Une crise en W ou en И ?

J’ai passé une partie de l’après-midi d’hier, la tête plongée dans les courbes, les graphes et les chiffres. Avec une seule question en tête : nous dirigeons nous vers un scénario en W, de retour en récession ?

Voici six indices.

1. Parce que le marché obligataire le dit

Le comportement du marché obligataire est un indicateur avancé – qui fonctionne à la peur. Quand les investisseurs sont inquiets, ils se précipitent comme un seul homme vers les obligations d’Etat et en particulier les bons du Trésor, qui n’ont – trois fois hélas – pas encore perdu leur réputation d’investissement de sécurité.
[Toutes les obligations d’Etat ne sont pas à jeter aux orties. Dans le dernier MoneyWeek, Alexandra Voinchet revient sur les 4 atouts de la dette émergente : « Fonds de pension américains, fonds souverains, fonds d’investissement japonais : de gros investisseurs arrivent peu à peu sur la dette locale, encore largement détenue par les acheteurs domestiques. Ils apprécient la profondeur (360 milliards de dollars selon Aviva Investors) et la liquidité nouvelle du marché, l’arrivée de contreparties pour l’animer et les signatures, qui gagnent en qualité »].
Conséquence, le rendement des T-Bonds à 10 ans a chuté, pour passer de 3,8% début mai à moins de 3% aujourd’hui.
Hier, les émissions de dettes souveraines de la Grèce, l’Espagne, l’Irlande se sont bien passées et sont parties à des taux inférieurs aux précédentes.

2. Parce que les marchés actions le disent

Qui peut faire confiance aux marchés actions ? Certainement pas nous. En
tout cas pas à court terme : ils réagissent très vite et parfois trop violemment.
Mais quand on prend un peu de hauteur et de distance, on ne peut que constater que les marchés actions donnent aussi une grande tendance. Depuis le 1er janvier dernier, le CAC 40 a perdu plus de 12% et 14% depuis mai dernier. Dans la même période, le Dow Jones a perdu plus de 8% et le Nasdaq 12%.
Quant à l’indice de la Bourse de Shanghai, il a perdu plus de 22% depuis le début de l’année.

3. Parce que le Baltic Dry Index le dit

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le Baltic Dry Index est l’indice des prix de transport maritime de denrées sèches (minerais, charbons, métaux, céréales). Il a chuté de 40% en juin dernier, et de nouveau de 45% début juillet.

Une baisse qui s’explique – une nouvelle fois – par la loi de l’offre et de la demande : les échanges internationaux ralentissent fortement et les armateurs sont obligés de faire baisser les coûts de transport de marchandises. Un signe de plus du ralentissement de la production mondiale.

4. Parce que les CDS le disent

Les CDS sont des assurances sur la dette, d’un Etat ou d’une entreprise et qui font l’objet d’un marché de gré à gré.
Si vous êtes pris – légitimement – de doutes sur la solvabilité de la Grèce, vous prenez une assurance pour couvrir le risque que vous encourez en possédant des obligations souveraines grecques. Mais comme le marché tout entier s’inquiète du sort de ce pays, vous assurer vous coûtera plus cher.
En ce moment, le coût des CDS s’envole. Et pas uniquement pour la Grèce ou l’Irlande.

5. Parce que les banques centrales vont couper les vannes

En 2009, les banques centrales sont venues en aide aux banques en leur fournissant toutes les liquidités dont elles pouvaient avoir besoin pour s’éviter le naufrage. Mais ces aides ne sont pas éternelles. La BCE a – officiellement – lancé le signal de fin de partie. Les banques européennes ont dû rembourser le prêt de 442 milliards d’euros accordé il y a un an par la BCE.
Restent 900 milliards d’emprunts qu’il faudra bien rembourser un jour ou l’autre. “La dette des banques espagnoles vis-à-vis de la BCE à un niveau record”, nous apprenaient le 14 juillet dernier Les Echos. Fin juin, les banques espagnoles devaient 126,3 milliards d’euros à la BCE, un emprunt qui a flambé de 78,6% en un an.
Une somme qui pourrait rapidement gonfler si les stress tests soulèvent le voile de la fragilité des banques européennes.

6. Parce que les gouvernements sont finalement prêts à accepter l’inévitable

Les hommes politiques sont des hommes comme les autres. Eux aussi ont un comportement grégaire. Il a suffit que la Grèce soit obligée de se mettre au régime pour que la mode de la politique de rigueur se répande comme une traînée de poudre dans toute l’Europe.
Pourquoi ? Parce que personne n’a envie d’être la nouvelle Grèce.
Attachez votre ceinture, nous sommes lancés vers le W, ou peut-être le И !
moneyweek

Je l’aime bien cette cecile chevré, même si ses conseils et ses analyses ne servent qu’à gagner de l’argent en profitant de la faillite à venir, elle vise souvent juste.
Bref, une fois de plus les signaux sont au rouge, vous avez vu la difference dans le CDS souverain entre la France et l’Allemagne, il y a avait 9 point de difference au début de l’année et 40 aujourd’hui !!!!

la crise en И est la…

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 Réponses to “Une crise en W ou en И ?”

  1. la boussole Says:

    http://laboussole2012.wordpress.com/2010/07/22/edito-n%C2%B04-de-michael-debreda-rocha-limpasse/

  2. Razzara Says:

    @La boussole,

    J’ai proposé ce commentaire sous l’article dont vous postez le lien :

     »A chaque foi que je lis ces conseils sur LA solution : l’or, je me marre ! Quand allez vous comprendre que l’or, pas plus que les biffetons d’ailleurs, NE SE MANGE PAS !!!

    Entassez donc tout l’or que vous pourrez, pendant ce temps je m’occupe de mon potager … »

    Razzara

  3. la boussole Says:

    Je t’ai répondus Razzara.

    Fonzi, beau travail, heureux de te retrouver…

    On se connait, mais je te laisse deviner qui suis-je….:)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :