L’OCDE met en garde contre une croissance sans création d’emplois

En deux ans, la crise a détruit 17 millions de places de travail dans les pays riches qui se trouvent désormais devant le défi de réduire les déficits publics et de lutter contre le chômage.

Bonne nouvelle, l’OCDE confirme que la crise économique, la pire depuis la Grande Dépression, est derrière et qu’une faible reprise se dessine. Mauvaise nouvelle, elle n’efface pas son impact négatif sur l’emploi; elle n’engendre même pas les conditions pour créer de nouvelles places de travail. Dans son rapport annuel «Perspectives de l’emploi 2010» publié mercredi à Paris, l’OCDE estime que 17 millions nouveaux emplois seront nécessaires pour retrouver le niveau d’avant-crise.

L’emploi a fortement reculé en 2008-2009. Au premier trimestre 2010, le taux de chômage a augmenté de 2,1%, atteignant 8,7% dans l’ensemble des pays de l’OCDE. Ce sont 47 millions de personnes qui recherchent un emploi. En réalité, ce chiffre serait le double en comptant les inactifs et les salariés à temps partiel qui souhaitent travailler plus.

Risques sociaux

Pour l’OCDE, le pic le plus haut depuis les années trente est sans doute atteint, raison pour laquelle la création d’emplois devrait devenir une priorité. Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, ne se fait toutefois pas d’illusions. «Réduire en même temps le chômage et les déficits budgétaires est un défi de taille, mais il faut s’y attaquer de front», a-t-il lancé lors de la présentation du rapport.

L’OCDE se félicite que les Etats ne soient pas restés les bras croisés durant la crise et qu’ils aient multiplié des mesures – plans de relance, réduction du temps de travail, aide au maintien de l’emploi et à la formation, baisse de cotisations pour l’employeur – pour minimiser les conséquences. Mais leur financement a mis à mal les finances publiques. Par conséquent, nombre d’entre eux se retrouvent dans une situation budgétaire fragile. Désormais, l’austérité est de mise. «Néanmoins, il est important de continuer d’allouer des fonds aux programmes visant à dynamiser le marché du travail», note John Martin, l’auteur du rapport. Il rappelle que le chômage pose des risques sociaux et économiques.

L’OCDE appelle ses membres à poursuivre leurs programmes d’aide aux chômeurs et de cibler les groupes les plus défavorisés, exposés au risque de perdre le contact avec le marché du travail.

Le rapport de l’OCDE consacre un chapitre à l’emploi dans les économies émergentes où des licenciements massifs ont eu lieu dans le sillage de la chute brutale des exportations. Il appelle à mettre des filets de sécurité, notamment pour les jeunes et les travailleurs peu qualifiés qui risquent de sombrer dans la précarité ou dans l’emploi informel.
le temps

Article sympa, tout est dit, maintenant que les états sont méga endettés ils n’ont plus les moyens de payer les chomeurs. Et voila l’austérité, qui va accentuer la récession et de toute façon si ils font encore plus de relance ils sont foutus aussi, quoiqu’ils fassent ce sera l’échec. Le système s’est rompu en septembre 2008…

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “L’OCDE met en garde contre une croissance sans création d’emplois”

  1. OEDLM Says:

    C’est fait expret je pense, le but est là, ne plus payer les chomeurs, les retraités etc……. Soyons ultra libéraux les amis, ça aidera nos élites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :