De plus en plus d’étasuniens se préparent à un désordre social

De l’extérieur, la maison de Jerry Erwin, située dans le nord-est de l’État de l’Oregon, aux États-Unis, est une maison ordinaire avec une pelouse soignée et peu différente de celles de ses voisins.

Cependant, dans sa cour arrière, se cachent les signes de préparations de M. Erwin, un homme de 45 ans, pour qui la fin du monde, un effondrement sociétal catastrophique pourrait désormais se produire de son vivant.

« J’ai empilé des stocks de bois à brûler, des tonneaux récupérateurs de pluie sous un auvent, j’ai un abri enroulé d’un barbelé Concertina électrifié comme ce qu’utilise l’armée », a-t-il dit à l’AFP.

Son fils et lui se sont également approvisionnés en munitions en grande quantité et en suffisamment de nourriture pour une période de six mois.

« Il y a plusieurs années, j’ai travaillé pour finir de payer ma maison et pour remplacer les fenêtres, et je suis fier de dire que, très récemment, on a remplacé toutes les portes extérieures par des portes plus écoénergétiques, dotées du maximum d’options sécuritaires intégrées possibles », a-t-il raconté à l’AFP. « En plus, je vais ajouter des améliorations structurales aux contours des portes pour qu’il soit pratiquement impossible, enfin je l’espère, qu’un bélier puisse les défoncer. »

M. Erwin et d’autres, comme lui aux États-Unis et ailleurs, voient les bouleversements politiques et les désastres naturels comme des signes clairs de la fin de la civilisation.

« On est très bien parti. On a les symptômes qui ont engendré la disparition ou l’effondrement des grandes puissances : réduction de ressources, détérioration de l’environnement, changement climatique, les mêmes choses qui ont touché d’autres grandes sociétés », a-t-il expliqué.

Pour M. Erwin, le déclin est irréversible, et se préparer à l’inévitable est la meilleure démarche à adopter. Un grand nombre de personnes partagent son pessimisme : des écologistes de gauche, qui croient que le changement climatique et l’avidité capitaliste condamneront la société humaine, aux intégristes chrétiens, qui pensent que le péché fera de même.

Se qualifiant de « preppers » (ceux qui se préparent), « doomers » (ceux qui anticipent les catastrophes) et « survivalists »* (ceux qui assurent leur survie), ces pessimistes répondent, de diverses manières, à la même question : comment se préparer le mieux possible à l’apocalypse à venir?

Jim Rawles, que M. Erwin décrit comme le « saint patron du survivalisme* », préfère adopter un point de vue isolationniste ou influencé par le christianisme.

Il a instruit ses enfants à domicile, refuse de dire où il habite et conseille aux lecteurs de son site www.survivalblog.com de « se déplacer dans une région sûre et d’y vivre toute l’année. »

« Quand vous préparez votre retraite, pensez : château médiéval », a-t-il ajouté en louant les bénéfices de l’utilisation des sacs de sable pour protéger toute maison.

M. Rawles, comme bien des gens se situant dans le camp des « survivalistes », est également contre l’impôt et pour le droit du port d’armes à feu, et il soupçonne tout ce qui sent le socialisme.

Toutefois, ce mouvement « survivaliste » inclut également des activistes de gauche, se dévouant à vivre loin et n’ayant jamais déchargé une arme à feu, et des gens comme Chris Martenson, qui a démissionné d’un travail où il gagnait un salaire de cent mille et quelques, considéré comme étant « une diversion inutile par rapport aux tâches importantes. »

Il a commencé à cultiver sa nourriture et a créé un « cours intensif », qui préconise vivement aux gens de se préparer pour une instabilité sociale. Il a également repris la gestion de ses investissements et s’est vanté d’avoir gagné un retour sur investissement de 166 pour cent dans son portfolio.

Pour M. Martenson, ce sont les attaques du 11 septembre 2001 qui lui ont ouvert les yeux, moment où il se sentait saisi par l’incertitude et complètement non préparé.

M. Erwin a toujours senti que la société finirait par se désintégrer, mais lui et bien d’autres dans son genre, aux États-Unis, affirment que c’est le dysfonctionnement du gouvernement suite à l’ouragan Katrina en 2005 qui les a incités à agir.

Je me disais : d’accord, les choses ne vont pas s’améliorer… peut-être que cette société, notre civilisation, l’empire étasunien s’effondrera au cours de ma vie », a dit M. Erwin.

Pour John Milandred, aucun événement spécifique ne l’a poussé à laisser sa maison à l’extérieur de la ville pour s’établir dans une ferme dans l’Oklahoma.

« On en a simplement eu assez de payer des factures pour ne rien accomplir », a-t-il rétorqué.

Membre du American Preppers Network (réseau étasunien de ceux qui se préparent), M. Milandred a avoué que sa femme et lui ont aspiré à « cultiver leur nourriture pour être autosuffisants… vivre comme des défricheurs, comme nos grands-parents. »

On ne sait pas combien de personnes ont souscrits à ce mode de vie, mais il existe des centaines de sites Web consacrés à ce mouvement, et celui de M. Erwin, http://www.surburban-self-reliance.com, attire des visiteurs de partout dans le monde.

La crise financière mondiale a suscité un intérêt grandissant envers ce mouvement, affirme M. Erwin, mais il déplore les retardataires s’y joignant.

« Nous les aiderons si possible », a-t-il précisé. « Mais beaucoup de gens embarquent à la dernière minute, et ça va être difficile pour eux. »

Traduit par L’Éclair.

*Survivaliste : étym. du radical de survival « survie »; anglicisme de survivalist « celui qui pratique des techniques de survie en plein air (souvent dans l’anticipation de l’apocalypse ou la peur du gouvernement) »; mot anglais des États-Unis V. 1985.

*Survivalisme: étym. du radical de survival « survie »; anglicisme de survivalism « doctrine selon laquelle l’homme doit se préparer à survivre dans un monde en passe de lui devenir hostile »; mot anglais des États-Unis V. 1960.

REM. Les équivalents français de ces anglicismes devraient venir des origines des mots « survie » ou « survivance » et non survival
http://rawstory.com
infoguerilla.fr

Ces gens ont bien raison de se préparer à l’effondrement du système car rien n’est plus certain que le système capitaliste tel qu’on le connait va disparaitre.
Je comprends que l’on puissent sourire en les entendant, mais ce sont eux qui ont raison, pas besoin d’avoir un doctorat pour comprendre que nous allons dans le mur.
Je sais que nous n’avons pas été élevés pour nous préparer à cela mais c’est malheureusement ce qui va se passer, nous devons donc revoir nos projets pour nous préparer au grand crash.
Je vous le dit encore une fois, jamais dans l’histoire de l’humanité le monde n’a été aussi proche d’un immense cataclysme de la sorte, sans parler des découvertes technologiques qui peuvent faire croire à des catastrophes naturelles alors qu’elles sont le résultat de personnes absolument diaboliques.
Un mélange de fin de l’empire romain, de l’effondrement de l’union soviétique, d’un grand bon en avant chinois et de catastrophe planétaire qui ne se produisent que rarement, voila le tableau, autant s’y préparer, rien n’est plus important que de vivre sereinement, même dans ces temps difficiles.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

9 Réponses to “De plus en plus d’étasuniens se préparent à un désordre social”

  1. mebarak Says:

    Et comment font les 3/4 de l’humanité qui se battent quotidiennement pour nourrir leur famille. Je trouve que cette réaction est celle de gens riches (classes moyennes) et qui ont vécu toute leur vie sous l’effet de cette maladie moderne qu’on appelle le stress. Ces étasuniens sont comme des poulets élevés en batterie. Et le courage où est-il? Ce n’est pas avec ce genre de gens qu’une Révolution aura lieu. Il n’y a rien de mieux que la Peur pour contrôler les gens.

  2. jan Says:

    très bon article mais pas d’accord avec mebarak.
    moi je n’ai jamais été riche, je me suis m’y a mi-temps il y a 9 ans quand j’ai eu fini de payer ma maison, j’ai acheté un tracteur et 5 hectares de terre agricole j’en ai fais un grand potager avec verger plus une prairie qui me permet de m’auto-suffire, en 2008 je me suis construit un bunker enterré de 3m sur 3m, pour l’instant il me sert juste a stocker mes patates, mes oignons mes haricots et mes conserves.
    tout le monde sent qu’il va se produire quelque chose mais quoi ?
    en tous cas , ce qui est sur c’est que tous ça ne se fais pas du jour au lendemain.
    maintenant ce que je crains le plus c’est lorsque les citadins n’auront plus rien a bouffer en ville et qu’ils rapliqueront dans les campagnes ,je pense qu’il y aura quelques petits problèmes. mon abri ne servira pas a grand chose ce jour la.

  3. pasdupe Says:

    Jan,à quoi il te sert ton abri entérré si il ne servira pas à grand chose quand les zombies affamés des villes viendront te faire la bise ?

  4. fonzibrain Says:

    si on sait que le système va s’effondrer,
    rester en ville serait un suicide.

    le courage est immportant, mais autant avoir un bon camp de base, et se soucier le moins possoble de sa nourriture, à ce moment la on pourra agir.

    mais attendre en ville que tout s’effondre pour s’entre tuer pour un quignon rassi, très peu pour moi,

    j’ai pas envie de me battre avec mes voisin , j’ai envie d’en découdre avec les responsable du drame et il y en a des milliers

  5. Raven Says:

    les gars je vous conseille « la théorie des dominos » d’alex scarrow.
    je connais pas ce gars, mais là c’est pas un roman qui nous a pondu mais une vision de l’avenir.
    http://livre.fnac.com/a2855840/Alex-Scarrow-La-theorie-des-dominos?Fr=0&To=0&Nu=1&from=1&Mn=-1&Ra=-1

  6. Nikos Says:

    La théorie des dominos… Intéressant.

    Mais je veux juste comprendre ces théories au sujet de l’effondrement du système, car je pense que cela est un pur fantasme. J’aimerai bien croire le contraire, chaque jour apportant son lot de scandales et d’injustice, mais quel choc pourrait bien nous plonger dans un scénario digne du fameux Ravage de Barjavel ?

    Le gouvernement et la police sont toujours présents afin d’assurer le maintien et la stabilité du système. La police est d’ailleurs bien trop forte et puissamment équipée pour contenir d’éventuels troubles.

    Ils ont des protocoles pour ce genre de situation, des brigades anti-émeutes et le gouvernement distribue un peu de pitance pour contenir la rage des foules, alors quel scénario ?

    On nous a sorti la grippe A, l’effondrement économique total pour octobre de l’année dernière, et après, ça va être quoi ?

    Moi, je pense qu’il ne va rien arriver du tout. Que ce genre de site est là pour donner de l’espoir aux gens sur un éventuel effondrement du système qui n’AURA JAMAIS LIEU ou alors dans de NOMBREUSES ANNEES.

    Le CHOMAGE et LES SALAIRES MISERABLES, la SURVIE QUOTIDIENNE seront TOUJOURS de mise pour les 50 prochaines années.

  7. fonzibrain Says:

    un fantasme comme en 36 quand certains parlaient de guerre à venir…

    Nikos, ce n’est pas parceque effectivement tout est fait pour stresser les gens et les mettre en condition de soumission que la situation n’en est pas pour autant critique .

    j’espère que tu comprend ce que je veux dire.

    oui, on nous paralyse par les peurs
    mais
    oui le système va réellement s’effondrer.

    alors il faut trier les infos qui font peur pour rien et tenter de trouver les infos signifiante

  8. Rodrigue590 Says:

    Il y a quelque temps j’aurais pris ces « survivalistes » américains pour des abrutis rongé par la peur, terrorisé par leur ombres attendant l’apocalypse armée jusqu’aux dents…. mais depuis quelques temps, et l’analyse géopolitique que je fais de la situation mondial me fait dire que quelque chose de grave va se produire… je ne sais pas quoi mais par effet de domino, le monde peux s’embraser…

    Je ne m’amuserais donc pas a critiquer ceux qui s’interroge sur les moyens de survivre en cas de guerre civile ou mondiale…

    Je suis aussi d’avis qu’un lopins de terre pour y faire pousser des légumes et une habitation loin des grand centres urbains et la meilleur chose à faire (si tant est qu’en cas de conflit atomique on puissent encore faire pousser quelques chose…)

    en cas de crise majeur les centre urbains et les grandes villes seront en proix à une folie générale et à une violence sans limite…

    Je ne sais pas si vous avez regarder ce film avec Vigo Mortensen « La route », c’est un film qui se situe dans une amérique post apocalyptique ravagé soit par une guerre atomique ou une catastrophe climatique, on ne le sais pas, mais c’est très réaliste notamment ce que les gens deviennent en pareil circonstance et se qu’ils sont prêt à faire pour survivre…. le canibalisme par exemple…

    Et lorsque l’on se souvient de l’Urkraine du début du siècle, rongé par la famine, et que l’on sais ce qui c’est passé, on prends cette hypothèse plus au sérieux…

    Pour ma part j’ai effectué un voyage au Sahara, une sorte de trekking dans le désert avec les Bédouins, et ils m’ont fascinés par leur simplicité et leur gentilesse
    lorsqu’on les écoutes on ne peux qu’être admiratif devant tant d’humilité et de sagesse, de plus leur mode de vie et leur connaissance séculaires des Astres pour se dirigés, des puits d’eau et des Oasis pour s’alimenter m’ont beaucoup impréssionné !

    Il y a de grande chance qu’eux ne soit pas vraiment menacé dans leur mode de survie en cas de catastrophe…

    je me dit donc que si ça arrive, au lieu de me baricader dans le fin fond d’une maison en campagne provisoirement épargné par les meutes affamés de citadins, je prendrait ma femme et mes enfants, quelques ustensiles de survie et on ira demander hopitalité auprès de l’une de ces tribu de Nomade !

  9. HE Says:

    Je rejoins l’avis de nombres d’entre vous, l’avenir ne présage rien de bon.
    Pour ma part, je suis à la recherche d’un terrain assez isolé pour ne pas intéresser ceux qui nous gouverne et je développe mes connaissances sur la permaculture afin de pouvoir me nourrir ainsi que ceux qui m’auront suivit tout en travaillant avec la terre et non contre elle.

    Je pense que le processus est lancé, ils finiront par nous avoir, nous devons cependant résister le plus possible, au moins pour ralentir le processus.

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :