Les banques US ont embelli leurs comptes en travestissant leur dette, et c’est légal…

Les grosses banques américaines ont embelli leurs comptes lors des cinq derniers trimestres en travestissant leur dette, affirme vendredi le Wall Street Journal (WSJ), qui cite des données de la Réserve fédérale de New York, bras financier de la banque centrale américaine (Fed).

Le gotha des établissements financiers de Wall Street (Goldman Sachs, Morgan Stanley, JP Morgan Chase, Bank of America, Citigroup) et treize autre banques ont chacune « sous-estimé le niveau de leur dette à court terme (…) en la réduisant comptablement d’au moins 42% à la fin des cinq derniers trimestres », rapporte le WSJ.

Concrètement, les banques ont d’abord gonflé intentionnellement les chiffres de leur dette en milieu de trimestre, pour ensuite produire à la fin des chiffres beaucoup plus bas, ce qui donne l’impression que les banques sont parvenues à réduire le poids de cette dette.

Cette pratique, légale, vise à éviter la chute de l’action en Bourse et à maintenir des notes favorables auprès des agences de notation sur leur santé financière.

Ce subterfuge vise aussi à rassurer les investisseurs sur le niveau des risques pris par les institutions financières, sous le feu des critiques pour leurs montages financiers complexes ayant entraîné la crise des crédits immobiliers à risque (subprime).

« Nos efforts de gestion des comptes sont conformes aux normes comptables légales », a répondu un porte-parole de Bank of America au WSJ.

L’autorité américaine de régulation des marchés financiers (SEC) enquête actuellement sur cette pratique. Vingt-quatre institutions financières sont concernées.

Ce subterfuge avait été révélé lors de l’effondrement en septembre 2008 de la prestigieuse banque d’affaires américaine Lehman Brothers. Lehman y avait eu recours sous la dénomination « Repo 105 » pour embellir ses comptes et minimiser une colossale dette, qui avait conduit par la suite à sa faillite.
romandie

Et maintenant on fait quoi ?
Vous vous rendez compte de l’importance de la nouvelle, ok, cela fait des mois que nous le savons, mais là c’est méga officiel, le système bancaire repose sur une formidable fraude, et c’est bien l’ensemble des banques importantes qui maquillent leurs comptes. Le plus dingue étant que ce ne soit pas illégal d’augmenter puis de cacher la moitié des dettes d’une entreprise lors des comptes de fin de trimestre. La finance fonctionne sans règles et pourtant ils arrivent quand même à tricher, c’est fou.

Sinon,

Jim Rogers nous annonce que la France, l’Italie, mais aussi les américains possèdent une double comptabilité, voila l’article en entier, c’est très noir, mais malheureusement très réaliste :

 » Il y a peu, nous évoquions ici même les propos pour le moins alarmistes de Jim Rogers sur un effondrement programmé de la livre sterling. Cette fois-ci, c’est un cataclysme économique, social et politique que nous prédit le Cassandre au nœud papillon. À lire ce qui suit, on en vient même à penser que Cassandre était finalement un joyeux farceur comparé Mr Rogers…

Si l’Union européenne et les États-Unis connaissent quelques signes d’amélioration, la crise économique mondiale est loin d’être finie, nous assure-t-il. Et le reste de la planète n’échappera pas à la contagion.

Certes, la Chine semble tirer son épingle du jeu, mais tout n’est pas rose dans l’Empire du Milieu. L’immobilier se porte bien (trop bien ?) dans les régions côtières, mais les industries tournées vers l’export commencent à être asphyxiées par la crise américaine. En Europe, les yeux sont tournés depuis un bon moment vers la Grèce. Goldman Sachs est mis à l’index pour avoir aidé le pays à dissimuler ses difficultés financières.

Mais selon Rogers, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Des nations comme l’Italie et la France tiennent elles-aussi une double comptabilité : la première est officielle et permet à ces États de rester dans la zone euro ; la seconde est officieuse et donne une réelle mesure de leur marasme financier.

Et ce genre de pratiques grises ne concerne pas que l’Europe. Elles ont également cours aux États-Unis et ce, depuis des décennies : « C’est juste la manière dont le monde a toujours fonctionné », explique-t-il. Mais ces pays ne pourront pas éternellement cacher leurs difficultés. Déjà, les populations de Californie, Virginie et du New Jersey affichent leur mécontentement.

Le jour où la vérité se fera jour, Rogers avertit que les remous sociaux vont se multiplier. Et les électeurs auront alors tendance à se réfugier vers les partis les plus extrémistes, nous prédit le sombre oracle, qui décrit un remake cauchemardesque de l’Europe des années 1930 à 1940.

Une crise bien pire que celle de 1929
S’il vous restait un peu d’optimisme, attendez de lire les diagnostics qui suivent de notre bon docteur Rogers.

Les États-Unis auront bien plus de mal à sortir de la crise actuelle qu’ils n’en ont eu pour s’extraire de la récession de 1929. À l’époque, le pays était le bâilleur de fonds de la planète. Aujourd’hui, les USA sont les plus grands débiteurs du globe.

Et encore, les mutations sociales qui ont eu lieu depuis les années 1930 ont sapé un des socles de la croissance américaine : l’éthique du travail de son peuple. En attendant, il nous reste le pétrole me direz-vous ? Et bien non répond Jim ! Les réserves s’épuisent et les prix de l’énergie vont rester très élevés pendant longtemps.

À la limite, si la chance nous sourit un peu, on pourrait – peut-être – assister à une légère baisse des cours du pétrole si, par exemple… le Royaume-Uni faisait faillite !

On le sait, l’homme a déjà prédit l’effondrement de la livre. Réconfortant, l’ami Jim nous annonce que l’euro devrait survivre un peu plus longtemps. Mais à long terme, dans sa forme actuelle, l’euro ne survivra pas. Selon Rogers, sa seule chance serait de ramener les pays de la zone à une dizaine de membres, parmi les plus solides financièrement.

Quoi qu’il en soit, le gouvernement américain n’a guère de mérites à ses yeux. Rogers voit les dirigeants du pays comme de dangereux optimistes qui « espèrent l’intervention d’une bonne fée » pour régler tous leurs problèmes.

Enfin, pour finir sur une note… encore un peu plus sombre, Rogers nous avertit qu’une des crises majeures qui se profile est la pénurie alimentaire… » source

Et bien, que de réjouissance à venir.
Très sérieusement, allez à la campagne et faites des provisions, vous n’imaginez pas comme la situation est tendue, un rien et tout s’effondre.

Jime Rogers, Max Faber, Paul Jorion , le LEAP, et j’en passe nous annoncent le pire, ce ne sont pas des rigolos, ils avaient annoncé la crise de 2007, vous devez les croire et agir en conséquence.

Dernière minute : L’agence de notation Fitch a abaissé de deux crans la note de la dette à long terme de la Grèce, de BBB+ à BBB-, invoquant l’accroissement des « défis budgétaires » auxquels le gouvernement grec doit faire face, a-t-elle indiqué dans un communiqué reçu vendredi à Paris. romandie
Et wé, en route pour la faillite….

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “Les banques US ont embelli leurs comptes en travestissant leur dette, et c’est légal…”

  1. Le Goff Says:

    L’effondrement de notre système est indispensable, hélas ! Tout doit être refondu, TOUT !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :