New York State Commission of Privatization and the New York State Research Council on Privatization, wrote a book in 1992 called “Privatization for New York: Competing for a Better Future.” In 1994, Zionist Lauder suggested to New York Governor George Pataki, whom he had given excessive donations to (48), that privatizing airports would bring in huge revenue for New York. Pataki, intrigued by the idea, commissioned Lauder to bring his ambitious proposal to life. Lauder had his sights set on Stewart Airport in Newburgh, New York. On March 31st, 2000, Lauder vaunted that New York became the first state in the nation to privatize a commercial airport, awarding the contract to UK-based National Express Group, which at the time, was owned by Zionist William Rollason (49). Stewart Airport, is where the paths of Flight 175 and Flight 11 oddly and chillingly converged on 9/11 (50).

No Arab names on the passenger lists. The suicide hijackers turning up alive. The erratic flight paths of the airliners that became frighteningly precise before impact. The so-called hijackers who were exceptionally poor pilots, though described as excellent by the Zionist media (51). Rabbi Zakheim’s corporation that produces Flight Termination Systems, along with the strange events surrounding him immediately before and after 9/11. Flight 11 flying directly into the secure computer room in the North Tower of Marsh-McLennan Company/Kroll, the company of Zionist partners Jules Kroll and Maurice Greenberg (52). Mass murderer Netanyahu, who was in New York City on 9/11, stating the attacks benefitted Israel and swung American opinion in the favor of the Zionist entity (53). Dulles, Newark, and Logan airport security being controlled by a single Israeli company, ICTS/Huntleigh, owned by former Shin Bet agents Menachem Atzmon and Ezra Harel. ICTS never being questioned by the 9/11 Commission (54). Ronald Lauder’s privatization exploits. When a coincidence turns into a string of coincidences, it ceases to be a string of coincidences, and it becomes a pattern. In the case of 9/11, there is an undeniable pattern of criminal Zionist involvement.

Michael Chertoff: Savior Of The Israeli Spy Ring

One of the more telling anomalies on September 11th were the seismic spikes recorded by Columbia University’s Lamont-Doherty Earth Observatory just prior to the collapse of the Twin Towers (55). Combine this with the hundreds of eyewitness accounts (many of them New York firefighters) that state they heard explosions resembling bombs detonating before the collapse of the Towers (56), in addition to the piles of molten metal found in the footprint of where the Towers once stood, burning at temperatures that jet fuel at its hottest cannot produce (57), and there is convincing, corroborated evidence that a controlled demolition is the cause of the World Trade Center collapse. In an investigative report by Carl Cameron of Fox News, 60 Israeli spies, in the fields of military intelligence and explosive ordinance were detained on 9/11, and more than 140 Israeli spies were detained shortly before the events (58).

The spies detained on that day, tested positive for explosives, including the ill-famed five dancing Israelis who claimed to be in New York to ‘document the event.’ They were pulled over on the George Washington Bridge by the FBI, and their van tested positive for explosives as well (59). Their names were Yaron Shmuel, Omer Marmari, Sivan and Paul Kurzberg, and Oded Ellner. They worked for a counterfeit moving company named Urban Moving Systems, owned by Israeli Dominick Otto Suter. Once federal agents apprehended the dancing Israelis, they returned to the offices of Urban Moving Systems to interrogate Suter, but he had already departed. These men were discovered to be Mossad agents, and the moving company was a Mossad front to gather intelligence on various Arab organizations in the Tri-State Area (60).

The large majority of the Israeli spies were posing as art students, an ancient Israeli spying technique started by early asset to the false flag on 9/11, Mossad spy master, Peter Zvi Malkin (61). Many of them were also employees of Amdocs, an Israeli company founded by Zionist criminal Morris Kahn, which collects processing data for 90% of the phone calls, emails, and text messages in America, including several agencies of the federal government, as well as Comverse Technology headed by Zionist Kobi Alexander, which provides wire-tapping technology for many law enforcement agencies across the US (62). On September 4, 2001, Zim Integrated Shipping Services, partially owned by the Israeli government, paid $50,000 to break its lease and move its headquarters to Norfolk, Virginia. Zim’s officials were never questioned regarding what prompted them to move a week before the most devastating ‘terror attack’ on American soil in history (63).

Four thousand Israelis were warned via text message of impending attacks in the New York area by Zionist company Odigo, founded by Israeli brothers, Avner and Maskit Ronen. Only three months after 9/11, the Ronen brothers negotiated a deal with Kobi Alexander’s Comverse, which already had a minute stake in Odigo, to be fully bought out (64). Alexander, a former Israeli intelligence officer, along with fellow Comverse executives, William Sorin and David Kreinberg, both of whom served in Israeli intelligence with Alexander, were on the run from US prosecutors after they were brought up on charges of securities, wire and mail fraud. In 2006, they were strangely allowed to leave the US despite several warrants for their arrests. They hid all over the world, including Sri Lanka and Namibia before being apprehended (65).

The reason for the poor investigation of these anomalistic occurrences, (or the lack thereof for that matter), despite all of these personalities and corporations being deeply connected to the Zionist entity, is one man: Zionist Michael Chertoff. Chertoff, a dual-citizen of the illegal Zionist state like most of the criminals connected to the plot on 9/11, is the son of impassioned Zionists. His father, Rabbi Gershon Baruch Chertoff, was the last in a long line of a family of Talmudic rabbis from Russia, and his mother, Livia Eisen, was the first hostess of El Al, and one of the earliest Mossad operatives, working under the aforementioned Isser Harel. Chertoff’s mother was instrumental in Operation Magic Carpet, which brought Jewish families from Yemen into Israel for cheap labor. Due to the malicious anti-Arab sentiment of Zionism, the Zionist leadership felt the need to de-Arabize the Yemeni Jews, and authorized the kidnaping of Yemeni babies to then be delivered to European parents to strip them of their culture and their ethnic roots (66). Michael Chertoff’s wife, Meryl, is a chairwoman of an ADL of B’nai B’rith regional organization in New Jersey.

Prior to becoming the second Secretary of Homeland Security, Michael Chertoff was chief of the criminal division of the Justice Department from 2001-2003. It was Chertoff who blocked the efforts of several agents across the FBI’s ranks to investigate the hundreds of Mossad spies detained in connection to the attacks on 9/11. He also supervised the destruction and confiscation of evidence that would have linked Israel and the US to the attacks like videotapes, eyewitness accounts, written testimonies and debris from Ground Zero. Within months, all of the Israelis in custody, were released, with no coverage from the Zionist media, and no objection from Bush’s government. Though Chertoff had no problem using torture while interrogating foreign nationals (67), these Israeli spies were subjected to no such action, and upon their release, were quietly sent back to the terror state of Israel (68). To finalize the cover up and take the public’s attention off of the Israeli spy ring, Zionist Chertoff orchestrated the capture of 1,100 Muslim citizens, tourists and immigrants, falsely labeling them as suspects connected to the September 11th attacks. These innocent people were physically abused in secret facilities, denied the right to legal counsel, psychologically abused in secret military tribunals before they were deported, or released back into society after these criminal acts were committed against them. Chertoff was also the primary author of the Patriot Act, an Orwellian piece of legislation written months before 9/11, and signed into law on October 26, 2001 (69).

A New Analysis

An operation 20 years in the making, the attacks of September 11th in New York City and Washington D.C. were a false flag carried out by the Mossad, its close-knit network of wealthy sayanim (70) and criminal elements within the Bush administration, the FBI and the CIA with dual loyalty to the genocidal state of Israel. Through espionage, privatization, and infiltration, this Zionist criminal network gained control of the World Trade Center, its security, as well as several government communications outlets which were subverted once the terror operation commenced. Using flight termination system technology in remote controlled tanker jets and nano-thermate/thermite charges strategically placed in the Twin Towers and Building 7 by its experts in military intelligence and explosive ordinance, the criminal network brought down the World Trade Center by controlled demolition.

Using the Zionist media to incite fear and hysteria amongst the public through disinformation, the criminal network successfully covered up the Zionist regime’s mass murder in Occupied Palestine during the height of the Second Intifada. With the mission accomplished, and the public totally programmed and petrified of the unknown, the criminal network advanced with the next phase of its PNAC agenda: expanding executive power in America through totalitarian legislation and securing Israel through multiple regional wars. To complete the cover up of the attacks, the criminal network used its sayanim in NIST and the 9/11 Commission, as well as top sayan (singular form of sayanim) Michael Chertoff to obliterate proofs of Israeli-US involvement and to perpetuate the lies already enforced by the media. For the families of the 2,973 innocents that died in the attacks, the criminal network employed its agent, the Zionist Kenneth Feinberg, to set up the 9/11 Victims Compensation Fund. Under Feinberg’s sinister direction, each family received an average of $1.25 million, but they waved their right to sue the government for criminal negligence (71).

The criminal network used the Zionist media to dub its war, the “War on Terror,” taking a page right out of Benjamin Netanyahu’s book, ‘Terrorism: How The West Can Win,’ published in 1986 (72). This would allow the criminal network to extend its occupations abroad indefinitely, since the enemy had never been clearly identified. With American troops conducting genocidal operations in Afghanistan, the Patriot Act being passed along with the creation of Homeland Security, granting immeasurable governing power to the Zionist administration, the involvement of Israel and America in the attacks silenced, and the next destruction of a nation being planned for Iraq, the criminal network slowly disbanded, eventually finding their way back to the Zionist entity, or fading into obscurity elsewhere like Michael Chertoff’s cousin, Benjamin Chertoff, who aided the criminal network by smearing the campaign for 9/11 truth (73). On a secondary, but still vitally important level, the Zionist criminal network, specifically the Mossad and the CIA, strengthened its hegemonic domination of the world even further by profiting enormously from reorganizing and taking full control of the amerceable heroin trade in Afghanistan and setting up business operations to take control of the neighboring oil fields in Uzbekistan, Kazakhstan, and Turkmenistan (74).

Conclusion

Scholars like Noam Chomsky and the late Howard Zinn have suggested that the 9/11 events are ‘in the past’ and seeking the truth as to who perpetrated the attacks ‘do not have any significance’ (75). If your family was murdered, would you think their deaths were in the past and identifying the murderer or murderers wouldn’t have any significance? Their position is ridiculous at best and collusive at worst. 9/11 is the reason hundreds of thousands have been murdered in the last 9 years in Occupied Afghanistan. 9/11 is the reason 1.5 million innocents in Occupied Iraq have been slaughtered. It is the reason for increased billion dollar aid packages to Israel and increases in brutality by the Zionist entity in Occupied Palestine. It is the reason behind full US support and encouragement of the Zionist aggression used against Lebanon in 2006, which resulted in the genocide of over 1,200 Lebanese civilians. It is the reason for drone attacks in Pakistan which murder civilians daily. It is the reason for covert wars which are slowly becoming genocides in Yemen and Somalia. It is the reason for every future act of aggression, all to be waged on the basis of ‘the war on terror.’ Investigating the criminals behind 9/11 isn’t just significant, it is ESSENTIAL to the worldwide pursuit for truth, peace, justice, and freedom.

9/11 was not blowback. 9/11 was not done by Al Qaeda, an organization which doesn’t even exist (76). 9/11 was a Mossad-CIA intelligence operation, and the evidence exposed here is only the tip of the iceberg. Journalists and activists like Christopher Bollyn, Wayne Madsen, Jerry Mazza, academic Joel Kovel, and Freedom Flotilla activist Kenneth O’Keefe have all exposed Israeli involvement in the 9/11 attacks, but there needs to be more efforts like those put forth by these brave men. Former Italian President Francesco Cossiga, former head of Pakistan’s ISI Hamid Gul, and former Director of Studies at the Army War College Alan Sabrosky have also gone on record stating Mossad was behind 9/11 (77). War criminal Barack Obama’s new Regulation Czar, Zionist Cass Sunstein, has said that 9/11 truth groups need to be infiltrated because they pose a threat to the government’s ‘anti-terrorism’ policies (78). That means seeking 9/11 truth is hurting the occupiers, oppressors, murderers, thieves, and financial gangsters that have turned the poor and downtrodden masses into their slaves. It means that the truth is winning.

It is the duty of every activist, journalist and scholar fighting to end tyranny in the occupied nations of the Middle East to investigate, discuss and expose 9/11 due to it being the pretext for which the fight to end tyranny stems from. Once the people of the world know the pretext was a lie, they will know everything that followed it was a lie too. They will know that Muslims, Arabs and Islam itself aren’t the enemy, but the US-Zionist alliance that has sat at the top of the world’s power structure through a reign of terror for what seems like the duration. With this newfound knowledge, the people will then unite in truth and revolution, and the Zionist criminal network that orchestrated 9/11, will be eliminated once and for all.

~ The End ~
by Jonathan Azaziah
Sources

(1) Is America In Bible Prophecy? By Michael D. Evans, interviewed by Deborah Caldwell

(2) Targeted Killings – A Retro Fashion Very Much in Vogue by Yossi Melman; Israel’s Secret Wars by Benny Morris and Ian Black

(3) Isser Harel: Obituary by Eric Silver

(4) The Architecture of Terror: Mapping The Network Behind 9/11 by Christopher Bollyn

(5) Who Bombed The World Trade Center? FBI Bomb Builders Exposed by Paul DiRienzo, Frank Morales and Chris Flash

(6) Mossad Link Found To One Of Key 9/11 Hijackers by Michael Collins Piper

(7) Dov Zakheim retires from Booz Allen Hamilton by Jerry Mazza

(8) The High Priests of War by Michael Collins Piper

(9) The “New World Order” by B.W. Holmes

(10) Fifty questions on 9/11 by Pepe Escobar

(11) Hijack Suspects Alive And Well by BBC News; Stranger than Fiction by Dr. Albert D. Pastore Phd.

(12) Report: Bin Laden Already Dead by FOX News; Israeli Intelligence: Bin Laden is Dead, Heir Has Been Chosen by World Tribune

(13) When Osama Bin Laden was Tim Osman by J. Orlin Grabbe; The New Pearl Harbor: Disturbing Questions about the Bush Administratin and 9/11 by David Ray Griffin; Report: Bin Laden Treated At US Hospital by Elizabeth Bryant

(14) Mossad Agent Pearlman Releases Phony “Al-Qaeda Tape” by Paul Joseph Watson

(15) Is Israel Controlling Phony Terror News? By Gordon Duff and Brian Jobert

(16) Norman Mineta Confirms That Dick Cheney Ordered Stand Down on 9/11 by Aaron Dykes

(17) Crossing The Rubicon by Michael C. Ruppert

(18) How Mossad Deceived The US Military on 9/11 by Christopher Bollyn

(19) UAL Flight 93 Landed Safely At Cleveland Hopkins Airport by Channel 9 News Staff of Cleveland

(20) Pentagon Eyewitness: Official 9/11 Legend Exposed by Christopher Bollyn

(21) BYU Physics Prof Finds Thermate in WTC Physical Samples, Building Collapses an Inside Job by Jacob Hamblin

(22) The 9/11 Commission Report: Omissions And Distortions by David Ray Griffin

(23) The Republican Jewish Coalition and the pro-Israel Lobby by Bob Feldman; The World Trade Center Deal Remains In Doubt by Charles V. Bagli; Silverstein Recovers: Dark Horse May Win World Trade Center by Andrew Rice

(24) Green Acres: George Pataki, Ronald Lauder And The Politics Of New Beginnings by The New York Press

(25) Silverstein Incriminates 9-11 WTC Lies by Dick Eastman; Up In Smoke by Sara Leibovich-Dar

(26) Insurers Debate: One Accident or Two by Bloomberg News

(27) As Judge Leaves for Law Firm, His Legacy Is Remembered by Joseph Goldstein

(28) Bush Nominates Zionist Judge Involved in Key 9-11 Judgements to Serve as U.S. Attorney General by Christopher Bollyn

(29) Israeli Investors Made Huge Profits From 9/11 Event by Walter Storch; Suspicious Trading Points to Advance Knowledge by Big Investors of September 11th Attacks by Barry Grey

(30) World Trade Center Scrap Sails for India, China by Reuters; WTC Steel To Rise Again In Indian Buildings by Reuters

(31) In Israel, Bloomberg Shows His Support by Dina Kraft

(32) Loot The US Treasury by Tom Heneghan

(33) NIST’s Fraudulent “Final Report on the Collapse of WTC 7:” A Criminal Fraud at Taxpayer Expense by Christopher Bollyn

(34) Investigating Khobar Towers: How a Saudi Deception Protected Bin Laden by Gareth Porter

(35) By Way of Deception: The Making and Unmaking of a Mossad Officer by Victor Ostrovsky and Clair Hoy

(36) Sayyed Nasrallah: Israel Behind Hariri’s Assassination by Hussein Assi, Al Manar

(37) Questions Mount in Kenya, Tanzania Bombings by Martin McLaughlin

(38) Who Killed 9/11 Hero John O’Neil? by The Daily Brew

(39) Clearing the Baffles for 9/11 by Wayne Madsen

(40) Who Killed John O’Neil? (Documentary) by Ryan Thurston (writer) and Ty Rauber (producer and director)

(41) Who is Jerome Hauer? by Christopher Bollyn; Suppressed Details of Criminal Insider Trading Lead Directly into the CIA’s Highest Ranks by Michael C. Ruppert

(42) Secrecy Surrounds 9/11 Investigation by Craig Cox

(43) ‘Power Down’ Condition at the WTC on the Weekend Preceding 9/11 by Scott Forbes; 9/11 Security Courtesy of Marvin Bush by What Really Happened?

(44) The Weekend Interview with Larry Silverstein: Rebuilding Ground Zero by Steven Malanga

(45) Drones and Death: The Israeli Connection by Ed Kinane; Israel Paves The Way For Remote Control Killing by Jonathan Cook

(46) Following Zakheim And Pentagon Trillions to Israel by Jerry Mazza

(47) The Mastermind Behind 9/11? By Stephen St. John

(48) Pataki’s Favorite Conservatives by Wayne Barrett

(49) Governor Pataki Hands Stewart Airport Keys to National Express by New York State Department of Transportation Office of Media Relations

(50) 9-11: Animation Showing Military Precision of Flight Paths by Looking Glass News

(51) Operation 9/11: No Suicide Pilots by Carol A. Valentine

(52) The Fleecing of America: 9/11 and The Crisis On Wall Street by Christopher Bollyn

(53) Report: Netanyahu Says 9/11 Terror Attacks Good For Israel by Haaretz and Reuters

(54) More Questions on 9/11 by Pepe Escobar; All 9/11 Airports Serviced Owned By One Israeli Owned Company by What Really Happened?

(55) 9/11 Seismic Data Refutes Official Explanation by Christopher Bollyn

(56) The September 11th Records by The New York Times

(57) Me, Art Bell, and 9/11 by Lisa Guliani

(58) Carl Cameron Investigates Part 1-4: Israel Is Spying In And On The U.S. by Fox News

(59) Mossad – The Israeli Connection To 9/11 by Christopher Bollyn

(60) Five Israelis Were Seen Filming As Jet Liners Ploughed Into The Twin Towers by Neil Mackay

(61) Peter Zvi Malkin, Israeli Agent Who Captured Adolf Eichmann, Dies by Margalit Fox

(62) An Enigma: Vast Israeli Spy Network Dismantled in the US by Sylvain Cypel, translated by Malcolm Garris

(63) Profile: Zim-American Israeli Shipping Co. by History Commons

(64) Why Was Kobi Alexander Allowed to Flee: The Israeli Fugitive, Odigo, and the Forewarning of 9/11 by Christopher Bollyn; Myth-Debunking Snopes Obscures Israel’s Role In 9/11 by Maidhc Ó Cathail

(65) Former Comverse Chief Alexander Arrested in Namibia by Allan Dodds Frank and Bob Van Voris

(66) The Missing Yemenite Children by Doron A. Tal

(67) Chertoff OKs Torture: Bizarre Choice for Homeland Czar Deep in Scandal by James P. Tucker

(68) Controlled Press Conceals Chertoff’s Israeli Roots by Christopher Bollyn

(69) Failing Upwards: The Rise of Michael Chertoff by Mike Whitney

(70) Sayanim – Israeli Operatives in the U.S. by Jeff Gates

(71) From Agent Orange, to 9/11, to BP: Kenneth Feinberg is Master of Disaster by Sander Hicks

(72) How (Not) To Win by Christopher Dickey

(73) 9/11 and Chertoff: Cousin Wrote 9/11 Propaganda For Popular Mechanics by Christopher Bollyn

(74) Military Escalation: From Afghanistan To the Caspian Sea and Central Asia by Rick Rozoff; Intel Expert Says 9-11 Looks Like A Hollywood Show by Christopher Bollyn

(75) An Open Letter to Noam Chomsky and Howard Zinn by Atheo

(76) Al-Qaeda Is Fiction: The Organization Doesn’t Exist by Mark Perkel

(77) Ex-Italy Pres – 9-11 Was CIA/Mossad Operation by the Staff of American Free Press; Ex-ISI Chief Gul Exposes 9/11 Inside Job by Paul Joseph Watson; Sabrosky Interview Ties Israel to 9/11 by Gordon Duff

(78) Obama Staffer Wants ‘Cognitive Infiltration’ of 9/11 Truth Groups by Daniel Tencer
http://www.maskofzion.com Merci alcide

C’est, je pense, le meilleur article sur l’implication des sionistes dans le 11/09, les références sont incroyablement signifiantes et surtout accablantes. Vous vous rendez compte, en 79, le gars dis exactement ce qui va se passer 20 ans plus tard, on pourrait dire qu’à partir de moment ou il répond oui , donner une cible symbolique dans la ville la plus symbolique des États-unis est sommes toute assez logique, mais quand même !
Peut être que les juifs extrémistes qui ont organisé cela (avec la complicité d’une partie de l’appareil militaire US totalement sionisé) ont choisi les tours jumelles en hommage à Isser Harel, c’est tout à fait leur humour cynico-malsain…

Bref, copier cet article, il est extrèmement important.

Voila Bibi qui se gargarise de manipuler les USA

Un blogueur iranien condamné à 19 ans de prison. C’est un traitre c’est normal, l’Iran est en guerre, et la guerre est injuste.

septembre 29, 2010

Le blogueur irano-canadien Hossein Derakhshan a été condamné à 19 ans de prison par un tribunal de Téhéran, selon un militant des droits de l’homme interrogé mardi par Reuters.

Le journaliste parfois critique à l’égard du gouvernement est soupçonné, selon la presse, d’espionnage au profit d’Israël. Il a été arrêté en 2008.

« Nous somme surpris que Derakhshan ait été condamné à 19 ans de prison pour collaboration avec des pays hostiles, propagande et d’outrage envers des dignitaires religieux », a déclaré le militant des droits de l’homme qui a souhaité rester anonyme.

Ce verdict peut faire l’objet d’un appel, selon l’agence de presse iranienne Fars.

Hossein Derakhshan, qui a quitté Téhéran en 2000 pour s’installer à Toronto, a effectué une visite en Israël en 2006, ce que la législation iranienne interdit.

Il a regagné son pays deux ans plus tard et s’est rendu célèbre en rédigeant un manuel en farsi à l’usage des internautes qui a contribué à l’essor de la « blogosphère » iranienne.

« Nos représentants continuent à chercher la confirmation des nouvelles en provenance de Téhéran. Si c’est avéré, c’est complètement inacceptable et injustifiable », déclare le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, dans un communiqué.

« Le Canada estime que personne ne doit être puni pour avoir exercé son droit inaliénable à la liberté d’expression », ajoute-t-il.
yahoo.news

Bien entendu, c’est mal, 19 ans de prison c’est énorme, mais je pense que dans la situation particulière iranienne cela se comprend aisément, le pays est attaqué de toute part, il est normal que ceux qui se rendent en pays ennemi, ceux qui collaborent avec des puissances étrangères et qui participent à agiter le peuple contre l’Autorité doivent être punis, c’est la norme lorsqu’un pays est en guerre, aussi désagréable et injuste que cela puisse être.

Le Canada ne manque pas culot quand il dit :  » Le Canada estime que personne ne doit être puni pour avoir exercé son droit inaliénable à la liberté d’expression  » alors que Zundel a fait 3 ans de prison au Canada pour négationnisme :

 » Le militant d’extrême droite Ernst Zündel est sorti lundi de la prison de Mannheim, dans le sud de l’Allemagne. Il avait été condamné à une peine de cinq ans de prison en 2007 pour négationnisme.

Une vingtaine de personnes l’ont accueilli à sa sortie avec des applaudissements.

Âgé de 70 ans, Ernst Zündel est citoyen allemand, mais vivait au Canada depuis 1958 avec le statut de résident permanent.

Il a déclaré qu’il n’était pas certain de retourner au Canada, d’où il avait été extradé en 2005 pour être jugé en Allemagne.

Son épouse, Ingrid Rimland, a indiqué à Associated Press que Ernst Zündel n’était pas interdit de séjour en Amérique du Nord, mais elle s’est dite convaincue que des efforts diplomatiques seront déployés pour le maintenir en Allemagne.

Zündel avait été reconnu coupable de 14 chefs d’incitation à la haine raciale, notamment de négation de l’Holocauste, pour ses activités antisémites depuis les années 1970.  »
radio-canada.ca

Pensez vous qu’il y ait un lien entre
aller en prison en Iran parcequ’on déstabilise le régime ( qui est en guerre)
aller en prison occident parcequ’on dit que les chambres à gaz n’ont pas existé

En fait, oui, dire que les chambres à gaz n’ont pas existé déstabilise la matrice psycho/sociale de l’occident.

Chacun ses tabous.

Texas school board tries to curtail « pro-Islam » textbooks. De mieux en mieux….

septembre 28, 2010

The Texas board of education voted Friday to curtail what it sees as a « pro-Islam/anti-Christian » bias in textbooks, vowing to reject any books which paint Islam in too favorable of a light.

The move comes months after the socially-conservative board enacted new social studies standards which championed capitalism and Republican party values and questioned whether the country was truly founded on the separation of church and state.

The resolution adopted Friday cites « politically-correct whitewashes of Islamic culture and stigmas on Christian civilization » in current textbooks and warns that « more such discriminatory treatment of religion may occur as Middle Easterners buy into the US public school textbook oligopoly. »

Critics said the resolution, which passed 7-6, is a further attempt to politicize education and is based on false claims of bias.

« It is hard not to conclude that the members who voted for this resolution were solely interested in playing on fear and bigotry in order to pit Christians against Muslims, » said Kathy Miller, president of the Texas Freedom Network, which aims to counter the religious right and protect individual liberties.

The move comes amid a rise of anti-Islamic rhetoric in parts of the United States which has sparked violent protests and riots around the world.

An obscure Florida pastor sparked widespread outrage after he vowed to burn hundreds of Korans on the anniversary of the terrorist attacks of September 11, 2001.

While he eventually recanted, US officials said the nation’s reputation had been significantly damaged.

The nation has also been embroiled in a politically-charged debate over the establishment of an Islamic center near Ground Zero in New York, one of the sites of the 2001 attacks.
rawstory.com
via contre info

Toujours cette folie anti musulmane, ne pas parler de l’islam en bien à l’école, les texans se surpassent sur ce coup la…
En revanche, je voulais vous dire que j’ai été horrifié par cette bande de super mongolien qui ont fait une scénographie à la al quaida à Limoges

Et la seconde partie

Voila le commentaire que j’ai posté sur leur blog, il est toujours en attente de modération ….

Hello cortex, je savais pas que c’était toi, en fin bref, je te remet le commentaire que je viens de mettre à l’autre article sur limoges.

hello, je viens de voir la vidéo à limoges, les gars, moi je me bat contre ces chiens de sionistes, je ne suis pas musulmans mais je me sens très proches de vous et des autres croyants pour diverses raisons, bref, en tout cas, ce genre de manifestation est du grand n’importe quoi, en agissant de la sorte vous vous ghettoisez d’une manière incroyable, si vous voulez braquer les gens, leur faire peur et faire grandir l’islamophobie et bien continuez à faire cela de cette manière.

Franchement, j’en reviens pas, putain, soyez futés les gars, merde, votre vidéo se retrouve dans tous les forum islamophobe, c’est du pain bénit pour eux. Vous etes déja mal aimés des non musulmans, si vous voulez jouer la confrontation vous allez vous prendre une branlée, regardez le mari de la femme voilée qui s’est prise l’amende comment il s’est fait allumer parcequ’il avait fanfaronné.

Les gars, j’ai un conseil à vous donner, soyez fin, nos ennemis sont très très fort, ils s’attendent à ce que vous réagissiez comme des bourrins pour encore plus vous décrédibiliser.

Soyons serieux voyons, si vous continuez de telles actions vous n’arriverez à rien, vous donnez le baton pour vous faire battre. Soyez très intelligents, soyez manipulateurs, les gens sont betes et à cause des médias ils ont peur de l’islam, prenez les à revers, montrez leur ce à quoi ils ne s’attendent pas.

J’essaye d’expliquer aux gens que l’islamophobie est une volonté sioniste, mais que voulez vous que je dise quand on me montre cette vidéo de limoges, serieux ça m’énerve en fait, je me demande même si ceux qui font cela ne sont pas des agents sionistes, parceque c’est tellement contre productif et tellement générateur d’islamophobie que je ne comprends pas, à moins que vous soyez dans une posture de guerre ce qui est totalement disproprtionnée et hors de propos, pas de guerre civile en France.

Dites aux gens que vous etes français, que vous aimez la france et mieux, que vous etes la France.
Ne vous excluez pas tout seul, je vous en supplie, les juifs extrémistes veulent monter français blanc chrétiens contre les arabo-noir musulmans, ne jouez pas leur jeu c’est exactement ce qu’ils veulent, regarde ça :

IL NE FAUT PAS TOMBER DANS LEUR PIÈGE.

C’est du grand n’importe quoi, vraiment. moi je suis bloqué quand un islamophobe me montre cette vidéo, je ne peux rien dire.
Je rajoute, cortex, je t’en prie, tu connais la situation, tout est fait pour monter les français les uns contre les autres, le plan sioniste est machiavélique, ces gens sont hypersataniques, cela signifie que face à une telle menace il faut etre extrèmement intelligent, il faut pouvoir manipuler comme les médias manipulent, il faut les prendre à leur propre jeu. J’insite encore des actions comme celle de limoges sont totalement contre productive, elles créent énormément d’islamophobie, les gens ont eu peur, c’est grave, tu as lu la presse régionale, tu as lu les témoignages des habitants, ils se sont chiés dessus, je peux te certifier qu’ils vont voter marine ou sarko tellement ça les a perturbé.
il faut tout de suite cesser ce genre de provocation, honnetement j’en suis pas revenu quand j’ai vu la vidéo, c’est exactement la même filmographie que les scènes en irak au pakistan ou en afghanistan, tu ne comprends pas que les gens ont vu en vrai ce qu’ils voient à la télé et qui les fait déja peur, alors imagines en bas de chez eux.

Franchement, je suis très énervé, ne jouez pas sur les différences, jouez sur les similitudes, vous etes français, montrez le aux gens, créez des manifestations, des rassemblements avec de grands drapeaux français, il faut faire comprendre aux gens que etre français et musulman est compatible , qu’il n’y a aucun problème entre les deux.
voila, j’espère que tu comprends ma position, moi je veux la concorde en france, pas de divisons qui posse à la violence, il n’y a qu’un seul véritable ennemi, c’est le sionisme, sans le sionisme, pas d’islamophobie, et pas de problème en france.

Je n’ai eu aucune réponse, ce qui me déçois fortement.
Stratégiquement, ce genre d’action sème les graines de la guerre civile, comment voulez vous que les français ne flippent pas quand ils voient un musulman jeter le code civil par terre.

Pour finir sur les extrémistes musulmans qui génèrent de l’islamophobie, j’ai vu sur M6, dans zone interdite ou que sais je, une scène hallucinante, à Londres, une piscine municipale, (donc payée par tous les contribuables) réservée aux musulmans, non par accord avec la mairie mais parcequ’un vigile musulman filtre l’entrèe et qu’il impose aux hommes de porter un calecon et interdit la mixité. Dans le même genre, j’ai appris qu’il y a des/un tribunaux/tribunal islamiques non officiels et non reconnus par l’état et qui se substituent aux tribunaux civils.

Qu’une piscine municipale donne des horaires spécifiques aux musulmans qui veulent se baigner selon les règles musulmanes, je n’y vois aucun problème mais c’est la mairie qui décide et non la volonté de quelques uns, si je pense cela c’est parceque comment voulez vous que réagissent des non musulmans si des musulmans extrémistes interdisent l’entrée d’une piscine municipale à ces mêmes non musulmans, c’est directement la guerre civile, les non musulmans se sentiraient exclus de leur propres ville, de leurs propres équipements qu’ils ont payé avec leurs impôts.

Donc, nous devons faire attention à ce genre d’intiative totalement contre productive, même si le reportage de M6 a trouvé la seule piscine anglaise ou il se passe cela, il faut faire en sorte que cela ne se produise pas chez nous et que les anglais se prennent en main, non que l’islam soit une menace en soi, loin de la, ni même son instrumentalisation par cette poignée de tarés, c’est surtout la perception des populations autochtones
face à ce genre d’action qui va poser problème. Rien ne peut justifier cette differenciation imposée, du coup il est très difficile, voire impossible de raisonner et de calmer des non musulmans quand ils sont confrontés à cela.
Je me demande bien à quoi jouent les autorités anglaises, laissez faire cela, laissez des tribunaux islamiques rendre Justice à la place des Tribunaux est hallucinant, une des missions première de l’État est de faire en sorte que la société soit stable, que les gens s’entendent bien et qu’il n’y ait pas de conflit, mais en angleterre voila que les dirigeants laissent les germes de graves dissensions se développer.

Nous avons assez de problème avec les judéopathes hypersataniques pour que extrémistes musulmans viennent en rajouter une couche et surtout donner tous les arguments possibles et inimaginables aux islamophobes et autres manipulateurs sionistes.

Moi, je suis quelqu’un de censé, si j’entends un fou me dire que l’Europe , la Reine d’Angleterre, le monde entier vont se convertir à l’Islam, je rigole, mais beaucoup de gens auront peur, alors faisons en sorte que le fou ne puisse pas s’exprimer.
Pas de guerre civile dans mon pays.

CNN : des vaisseaux spatiaux ont saboté des missiles nucléaires. Bientot la fausse invasion…..

septembre 28, 2010

28/09/2010 Des vaisseaux spatiaux auraient survolé de sites nucléaires aux États-Unis et en Grande Bretagne, à plusieurs moments du siècle dernier, et auraient dans certains cas intervenu pour torpiller provisoirement des missiles nucléaires.

Selon la chaîne américaine CNN, ces révélations ont été exposées lors d’une conférence de presse organisée lundi par 6 anciens officiers de l’armée de l’air américaine et un soldat, au National Press Club . Ils y ont rapporté ce qu’ils ont vu de leurs propres yeux, ou ce que des collègues leur ont cité, concernant des vaisseaux non identifiés qui ont survolé des dépôts de missiles et d’armements nucléaires, dans les années 60, 70, et 80 du siècle dernier.

La base Mamstorm appartenant à l’armée de l’air au Montana aurait fait l’objet d’une telle visite extraterrestre, durant laquelle ses missiles nucléaires ont été rendus inopérationnels provisoirement.

Selon la CNN, ce genre de révélations n’a rien de nouveau et ont déjà été évoqués dans des livres et des sites.

Sachant que l’expert dans les questions extra terrestres, l’auteur Robert Hastins qui a lui-même organisé la conférence de presse, somme désormais le gouvernement américain d’affirmer la tenue de ces visites.

« je crois que ces nobles personnes croient que la terre est visitée par des créatures d’un autre monde, intéressées pour une raison ou pour une autre par la course aux armements nucléaires lancée depuis la fin de la seconde guerre mondiale », a-t-il déclaré.
Révélant que quelques 120 anciens membres de l’armée américaine lui ont fait part de visites de vaisseaux extraterrestres pour des sites nucléaires.

Il cite entre autre le cas du général Charles Halt qui a affirmé avoir vu en 1980 des vaisseaux spatiaux survoler les forêts proches de la base américaine Bent Waters, située au sud-est de l’Angleterre, et dont il était le commandant-adjoint.

Les archives déclassifiées le mois dernier par la Grande Bretagne ont révélé que le Premier ministre Winston Churchill a caché une visite effectuée par un vaisseau spatial non identifié, durant la seconde guerre mondiale, parce qu’il craignait que la panique ne rêgne parmi les gens et que l’évènement n’ébranle leur foi.
almanar

et

U.S. Nuclear Weapons Have Been Compromised by Unidentified Aerial Objects

Ex-military men say unknown intruders have monitored and even tampered with American nuclear missiles

Group to call on U.S. Government to reveal the facts

WASHINGTON, Sept. 15 /PRNewswire-USNewswire/ — Witness testimony from more than 120 former or retired military personnel points to an ongoing and alarming intervention by unidentified aerial objects at nuclear weapons sites, as recently as 2003. In some cases, several nuclear missiles simultaneously and inexplicably malfunctioned while a disc-shaped object silently hovered nearby. Six former U.S. Air Force officers and one former enlisted man will break their silence about these events at the National Press Club and urge the government to publicly confirm their reality.

One of them, ICBM launch officer Captain Robert Salas, was on duty during one missile disruption incident at Malmstrom Air Force Base and was ordered to never discuss it. Another participant, retired Col. Charles Halt, observed a disc-shaped object directing beams of light down into the RAF Bentwaters airbase in England and heard on the radio that they landed in the nuclear weapons storage area. Both men will provide stunning details about these events, and reveal how the U.S. military responded.

Captain Salas notes, « The U.S. Air Force is lying about the national security implications of unidentified aerial objects at nuclear bases and we can prove it. » Col. Halt adds, « I believe that the security services of both the United States and the United Kingdom have attempted—both then and now—to subvert the significance of what occurred at RAF Bentwaters by the use of well-practiced methods of disinformation. »

The group of witnesses and a leading researcher, who has brought them together for the first time, will discuss the national security implications of these and other alarmingly similar incidents and will urge the government to reveal all information about them. This is a public-awareness issue.

Declassified U.S. government documents, to be distributed at the event, now substantiate the reality of UFO activity at nuclear weapons sites extending back to 1948. The press conference will also address present-day concerns about the abuse of government secrecy as well as the ongoing threat of nuclear weapons.

WHO: Dwynne Arneson, USAF Lt. Col. Ret., communications center officer-in-charge

Bruce Fenstermacher, former USAF nuclear missile launch officer

Charles Halt, USAF Col. Ret., former deputy base commander

Robert Hastings, researcher and author

Robert Jamison, former USAF nuclear missile targeting officer

Patrick McDonough, former USAF nuclear missile site geodetic surveyor

Jerome Nelson, former USAF nuclear missile launch officer

Robert Salas, former USAF nuclear missile launch officer
reuters

et surtout :

Une ambassadrice de l’ONU pour les extraterrestres

Si les extraterrestres atterrissent sur Terre demain, qui sera habilité à les accueillir ? Réponse : personne. Vous en conviendrez, c’est embarrassant. Heureusement, l’ONU pense à tout

Désormais, si un petit homme vert atterri dans votre jardin et qu’il vous demande de le conduire à votre chef, vous saurez qui appeler : Mazlan Othman. Selon le quotidien britannique le Telegraph, cette astrophysicienne malaisienne, actuellement à la tête du Bureau des affaire spatiales de l’ONU, pourrait bientôt devenir l’ambassadrice officielle de l’Humanité auprès des extraterrestres.

Le comité des scientifiques des Nations Unies doit prochainement débattre du bien-fondé de ce poste. Et Mazlan Othman exposera plus précidément l’objet de sa mission, la semaine prochaine en Grande-Bretagne.

Devant ses camarades scientifiques, elle a d’ores et déjà avancé quelques arguments : « La recherche de communication extraterrestre, menée par plusieurs entités, porte l’espoir qu’un jour l’homme reçoive des signaux émis par des extraterrestres. Nous devrions avoir une réponse coordonnée qui prenne en compte toutes les sensibilités liées à ce sujet. L’ONU est tout à fait opérationnel pour une telle coordination. »

De fait, cette annonce intervient alors que des dizaines de planètes en orbite autour d’étoiles telles que le soleil ont été découvertes ces derniers mois. Autant de chances supplémentaires donc, de découvrir une vie extraterrestre.

Comment compte-t-elle les accueillir ?

Côté méthode d’accueil des descendants d’E.T., les avis divergents dans la communauté scientifique. Il y a ceux qui préconisent de stériliser tout intrus pour éviter toute contamination. Et il y a ceux qui se montreraient plus tolérants. Mazlan Othman fait partie de ceux-ci.

Le très médiatique professeur Stephen Hawking estime quant à lui que si les extra-terrestres débarquent sur Terre, ce sera certainement parce qu’ils auront « utilisé toutes les ressources de leur planète ». Du coup, selon lui, « leur venue chez nous ressemblerait sans doute à celle de Christophe Colomb en Amérique, qui ne s’est pas très bien terminée pour les autochtones ».

En tout état de cause, Mazlan Othman devra, en plus d’être une éminente scientifique, avoir quelques compétences en matière de diplomatie.
france soir

C’est dingue quand même !!!! Le moment est il proche ? Ce jour la, on risque de délierer quelque chose de bien !!!

Reagan parle des ovni à l\'ONU

Cette histoire de silos nucléaires désactivés par des ovni est connue depuis longtemps, honnetement je ne sais trop quoi en penser. Nous ne sommes pas seul dans l’univers, c’est une évidence, mais il y de très grande probabilités que si nous voyons des soucoupes volontes ou autres objets venant de l’espace, ce sera des humains qui seront responsables. L’invasion extraterrestre sera la dernière carte des élites dégénérées pour unifier la planète dans le NWO.
Si vous saviez comme j’attends ce moment….
Dès que cela arrivera, il faudra expliquer aux gens que c’est un mensonge….

L’armée US brûle 10 000 exemplaires d’un livre qui « pourrait mettre en danger la sécurité nationale »

septembre 28, 2010

Le département de la Défense américain a acheté puis mis le feu à une dizaine de milliers d’exemplaires d’un livre écrit par un militaire de réserve, rapporte CNN. L’armée affirme avoir mis au bûcher Operation Dark Heart («Opération Coeur Sombre»), les mémoires du Lieutenant Colonel Anthony Shaffer, parce que le livre « contenait des informations qui pourraient mettre en danger la sécurité nationale ». Dans ses mémoires, Anthony Shaffer raconte son passage en Afghanistan, quand il dirigeait une équipe d’opérations secrètes sous l’administration Bush.
opexnews.over-blog.com

Um, um, bruler des livres, c’est bon ça !!!
C’est beau les USA, sachez que ce n’est pas la première fois que les autorité US font cela, des livres d’anthony Sutton avaient également été saisis et détruit.
Les secrets américains sont trop lourds pour être divulgués…

l’Otan insiste sur son droit à la légitime défense, au Pakistan …..

septembre 27, 2010

L’Otan a affirmé lundi son droit à se défendre, renvoyant Islamabad à ses responsabilités après une protestation du Pakistan contre une intrusion dans son espace aérien d’hélicoptères des forces internationales en Afghanistan.

« Les troupes de l’Isaf (ou Fias, force internationale en Afghanistan placée sous le commandement de l’Otan ndlr) doivent exercer leur droit de se défendre et elles l’exerceront », a déclaré à AFP un responsable de l’Otan, au sujet de l’incident qui s’est produit vendredi à la frontière afghano-pakistanaise.

Le Pakistan a élevé lundi une vive protestation auprès de l’Otan contre les frappes aériennes menées par les hélicoptères de l’alliance occidentale sur son territoire près de la frontière afghane, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Dès dimanche, l’Isaf avait expliqué dans un communiqué à Kaboul que ses hélicoptères avaient fait 30 morts parmi des miliciens islamistes venus du Pakistan attaquer un poste gouvernemental afghan à Narizah, près de la frontière, dans la province de Khost (Est).

Samedi, les hélicoptères ont de nouveau fait feu sur des insurgés dans cette zone avait précisé l’Isaf, soulignant qu’elle avait agi en état de légitime défense dans le cadre de ses règles d’engagement.

Après la protestation du Pakistan, l’Otan, tout en déplorant l’incident, a semblé renvoyer Islamabad et les militaires pakistanais à leurs propres responsabilités.

Selon le même responsable au siège bruxellois de l’Alliance atlantique, « l’Isaf n’a pas réussi à entrer en contact avec l’armée pakistanaise, malgré ses tentatives en ce sens », alors que les combats avaient éclaté.

A l’avenir, « l’Isaf travaillera en étroite consultation avec nos partenaires pakistanais, tant pour arrêter les attaques contre l’Afghanistan venant du côté pakistanais de la frontière, que pour améliorer la communication et la coordination » avec eux, a-t-il ajouté.

Une commission tripartite réunissant militaires afghans et pakistanais avec ceux de l’Isaf, avait pourtant été mise en place justement pour éviter de telles affaires et prévenir l’infiltration en Afghanistan de guérilleros islamistes à partir du territoire pakistanais.

Selon le Pakistan, les hélicoptères de l’Isaf ont pénétré à deux reprises sur son territoire depuis la province orientale afghane de Khost, à la poursuite des rebelles.

« Ces incidents constituent une violation claire et une rupture du mandat de l’ONU dans le cadre duquel opère l’Isaf », a affirmé le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, Abdul Basit, dans un communiqué
romandie

J’ai cru mal lire, mais non c’est bien le droit de se défendre au Pakistan qui est revendiqué par l’OTAN, d’habitude ils se contente de lancer des missiles, cette fois c’est une véritable incursion militaire de l’OTAN au Pakistan.
Pendant ce temps la près de 20 millions de Pakistanais souffrent quotidiennement des répercussions des innondations.

Israël a lancé une attaque électronique contre l’Iran

septembre 27, 2010

Les infrastructures informatiques du programme nucléaire iranien ont été systématiquement piratées depuis deux mois.

– Vue par satellite de l’emplacement de l’usine secrète d’enrichissement uranium près de Qom Reuters –

Une véritable attaque a été lancée par les Iisraéliens et les Américains contre l’Iran. Mais il ne s’agit pas d’une guerre comme on l’entend d’habitude avec son cortège de bombes et de morts, mais à coup de virus informatiques. La maladie se répand alors sans faire de victimes humaines. Mahmoud Alyaee, secrétaire général des serveurs informatiques industriels d’Iran, incluant les ordinateurs servant au contrôle des installations nucléaires, vient de confirmer le 25 septembre que 30.000 ordinateurs installés dans des complexes industriels classés ont été infectés par le virus Stuxnet au point de les rendre inopérants.

Virus Stuxnet

Des informations en provenance des services de renseignements dévoilent qu’une offensive cybernétique clandestine a été menée contre l’Iran par les Etats-Unis avec l’aide d’unités d’élite israéliennes, expertes en guerre informatique. Le virus Stuxnet est considéré comme le plus destructeur de sa génération car il attaque les grands complexes industriels et les serveurs informatiques. Il ne s’agit pas d’un quelconque virus ciblant les ordinateurs familiaux, mais d’un virus conçu par des Etats disposant d’une haute technologie et gérant des budgets conséquents dans le domaine de la guerre technologique. Les deux seuls pays adversaires de l’Iran et disposant de moyens humains et de spécialistes militaires capables de réaliser un projet de cette envergure sont Israël et les Etats-Unis.

L’originalité de ce virus tient à sa capacité à s’attaquer aux fondements des systèmes industriels construits par l’allemand Siemens et d’organiser ensuite le transfert des données piratées en direction de l’étranger. Le chef du département de la guerre cybernétique au Pentagone, le vice-amiral Bernard McCullough, a affirmé que le Stuxnet avait des capacités techniques jamais atteintes auparavant. Il s’est adressé à la commission des forces armées du Congrès américain pour leur annoncer que ce virus était le plus sophistiqué qu’il ait eu à connaître.

Les Iraniens ont confirmé que l’attaque de leurs systèmes par ce virus avait été lancée deux mois auparavant mais que leurs experts informatiques ont été dans l’impossibilité de le détecter, de le détruire ou du moins, de minimiser ses effets. Les fonctionnalités de Stuxnet lui permettent de modifier totalement l’environnement informatique d’un système et de prendre le contrôle technique des systèmes automatiques.

Haute technologie

La réalisation de ces produits de haute technicité n’est pas à la portée du tout-venant car, en plus de requérir des fonds de développement très importants, elle nécessite la collaboration d’équipes techniques soudées, travaillant ensemble durant plusieurs années. Tsahal, l’armée israélienne, apporte une contribution décisive à la sécurité de l’information via ses centres de recherches organisés en espaces collaboratifs. La technologie naît et se développe au sein de ses unités spéciales et secrètes: Mamram ou l’unité 8200.

Ces centres militaires sont le vivier de plusieurs centaines d’experts qui essaiment ensuite vers la Silicon Valley israélienne en gardant un contact permanent avec l’armée grâce aux périodes militaires obligatoires. La sélection des futurs génies est réalisée très tôt dans le cycle scolaire israélien puisque dès l’âge de 10 ans, certains élèves sont déjà orientés vers des lycées technologiques qui feront d’eux des spécialistes de la sécurité informatique. Les jeunes postulants sont repérés par les instituteurs, sont pris en main très jeunes par l’université avant d’être mobilisés dans ces unités militaires spéciales.

Leur mental est formé très jeune pour des futures missions difficiles de destruction de la technologie ennemie. Des indiscrétions des services de renseignements précisent que certains de ces experts ont joué un rôle fondamental dans la destruction, le 6 septembre 2007, du réacteur à plutonium que la Corée du nord construisait à A-Zur au nord de la Syrie.

L’aveu du responsable iranien tend à démontrer l’impuissance des ingénieurs iraniens qui n’ont pas réussi à interrompre le transfert de données sensibles depuis Téhéran jusqu’aux services de renseignement américain et israélien. Les Mollahs étaient persuadés que les informations confidentielles qui parvenaient jusqu’à ces services étaient obtenus par la collaboration d’agents doubles et ils avaient alors lancé des chasses aux sorcières dans tout le pays. Des informations concordantes avaient fait état d’une guerre ouverte entre les services iraniens proches du président Ahmadinejad et ceux fidèles au guide suprême Khamenei qui s’accusaient mutuellement d’espionnage et qui ont entraîné de violents affrontements le 23 août en plein Téhéran.

Action américano-israélienne

Lors de son précédent voyage à Washington, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait donné l’impression de céder en échange du soutien de Barack Obama contre le programme nucléaire iranien. En fait, il avait d’abord obtenu l’assurance du président américain que des sanctions financières seraient votées contre l’Iran pour mettre à mal ses ressources financières. Mais d’autre part ils avaient convenu, ensemble, du processus secret de la guerre cybernétique afin de paralyser les installations nucléaires iraniennes. Ces décisions ont amené le Premier ministre israélien à accepter le principe des négociations avec les Palestiniens.

Le virus avait pour objectif d’attaquer l’infrastructure nucléaire iranienne de la centrale de Bushehr, activée en août, ainsi que les centrifugeuses de Natanz. L’AIEA a confirmé qu’elle avait constaté un net ralentissement dans le traitement d’enrichissement de l’uranium dû à des problèmes techniques indéterminés, non résolus à ce jour, qui ont entraîné la mise hors service de 3.000 centrifugeuses. La guerre avec l’Iran est aujourd’hui une réalité.
slate

Imaginons que ce virus fasse son travail que la centrale de Bushehr explose, les iraniens ne pourront que se défendre et il est évident que les juifs extrémistes et leur caniche américains attendent cela avec impatience.
Pauvre République Islamique, 30 ans à recevoir des coups et pourtant ils tiennent bon, c’est un devoir moral que de soutenir cette nation, en effet ils sont attaqués sur tous les front, médiatiques, terroristes, et maintenant informatiques.
Sachons également que la Syrie est touchée par une maladie du blé, la rouille jaune, qui est en train de décimer les récoltes :

Après la sécheresse qui a paralysé l’agriculture en 2007-2008 et entraîné un exode rural aux conséquences économiques et sociales désastreuses, la Syrie doit à présent faire face à une pandémie agricole qui semble avoir condamné près de 30 % des récoltes en blé du pays, selon les agriculteurs, et 15 % de la production, selon le ministère de l’Agriculture. Cette maladie appelée rouille jaune est causée par des champignons parasitaires qui s’attaquent aux feuilles et aux pieds des plants de blé et se propagent facilement en conditions humides. Les fortes précipitations de pluie du mois de juin et les vents violents qui les ont suivies ont facilité l’expansion des spores causant cette maladie, notamment dans les régions de l’Est qui bordent l’Euphrate et qui constituent le grenier de la Syrie. Ces parasites s’attaquent davantage aux variétés de blé tendre (60 % de la production syrienne) qui est majoritairement utilisé pour faire du pain.

Pourquoi les Israéliens étaient-ils absents au discours d’Obama ? C’est une gifle à Obama que les élus ne soient pas venus

septembre 27, 2010

L’absence de la délégation israélienne au cours du discours du président américain Barak Obama à l’Assemblée générale a attiré l’attention de nombreux médias américains, dont le Los Angelos Times.

Sachant que lorsqu’Obama a appelé l’entité sioniste à poursuivre le gel des colonisations, dont la suspension est prévue le dimanche prochain, les caméras des télévisions qui couvraient l’évènement se sont braquées sur les sièges vides de la délégation israélienne.

Selon de nombreux observateurs américains, la seule explication de cette absence ne peut être que l’agacement israélien face à l’insistance américaine en faveur de ce gel, stipulé par les Palestiniens pour poursuivre les négociations, et refusée jusqu’à présent par Netanyahou qui suggère chaque fois des propositions.

Sachant que les responsables israéliens avaient justifié cette absence par l’observance de la fête religieuse juive, —, au cours de laquelle les Juifs s’abstiennent de sortir de chez eux.
Sans toutefois convaincre. Car elle n’explique pas non plus les raisons pour lesquelles le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est abstenu de participer personnellement à cette rencontre onusienne qui rassemble les chefs d’états du monde.
Toujours selon le journal américain, le discours d’Obama a été condamné par certains assistants de Netanyahou, lesquels lui reprochent « une ingérence inopportune ».
almanar

Les juifs extrémistes ne manquent pas de culot, je me languis de voir comment va régir l’amérique à la probable reprise de la colonisation, à la limite, si bibi lache l’extrème doite et est ralié par Kadima, il est encore possible d’imaginer que le moratoire sur les constructions soit maintenu.
Presque chaque jour des palestiniens sont tués et la colonisation est sur le point de reprendre, comment Abbas peut il négocier, ça me dépasse.

Quand les BRIC doubleront les marchés développés

septembre 27, 2010

Peu importe quand — dans un, trois, cinq, sept ou dix ans — les marchés émergents battront à plate couture leurs homologues des pays développés.

« On a beaucoup écrit sur le sujet des marchés émergents contre les marchés submergés », a noté Joel Bowman, « et à raison. Selon le stratégiste de Goldman Sachs, Timothy Moe, la valeur de marché des actions des marchés émergents va quintupler au cours des deux prochaines décennies, pour atteindre les 80 000 milliards de dollars d’ici 2030. La Chine aura d’ici là pris la place des Etats-Unis sur la première marche du podium, et sera devenu le marché le plus puissant du monde

« Comment les marchés émergents peuvent-ils atteindre des taux de croissance aussi solides ? » s’est demandé Joel à voix haute. « Ils travaillent. Qui plus est, ils font dans le productif — ils fabriquent des automobiles, des brosses à dents et des ponceuses à courroie — contrairement à ce que les pays occidentaux considèrent comme de la productivité — compter les gens, rédiger des lois et fouiller les grands-mères dans les aéroports ».

« Une telle divergence de productivité fait bien évidemment la joie de M. le Marché. Au cours de la dernière décennie, l’indice MSCI des marchés émergents a plus que doublé. Au cours de la même période, l’indice MSCI des pays développés a chuté de presque 21%. Cette tendance inquiétante (pour les pays développés) s’exprime pleinement sous des formes qui ne surprennent personne :

Un journaliste de Haaretz pense que les juifs laics doivent quitter israel pour l’Allemagne,  » Afin de sauver le peuple juif et qu’il ne sombre pas dans une régression religieuse et dans un nationalisme mû par des forces obscures  » ! Ahmadinejad dit la même chose…

septembre 26, 2010

Le journaliste du « Haaretz « , Benny Tsipper, a écrit dans le journal « Yäkinton », (du terme « Yäke » – Juif allemand) les propos suivants: « Afin de sauver le peuple juif et qu’il ne sombre pas dans une régression religieuse et dans un nationalisme mû par des forces obscures, il faut penser avec le plus grand des sérieux à un vaste plan de transfert d’Israéliens laïcs vers Berlin, afin qu’ils y créent un nouveau centre juif progressiste alternatif à l’Etat d’Israël d’aujourd’hui ».

« Israël n’arrivera jamais à être le centre spirituel du peuple juif, car il est imprégné dans le matérialisme et le sang. Il faut donc trouver un autre endroit, et Berlin semble le plus approprié pour cela » a-t’il ajouté. pour le Prof. Yehouda Bauer, lauréat du « Prix Israël », qui s’est dit « choqué et indigné » par ce qu’à écrit Tsipper.

« Venant de la part d’un journaliste qui est responsable de la rubrique culturelle d’un grand journal (Haaretz), ces propos sont scandaleux (…) Lorsqu’il affirme qu’Israël ne pourra jamais devenir le centre du peuple juif, il renforce tous ceux qui luttent actuellement contre nous. Sa position de ‘gauche’ est en fait du pur fascisme, car il existe un fascisme de gauche ».

Bauer confie « qu’il na jamais aimé l’esprit dans lequel écrit Tsipper dans ‘Haaretz’ et que maintenant, il comprenait pourquoi ! ». « Il s’agit d’un intellectualisme bon marché », poursuit Bauer, qui s’élève également contre le choix de Berlin effectué par Tsipper : « Berlin fut un grand centre du Judaïsme mais c’est aussi de là que vint la plus grande catastrophe que connut notre peuple.

Le choix de Tsipper est de très mauvais goût ». Benny Tsipper a préconisé, dans le journal « Yäkinton », le « transfert d’Israéliens laïcs vers Berlin » afin d’y créer « un nouveau centre juif progressiste alternatif à l’Etat d’Israël d’aujourd’hui ».
http://www.jerusalemplus.tv

Enfin quelque de sérieux, ce Benny Tsipper est dans le vrai, il regarde la situation sans dogmatisme, sans fard et avec réalisme, les israéliens sont en train de devenir complètement fous, on a appris récemment que 30 % des officiers de l’armée sont des religieux :

Un rapport du Département des Ressources Humaines de Tsahal publié mercredi, révèle que le nombre des officiers en kippa a été multiplié par douze durant les dix-sept dernières années ! Ils étaient 2,5% du total des officiers en 1997, et 31,4% en 2007.
Amos Harel, qui a publié un article à ce sujet dans «Haaretz», affirme «que ce changement profond de la société israélienne a été volontairement mis sous veilleuse par Tsahal durant des années afin de ne pas éveiller des luttes politiques à ce sujet et ne pas effrayer les milieux laïcs et gauchisants».
En effet, la gauche et l’extrême gauche, qui dominaient le pays durant les premières décennies de l’Etat, et dont certains membres se sont éloignés des idéaux sionistes, ne voient pas d’un bon œil l’émergence dans le pays – et à fortiori dans Tsahal – d’une «nouvelle élite» motivée et accrochés aux valeurs juives. Cette réticence à faire connaître ces données tranche avec l’abondance de publications et la fierté affichée (à juste titre) à l’époque où la majorité des officiers de Tsahal étaient issus du mouvement kibboutzique et des mouvements de jeunesse de gauche!
On se souvient avec effroi d’un article écrit en 1998 par le travailliste Shlomo Gazit, à l’époque Commandant des Renseignements Militaires (Aman), dans lequel il disait notamment : «…Pour moi les kippot sont comme le brassard nazi avec la croix gammée!». suite article hassidout.org

Whaou la phrase de Gazit tape dans le 1000, c’est exactement cela, ces pauvres gens sont totalement fanatisés, ils pensent avoir le droit de tuer tous les goyim qui seraient une menace pour israel, comme les SS pensaient avoir le droit de tuer les untermensch.

La récente affaire des photos de soldats posant devant des prisonniers palestiniens et les pathétiques incompréhensions de l’intéressée, qui a osé dire  » même si il n’y avait pas cette affaire, on aurait trouvé autre chose; le monde n’aime pas israel « , démontre la structure mentale complètement viciée d’une bonne partie des israéliens.

Il est comique de savoir qu’Ahmadinejad a dit plus ou moins la même chose en affirmant que c’était à l’Allemagne et l’Autriche de donner une partie de leur territoire aux juifs après la shoah.

Sinon, je suis tombé sur ça, et je trouve cela assez curieux :

Emeute arabe à Hébron: Tsahal disperse la foule
Une trentaine d’Arabes se sont révoltés samedi à Hébron en jetant des pierres sur les soldats de Tsahal. L’armée a réussi à disperser la foule grâce à des équipement spéciaux.guysen

Des équipement spéciaux, déja ça fait très novlangue guerrier, c’est très vague et je veux savoir ce que c’est, si quelqu’un a une idée ou une unformation, je suis preneur.

Enfin bref, il semblerait qu’Abbas a dit dans un journal arabe qu’il ne s’opposerait pas immédiatement à la poursuite des négociations si la colonisation reprenait :

 » Alors que le moratoire sur les colonies juives expire ce dimanche, le président palestinien, Mahmoud Abbas, annonce dans les colonnes du quotidien Al Hayat que les Palestiniens ne se retireront pas immédiatement des pourparlers de paix si Israël ne le prolonge pas.  » news.yahoo.com

Allez savoir si c’est pour démontrer que quoique fassent les palestiniens les israeliens ne veulent pas la paix ou si c’est une compromission de plus dont il sait que cela ne mènera à rien.

S-300: l’Iran qualifie d’illogique le refus des livraisons russes

septembre 23, 2010

Le ministre iranien de la Défense Ahmad Vahidi a qualifié d’illogique le refus de Moscou de livrer à Téhéran son système de missiles sol-air S-300, en déclarant que l’Iran travaillait à mettre au point un système équivalent, rapporte jeudi l’agence Fars.

« La mise au point d’un matériel similaire est à l’ordre du jour, et nous créerons des systèmes analogues », a-t-il dit, en déplorant que la Russie subisse la pression des Etats-Unis et d’Israël et agisse sous leur houlette.

Le président russe Dmitri Medvedev a publié mercredi 22 septembre un décret interdisant la livraison de missiles sol-air S-300 à l’Iran, en application des sanctions prises en juin dernier par le Conseil de sécurité de l’Onu.

« Cette résolution ne prévoit pas de restrictions pour des systèmes de DCA, et le comportement des autorités russes qui se réfèrent à ce document six mois après son adoption est dénué de logique. La Russie aurait dû remplir le contrat signé plusieurs années avant que le Conseil de sécurité de l’Onu n’adopte sa résolution 1929 », a souligné le ministre.

Téhéran et Moscou ont signé un contrat d’un montant d’environ 800 millions de dollars portant sur les livraisons à l’Iran de cinq divisions de missiles S-300 PMU-1 en 2007.

En juin 2010, le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté la quatrième résolution prévoyant des sanctions contre l’Iran, imposant des restrictions sur la fourniture à Téhéran d’armes conventionnelles, dont les missiles, les chars, les hélicoptères de combat, les avions d’assaut et les bâtiments de guerre.
novosti

Je pense que par illogique le ministre voulait dire complètement con, stupide, et significatif du peu de leadership et de volonté russe.
Medvedev est un faible.

Les chrétiens évangéliques, ces amis d’Israël, et surtout des super abrutis, les extrémistes juifs doivent se fendre la poire quand ils voient ça…

septembre 23, 2010


Des chrétiens évangéliques brandissent des drapeaux israéliens et américains à Jérusalem. (AP)

Des milliers de «chrétiens sionistes» sont venus à Jérusalem témoigner leur soutien à l’Etat hébreu et aux colons. Un lobby important pour le gouvernement israélien

«Shalom peuple élu, que la paix soit sur toi.» Eperdus d’admiration pour Israël, Hildegarde et Stanislas W., un couple de chrétiens évangéliques venus d’Allemagne, ont passé la journée de mercredi à arpenter les rues de Jérusalem pour y rencontrer leurs «frères juifs». Ils n’étaient pas les seuls puisque 5000 autres «chrétiens sionistes» venus de cent pays différents et représentant environ 600 millions de personnes sont réunis actuellement dans la cité sainte.

Objectif? Célébrer le 30e anniversaire de l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem (ICEJ), le siège de leur mouvement auquel Israël a d’ailleurs accordé le statut de la légation diplomatique, mais également confirmer le soutien de l’organisation à la politique de l’Etat hébreu ainsi qu’aux colons de Cisjordanie.

«Israël représente une goutte de lumière dans un océan d’obscurantisme violent», assène Roberto Pilos, un évangéliste philippin qui prétend également pratiquer une médecine naturelle ancestrale. «Je ne comprends pas que l’on puisse nier le lien historique et même charnel qui unit le peuple juif à la terre promise, poursuit-il. Ce lien est tellement évident qu’il ne prête pas à discussion même si les Palestiniens affirment avoir été spoliés. Nous aidons Israël de toutes nos forces et nous disposons de contacts partout dans le monde. Nous agissons loin des médias et de sa langue de bois. Nous, c’est aux gens de la rue que nous nous adressons.»

Une aide que les dirigeants de l’Etat hébreu ne négligent pas, puisque depuis le début des années 1980 tous les chefs de gouvernement israéliens ont fait acte de présence aux congrès de l’ICEJ. «Quels merveilleux amis vous faites. Dommage que tout le monde ne soit pas aussi fidèle», s’est ainsi exclamé Benyamin Netanyahou l’année dernière.

Malgré sa puissance, l’ICEJ n’est pourtant qu’un maillon parmi de nombreux autres dans la constellation d’organisations évangéliques constituant le lobby «chrétien sioniste». Aux Etats-Unis, la force de frappe de ces derniers est d’ailleurs plus importante que celle de l’Aipac – le lobby pro-israélien uniquement composé d’organisations juives – puisque les premiers disposent de plusieurs chaînes de télévision privées et de journaux. S’y ajoutent des milliers de comtés locaux ainsi qu’un maillage d’ONG couvrant principalement le monde anglo-saxon.

Certes, l’aide politique et financière apportée à l’Etat hébreu par certains évangélistes n’est pas toujours désintéressée. Plusieurs de ceux qui financent annuellement à coups de millions de dollars le départ vers Israël de juifs russes et iraniens sont par exemple persuadés que l’installation définitive des descendants d’Abraham sur les sites bibliques accélérera le retour de Jésus parmi les hommes. Donc, la conversion massive des juifs au christianisme.

Une théorie que les dirigeants israéliens font semblant de ne pas connaître tant les «chrétiens sionistes» sont utiles à leur cause. «Bien sûr, on peut toujours chicaner, mais pour une fois que nous avons des amis, nous n’allons pas nous en priver», affirme le député David Rotem, responsable du Groupe parlementaire de contact avec les alliés chrétiens. Quant aux responsables de la mouvance nationaliste-religieuse (la frange politique israélienne à l’origine de la colonisation des territoires), ils ne refusent jamais une invitation lancée par des organisations protestantes américaines parfois plus sionistes qu’eux.

Voilà pourquoi l’Etat hébreu déroule le tapis rouge lorsque les 1500 cadres du mouvement œcuménique Word of Life débarquent à Jérusalem. Et pourquoi les rabbins de plusieurs colonies de Cisjordanie, telle Efrat, se pressent pour serrer la main du pasteur texan John Hagee et de ses ouailles regroupés au sein des Chrétiens unis pour Israël.

Parmi les projets caritatifs soutenus par ce pasteur figure en tout cas la construction d’une salle polyvalente à Ariel, une implantation de 25 000 habitants où quelques dizaines de chrétiens sionistes se sont installés au début de la deuxième Intifada (en 2000). «Nous voulons soutenir le peuple élu agressé par les forces du mal», affirmaient-ils à l’époque. Ils n’ont pas changé d’avis depuis lors puisque plusieurs ont également demandé à rejoindre des colonies plus radicales.

En 2008, John Hagee avait pris fait et cause pour John McCain parce qu’il le considérait comme le «plus pro-israélien» des candidats républicains pour la course à la Maison-Blanche. Depuis, les Chrétiens unis pour Israël, associés à des dizaines d’autres organisations évangéliques, multiplient les interventions auprès des membres du Congrès et des sénateurs pour les convaincre que Jérusalem ne devrait pas être divisée en deux capitales de deux Etats. Les mêmes appuient également la reprise des constructions dans les colonies de Cisjordanie dès le 26 septembre, date officielle de la fin du moratoire de dix mois décidée par l’Etat hébreu.

Des heurts ont fait au moins une dizaine de blessés mercredi à Jérusalem-Est après la mort d’un Palestinien tué par un vigile employé par des colons. La police israélienne a pénétré dans l’après-midi sur l’Esplanade des mosquées, qui abrite le troisième lieu saint de l’islam et surplombe le mur des Lamentations, affirmant être intervenue à la suite de «jets de pierres» de jeunes Palestiniens. (AFP)
le temps.ch

Même si la raison  » théologique  » de ce soutien est délirante, ces évangélistes me font doucment rire,
 » shalom peuple élu  » oseent ils dire. C’est une alliance vraiment bancale, les extrémistes juifs se servent de ces débiles pour influer la politique US et les éxtrémistes évangéliques espèrent que ce soutient mènera à l’armagueddon et à la conversion des juifs au Christianisme, comme quoi entre super dégénérés il y a toujours moyen de s’entendre. Précisons qu’il est fort peu problable que les juifs se convertissent au christianisme, même en cas d’armagueddon, les évangeliques se font bananer quelque chose de bien, si seulement ils pouvaient lire ce que le talmud pense des chrétiens.

Les entreprises privées à nouveau plus sûres que les Etats….

septembre 23, 2010

Au XIXe siècle déjà, en réponse aux guerres napoléoniennes, les taux d’intérêt payés par les Etats avaient coutume d’être très supérieurs à ceux des banques d’investissement. Mais une telle constellation ne s’était plus produite depuis 1948 dans les pays industrialisés

La France doit payer un taux d’intérêt de 2,8% sur sa dette, l’Italie de 3,9%, l’Irlande de 6,8% la Grèce de 11,5%. A l’inverse de ces pays lourdement déficitaires, la Suisse offre un taux de 1,5%. Les écarts sont pires qu’au cœur de la tempête qui a soufflé sur l’eurozone ce printemps. Un événement nouveau s’est toutefois produit sur le marché du crédit. Les Etats les plus endettés ne sont plus considérés comme plus sûrs que les grandes entreprises privées de ces pays. Leur risque de défaut est supérieur à celui des sociétés. Ce signal envoyé aux autorités politiques mérite une analyse.

Au XIXe siècle déjà, en réponse aux guerres napoléoniennes, les Etats n’étaient pas de bons débiteurs. Leurs taux d’intérêt avaient coutume d’être très supérieurs à ceux des banques d’investissement*. Mais une telle constellation ne s’était plus produite depuis 1948 dans les pays industrialisés. Aujourd’hui, le risque des banques Intesa San Paolo, Monte dei Paschi et Banca Nazionale del Lavoro, mesuré par le risque de défaut (CDS), est inférieur à celui de l’Etat italien. En Grèce, le risque de défaut de Hellenic Telecom est cinq fois plus bas que celui de l’Etat. En France, celui de France Telecom est inférieur à celui de l’Etat français. Ce prix n’est pas une estimation lancée au hasard d’une réunion politique, mais celui que paient effectivement les investisseurs et entreprises. S’ils se trompent, ils en subissent les conséquences sur leur propre porte-monnaie. Au contraire du marché des CDS, réservé aux professionnels, on n’observe pas encore un pareil phénomène sur le marché obligataire.

Depuis 1948, la plus grande sécurité à l’égard des titres de l’Etat était intimement liée à l’introduction sur une grande échelle de l’impôt sur le revenu. Les Etats gagnaient une source de financement supplémentaire, stable et considérable. Le risque de faillite chutait fortement et les taux d’intérêt s’inscrivaient logiquement en dessous de celui des entreprises. Mais les excès étatiques ont tué la poule aux œufs d’or.

L’explosion des dépenses publiques, la polarisation de la politique et l’augmentation de l’économie souterraine, en réponse à une perte de confiance envers les politiques fiscales, ont invité les marchés financiers à revoir leur opinion. «Nous revenons au monde d’avant l’introduction de l’impôt sur le revenu et de l’impôt indirect», analyse Willem Buiter, économiste de Citigroup et ancien économiste du FMI. L’impôt sur le revenu a été introduit bien avant 1948 en Europe. Il date de 1789. La Grande-Bretagne l’avait introduit pour financer la guerre contre la France. Il fut ensuite aboli, puis réintroduit, à nouveau aboli et à nouveau réintroduit. Son poids dans le financement de l’Etat a littéralement explosé après la Seconde Guerre mondiale.

Ce changement de sentiment sur l’écart de risques entre entités privées et publiques est problématique. Les marchés signalent un profond scepticisme sur la capacité des Etats à se financer. Les résultats des élections dans les différents pays d’Europe ne laissent planer aucun doute. Les partis qui ne jurent que par les hausses d’impôts ne sont plus entendus. Les socialistes rétorquent que la crise traduit le besoin de mettre fin au libéralisme. Mais le citoyen n’a pas besoin des médias pour s’apercevoir que l’Etat prend plus de 50% de la richesse nationale et que ce sont les errements réglementaires et politiques qui ont conduit à la crise.

Qu’importe cette érosion de la signature, dira-t-on. L’Etat ne peut pas faire faillite. Certes une différence de nature existe entre un emprunteur privé et un emprunteur public. L’Etat ne peut cesser d’exister. Il paie ses intérêts selon son bon vouloir, lequel dépend de son analyse des coûts et bénéfices d’un défaut de paiement. Le créancier peut difficilement forcer un débiteur souverain à payer son dû. L’histoire n’a pas toujours été aussi tendre avec lui: Le Newfoundland a perdu sa souveraineté en 1933 pour être intégré au Canada, après un défaut de paiement résultant des effets de la dépression. La Grande-Bretagne avait pour sa part coutume d’envahir les Etats qui ne payaient pas leurs dettes, à l’image de l’Egypte en 1882 et de la Turquie en 1876

La sanction d’un défaut souverain paraît ridicule. Le pays est exclu temporairement du marché des capitaux. Mais cette décision pénaliserait le système bancaire et les entreprises auraient encore plus de difficultés à se financer. L’exclusion est plus douloureuse qu’il n’y paraît. D’ailleurs, son retour pourrait prendre d’autant plus de temps qu’il refuse de se réformer. Dans les années 1980, la durée d’exclusion d’un pays en défaut atteignait 4,5 ans en moyenne, dans les années 1990 3,5 mois. Mais il serait dangereux de s’en tenir à des moyennes.

Le choix d’annoncer son défaut est d’autant plus «attractif» que le niveau d’endettement est élevé, le déficit public primaire (hors frais financiers) bas et la volonté d’avoir un accès aux marchés financiers élevée, selon Willem Buiter. Chaque Etat dispose d’alternatives au défaut de paiement, mais elles ne sont pas indolores: ajustement fiscal, monétisation de la dette (impossible pour la Grèce), sauvetage par des tiers, réformes structurelles. La décision de défaut, par exemple pour la Grèce, doit aussi être confrontée au risque de défaut des banques allemandes et françaises. Par l’effet des vases communicants, un défaut grec pourrait mettre à genoux les banques françaises et allemandes. La première crise de la dette internationale avait d’ailleurs éclaté lorsque le roi d’Angleterre Edouard III a fait défaut sur sa dette en 1340 après une série de défaites militaires. Par ricochet, les plus touchées ont été les banques italiennes. La banque Peruzzi dut faire faillite.

La Grèce pourrait être le premier pays industrialisé depuis 1945 sur la triste liste des débiteurs souverains en faillite. D’autres parient sur l’Irlande. En Grèce, les milliards du FMI, de la BCE et des Etats de l’eurozone n’ont permis qu’à gagner du temps. Grec lui-même et professeur d’économie à l’Université de Berne, Harris Dellas critique la politique de son pays dans Finanz und Wirtschaft. A son avis, le gouvernement doit préparer soigneusement le défaut et la restructuration de la dette. Il n’a entrepris que des réformettes. Presque toutes les branches restent cartellisées et personne n’accepte le changement.

Un libéral peut se réjouir du sort subi par les Etats ultra-keynésiens. Mais les victimes de ces errements risquent d’être nombreuses. Le capitalisme a besoin d’un Etat réduit à ses fonctions régaliennes et délesté de ses excès de redistribution, mais pas d’un Etat en faillite
le temps.ch

Et wé, c’est ce que Rocard a compris, le rouleau compresseur des multinationales va détruire les états nations et permettre l’établissent du NWO, l’entreprise sera la bras armée des élites pour à la fois nous controler, nous manipuler et nous esclavagiser.
Bienvenue dans le communisme privé, synthèse du communisme et du capitalisme avec la Chine comme porte étendart.

La biographie cachée des Obama : une famille au service de la CIA (2nde partie)

septembre 23, 2010

Dans la seconde partie de son enquête, Wayne Madsen s’intéresse à la biographie de la mère et du beau-père du Président Barack Obama. Il retrace leur parcours en tant qu’agents de la CIA d’abord à l’Université de Hawaii, où s’élaboraient quelques-uns des projets les plus sombres de l’Agence, puis en Indonésie, alors que les États-Unis préparaient un immense massacre de sympathisants communistes. Leur carrière s’inscrit dans cette période qui vit les débuts de la mondialisation en Asie et dans le reste du monde. À la différence de la dynastie Bush, Barack Obama a su cacher ses propres liens avec la CIA et en particulier, ceux de sa famille, jusqu’à aujourd’hui. Madsen conclut par cette question : « Que cache encore Barack Obama ? »

Le jeune « Barry » Obama Soetoro, alors âgé de 10 ans, en compagnie de son beau-père Lolo Soetoro, de sa mère, Ann Dunham Obama Soetoro, et de sa demi-sœur, Maya Soetoro. (photo de famille, publiée par Bloomberg News)

ans la première partie de ce dossier spécial, le Wayne Madsen Report (WMR) révélait les liens entre Barack Obama senior et le convoyage aérien entre l’Afrique et les États-Unis d’un groupe de 280 étudiants originaires d’Afrique du Sud et des nations d’Afrique de l’Est indépendantes ou sur le point de le devenir. En leur attribuant des diplômes universitaires, les États-Unis s’assuraient la sympathie des heureux élus et espéraient contrer les projets similaires que mettaient en œuvre l’Union soviétique et la Chine. Barack Obama senior fut le premier étudiant étranger à s’inscrire à l’Université de Hawaii. Obama senior et la mère de Barack Obama, Ann Stanley Dunham, se rencontrèrent en cours de russe en 1959 ; ils se marièrent en 1961.

Le programme d’invitation d’étudiants africains était géré par le leader nationaliste Tom Mboya ; il était le mentor et ami d’Obama senior, et comme lui originaire de la tribu des Luo. Les documents de la CIA cités dans la première partie de ce dossier établissaient la collaboration active de Mboya avec la CIA dans le but d’empêcher les nationalistes prosoviétiques et prochinois de prendre l’ascendant sur les mouvements nationalistes panafricains dans les milieux politique, étudiant et ouvrier.

L’un des opposants les plus acharnés de Mboya était le premier Président de la République du Ghana, Kwame Nkrumah, renversé en 1966 lors d’une opération montée par la CIA. L’année suivante, Barack Obama et sa mère rejoignirent Lolo Soetoro en Indonésie. Soetoro avait rencontré Ann Dunham en 1965 à l’Université de Hawaii, alors que le jeune Barack était âgé de quatre ans.

En 1967 donc, Barack et sa mère s’installaient à Jakarta. En 1965, Lolo Soetoro avait été rappelé par le général Suharto pour servir dans le haut-commandement militaire et aider à la planification, avec le soutien de la CIA, du génocide d’Indonésiens et de Sino-indonésiens procommunistes à travers tout le pays. Suharto consolida son pouvoir en Indonésie en 1966, l’année même où Mboya aida la CIA à trouver les soutiens nécessaires parmi les nationalistes panafricains pour renverser le Président Nkrumah au Ghana.

L’East-West Center de l’Université de Hawaii et le coup d’État de la CIA contre Sukarno

Liens entre les diverses institutions et la CIA.

Ann Dunham rencontra Lolo Soetoro à l’East-West Center de l’Université de Hawaii. Ce centre était lié depuis longtemps aux activités de la CIA dans la zone Asie / Pacifique. En 1965, l’année où Dunham rencontra et épousa Lolo Soetoro, un nouveau doyen fut nommé à l’East-West Center : Howard P. Jones, qui avait été l’ambassadeur des États-Unis en Indonésie lors de sept années capitales pour le pays entre 1958 et 1965. Jones était présent à Jakarta quand Suharto et ses officiers agissant pour le compte de la CIA planifièrent le renversement de Sukarno, accusé, à l’instar du PKI (le Parti communiste indonésien), d’être allié à la Chine [1].

Le 10 octobre 1965, alors qu’il était le doyen de l’East-West Center, Jones publia un article pour le Washington Post dans lequel il prenait la défense de Suharto dans le coup d’État contre Sukarno. Le Post l’invitait à commenter ce coup d’État, décrit comme un « contre-coup d’État » pour reprendre le pouvoir aux mains des communistes. Jones déclarait que Suharto n’avait fait que répondre à un putsch communiste contre Sukarno mené par le Lieutenant-colonel Untung, « un capitaine de bataillon relativement inconnu, en poste dans la garde présidentielle. »

Jones, dont les propos reflètent le contenu des rapports de la CIA issus de l’ambassade des États-Unis à Jakarta, poursuivait son article en affirmant que le prétendu putsch communiste du 30 septembre 1965 « était tout près de réussir, après le meurtre de six officiers du haut-commandement. Il aurait bien pu réussir si le ministre de la Défense Nasution et un certain nombre d’autres généraux n’avaient pas réagi suffisamment rapidement pour organiser un contre-putsch spectaculaire. » Bien entendu, ce dont Jones se garda d’informer les lecteurs du Post était que Suharto avait fortement bénéficié du soutien de la CIA.

Ni Sukarno ni le gouvernement indonésien, au sein duquel siégeaient les leaders de deuxième et de troisième rang du PKI, ne reprochèrent aux communistes ces assassinats. On ne peut pas exclure l’hypothèse que ces meurtres soient une opération sous fausse bannière organisée par la CIA et Suharto, destinée à porter les accusations sur le PKI. Deux jours après le putsch de Suharto, les participants à une manifestation orchestrée par la CIA incendièrent le quartier général du PKI à Jakarta. En défilant devant l’ambassade états-unienne, qui abritait également une antenne de la CIA, ils scandaient les mots : « Longue vie aux États-Unis ! »

Untung déclara quant à lui que, lorsqu’il réalisa que Suharto et la CIA préparaient le coup d’État pour le jour de parade de l’armée indonésienne, le 5 octobre 1965, Sukarno et lui, suivis des militaires leur étant restés fidèles, passèrent les premiers à l’action. Jones répondit qu’il voyait dans cette version « la traditionnelle propagande communiste. » Suharto s’engagea contre Sukarno le 1er octobre. Jones répéta « qu’il n’y avait pas une once de vérité dans l’accusation portée contre la CIA d’avoir agi contre Sukarno. » Les historiens ont prouvé le contraire. Jones accusait les communistes de profiter de la santé fragile de Sukarno pour exclure tout candidat susceptible de lui succéder. Leur but, toujours selon Jones, était d’imposer D. N. Aidit, le chef du PKI, à la succession de Sukarno. Sukarno ne mourut qu’en 1970, alors qu’il se trouvait en résidence surveillée.

Un document de la CIA, auparavant classé secret et non daté, mentionne que « Sukarno [souhaitait] revenir à la configuration d’avant-putsch. Il [refusait] d’accuser le PKI et le Mouvement de 30 septembre [du Lieutenant-colonel Untung] ; il [appela] plutôt à l’unité du peuple indonésien et [dissuada] les velléités de vengeance. Mais il ne [parvint] pas à empêcher l’armée de poursuivre ses opérations contre le PKI ; il [agit] même dans leur sens en nommant le général Suharto à la tête de l’armée. » Suharto et le beau-père de « Barry » Obama Soetoro, Lolo Soetoro, ignorèrent les appels de Sukarno à l’apaisement, comme le découvriraient très vite les Indonésiens.


Après l’échec du coup d’État militaire attribué aux officiers des mouvances de gauche en 1965, Suharto (à gauche) déclencha de sanglantes purges anticommunistes au cours desquelles un million de civils furent tués.

Le massacre des populations sino-indonésiennes par Suharto est évoqué dans les documents de la CIA au travers de la description du parti Baperki : « Les sympathisants du parti de gauche Baperki, très implanté dans les zones rurales, sont majoritairement d’origine sino-indonésienne. » Une note déclassifiée de la CIA, datée du 6 octobre 1966, démontre l’étendue du contrôle et de la supervision exercés par la CIA dans le coup d’État contre Sukarno ; de nombreux agents servaient d’intermédiaires avec les unités armées de Suharto postées aux abords du palais présidentiel à Bogor et de diverses ambassades dans tout le pays, dont le consulat des États-Unis à Medan. Ce consulat surveillait les sympathisants de gauche dans cette ville de l’île de Sumatra et, selon un mémo de la CIA du 2 octobre 1965, porta à la connaissance de l’Agence le fait que « le consul soviétique disposait d’un avion prêt à évacuer les citoyens soviétiques de Sumatra. » La note du 6 octobre recommandait également d’empêcher Untung de recueillir trop de soutien parmi les populations de l’intérieur de l’île de Java. Ann Dunham Soetero « gagnant les cœurs et les esprits » des fermiers et des artisans javanais dans le village de Kajar.

Un rapport hebdomadaire déclassifié de la CIA concernant l’Indonésie, daté du 11 août 1967 et intitulé « Le Nouvel ordre en Indonésie », fait apparaître qu’en 1966, l’Indonésie restructura son économie pour remplir les conditions d’attribution de l’aide du FMI. Dans ce rapport, la CIA se réjouissait du nouveau triumvirat installé au pouvoir en Indonésie en 1967 : Suharto, le ministre des Affaires étrangères, Adam Malik, et le Sultan de Jogjakarta [2], qui était aussi ministre de l’Économie et des Finances. La CIA se félicitait également de l’interdiction du PKI, mais concédait qu’il « rassemblait néanmoins de nombreux partisans à l’est et au centre de Java » ; c’est dans cette région que, par la suite, Ann Dunham Soetoro concentrerait ses activités pour le compte de l’USAID (Agence des États-Unis pour le développement international), la Banque mondiale et la Fondation Ford, des sociétés écrans de la CIA. Sa mission était de « gagner les cœurs et les esprits » des fermiers et des artisans javanais.

Dans une note déclassifiée de la CIA du 23 juillet 1966, le parti musulman Nahdatul Ulama (NU), le parti le plus puissant en Indonésie, est clairement vu comme un allié naturel des États-Unis et du régime de Suharto. Le rapport établit que Suharto bénéficia d’une assistance pour renverser les communistes pendant la période de contre-putsch, notamment là où le NU était le mieux implanté : à l’est de Java, au nord de Sumatra et dans plusieurs zones de l’île de Bornéo. Une autre note déclassifiée de la CIA, datée du 29 avril 1966, fait référence au PKI : « Les extrémistes musulmans ont surpassé l’armée à bien des égards en traquant et en tuant les membres du [PKI] et d’autres groupes affiliés servant de couverture. »

Dunham et Barry Soetoro à Jakarta et les activités secrètes de l’USAID

Enceinte de Barack Obama, Dunham abandonna en 1960 ses études à l’Université de Hawaii. Barack Obama senior quitta Hawaii en 1962 pour étudier à Harvard. Dunham et Obama senior divorcèrent en 1964. À l’automne 1961, Dunham s’inscrivit à l’Université de Washington et éleva son enfant. Elle réintégra l’Université de Hawaii entre 1963 et 1966. Lolo Soetoro, qui s’unit à Dunham en mars 1965, quitta Hawaii pour l’Indonésie le 20 juillet 1965, trois mois avant les opérations de la CIA contre Sukarno. Il est clair que Soetoro, promû colonel par Suharto, était rappelé à Jakarta pour participer au coup d’État contre Sukarno, des troubles qui causèrent la mort d’environ un million d’Indonésiens parmi les populations civiles. Le Président Obama préfèrerait que la presse ignore ce passé ; c’est bien ce qu’elle a fait pendant la campagne des primaires et de l’élection présidentielle de 2008.

En 1967, après son arrivée en Indonésie avec Obama junior, Dunham enseigna l’anglais à l’ambassade états-unienne de Jakarta, où se trouvait l’une des antennes de la CIA les plus importantes en Asie, relayée par d’importants bureaux situés à Surabaya, à l’est de Java, et à Medan, sur l’île de Sumatra. Jones quitta son poste de doyen à l’Université de Hawaii en 1968.

En fait, la mère d’Obama enseignait l’anglais pour le compte de l’USAID, une vaste organisation qui servait de couverture aux activités secrètes de la CIA en Indonésie et dans toute l’Asie du Sud-Est, en particulier au Laos, au Sud-Viêt Nam et en Thaïlande. Le programme de l’USAID est connu sous le nom de Lembaga Pendidikan Pembinaan Manajemen. Bien que son fils et les gens qui l’ont côtoyée à Hawaii décrivent Dunham comme un esprit libre et une « enfant des sixties », les activités qu’elle a exercées en Indonésie viennent contredire la thèse qui fait d’elle une « hippy. »

L’apprentissage du russe que suivit Dunham à Hawaii a dû se révéler très utile à la CIA en Indonésie. Dans une note déclassifiée, datée du 2 août 1966, son auteur, le Secrétaire général du Conseil de sécurité nationale des États-Unis, Bromley Smith, relatait qu’à l’instar du Japon, de l’Europe occidentale, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Malaisie et des Philippines, l’Union soviétique et ses alliés en Europe de l’Est avaient bien accueilli la nouvelle du putsch de Suharto car il créait une Indonésie non-alignée qui « représentait un contrepoids en Asie face à la Chine communiste. » Des archives prouvent que, comme Ann Dunham, plusieurs agents de la CIA, en poste à Jakarta avant et après le coup d’État de 1965, parlaient couramment le russe.

Lorsqu’elle séjourna en Indonésie, puis au Pakistan, Dunham Soetoro travailla pour la Fondation Ford, la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la banque Rakyat (la banque publique indonésienne, propriété du gouvernement) et l’USAID.

L’USAID fut impliquée dans des opérations secrètes de la CIA en Asie de Sud-Est. Le 9 février 1971, le Washington Star publia l’information selon laquelle les responsables de l’USAID au Laos savaient que le riz dont l’USAID approvisionnait l’armée laotienne était revendu à l’armée nord-vietnamienne au Laos même. Le rapport révèle que les États-Unis toléraient la revente du riz de l’USAID car l’armée laotienne n’avait ainsi plus à craindre les attaques du Nord-Vietnam et de leurs alliés communistes du Pathet Lao. L’USAID et la CIA utilisaient l’approvisionnement de riz pour obliger les tribus Méo du Laos à rejoindre le camp des États-Unis dans la guerre contre les communistes. Des fonds de l’USAID étaient destinés à venir en aide aux civils blessés et à instaurer un système d’assurance-maladie au Laos ; ils furent détournés et utilisés à des fins militaires.

En 1971, le Centre d’études vietnamiennes à l’Université de l’Illinois à Carbondale, financé par l’USAID, fut accusé d’être une société écran de la CIA. Les projets financés par l’USAID par le biais du Consortium des universités du Midwest pour les activités internationales (Midwest Universities Consortium for International Activities, MUCIA), qui inclut les Universités de l’Illinois, du Wisconsin, du Minnesota, de l’Indiana, et du Michigan, furent soupçonnés d’être des projets secrets de la CIA. Parmi ceux-ci, figuraient les programmes « d’éducation agraire » en Indonésie et d’autres projets en Afghanistan, au Mali, au Népal, au Nigeria, en Thaïlande et au Sud-Viêt Nam. Ces accusations furent émises en 1971, quand Ann Dunham travaillait pour l’USAID en Indonésie.

Dans un article du 10 juillet 1971, le New York Times accusait l’USAID et la CIA d’avoir « perdu » 1,7 milliards de dollars dévolus au programme CORDS (Civil Operations and Revolutionary Development Support). Ce programme faisait partie de l’Opération Phénix, dans le cadre de laquelle la CIA procéda à la torture et à l’assassinat de nombreux civils, patriarches et moines bouddhistes dans les villages du Sud-Viêt Nam [3]. Des sommes d’argent en provenance de l’USAID furent également reçues par une ligne aérienne détenue par la CIA en Asie du Sud-Est, Air America. En Thaïlande, le financement par l’USAID du Programme de développement rural accéléré (Accelerated Rural Development Program) cachait en fait les opérations de lutte contre l’insurrection communiste. De même, en 1971, dans les mois précédant le déclenchement de la troisième guerre indo-pakistanaise, les fonds de l’USAID destinés aux projets de travaux publics dans l’est du Pakistan furent utilisés pour la consolidation militaire des frontières avec l’Inde. Ces détournements étaient contraires à la loi états-unienne qui interdit l’utilisation des fonds de l’USAID pour des programmes militaires.

En 1972, dans un entretien avec Metromedia News, le directeur de l’USAID, le Docteur John Hannah admit que la CIA se servait de l’USAID comme société écran pour ses opérations secrètes au Laos. Hannah affirmait que l’USAID était une société écran uniquement au Laos. Pourtant, l’USAID s’est avérée servir de couverture également en Indonésie, aux Philippines, au Sud-Viêt Nam, en Thaïlande et en Corée du Sud. Les projets de l’USAID en Asie du Sud-Est devaient être approuvés par le SEADAG (Southeast Asian Development Advisory Group), un groupe élaborant des projets publics en Asie, qui devait en réalité se ranger derrière l’avis de la CIA.

En 1972, il fut prouvé que le programme Food for Peace, administré par l’USAID et le Département de l’agriculture états-unien, reçut un financement à visée militaire pour des projets au Cambodge, en Corée du Sud, en Turquie, au Sud-Viêt Nam, en Espagne, à Taïwan et en Grèce. En 1972, l’USAID ne fit parvenir de l’argent que dans les zones méridionales du Nord-Yémen, dans le but d’armer les forces nord-yéménites contre le gouvernement du Sud-Yémen, alors dirigé par les socialistes, opposés à l’hégémonie états-unienne dans la région.

L’une des institutions affiliées aux travaux de l’USAID en Indonésie était la Fondation Asie (Asia Foundation), créée dansles années 1950 avec l’aide de la CIA pour contrer l’expansion du communisme en Asie. La pension de l’East-West Center à l’Université de Hawaii était financée par la Fondation Asie. Obama senior séjourna dans cette pension à son arrivée du Kenya, après avoir bénéficié du programme d’aide aux étudiants africains organisé par l’un des agents d’influence de la CIA en Afrique, Tom Mboya.

Dunham séjourna également au Ghana, au Népal, au Bangladesh, en Inde et en Thaïlande dans le cadre de projets de microfinancement. En 1965, Barack Obama senior quitta Harvard et retourna au Kenya, accompagné de sa nouvelle épouse états-unienne. Obama senior reprit contact avec son vieil ami, le « golden boy » de la CIA Tom Mboya, et avec d’autres hommes politiques d’origine Luo, la tribu d’Obama senior. Philip Cherry dirigea l’antenne de la CIA à Nairobi de 1964 à 1967. En 1975, il fut nommé à la tête de l’antenne de la CIA à Dacca au Bangladesh. L’ambassadeur états-unien au Bangladesh de l’époque, Eugene Booster, accusa Cherry d’être impliqué dans l’assassinat du premier Président du Bangladesh, Sheik Mujiur Rahman, et d’autres membres de sa famille. L’exécution de la famille présidentielle bangladaise auraient vraisemblablement été ordonnée par le Secrétaire d’État Henry Kissinger. Le Bangladesh constituait également une étape sur l’itinéraire qu’Ann Dunham suivait pour le compte de la CIA dans le cadre de projets de micro et de macro-financement.

Obama et ses grands-parents maternels, Madelyn et Stanley Dunham, en 1979. Sa grand-mère fut vice-présidente de la Banque de Hawaii, une institution bancaire utilisée par diverses sociétés écrans de la CIA.

Les banques de la CIA et Hawaii

Ann Dunham resta en Indonésie quand le jeune Obama retourna à Hawaii en 1971 ; elle confia son fils à sa mère, Madelyn Dunham. Cette dernière fut la première femme à occuper le poste de vice-président de la Banque de Hawaii à Honolulu. Diverses sociétés écrans de la CIA utilisaient alors la Banque de Hawaii. Madelyn Dunham s’occupait de la gestion des comptes cachés que la CIA utilisait pour les transferts de fonds au bénéfice des dictateurs en place en Asie, tels que le Président de la République des Philippines, Ferdinand Marcos, le Président de la République du Viêt Nam, Nguyen Van Thiêu, et le Président de la République d’Indonésie, le général Suharto. En effet, la Banque de Hawaii se chargeait du blanchiment d’argent de la CIA, afin de dissimuler le soutien qu’accordait la CIA à ses leaders politiques préférés dans la région Asie-Pacifique.

À Honolulu, l’une des sociétés bancaires les plus utilisées par la CIA pour le blanchiment d’argent était la BBRDW (Bishop, Baldwin, Rewald, Dillingham & Wong). En 1983, la CIA donna son accord pour la liquidation de la BBRDW, soupçonnée de n’être qu’une chaîne de Ponzi. À cette occasion, le sénateur Daniel Inouye — membre du Comité du renseignement du Sénat états-unien (US Senate Select Committee on Intelligence) et l’un des meilleurs amis au parlement de l’ancien sénateur de l’Alaska, Ted Stevens — déclara que le rôle de la CIA dans la BBRDW était « insignifiant. » Plus tard, on découvrit qu’Inouye mentait. En fait, la BBRDW était largement impliquée dans le financement des activités secrètes de la CIA dans toute l’Asie, dont celles d’espionnage industriel au Japon, de vente d’armes aux guérillas anticommunistes des Moudjahidine afghans et à Taïwan. John C. « Jack » Kindschi était l’un des dirigeants de la BBRDW ; avant de partir à la retraite en 1981, il fut chef de poste de la CIA à Honolulu. Le diplôme universitaire ornant le mur du bureau du président de la BBRDW, Ron Rewald, était un faux, fourni par les experts en falsification de la CIA ; son nom fut également ajouté aux archives des anciens étudiants.

Le passé de la BBRDW fut réécrit par la CIA pour faire croire à la présence de cette banque à Hawaii dès l’annexion de l’archipel en tant que territoire des États-Unis [4]. Le Président Obama se bat actuellement contre les accusations selon lesquelles ses diplômes et ses notes de cours seraient des faux, tout comme le seraient son numéro de sécurité sociale établi dans le Connecticut et certains éléments qui agrémentent son CV. La découverte des documents falsifiés de la BBRDW serait-elle à l’origine des questions qui font surface à propos du passé de Barack Obama ?

La BBRDW était installée dans le quartier d’affaires d’Honolulu, près du siège de la Banque de Hawaii, là où étaient détenus les comptes cachés de la CIA gérés par Madelyn Dunham, la grand-mère d’Obama. La Banque de Hawaii s’occupa de très nombreuses transactions financières secrètes opérées par la BBRDW.

Obama-Soetoro et « les années de tous les dangers » [5] à Jakarta

Il est clair qu’Ann Dunham Soetoro et son mari indonésien, Lolo Soetoro, le beau-père du Président Obama, étaient très étroitement liés aux activités de la CIA visant à neutraliser l’influence sino-soviétique en Indonésie pendant « les années de tous les dangers » après l’éviction de Sukarno. Le Wayne Madsen Report a découvert que des agents de haut-rang de la CIA furent nommés officiellement et officieusement à des postes de couverture en Indonésie pendant la même période, des couvertures fournies, entres autres, par l’USAID, les Peace Corps et l’USIA (US Information Agency).

L’un des contacts les plus proches de Suharto à la CIA était Kent B. Crane, qui avait figuré parmi les agents de la CIA en poste à l’ambassade états-unienne à Jakarta. Crane était si proche de Suharto, qu’après « son départ à la retraite » de la CIA, il aurait été l’un des rares hommes d’affaires « privés » à obtenir un passeport diplomatique indonésien du gouvernement Suharto. La société de Crane, le Crane Group, fournissait des armes de petit calibre aux forces militaires états-uniennes, indonésiennes et d’autres pays. Crane fut le conseiller aux Affaires étrangères du vice-président des États-Unis, Spiro Agnew ; il fut par la suite nommé ambassadeur des États-Unis en Indonésie par le Président Ronald Reagan. Cette nomination resta lettre morte à cause de ses liens suspects avec Suharto. John Holdridge, un proche de Kissinger, fut nommé à sa place ; à son départ de Jakarta, c’est Paul Wolfowitz qui le remplaça.

Les protégés de Suharto, parmi lesquels comptaient aussi Mokhtar et James Riady de Lippo Group, se virent accusés d’avoir injecté plus d’un million de dollars par le biais de contributions étrangères illégales vers les comptes de campagne de Bill Clinton en 1992. À deux reprises, le Président Obama a repoussé sa visite officielle en Indonésie ; peut-être craint-il l’intérêt que pourrait éveiller un tel déplacement sur les liens de sa mère et de son beau-père avec la CIA ?

Ann Dunham en visite dans un élevage de canards à Bali, officiellement dans le cadre de son travail pour développer des programmes de crédit bancaire aux petites entreprises.

Dans les années 1970 et 1980, Dunham s’occupait de projets de microcrédit en Indonésie pour la Fondation Ford, l’East-West Center et l’USAID. Le Docteur Gordon Donald junior était l’une des personnes en poste à l’ambassade des États-Unis. Il aida à protéger les bâtiments de l’ambassade lors des violentes manifestations étudiantes anti-états-uniennes pendant la période du putsch contre Sukarno. Rattaché au Bureau des affaires économiques, Donald était responsable du programme de microfinancement de l’USAID destiné aux paysans indonésiens ; c’est sur ce même programme que Dunham travailla en collaboration avec l’USAID dans les années 1970, après avoir enseigné l’anglais en Indonésie, toujours pour le compte de l’USAID. Dans l’ouvrage Who’s Who in the CIA, publié en 1968 en Allemagne de l’Ouest, Donald est décrit comme un agent de la CIA, ayant également été en poste à Lahore au Pakistan, une ville dans laquelle Dunham séjournerait plus tard, dans une suite de l’hôtel Hilton, pour mener les projets de microfinancement pour la Banque asiatique de développement, durant cinq ans.

Parmi les hommes en poste à Jakarta, le Who’s Who in the CIA fait apparaitre Robert F. Grealy ; il deviendrait par la suite le directeur des relations internationales dans la zone Asie-Pacifique chez J. P. Morgan Chase, puis le directeur de la Chambre de commerce pour les États-Unis et l’Indonésie. Le Pdg de J. P. Morgan Chase, Jamie Dimon, a en outre récemment été cité comme un remplaçant potentiel de Richard Geithner, le Secrétaire du Trésor, dont le père, Peter Geithner, travaillait à la Fondation Ford et avait le dernier mot pour l’attribution des fonds destinés aux projets de microfinancement de Dunham.

Les projets inavouables de la CIA et Hawaii

Alors qu’elle séjournait au Pakistan, Ann Dunham reçut la visite de son fils Barack en 1980 et en 1981. Obama se rendit par la même occasion à Karachi, à Lahore et dans la ville indienne d’Hyderabad. Pendant cette même période, la CIA intensifiait ses opérations en Afghanistan depuis le territoire pakistanais.

Le 31 janvier 1981, le directeur-adjoint du Bureau des recherches et des rapports de la CIA (ORR, Office of Research and Reports) transmit au directeur de la CIA, Allen Dulles, une longue note, classée secret, code NOFORN [6], et aujourd’hui déclassifié. Il y fait le rapport d’une mission de collecte de renseignements diligentée entre le 17 novembre et le 21 décembre 1957 en Extrême-Orient, en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient.

Le chef de l’ORR y évoquait sa rencontre avec l’équipe du général à la retraire Jesmond Balmer, alors haut-responsable de la CIA à Hawaii, au sujet de la demande formulée par le chef de l’US Pacific Command pour « la collecte de nombreuses informations nécessitant de longues recherches. » Le chef de l’ORR mentionnait ensuite les recherches effectuées par la CIA pour recruter « des étudiants sinophones de l’Université de Hawaii capables de mener à bien des missions de renseignement. » Il abordait ensuite les débats qui s’étaient tenus lors d’un séminaire sur le contre-espionnage de l’Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est qui eut lieu à Baguio entre le 26 et 29 novembre 1957. Le Comité économique avait d’abord discuté des « fonds pour le développement économique » destinés à combattre « les activités de subversion exercées par le bloc sino-soviétique dans la région », avant « d’envisager toutes les réactions susceptibles d’être mises en œuvre. »

Les délégations thaïlandaise et philippine firent beaucoup d’efforts pour obtenir le financement états-unien d’un fonds de développement économique, qui aurait enclenché d’autres projets de l’USAID dans la région, du même type que ceux dans lesquels Peter Geithner et la mère de Barack Obama s’investissaient intensément.

Une importante littérature existe sur les aspects géopolitiques des opérations secrètes de la CIA menées depuis l’Université de Hawaii ; il n’en est pas de même pour les éléments les plus inavouables de la collecte de renseignements et des opérations de type MK-ULTRA, qui n’ont pas été associées de manière systématique à l’Université de Hawaii.

Plusieurs notes déclassifiées de la CIA, datées du 15 mai 1972, font référence à l’implication du département de la Défense ARPA (Advanced Research Projects Agency) et de l’Université de Hawaii dans un programme d’études comportementales de la CIA. Ces mémos furent rédigés par Bronson Tweedy, alors directeur-adjoint de la CIA, le directeur du PRG (Program Review Group) de l’US Intelligence Community et le directeur de la CIA, Robert Helms. Ces mémos ont pour thème « les recherches menées par l’ARPA concernant le renseignement. » La note provenant du directeur du PRG aborde une conférence à laquelle participa le Lieutenant-colonel Austin Kibler, le directeur des études comportementales de l’ARPA, le 11 mai 1972. Kibler supervisait les recherches de l’ARPA sur les modifications comportementales et la surveillance à distance. Les mémos du directeur du PRG évoquent plusieurs hauts-responsables : Edward Proctor, le directeur-adjoint en charge du renseignement à la CIA, Carl Duckett, le directeur-adjoint en charge des sciences et des technologies à la CIA et John Huizenga, le directeur de l’Office of National Estimates [7].

En 1973, après que James Schlesinger, alors directeur de la CIA, ordonna une enquête administrative sur tous les programmes de la CIA, l’Agence produisit un éventail de documents sur divers programmes, désigné par l’expression « bijoux de famille. » La plupart de ces documents furent publiés en 2007 ; en même temps, on apprenait que Helms avait donné l’ordre au Docteur Sidney Gottlieb de détruire les documents portant sur les recherches qu’il menait ; ce dernier était le directeur du projet MK-ULTRA, un programme de recherche de la CIA sur les modifications comportementales, le lavage de cerveau et l’injection de drogues. Dans un mémo rédigé par l’agent de la CIA Ben Evans et adressé à William Colby, le directeur de la CIA, daté du 8 mai 1973, Duckett confiait son avis : « Il serait mal venu que M. le Directeur se déclare au courant de ce programme », désignant les expérimentations menées par Gottlieb pour le projet MK-ULTRA.

Après la publication des « bijoux de famille », plusieurs membres de l’administration du Président Gerald Ford, dont le chef de cabinet de la Maison Blanche, Dick Cheney, et le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, s’assurèrent qu’aucune révélation ne soit faite à propos des programmes de modifications comportementales et psychologiques, parmi lesquels figuraient les projets MK-ULTRA et ARTICHOKE.

Plusieurs mémos du 15 mai 1972 font référence au projet SCANATE, initié la même année. Il s’agit de l’un des premiers programmes de recherche de la CIA sur la guerre psychologique, en particulier, sur l’utilisation de psychotropes à des fins de surveillance à distance et de manipulation psychologique. Y sont mentionnés Kibler de l’ARPA, et « son sous-traitant » ; plus tard, on apprendrait qu’il s’agissait du Stantford Research Institute (SRI), situé à Menlo Park en Californie.

Helms adressa un mémo à, entre autres, Duckett, Huizenga, Proctor et au directeur de l’Agence pour le renseignement militaire (Defence Intelligence Agency, DIA) — ce dernier hériterait par la suite du projet de la CIA « GRILL FLAME » concernant la surveillance à distance. Helms insistait sur le fait que l’ARPA soutenait « depuis un certain nombre d’années » les recherches sur le comportement et les applications potentielles dont le renseignement pourrait bénéficier, « avec la participation du M.I.T., de Yale, de l’Université du Michigan, de l’UCLA, de l’Université de Hawaii et d’autres institutions ou groupes de recherche. »

La collaboration de l’Université de Hawaii avec la CIA dans le domaine de la guerre psychologique se poursuit encore aujourd’hui. Le Docteur Susan Brandon, l’actuel directeur du programme d’études comportementales mené par le Centre de contre-espionnage et de renseignement (Defence Counterintelligence and Human Intelligence Center, DCHC) au sein de la DIA, a obtenu son doctorat de Psychologie à l’Université de Hawaii. Brandon aurait été impliquée dans un programme secret, issu de la collaboration de l’APA (American Psychological Association), de la RAND Corporation et de la CIA, destiné à « améliorer les procédés d’interrogatoire » ; l’objet de ses recherches portait sur les privations de sommeil et de perception sensorielle, la soumission à des douleurs intenses et l’isolation complète, des procédés mis en œuvre sur les prisonniers de la base aérienne de Bagram en Afghanistan et d’autres prisons secrètes [8]. Brandon fut également l’assistante du directeur du Département des sciences sociales, comportementales et éducatives au Bureau des sciences et des technologies dans l’administration de George W. Bush.

Ainsi, les liens entre la CIA et l’Université de Hawaii ne s’érodèrent pas à la fin des années 1970 ; l’ancien président de l’Université de Hawaii entre 1969 et 1974, Harlan Cleveland, fut invité à donner une conférence au quartier général de la CIA le 10 mai 1977. Avant de prendre ses fonctions à l’Université de Hawaii, Cleveland fut secrétaire du Bureau pour les affaires liées aux organisations internationales (Bureau of International Organization Affairs) de 1965 à 1969.

Un mémo du directeur de la formation de l’agence, daté du 21 mai 1971, indique que la CIA recruta un officier de la Marine qui entamait le deuxième cycle de ses études à l’Université de Hawaii.

La famille Obama et la CIA

De très nombreux documents sont disponibles au sujet des liens de George H. W. Bush avec la CIA et des activités de son père et de ses enfants, dont l’ancien Président George W. Bush, pour le compte de la CIA. Barack Obama, quant à lui, a réussi à dissimuler les traces de ses propres liens avec l’Agence, tout autant que ceux de ses parents, de son beau-père et de sa grand-mère (très peu de choses sont connues à propos de son grand-père, Stanley Armour Dunham ; il est sensé avoir dirigé un commerce de meubles à Hawaii après avoir servi en Europe pendant la Deuxième guerre mondiale). Les Présidents et les vice-présidents des États-Unis ne sont soumis à aucune enquête sur leurs antécédents avant leur prise de fonction, à la différence des autres membres du gouvernement fédéral. Ce travail de vérification est laissé à la presse. En 2008, les journalistes ont lamentablement failli à leur devoir d’information en enquêtant trop superficiellement sur l’homme qui allait entrer à la Maison Blanche. Les liens de ses parents avec l’Université de Hawaii et le rôle de cette université dans les projets MK-ULTRA et ARTICHOKE invitent à ce questionnement : « Que cache encore Barack Obama ? »
Wayne Madsen
voltairenet.org

C’est à croire que tout est sous controle !!!
Il est bon de Madsen;

Le Drame Actuel : crise financière, crise industrielle, crise de l’emploi

septembre 23, 2010

Les méfaits de la désindustrialisation et du chômage

La situation est bien pire de nos jours. La Chine avec sa population de 1,3 milliards d’habitants est devenue une puissance formidable et personne peut lui faire concurrence au niveau des prix. La Chine vend de grandes quantités de biens au reste du monde sans que le reste du monde ne puisse vendre les mêmes quantités à la Chine et la Chine peut le faire parce que ses déficits commerciaux ne sont pas « payés » en or mais en dollars ou en euros ou en livres sterling ou en yens.  Aucune de ces monnaies n’est rare : toutes sont créées par la FED aux USA, la banque centrale européenne, la banque d’Angleterre ou la banque du Japon.
 
Un monstre inquiétant a été créé et c’est une conséquence directe de l’élimination de l’étalon or : il n’y a plus de limites. « Vous ne pouvez vendre qu’à ceux qui vous vendent, vous ne pouvez acheter qu’à ceux qui vous achètent quelque chose. » Cette limite n’est plus valable et tout est en déséquilibre. Un « déséquilibre structurel » prévaut parce que nous ne sommes plus dans un système d’étalon or.
 
Le boom de l’expansion du crédit s’est terminé et, à sa place nous avons maintenant une crise financière mondiale. Les phénomènes de désindustrialisation et de chômage que cette expansion du crédit a produit dans les pays précédemment industrialisés prennent de l’importance chaque jour qui passe. Que faire avec les masses de chômeurs hommes et femmes ? Personne ne connait la réponse parce que la réponse n’est pas acceptable pour les penseurs d’aujourd’hui.  La correction des « déséquilibres structurels » et la ré-industrialisation, en d’autres termes, la création de nouveaux emplois passe par la restauration de l’étalon or au niveau mondial.
 
La ”globalisation” si hautement louée par la presse financière ces dernières années est devenue le pire cauchemar que l’on puisse imaginer. Il n’est plus possible de subventionner les chômeurs avec les allocations gouvernementales. L’Etat souverain est proche de la faillite. Ainsi la nature prend sa revanche sur ceux qui ont osé violer ses lois en recherchant à imposer une fausse monnaie dans le monde entier.
 
L’élimination de l’étalon or par Richard Nixon s’est révélé être le plus grand cadeau stratégique possible que l’on puisse offrir à la Chine et au reste de l’Asie. Aujourd’hui la Chine possède une base industrielle qu’elle aurait sans doute mis des siècles à bâtir alors que les Etats-Unis se vident de leurs usines et qu’ils sont incapables de revenir à leur gloire passée. Quel tragique destin que celui des USA !
 
Commerce national et international
 
Le mot “commerce” est défini dans le dictionnaire « Précis d’Anglais d’Oxford » comme étant un “échange de marchandises ou de services en particulier à grande échelle » [du français ou latin « com », avec et « mercium » de  « merx, mercis », la marchandise].
 
Notez que “l’échange de marchandises ou de services” ne peut inclure comme complément à cet échange un paiement fictif avec de la monnaie à cours forcé qui n’est ni un service ni une marchandise mais plutôt un billet de papier ou une écriture comptable digitale qui dénote une dette remboursable contre « rien du tout ». Dans le cas des dollars, la dette est une dette de la Réserve Fédérale et elle est enregistrée en tant que telle sans ses livres de comptes (et n’est remboursable en rien d’autre en tout cas).
 
De fait, les dettes de la balance des paiements n’ont en aucun cas été réglées par le commerce international depuis 1971.
 
Le non-règlement des dettes de la balance internationale des paiements a produit une accumulation de réserves fictives en dollars de la part des pays exportateurs depuis 1971. La même chose vaut pour les paiements de déficits d’exportation en euros, livres, yens ou tout autre monnaie actuellement en circulation. Voir le graphique suivant :

L’or, jusqu’à l’accord de Bretton Wood en 1944, faisait figure de complément des échanges internationaux de marchandises ou services et permettait de solder les déficits des balances des paiements parce que c’était une marchandise ou matière première utilisée comme monnaie.
 
Selon les accords de Bretton Woods, le dollar fiduciaire était accepté comme l’or, avec la confiance des banques centrales de pouvoir le convertir en or à la demande. De 1944 à 1971, ces dollars fiduciaires étaient stockés dans les réserves des banques centrales comme des options de crédit sur l’or américain. Le paiement final n’a pas eu lieu et a été retardé en tant que crédit octroyé au dollar US jusqu’à ce que les dollars détenus en réserves soient convertis en or à une date future.
 
Finalement, la “fiducia” ou “confiance” était mal placée, puisqu’en 1971, les USA ont renié l’accord de Bretton Woods en rendant le dollar inconvertible en or, et ont donc dupé les pays créditeurs. Aucun règlement des dettes internationales commerciales n’a eu lieu en 1971 ou depuis lors ; la vérité de cette affirmation est occultée par l’idée fausse selon laquelle régler une dette internationale au moyen d’une monnaie à cours forcé constitue un règlement de cette dette.
 
Une fois cette idée fausse (selon laquelle la monnaie à cours forcé peut régler une dette) acceptée comme valide, le problème de ces déséquilibres énormes du commerce international se transforme en une énigme insoluble. Les meilleurs, les plus intelligents économistes reconnus de notre temps tentent en vain de trouver une solution à un problème qui ne peut être résolu sauf si on rétablit l’utilisation de l’or comme moyen international de commerce.
 
Concernant le commerce national, le même raisonnement peut s’appliquer. En réalité, personne aujourd’hui ne s’engage dans le commerce avec un autre pays en payant ses achat, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de règlement d’aucune dette. Tous les individus, sociétés et gouvernements sont simplement en train de transférer des dettes (payables en rien du tout) entre eux, soit sous forme de papier ou d’écritures comptables, soit en dollars ou en d’autres monnaies mondiales.
 
Pour le commerce interne national, la plus petite unité de pièce d’argent était pratique pour les transactions quotidiennes au niveau populaire et constituait un règlement de la dette quand le paiement était effectué, parce que l’argent est une marchandise ou matière première qui comme l’or permet la participation à l’échange commercial.
 
Aujourd’hui la Chine et d’autres grands exportateurs asiatiques sont en train de réaliser, avec un certain retard, que ces dollars -qu’ils ont reçus en paiement pour leurs exportations massives- ne sont rien de plus que des nombres dans les ordinateurs américains. Et c’est pour cette 
raison, que les chinois et les asiatiques en général achètent de l’or et continueront à en acheter indéfiniment : les ordinateurs ne peuvent pas effacer ces réserves d’or.
 
La triste vérité concernant la Chine, c’est que les chinois ont acquis leur formidable puissance industrielle en un laps de temps inférieur à trente ans à un coût exorbitant : pendant trente ans, ils ont travaillé pour rien. La Chine possède 2500 milliards de réserves. La Chine n’a aucune utilité pour ces réserves parce qu’elles n’ont aucune valeur intrinsèque et que la Chine ne peut s’en débarrasser en échange d’aucune chose ayant une valeur tangible. Ces réserves ne sont rien d’autres que des nombres dans les ordinateurs de l’occident. Clair, clair, très clair : la Chine a travaillé trente ans pour fournir à l’occident une quantité incroyable de marchandises et en retour :
 
Rien ! Trente ans d’esclavage pour bâtir un empire industriel !
 
 
A suivre…
 
 
Hugo Salinas Price
http://www.plata.com.mx/plata/
http://www.24hgold.com

D’une certaine manière l’auteur a raison, les monnaies ne valent rien, mais les chinois ont tout de même développé le pays comme ce n’est pas possible et ils se sont dotés de capacités industrielles impressionnantes sans compter les technologies qu’ils ont pu acquérir lors d’implantations d’usines étrangères.

mais bon, dans l’ensemble l’auteur a raison, le système économique est en mode erreur, ça fait déja 40 ans que ça dure et il semblerait que l’on arrive au bout de cette arnaque avec comme perspective une arnaque encore pire, l’argent uniquement électronique…

Le Brésil construit un port gigantesque, surnommé « l’autoroute vers la Chine » – des enfants de la région veulent apprendre le Mandarin (Guardian)

septembre 23, 2010


The ‘super port’ in Sao Joao da Barra is the largest port investment in Brazil and will have capacity for the largest ships in the world. Photograph: Douglas Engle/Australfoto

The ’super port’ in Sao Joao da Barra is the largest port investment in Brazil and will have capacity for the largest ships in the world.

a gigantic concrete pier that juts nearly two miles out into the South Atlantic and boasts an unusual nickname : the Highway to China.

Dotted with orange-clad construction workers and propped up by dozens of 38-tonne pillars, this vast concrete structure is part of the Superporto do Acu, a £1.6bn port and industrial complex that is being erected on the Rio coastline, on an area equivalent to 12,000 football pitches.

Reputedly the largest industrial port complex of its type in the world, Açu is also one of the most visible symbols of China’s rapidly accelerating drive into Brazil and South America as it looks to guarantee access to much-needed natural resources and bolster its support base in the developing world.

When Acu opens for business in 2012, its 10-berth pier will play host to a globetrotting armada of cargo ships, among them the 380-metre long Chinamax – the largest vessel of its type, capable of ferrying 400,000 tonnes of cargo.

Millions of tonnes of iron ore, grain, soy and millions of barrels of oil are expected to pass along the « Highway » each year on their way east, where they will alleviate China’s seemingly unquenchable thirst for natural resources.

China is expected to overtake Japan as the world’s second largest economy this year and may already be the world’s greatest energy consumer. Now it is set to become Brazil’s top foreign investor, with its companies plowing $20bn into the country in the first six months of 2010, compared with $83m in 2009. A recent study by Deloitte predicted that Chinese investments in Brazil could hit an average of about $40bn a year between now and 2014, with companies throwing money at sectors ranging from telecommunications, infrastructure and farming, to oil, biofuels, natural gas, mining and steel manufacturing.

The surge in China’s South American spending is not just a Brazilian phenomenon. Ecuador has already signed around $5bn of bilateral deals with China this year, including $1.7bn to help build a hydro-electric dam and $1bn investments for oil exploration and infrastructure projects. That compared with Chinese investment of just $56m in 2009.

Chinese companies have sunk $1.4bn into mining operations in Peru this year, while in April Hugo Chávez announced that the Chinese, already major sponsors of Venezuelan oil exploration, had agreed to open a $20bn credit-line for the « Bolivarian revolution ».

In Sao Joao da Barra, the city nearest to Acu and one of Rio state’s poorest regions, the Chinese presence is being felt even before Brazil’s Highway to China is complete.

Keen to impress, LLX staff at the Açu port lay on hot water and Mandarin interpreters for visiting Chinese dignitaries. Sao Joao da Barra’s town hall, meanwhile, has started offering free Mandarin lessons to locals interested in working with the wave of Chinese guests that is anticipated.

« You should see a 10-year-old boy saying, ’I understand … the Chinese are coming and when the Chinese industries come I want to work for them and if I speak Mandarin I’ll have a competitive advantage on the others’, » beamed Eike Batista, the billionaire entrepreneur behind the superport and one of the most vocal cheerleaders for Chinese advances into Brazil. « [It is] wonderful. »
guardian.co.uk via contre info
traduction google

Vous vous rendez compte, un port sur l’équivalent de 12 000 stades de foot !!!! C’est stupéfiant.
Les échanges Sud-Sud deviennent de plus en plus importants, comme je vous le disais hier, on est mal barrés, les occidentaux vont surement énormément s’appauvrir et notre part dans l’économie mondiale va diminuer, par exemple vinci n’est plus le premier groupe au monde dans sa spécialité, bouygues a perdu une place et n’est plus que 4ième, ce sont des groupes chinois qui les ont dépassé….
Nous sommes endettés, vieux et aigris, les autres sont jeunes, en train de devenir riche et extrèmement motivés, c’est simple d’imaginer ce qui va se passer.

La Chine publie le calendrier de son futur premier alunissage habité

septembre 23, 2010

Le calendrier du futur premier alunissage habité de la Chine, ainsi que du lancement d’une station spatiale, d’un laboratoire spatial et de sondes pour explorer Mars et Venus, a été annoncé par les scientifiques chinois le week end dernier.

Les analystes chinois ont cependant tenu à apaiser les inquiétudes qui sont nées de par le monde, selon lesquelles Beijing serait en train d’engager une course aux armements dans l’espace extra-atmosphérique, insistant sur le fait que les activités récentes et les missions futures n’ont été et ne seront conduites que dans un but scientifique et pour le bénéfice de l’humanité.

Lors d’une visite à la base spatiale de la Chine, située à Xi’an, dans la province du Sha’anxi, samedi, Yang Liwei, le premier astronaute chinois à avoir voyagé au-delà de l’atmosphère terrestre en 2003, a révélé les plans du lancement du premier laboratoire de l’espace non habité chinois, Tiangong-1, l’année prochaine, qui devrait réaliser le premier arrimage spatial non habité avec Shenzhou-8, une étape capitale vers la construction d’une station spatiale.

Tant le vaisseau spatial habité Shenzhou-9 que le vaisseau spatial non habité Shenzhou-10 seront lancés en 2012 pour s’arrimer avec le laboratoire spatial Tiangong, et d’ici 2020 environ, la Chine lancera sa première station spatiale orbitale, a dit M. Yang.

Dans le même temps, lors d’un forum sur l’ingénierie aérospatiale organisé jeudi dernier, Ye Peijian, Commandant en Chef du Programme Chang’e, mais également universitaire de l’Académie Chinoise des Sciences, a déclaré que le programme chinois de sonde lunaire, le premier pas du pays vers l’exploration de l’espace lointain, devrait tourner en orbite autour de la Lune, y atterrir et revenir sur terre d’ici 2020.

M. Ye a aussi proposé que la Chine fasse son premier alunissage humain en 2025, qu’elle lance une sonde vers Mars en 2013, et une autre vers Vénus en 2015.

« La Chine a la pleine capacité d’accomplir une exploration de Mars d’ici 2013 », a dit M. Ye.

Un peu plus tôt ce mois, Wu Weiren, l’ingénieur en chef qui supervise le programme chinois d’exploration lunaire, a également révélé que les travaux sur l’orbiteur lunaire Chang’e-2 étaient entrés dans l’étape de tests avant lancement, et qu’il ferait son premier vol d’essai avant la fin de cette année.

Chang’e procédera à un essai d’atterrissage en douceur, en préparation du lancement de Chang’e-3, qui est prévu pour 2013.

Le Projet Chang’e tient son nom d’une déesse de la mythologie chinoise qui déroba un élixir magique puis s’enfuit vers la Lune.

Les responsables du programme spatial chinois avaient auparavant déclaré que la mission Chang’e-2 serait lancée en octobre, aux alentours de la Fête de la Mi-automne (ou Fête de la Lune), qui est justement dédiée à la Déesse de la Lune Chang’e, mais aucune date précise n’a été donnée.

Ouyang Ziyuan, Scientifique en chef du projet d’orbiteur lunaire chinois, a déclaré au Global Times que le projet chinois de lancement d’une station spatiale en orbite vers 2020 était faisable, basé sur le développement des technologies aérospatiales et le succès des futures missions habitées.

Le programme spatial chinois est un grand défi pour les scientifiques et les techniciens, a dit M. Ouyang, ajoutant que la station spatiale sera de taille plutôt petite, comparée à la Station Spatiale Internationale, une collaboration conjointe entre seize pays, dont les Etats-Unis et la Russie.

Huang Hai, Professeur à l’Université d’Aéronautique et d’Astronautique de Beijing, a pour sa part déclaré au Global Times qu’une station spatiale était vitale pour les futures recherches scientifiques.

« Une station spatiale est une bonne plateforme pour un vaisseau spatial, et c’est aussi un laboratoire de recherche. C’est le but ultime de la technologie spatiale habitée », a dit M. Huang, ajoutant que le coût varierait en fonction de la taille de la station.

« La Chine construira une station plus petite, probablement pour 10 à 20 personnes, ce qui est abordable pour un seul pays », a-t-il dit.

Des craintes de course aux armements

Cependant, le programme spatial chinois semble avoir alimenté des spéculations, selon lesquelles il serait utilisé à des fins de surveillance militaire.

« L’Armée Populaire de Libération travaille depuis de nombreuses années sur des formes variées de programmes de guerre spatiale », a dit ainsi Larry Wortzel, Vice-président de la Commission Sino-américaine de Contrôle de la Sécurité et de l’Economie, dont les propos ont été rapportés par le journal américain Defense News.

Faisant référence aux récentes manoeuvres conduites par la Chine, qui apparemment comprenaient des opérations de rendez-vous entre le satellite Shijian-06F et le modèle lancé plus récemment, le Shijian-12, M. Wortzel a dit que que ce rendez-vous pourrait être une partie des efforts de la Chine pour développer des armes spatiales, « ou cela pourrait être totalement innocent, ou encore être un mélange des deux ? ».

Mais la Chine a précisé que le Shijian-12 était essentiellement utilisé à des fins de recherche scientifique, de surveillance de l’environnement et pour les télécommunications.

Weng Jingnong, Professeur à l’Université d’Aéronautique et d’Astronautique de Beijing, a déclaré au Global Times que la priorité du programme spatial de la Chine était de servir à un usage civil, dont la gestion des catastrophes et la protection de l’environnement. « Etant donné les fréquentes catastrophes naturelles qui ont touché la Chine ces dernières années, il est de plus en plus important d’utiliser la technologie spatiale pour surveiller les conditions météorologiques extrêmes », a-t-il dit.
Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Whaou, les chinois veulent construire une station spatiale tout seul !!!!!
Un chinois sur la lune dans 15 ans, à la vitesse ou ils vont, si il n’y a pas de gros problème, ils devraient y arriver.

Je trouve que cette phrase peut nous faire réfléchir :
 » Etant donné les fréquentes catastrophes naturelles qui ont touché la Chine ces dernières années, il est de plus en plus important d’utiliser la technologie spatiale pour surveiller les conditions météorologiques extrêmes  »

Les chinois chercheraient ils à pouvoir contrer les armes climatiques et ou spatiales US, selon moi il n’y a aucun doute.
Les chinois ne rigolent pas, ils se dévelopent à une vitesse ahurissante et ils ont intéret à faire vite, les montagnes d’argents qu’ils possèdent ne valant pas grand chose en réalité.

Arabie saoudite: Al-Watan attaque en règle le Hezbollah

septembre 22, 2010

Le quotidien saoudien al-Watan proche du pouvoir a jugé que « la débauche manifestée à l’aéroport Rafic Hariri (samedi à l’occasion du retour de Jamil Sayyed) par les membres du Hezbollah reflète le caractère éminemment milicien de ce parti sectaire qui entend s’emparer du pouvoir au Liban et opprimer son peuple civilisé pour imposer un régime autocratique importé de Qom ». Et de poursuivre : « Tout le monde sait désormais que le Hezbollah ne veut pas de l’édification d’un État au Liban, ni d’un système libanais moderne, ni de la souveraineté de la loi, et qu’il se moque des résultats démocratiques (des élections législatives). Les Libanais ont aujourd’hui deux choix : ou bien abdiquer au Hezbollah ou bien défendre leur souveraineté bafouée et leur dignité dynamitée en faisant en sorte de ramener le Hezbollah et toutes les autres milices à la raison », écrit encore le quotidien.
guysen

El watan/le figaro/NYtimes/der spiegel/dailymail : même propagande, c’est incroyable. j’ai toujours un peu de mal à comprendre comment la haine des chiites et de l’Iran est plus forte pour les saoudiens que la haine d’israel et des américains. Les saoud n’ont aucune fierté, ils ont peur des chiites parceque les gisements de pétrole sont sur des terres à l’est du royaume et peuplées de chiites, peut être pensent ils qu’en tapant sur l’Iran jamais les chiites saoudiens ne se réveilleraient. quand on y pense, quasiment tout le pétrole du moyen orient est soit dans des pays à majorité chiites soit sur des zones peuplées de chiites mais dirigées par des sunnites, c’est vrai qu’il y a de quoi flipper…
Mais bon, rien n’empèche les saoud d’aller voir les mollah et de trouver un accord de non ingérence mutuelle pour tenter de bouter les américains hors du moyen orient et imposer une paix en Palestine.
J’aime pas les saoud parcequ’ils trahissent leur religion, les croyants et collaborent avec israel et les usa,

USA: démission d’un haut responsable du Trésor

septembre 22, 2010

Herbert Allison, haut responsable au département du Trésor américain, a annoncé mercredi dans un courriel sa démission, qui marque le quatrième départ au sein de l’équipe économique gouvernementale depuis le début de l’été.
« J’ai jugé que l’heure était propice à ce que je démissionne de mon poste de sous-secrétaire adjoint à la stabilité financière », écrit M. Allison dans ce message adressé aux fonctionnaires de son département dont une copie a été transmmise à la presse.
L’annonce de cette démission intervient au lendemain de celle de Larry Summers, principal conseiller économique du président américain Barack Obama, qui a fait part de son intention d’abandonner ses fonctions d’ici à la fin de l’année.
Avant eux, Christina Romer, une autre conseillère de M. Obama, et Peter Orszag, président du Bureau du budget de la Maison Blanche, avaient démissionné.
le parisien

Les rats quittent le navire,que pensez quand un haut responsable démissionne de son poste de
 » stabilité financière  » ? LOL

Missiles à l’Iran: la Maison Blanche salue la décision de Moscou

septembre 22, 2010

La Maison Blanche a salué mercredi la décision du président Dmitri Medvedev d’interdire la livraison de missiles S-300 à l’Iran, estimant qu’elle illustrait la coopération entre les Etats-Unis et la Russie « au profit de la sécurité mondiale ».

« La Maison Blanche accueille très favorablement le décret signé par le président russe Medvedev qui interdit la livraison d’armes sophistiquées à l’Iran, dont les S-300 », a déclaré le porte-parole du conseil de sécurité nationale, Michael Hammer.

« Nous pensons que le président Medvedev a fait preuve de qualités de dirigeants en faisant en sorte que Téhéran soit fidèle à ses obligations internationales, du début jusqu’à la fin », a ajouté M. Hammer dans un communiqué depuis New York, où le président Barack Obama doit participer à l’Assemblée générale des Nations unies.

De même source, cette décision « continue à démontrer comment la Russie et les Etats-Unis coopèrent étroitement au profit de nos intérêts mutuels et de la sécurité mondiale ».

M. Medvedev, qui entretient avec M. Obama des relations chaleureuses, a interdit mercredi la livraison de missiles S-300 à l’Iran, en application d’une résolution de l’ONU en juin sur nouvelles sanctions contre Téhéran.

La Russie avait déjà « gelé » cette livraison en juin, peu après l’adoption de la résolution de l’ONU en raison du programme nucléaire controversé de la République islamique.

Outre les S-300, la livraison à l’Iran de chars, d’avions et d’hélicoptères de combat, ainsi que de bâtiments de guerre est également proscrite par le décret du Kremlin.

L’Europe, les Etats-Unis et Israël s’étaient élevés contre ce contrat, car le système perfectionné de missiles, équivalent du système Patriot américain, permettrait à Téhéran de défendre efficacement ses installations nucléaires en cas de frappes aériennes.
romandie
et URGENT S-300: Medvedev interdit le transfert à l\'Iran

Voila, c’est officiel , Medvedev a décidé de ne pas livrer les missiles, peut être le seront ils secrètement, mais je doute. Les américains, une fois de plus ne manque pas de cynisme en parlant de  » sécurité mondiale ».
De simple missile de défense anti aérienne, une ancienne génération en plus puisque la Russie vend des S-400 à l’étranger et pourtant les iraniens n’y ont pas droit, les pauvres, les russes leur mènent la vie dure.
Medvedev est un traitre, j’espère qu’il a obtenu beaucoup en contre partie, mais je doute, surement le droit de vendre des missile terre-mer à la Syrie, c’est super !

Diabolique : la Chine dresse l’euro et le yen contre le dollar, et rafle la mise ! »

septembre 22, 2010

Diabolique : la Chine dresse l’euro et le yen contre le dollar, et rafle la mise ! »
C’est le diagnostic de ma collègue Isabelle Mouilleseaux qui s’intéresse comme nous à la guerre des devises. Les hostilités ont été ouvertes par la Chine.
Je laisse la parole à Isabelle :
« Pékin est en train d’amadouer les Américains, de détruire l’euro et le yen, pour empocher les bénéfices de la dépréciation du dollar sur les marchés internationaux ! Du Sun Tzu à la puissance machiavélique…
Suivez bien mon raisonnement. Il va vous permettre de comprendre les grandes forces en présence, et la stratégie chinoise pour les mois et les années à venir.
Un pays à deux moyens de créer de la richesse
– Soit sa consommation intérieure est forte et tire la croissance (c’est le modèle américain et français : 70% de leur PIB vient de là).
– Soit c’est la demande extérieure (les exportations) qui crée la croissance (c’est le modèle japonais, allemand et chinois).
Les modèles assis sur la consommation interne sont au bord de l’asphyxie
– Les Etats occidentaux sont surendettés ;
– Et que les ménages exsangues sont pris en étau entre le chômage qui atteint des sommets, la retraite à préparer et les dettes à rembourser ;
Inutile de vous dire que les modèles de croissance assis sur la consommation intérieure sont au bord de l’asphyxie.
suite money week

Pauvres de nous , si il n’y a pas une guerre; une fausse invasion extraterrestre, une catastrophe cosmique, une méga épidémie ou que sais je encore, dans 10 ans l’occident ne vaudra plus rien, le califat était l’homme malade du sicècle dernier, en 2020 ce sera l’occident.
Comprenons nous, je ne souhaite pas que nous détruisions le reste du monde, c’est simplement ce que je pense qu’il va arriver, ce n’est pas pareil.
Jamais dans l’Histoire, une civilisation avec autant de système de destruction et une interdépendance poussée à l’extrème n’a été si proche de s’effondrer, c’est fou ce qui est en train de se passer, dans plusieurs siècles , les chercheurs se régaleront à étudier notre époque.
Je ne pense pas que les élites occidentales se laisseront dépasser et déposséder, c’est à cela que sert les réunions comme bilderberg, à préparer le master plan destiné à dominer le reste de la planète une bonne fois pour toute.

Des soldats israéliens coupables d’abus sexuels sur des enfants palestiniens….

septembre 21, 2010

Le 10 septembre le site israélien Ynetnews.com a fait ses gros titres avec un article intitulé : « L’IDF (Forces de Défense Israéliennes) a commis des abus sexuels sur des enfants palestiniens » dans lequel on lisait : « des rapports accablants de CNN (9 septembre) font état d’accusations non corroborées d’abus sexuels sur des enfants palestiniens détenus par l’IDF. » Les officiels militaires ont refusé de « répondre à ces accusations d’abus sexuels car aucune précision n’a été fournie » a déclaré un porte parole « Nous ne pouvons pas enquêter sur de vagues allégations. Personne n’a porté plainte. »
CNN « a parlé d’un enfant palestinien non identifié qui affirmait que des soldats de l’IDF avaient essayé de lui enfoncer un objet dans le rectum  » et que des douzaines d’officiers regardaient ça en riant.
La source de CNN était l’association « Defense of Children international » (DCI), une ONG indépendante qui s’occupe de la défense et la promotion des droits des enfants dans le monde depuis 30 ans sur la base des critères que la Convention des Droits de l’Enfant de l’ONU (CRC) a votés dix ans plus tard.
En mai 2010, l’organisme a demandé au Rapporteur Spécial de l’ONU sur la Torture d’enquêter sur 14 cas d’abus sexuels dont il avait eu connaissance et qui avaient été commis par des soldats, interrogateurs et policiers de janvier 2009 à Avril 2010. Les enfants qui avaient été victimes de ces abus avaient de 13 à 16 ans et avaient été arrêtés pour avoir lancé des pierres qui n’avaient blessé personne.
DCI-Palestine a exprimé son inquiétude suite aux témoignages sous serments d’enfants, qui faisaient état d’abus sexuels ou de menaces d’abus sexuels pour obtenir des confessions. Rien qu’en 2009, DCI a enquêté sur 100 déclarations que des enfants avaient rédigées sous serment :
— 97% des enfants ont déclaré avoir eu les mains liées pendant les interrogatoires ;
— 92% ont dit qu’ils avaient les yeux bandés ou qu’on leur avait mis un capuchon noir ;
— 81% ont dit qu’on les avaient forcé à avouer ;
— 69% ont dit qu’on les avait battus ou qu’ils avaient reçu des coups de pied ;
— 65% qu’on les avait arrêtés entre minuit et 4 heures du matin ;
— 50% qu’on les avait insultés ;
— 49% qu’on les avait menacés ou essayé de les persuader ;
— 32% ont été forcés de signer des aveux en hébreu, langue qu’ils ne comprenaient pas ;
— 26% ont dit qu’on les avaient forcés à rester dans une position très pénible ;
— 14% ont dit qu’on les avait maintenus en isolement ;
— 12% ont été menacés d’abus sexuels ;
— Et 4% ont été victimes d’abus sexuels, comme de les attraper par les testicules jusqu’à ce qu’ils avouent ou de menacer des enfants de 13 ans de viol s’ils refusaient d’avouer « d’avoir lancé des pierres sur les voitures de colons israéliens en Cisjordanie occupée. »
DCI pense que ces chiffres « sont bien inférieurs à la réalité » une certitude qui est étayée par un article récent appelé « Les enfants palestiniens sous l’occupation » qu’on peut trouver sur les site suivant :
http://sjlendman.blogspot.com/2010/07/palestinian-children-under-occupation.html
Dans son rapport d’avril 2008, le Ministère Palestinien des Affaires des Détenus et des Ex-Détenus a écrit que plus de 7 000 enfants avaient été arrêtés depuis septembre 2000, date du début de la seconde Intifada. Environ 360 enfants, dont certains n’avaient que 10 ans, étaient toujours en détention et traités avec autant de dureté que les adultes, en violation avec le droit international qui prescrit un traitement spécial pour les enfants.
Sur ces 360 enfants 145 avaient été condamnés, 200 attendaient d’être jugés, et 15 étaient en détention administrative et retenus sans inculpation pour des offenses tout à fait mineures comme de jeter des pierres. Le rapport dit qu’environ 500 jeunes avaient atteint leur dix-huitième année en détention. Environ 75 étaient tombés malades et n’avaient pas été soignés et presque tous avaient été torturés et victimes de mauvais traitements. Ils avaient été battus, forcés de porter un sac sur la tête, douloureusement entravés, et privés de sommeil pendant plusieurs jour d’affilés dans la position de shabeh.
On leur avait attaché les pieds et les mains à une petite chaise, ou par derrière à des tuyaux fixés au mur, ce qui les maintenaient inclinés en avant dans une position très pénible, la tête recouverte de sac dégoûtants tandis que des haut-parleurs diffusaient sans interruption de la musique criarde.
L’article relate d’autres exemples de mauvais traitement que les enfants subissent pendant leur détention ou d’une manière générale sous l’occupation, et qui témoignent d’une violence d’état qui viole de manière flagrante les lois internationales : la spécialité d’Israël.
DCI-Palestine relate l’expérience d’un garçon de 15 ans qui avait été arrêté chez lui à 2H du matin en septembre 2009 :
« Alors que j’étais assis par terre près du camion, un homme qui parlait arabe s’est approché de moi, m’a attrapé par la main et m’a ordonné de me lever et de le suivre. Il m’a attrapé très violemment et m’a poussé. Il m’a forcé à marcher avec lui sur une vingtaine de mètres et j’ai pu voir sous le bandeau qu’il m’avait mis que nous nous sommes arrêtés près d’une jeep de l’armée. Il m’a giflé très fort deux fois et il a attrapé mes testicules violemment et s’est mis à les serrer. Puis il m’a demandé si je jetais des pierres et de cocktails Molotov et j’ai dit non.
Il s’est mis a hurler en me traitant de ’menteur’, ’ta mère est une p…’. Il s’est mis à me battre sur tout le corps et il a attrapé à nouveau mes testicules et les a serrées très fort. ’Je ne lâcherai pas tes testicules tant que tu n’auras pas avoué’ m’a-t-il dit. Cela me faisait très mal et je n’arrêtais pas de crier. Je n’avais pas le choix, j’ai avoué » pour faire cesser le supplice.
Chaque année environ 700 enfants sont arrêtés, la plupart pour avoir lancé des pierres, puis interrogés sans l’assistance d’un avocat ou d’un membre de leur famille et condamné. Plus de 80% d’entre eux ont signé des confessions forcées, pour un tiers écrites en Hébreu qu’ils ne comprennent pas. Après avoir été condamnés par des cours militaires et non civiles, la plupart sont emprisonnés an violation du quatrième article, l’article 76, de la Convention de Genève ; article qui demande de « bien prendre en compte… que les mineurs doivent bénéficier d’un traitement spécial » ; une des nombreuses lois qu’Israël viole en brutalisant les enfants comme il brutalise les adultes.
Quand Israël se trouve confronté aux preuves de ces abus, il nie en disant qu’il respecte les lois internationales et s’y conforme alors qu’en fait il ne cesse de les violer de manière systématique.
Le 10 mai, la journaliste d’Haaretz, Amira Hass a fait un article sur un enfant qui avait été victime d’abus qui titrait : « Plus de 100 mineurs Palestiniens détenus victimes d’abus de la part de l’IDF en 2009 », et dans lequel elle écrivait : « 69 enfants se sont plaints d’avoir été battus, 4 d’avoir été victimes d’abus sexuels et 12 autres enfants ont affirmé avoir été menacés d’abus sexuels ». Elle a ajouté que la plupart avaient été terrorisés, brutalisés et insultés pendant leur détention, avant et pendant les interrogatoires. De plus, on les privait de nourriture et de boisson des heures durant et on ne cessait de les martyriser que s’ils donnaient des noms.
Le conseiller juridique de DCI-Palestine, Khaled Kuzmar dit que la plupart des parents ne se plaignent pas aux autorités car ils n’ont « aucune confiance dans le système qui commet ces abus ». A juste titre. Les officiels militaires et policiers mènent rarement une enquête et quand ils le font ils ne condamnent pas les coupables. Les victimes, si elles ne sont pas juives, n’ont droit à aucune justice.
Comme toujours un porte parole de l’IDF a balayé « les accusations de violation délibérée des procédures d’arrestation et d’interrogation des mineurs (en disant que leur) arrestation sont opérées dans le respect du droit international ; les arrestations des suspects de moins de 16 ans en Cisjordanie et sont validées par un avocat militaire… Ensuite les mineurs sont amenés devant un juge assez rapidement. »
C’est un mensonge, y compris la présentation rapide des mineurs au juge. En fait, les enfants et les adultes sont souvent détenus des semaines, voire des mois, avant d’être jugés ou de pouvoir négocier leur peine (plea bargain). Il n’y a pas de justice en Israël pour qui n’est pas juif, même s’il n’a que 9 ou 10 ans.
Stephen Lendman
Stephen Lendman habite à Chicago et on peut le joindre à lendmanstephen@sbcglobal.net. Il tient un blog : jlendman.blogspot.com et anime des programmes sur « the Progressive Radio News Hour » sur « the Progressive Radio Network ».
Pour consulter l’original : http://sjlendman.blogspot.com/2010/09/israeli-soldiers-sexually-abuse.html
traduction : D. Muselet
EN COMPLEMENT :
Israël, « la seule démocratie de la région », autorise l’apartheid en milieu scolaire.
Le Ministère de l’Education approuve l’expulsion d’une petite Éthiopienne d’une école qui devient privée au motif que les autres parents ont le droit d’offrir à leur progénitures l’éducation qu’ils souhaitent.
Il autorise la discrimination ethnique entre écoliers Ashkenazes et écoliers Sépharades
http://www.haaretz.com (en anglais)
egalité et réconciliation

No comment, sinon je vais dire des horreurs.

Obama: « Une guerre contre l’Iran n’est pas la solution idéale » et Ahmadinejad :  » Ni les Etats-Unis ni Israël n’attaqueront l’Iran « 

septembre 21, 2010

Le Président américain Barack Obama a déclaré qu’une guerre entre l’Iran et Israël ou une attaque contre l’Iran ne constituent pas la voie idéale pour résoudre la crise nucléaire avec Téhéran.

Lors d’une réunion diffusée par la chaine télévisée CNN, Obama a affirmé : « Nous sommes toujours ouverts aux solutions diplomatiques. Nous ne pensons pas qu’une guerre entre Israël et l’Iran ou les options militaires contre l’Iran seront la solution idéale à ce problème. Toutefois, nous gardons toutes les options à la table ».

La République Islamique a maintes fois menacé de riposter durement à toute attaque contre elle, et de frapper toutes les bases militaires américaines présentes dans la région du golf
almanar

Et Ahmadinejad dit plus ou moins la même chose :

Ni les Etats-Unis ni Israël n’attaqueront l’Iran

Les Etats-Unis n’ont pas de motifs et Israël manque de forces pour attaquer l’Iran, c’est pour cela que le scénario militaire des événements est peu probable, a affirmé mardi le président Mahmoud Ahmadinejad dans une interview à la chaîne de télévision anglophone Russia Today.

« Il est absolument évident que les Etats-Unis ne sont pas en mesure de déclencher une nouvelle guerre. Dans les discussions, ils ne privilégient pas la logique, mais la coercition. Du point de vue de la logique, les Etats-Unis n’ont aucune raison d’attaquer l’Iran, d’autant plus que les conditions ne sont pas réunies pour lancer une telle opération », a-t-il déclaré.

« Cependant, si la guerre éclate contrairement à toute attente, nous serons en mesure de nous défendre. Mais nous estimons que rien ce genre ne se produira », a affirmé le président iranien.

Interrogé sur l’éventualité d’une attaque israélienne contre Téhéran, M.Ahmadinejad a dit: « Israël est un Etat très petit, si bien que nous ne le prenons même pas en considération. Ils sont trop faibles pour agresser l’Iran et ils comprennent que toute attaque de leur part entraînerait la destruction d’Israël ».
novosti

C’est marrant de voir les deux présidents dire plus ou moins la même chose.

Ahmadinejad a un super sens de l’humour  » « Israël est un Etat très petit, si bien que nous ne le prenons même pas en considération. Ils sont trop faibles pour agresser l’Iran et ils comprennent que toute attaque de leur part entraînerait la destruction d’Israë « 

Défense Russe: 468 mds EUR pour l’achat d’armement neuf d’ici 2020, les USA dépensent plus en une année…

septembre 21, 2010


Le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov

Le Russie dépensera 19.000 milliards de roubles (468 milliards d’euros) entre 2011 et 2020 pour l’achat de matériel de guerre neuf, a déclaré mardi le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov dans une interview accordée à l’agence Bloomberg.

« C’est le minimum pour nous permettre de doter les forces armées d’armements modernes », a indiqué le ministre.

Selon lui, un réarmement complet exigerait une somme encore plus importante.

« Nous devons tenir compte du fait que le budget ne peut nous octroyer une somme supérieure à celle qui a été débloquée. Toutefois, les 19.000 milliards de roubles représentent un montant très important, suffisant notamment pour occuper les entreprises du complexe militaro-industriel », a ajouté le militaire.

Le ministre a également affirmé que pour la première fois depuis des décennies, la Russie pouvait acheter des technologies militaires aux Etats-Unis.

« Il est clair que certaines technologies nous intéressent », a déclaré le responsable en précisant que Moscou était prêt à acheter des technologies de production d’armements sur son territoire et non des armements.

« Il y a beaucoup de choses qui nous intéressent, à savoir les télécommunications en tant que base pour un système de gestion automatisée, ainsi les technologies du domaine de l’information. J’estime que certaines armes de haute précision suscitent également notre intérêt », a souligné le ministre russe.
novosti

Pauvres russes, ils vont dépenser en 10 ans ce que les américains dépensent en 10 mois, c’est dingue quand on comprend ce que cela signifie et même si il y a beaucoup de gabegie, les projets secrets ont forcément du donner quelque chose.
Il est probable que l’armée US surpasse toute les armées du monde, espérons que ce ne soit qu’un colosse au pied d’argile.

Hahahaha, les  » journalistes  » ont compris qu’ils se sont fait manipuler avec sakineh

septembre 21, 2010

Trop bon, je suis en train de regarder  » l’édition spéciale  » sur canal+ et marie colmant vient de faire un sujet sur une femme américaine accusée de complicité de meurtre et qui va être éxécutée.

Ce qui est marrant c’est que dans la présentation, elle a dit  » je vais vous parler d’une femme qui est condamnée à mort pour complicité de meurtre, et non ce n’est pas de sakineh dont il est question  »

Exit donc la lapidation pour adultère !!!! C’est incroyable, en fait cette abrutie de marie colman tente de désarmorcer le scandale de la manipulation du cas de sakineh en ouvrant le débat sur la situation plus générale de condamnation à mort des femmes.

Cela signifie qu’elle a compris que le mensonge sur la lapidation de sakineh pour adultère est éventé et qu’elle se protège de toute accusation de manipulation en faisant glisser son combat contre la lapidation pour adultère vers la peine de mort pour les femmes. C’est pas con mais cela démontre la véracité des propos de Dieudonné.

C’est tout de même assez bancal comme nouveau combat, les erreurs judiciaires qui mènent à la condamnation à mort mais uniquement celles des femmes !!! LOL Elle me font rire ces féministes extrémistes, celles la même qui ont  » libéré » les femmes pour en faire être des esclaves au travail…

Tous ces chroniqueurs, ces faux journalistes, ces professionnels des médias sont tous des abrutis, mais plus grave, ils sont les grands prètres de la pensée unique, les commissaires politiques médiatiques du néo-totalitarisme, celui du divertissement.

Gül à New York: pas de rencontre avec Peres, mais avec Ahmadinejad , une g

septembre 20, 2010

Le président turc Abdullah Gül a déclaré qu’il n’aura pas le temps de rencontrer son homologue israélien Shimon Peres à New York en marge de l’assemblée générale de l’ONU, mais qu’il s’entretiendra avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, a rapporté lundi l’agence Anatolie.

Le projet d’une entrevue Gül-Peres, la première depuis un assaut de l’armée israélienne contre une flottille d’aide pour Gaza le 31 mai, au cours de laquelle neuf Turcs avaient péri, avait été évoqué vendredi par le journal Today’s Zaman, proche du gouvernement turc.

Interrogé lundi lors d’une conférence de presse à New York sur une telle réunion, M. Gül a répondu: « Mon programme ne me le permet pas », selon Anatolie.

En réponse à une question sur les attentes de la Turquie vis-à-vis d’Israël, le président turc a souligné que des excuses ne solderaient pas les comptes.

« Il n’est pas question que des excuses d’Israël signifient que +tout est oublié, tout est fini, laissons les morts enterrer leurs morts et occupons nous des vivants+. Tout le monde sait que la Turquie ne se comportera pas comme ça », a-t-il déclaré.

M. Gül a estimé que le droit international ouvrait deux voies à Israël: « la première est claire, c’est de s’excuser en disant +ce que j’ai fait était une erreur+, l’autre est de payer des réparations pour cela ».

Le chef d’Etat a en revanche indiqué qu’il rencontrerait M. Ahmadinejad.

« La coopération avec la Turquie, les efforts de la Turquie pour établir une meilleure compréhension entre l’Iran et le groupe 5+1: je suppose que nous allons parler de tout cela », a-t-il dit, faisant réference au groupe des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, impliqués dans le dossier nucléaire iranien.

Les relations entre la Turquie et Israël, autrefois alliés stratégiques, connaissent de vives tensions depuis l’offensive israélienne de décembre 2008-janvier 2009 dans la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Elles se sont encore crispées après l’abordage sanglant du Mavi Marmara, le navire amiral de la flotille humanitaire, sur lequel ont péri les neuf Turcs.

Pour exprimer son mécontentement, la Turquie a rappelé son ambassadeur, annulé des manoeuvres conjointes et exigé des excuses qu’Israël s’est refusé à lui présenter.

Les relations de la Turquie avec l’Iran se sont en revanche améliorées depuis l’accession au pouvoir en 2002 à Ankara d’un parti issu de la mouvance islamiste, ce qui fait redouter aux Occidentaux que la Turquie, pays membre de l’Otan, ne se détourne de l’Ouest, au profit de ses voisins musulmans.

Membre temporaire du Conseil de sécurité de l’ONU, la Turquie a voté en juin contre de nouvelles sanctions frappant l’Iran, soupçonné de vouloir se doter de l’arme atomique.

En mai, elle avait présenté avec le Brésil et l’Iran une proposition d’accord sur un échange de combustible nucléaire iranien en territoire turc. Cette initiative a été ignorée par les grandes puissances.
romandie

Il est bon ce Abdullah Gül , il a compris que l’alliance, c’est à dire la soumission aux occidentaux ne servirait à rien, la Turquie a un bel avenir et il était inacceptable que l’ancien califat ne joue plus aucun role dans la région.

C’est beau de lire ça :  » « Il n’est pas question que des excuses d’Israël signifient que +tout est oublié, tout est fini, laissons les morts enterrer leurs morts et occupons nous des vivants+. Tout le monde sait que la Turquie ne se comportera pas comme ça », a-t-il déclaré. »

Nouvelles tueries gratuites d’Afghans par la troupe américaine.

septembre 20, 2010

Le projet serait né dans les cerveaux engourdis de soldats américains ayant un faible pour le haschisch et l’alcool: tuer au hasard des civils afghans, juste pour le plaisir, et sans avoir à en subir les conséquences.

Le 15 janvier dernier, des soldats appartenant à une unité d’infanterie auraient commencé à mettre ce projet à exécution dans le village de La Mohammed Kalay. À l’approche d’un civil, l’un d’eux aurait lancé une grenade pour faire croire à une attaque et les autres auraient ouvert le feu, tuant l’homme.

Le 22 février et le 2 mai derniers, deux autres civils afghans, dont un religieux, auraient été tués dans des circonstances semblables par ces soldats servant dans la province de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan.

Au total, cinq membres de l’unité d’infanterie, dont un sergent-chef, ont été inculpés du meurtre de ces trois civils, a révélé le Washington Post dans un article qui lève le voile sur ce qui pourrait être un des chapitres les plus macabres de la guerre en Afghanistan.

Selon le journal, sept autres soldats de cette unité ont été accusés dans le cadre de cette affaire, notamment pour usage de haschisch, tentative d’obstruction de l’enquête et agression contre un soldat qui avait informé ses supérieurs des transgressions de ses camarades.

Des soldats ont également été accusés d’avoir démembré et photographié des cadavres, ainsi que d’avoir conservé des os humains et un crâne.

Tous les soldats impliqués ont nié avoir tué des civils pour le plaisir.

Le reportage du Washington Post s’appuie sur des documents militaires et des interviews de personnes proches du dossier. Il met en cause non seulement les soldats accusés mais également leurs supérieurs, qui auraient été alertés à plusieurs reprises par le père d’un des soldats accusés dans cette affaire. Deux des trois meurtres seraient survenus après l’intervention du père.

«Escadron de tueurs»

Selon les documents cités par le Washington Post, le sergent-chef Calvin Gibbs, soldat originaire du Montana ayant servi en Irak en 2004 et une première fois en Afghanistan de janvier 2006 à mai 2007, est à l’origine du projet barbare. Le militaire de 25 ans aurait commencé à parler de créer un «escadron de tueurs» en décembre 2009, en se vantant d’avoir réussi à transgresser les règles militaires en Irak sans se faire prendre.

La justice militaire impute au caporal Jeremy Morlock, soldat originaire de Wasilla, en Alaska, la responsabilité d’avoir lancé la grenade lors du meurtre du 15 janvier. Le soldat Andrew Holmes aurait été le premier à ouvrir le feu sur le civil afghan.

Les spécialistes Michael Wagnon et Adam Winfield ont également été impliqués dans l’un ou l’autre des deux autres meurtres de civils. Le père du soldat Winfield, ex-marine, est celui qui a communiqué à plusieurs reprises avec les membres de la hiérarchie militaire après le premier meurtre. Il a dit ne pas comprendre pourquoi son fils avait été impliqué dans le troisième.

Populaire haschisch

Le Pentagone n’a pas commenté l’article du Post. Son enquête dans cette affaire a été déclenchée après qu’un soldat eut été sauvagement battu par des compagnons d’armes qui lui en voulaient d’avoir informé la hiérarchie militaire de la popularité du haschisch au sein de l’unité d’infanterie dévoyée.

Les soldats impliqués dans les meurtres des civils faisaient partie d’une section de la 5e brigade Stryker de la 2e division d’infanterie. Selon le Washington Post, cette brigade, composée de 3800 militaires, avait fait l’objet d’un programme spécial pour identifier les soldats souffrant de dépression, de toxicomanie et du syndrome de stress post-traumatique, entre autres problèmes.

La brigade est issue de la base Lewis-McChord située près de Tacoma, dans l’État de Washington.
cyberpresse

Voila ce qu’on fait en Afghanistan, on tue des civils gratuitement, ce n’est pas la première fois et ce ne sera surement pas la dernière.
Que voulez vous que ces jeunes décervelés fassent la bas, les afghans ne leur ont rien fait, les américains ne défendent pas leur territoire, ils occupent la terre des afghans, alors ils tuent pour tuer.

Comment voulez vous que les afghans ne prennent pas les armes et ne tuent pas ces envahisseurs, nous ferions la même chose si nous étions à leur place.

Israël dénonce la vente de missiles de croisière russes à la Syrie alors qu’ils sont gavés d’armement US….

septembre 20, 2010

Israël a dénoncé dimanche la vente par Moscou de missiles de croisière Yakhont P-800 à la Syrie annoncée vendredi par le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov cité par les agences de son pays.

« Cette décision traduit une piètre preuve du sens des responsabilités de la part d’un pays qui se veut influent et prétend agir en faveur de la stabilité de la région », a affirmé à l’AFP, un haut responsable qui a requis l’anonymat.

« Ces armes risquent de porter atteinte à un équilibre stratégique dans une région fragile qui vient d’entamer péniblement des négociations de paix », a ajouté ce responsable en faisant allusion à la reprise des discussions avec les Palestiniens.

M. Serdioukov cité par Itar-Tass a affirmé: « nous allons livrer des Yakhont à la Syrie, nous allons exécuter le contrat » tout en soulignant que le contrat avait été conclu en 2007.

Les ventes d’armes russes à la Syrie, qui entretient des liens étroits avec l’Iran, inquiètent les Etats-Unis et Israël qui redoutent que celles-ci soient transférées au Hezbollah libanais.

M. Serdioukov avait estimé que de telles craintes étaient injustifiées: « Les Etats-Unis et Israël nous demandent de ne pas fournir des Yakhont à la Syrie. Mais nous ne partageons pas leurs préoccupations selon lesquelles ces armes pourraient tomber entre les mains de terroristes », avait-il affirmé.

Cette annonce a provoqué la colère des responsables israéliens cités par les médias qui font leur une dimanche sur cette affaire. Le Yédiot Aharonot, le quotidien le plus vendu titre, ainsi: « crise des missiles avec la Russie ».

Les radios publique et militaire ont pour leur part indiqué qu’Israël allait « exiger des explications » à Moscou en précisant que les Yakhont avaient une portée de 300 km et pouvaient transporter une charge explosive de 200 kg.

Les médias soulignent que cette arme pourrait mettre en danger les navires de la marine israélienne au large des côtes libanaises au cas où ces missiles seraient transférés par la Syrie au Hezbollah.

Les responsables israéliens sont d’autant plus amers, selon les médias, que Anatoli Serdioukov et Ehud Barak, les ministres russe et israélien de la Défense ont signé à Moscou au début du mois le premier accord de coopération militaire entre les deux pays.

« Cet accord est mort-né. Nous n’allons pas procéder à des transferts de technologies dans des domaines où nous sommes en avance sur les Russes pour qu’ensuite ce matériel soit utilisé contre nous », a estimé le haut responsable sans donner d’autres détails.

La coopération militaire entre les deux pays s’était traduite par la vente en 2009 par Israël de 12 drones à la Russie.

Israël s’inquiète régulièrement des ventes d’armes russes à ses ennemis régionaux, en particulier l’Iran et la Syrie. Moscou avait ainsi annoncé cette année la vente à Damas de chasseurs MiG-29, de missiles de courte portée Pantsir et de véhicules blindés.

Le gouvernement israélien a aussi dénoncé à plusieurs reprises différents aspects de la coopération russo-iranienne notamment dans le domaine de l’armement et du nucléaire civil.
le monde

J’adore leurs jérémiades  » ho secours les arabes vont pouvoir se défendre  » Lol, ces juifs extrémistes sont des marrant, ils recoivent des milliards d’armement US chaque année et se permettent de l’ouvrir quand même.
Espérons que ces missiles couleront les navires israéliens.

Un monde à l’envers : Les États-Unis accueilleraient 100 000 réfugiés palestiniens

septembre 20, 2010


Il a l’air sacrément malade le olmert !! On dirait qu’il souffre… C’est cela la judéopathie !!!

L’ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert a affirmé dimanche que les États-Unis avaient accepté d’accueillir 100 000 réfugiés palestiniens dans le cadre d’un éventuel accord de paix au Proche-Orient, a rapporté le site d’information israélien Ynet.

Les États-Unis ont accepté de donner la nationalité américaine à environ 100 000 réfugiés, alors qu’Israël en accepterait moins de 20 000, a indiqué M. Olmert lors d’une conférence à Tel-Aviv, selon Ynet.

«Les chiffres débattus étaient en-deçà de 20 000, mais cela impliquerait la fin du conflit armé et l’assurance des Palestiniens qu’ils ne réclameront plus rien,» selon des propos rapportés par le site.

M. Olmert s’exprimait dans le cadre d’une conférence organisée par l’Initiative de Genève, une ONG qui rassemble des responsables et intellectuels des deux camps pour définir les contours d’un accord de paix.

M. Olmert a participé aux pourparlers de paix avec les Palestiniens de novembre 2007 jusqu’à leur arrêt un an plus tard, lorsque Israël a lancé une opération militaire dévastatrice contre Gaza.

«Si nous étions parvenus à un accord, cela aurait changé la face du monde et tout le Proche-Orient. Ce n’est pas de notre faute. S’il n’y a pas eu d’accord, c’est parce que les Palestiniens n’étaient pas prêts à franchir le pas que nous avons franchi», a-t-il estimé, selon les propos cités.

La question des réfugiés palestiniens s’annonce comme l’une des plus délicates dans les négociations de paix directes en cours depuis début septembre.

Les Palestiniens souhaitent qu’Israël reconnaissent le «droit au retour» des Palestiniens qui ont fui ou ont été expulsés lors de la création de l’État hébreu en 1948. Avec leurs descendants, cela représente 4,7 millions de personnes.

Israël rejette cette demande, estimant qu’ils doivent être accueillis au sein du futur État palestinien.
cyberpresse

J’espère qu’obama n’entérinera pas cet accord.
C’est aux juifs d’emmigrer de Palestine, comme nous autre français avons du quitter l’Algérie ou les afrikaner lacher le pouvoir en Afrique du Sud.Les juifs extrémistes qui occupent la Palestine doivent partir ou accpeter UN état binational, c’est la seule alternative possible, sinon, c’est l’expulsion de tous les palestiniens qui risque d’arriver.
Le monde ne tourne pas rond.

Rocard : « les souverainetés nationales entrent dans la période de la nuisance »

septembre 20, 2010

L’ex premier ministre Michel Rocard lors d’une conférence devant les patrons du MEDEF a parfaitement rempli son rôle de propagande mondialiste.

l’université d’été du MEDEF était cette année résolument placée sous le signe du mondialisme, et pour ce faire comme disait Rockefeller « le verrou qui doit sauter c’est la nation ». Un verrou sur lequel s’acharne le Bilderberger Michel Rocard (meeting de 1986), dans sa conférence bien nommée : « l’émergence des nouvelles autorités ». Car voila bien ce dont il s’agit saper en quelques sortes les anciennes autorités (les nations) pour ouvrir la voie au gouvernement mondial que toutes nos élites traîtresses appellent de leurs voeux.

Une phrase de Rocard illustre a elle seule cette volonté de passer le monde au rouleau compresseur :

« Et l’urgence est qu’il va falloir finir par tomber d’accord pour dire que les souverainetés nationales ont dépassé leur stade d’efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance.”
infoguerilla.fr

Au moins, il est honnete le Rocard, voila ce qu’est le socialisme, une vaste blague juste bonne à agiter les gogos.
Le libéral fascisme, voila l’avenir.Ne croyez aucune idéologie, faites vous votre propre doxa, soyez libre, ne tombez dans aucun carcan idéologique, ce sont des pièges mentaux.