Turquie: une cinquantaine d’officiers interpellés pour complot présumé en vue d’un coup d’Etat

Une quarantaine d’officiers turcs de haut rang ont été interrogés mardi par la justice sur leur implication présumée dans un complot visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur. L’état-major des armées a réagi mardi aux arrestations en indiquant dans un communiqué avoir convoqué une réunion extraordinaire de tous les généraux et amiraux des forces armées pour évaluer l’affaire. Il a qualifié la situation « sérieuse ».

Dix-sept généraux à la retraite et quatre amiraux en activité figurent parmi les 49 militaires interpellés lundi en Turquie et conduits à Istanbul pour interrogatoires, une offensive judiciaire d’une ampleur inédite dans les milieux militaires, autrefois intouchables. L’ex-chef de l’armée de l’air, le général Ibrahim Firtina, et l’amiral Özden Örnek, ex-commandant de la marine, ont notamment été arrêtés. Ces deux hommes devraient être entendus mercredi par des procureurs, selon les médias.

Les suspects, dont au moins dix ont été interrogés par des procureurs mardi, sont accusés d’avoir cherché à créer le chaos en faisant exploser des bombes dans des mosquées pour déclencher une prise de contrôle par les militaires dans le cadre d’une opération baptisée Balyoz (masse de forgeron). Le plan Balyoz, fomenté en 2003, avait été révélé en janvier par un journal libéral. L’état-major avait alors rejeté les accusations de volonté de putsch et dénoncé une campagne de dénigrement, mais avait néanmoins reconnu une existence à ce plan, évoquant un « scénario » de wargame préparé en 2003.

La Commission européenne s’est déclarée « très préoccupée » par ces « sérieuses accusations » de complot militaire en Turquie et a réclamé que l’enquête à l’encontre des officiers turcs soit « exemplaire », a indiqué une porte-parole.

À l’issue de leur interrogatoire, l’ensemble des suspects devraient comparaître devant un tribunal d’Istanbul chargé d’examiner toutes les allégations de complot en vue d’un coup d’État. Les militaires sont soupçonnés de « tentative de renverser le gouvernement par la force » et d' »appartenance à une organisation illégale » à cette fin, écrit la presse.

Arrestation de personnalités connues pour leur opposition au gouvernement

L’arrestation des militaires, dans un pays où l’armée se considère comme la garante du régime laïque, a attisé les tensions entre partisans du gouvernement du Parti de la Justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) et l’opposition. Le chef de l’opposition laïque, Deniz Baykal, a vu dans cette dernière opération une volonté du gouvernement de prendre une « revanche politique » sur l’armée.

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan s’est refusé à tout commentaire. Il a déclaré lundi que le gouvernement se préparait à réviser le système judiciaire et la Constitution hérités d’un putsch militaire intervenu en 1980. L’armée turque, qui a démis quatre gouvernements depuis 1960, a vu ses prérogatives diminuer après des réformes du gouvernement AKP (au pouvoir depuis 2002) visant à aligner le pays sur les normes européennes. L’armée a vu son image ternie à la suite d’enquêtes sur des conspirations présumées contre le gouvernement.

Des officiers, mais aussi des universitaires et des journalistes, figurent parmi les 200 prévenus d’une procédure judiciaire controversée engagée en 2007 contre un réseau, Ergenekon, qui aurait cherché à renverser le gouvernement. La procédure, saluée à ses débuts comme une avancée démocratique, a perdu de sa crédibilité quand les arrestations se sont étendues à des personnalités connues pour leur seule opposition au gouvernement, accusé de vouloir islamiser la Turquie. La plupart des cadres de l’AKP étaient membres d’un parti pro-islamiste interdit par la justice en 2008 après avoir été chassé du pouvoir par l’armée l’année précédente.

le point

Tiens, tiens, il faudrait montrer cela aux tarés qui s’insurgent quand on leurs dit que le 11/09 est un false flag,
 » n’importe quoi , comme si les américains pouvaient tuer leurs propres concitoyens  » qu’ils disent, et pourtant…

Ces généraux voulaient commettre des attentats dans des mosquées et tuer les fidèles, ça me rappelle quelque chose….
Autant de hauts gradés interpellés et déja 8 inculpés de complot et tentative de coup d’état, rien que ça.
Même si il parait évident que l’AKP se venge de l’armée, je ne pense pas que ces accusations soient inventées.
Il y avait déja eu Ergenekon , et l’armée remet ça.
La situation peut vite dégénerer, l’armée est une institution très importante en Turquie, elle est présente dans de nombreux secteurs économiques et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle ne porte pas l’AKP dans son coeur.
La fin du Califat a été une catastrophe, et c’est l’armée, infiltrée par les loges maçonniques au début du siècle dernier qui sont responsables, cela a été un coup de maitre, le dépecage de l’empire pouvait commencer.

Nous verrons bien, la Turquie est une pièce importante dans la partie de poker menteur qui se joue au moyen orient, ça ne m’étonne guère que cette affaire tombe maintenant, la tension monte…

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :