Whaou, la Chine accuse les USA d’avoir déstabilisé l’Iran grace à Internet !

La Chine accuse les Etats-Unis de mener une Guerre de l’Internet contre l’Iran

Les « troubles » lors des élections en Iran sont un exemple clair des « machinations politiques des USA » derrière une façade de liberté d’expression, déclare un éditorial du Parti Communiste Chinois.

Tania Branigan à Beijing et les agences de guardian.co.uk

Dimanche 24 Janvier 2010 15.49 GMT

Les États-Unis ont utilisé une « guerre en ligne » pour fomenter des troubles en Iran après les élections de l’an dernier, revendique aujourd’hui le Journal du Parti communiste chinois, ripostant au discours prononcé par Hillary Clinton la semaine dernière sur la « Liberté sur Internet ».

Un éditorial paru dans le « Quotidien du Peuple » accuse les Etats-Unis d’avoir lancé une brigade de « hackers », et a déclaré qu’elle avait utilisé les médias sociaux tels que « Twitter » pour répandre des rumeurs et créer des problèmes.

«Derrière ce que l’Amérique appelle la « liberté d’expression » se cachent des machinations politiques. C’est ainsi que les troubles après les élections iraniennes ont été organisés », déclare l’éditorial, signé par Wang Xiaoyang. «C’est parce que la guerre en ligne lancée par l’Amérique, via les vidéos de « YouTube » et « Twitter microblogging », ont lancées des rumeurs, créés des scissions, attisé et semé la discorde, au sein des partisans des factions réformiste conservatrice ».

Washington avait déclaré au moment des manifestations qu’il avait demandé à « Twitter », qui avait été utilisé par des manifestants anti-gouvernementaux iraniens, de rester ouvert. Plusieurs sites de médias sociaux, y compris « YouTube », « Facebook » et « Twitter », ont été bloqués en Chine l’année dernière.

La question rhétorique posée par l’éditorial était de savoir si l’obscénité ou les activités favorisant le terrorisme seraient autorisée sur le Net aux États-Unis. «Nous craignons que, aux yeux des hommes politiques américains, seule l’information contrôlée par l’Amérique soit considérée comme une « information libre », les nouvelles seulement approuvées par l’Amérique soient considérées comme « des nouvelles », la parole seulement approuvé par l’Amérique soit « la parole libre », et que le flux d’information soit considéré comme « libre » uniquement s’il s’adapte aux intérêts américains pour être libre de circulation » a ajouté le communiqué.

Il a attaqué la décision de couper des services de messagerie instantanée de Microsoft pour les nations visées par les sanctions américaines, (y compris Cuba, l’Iran, la Syrie, le Soudan et la Corée du Nord), comme une violation de la volonté exprimée par l’Amérique devuloir favoriser la circulation de l’information.

Washington a déclaré plus tard que ses services avaient favorisés la Démocratie et encouragé sa restauration.

La Chine a d’abord donné une réponse discrète à l’annonce de « Google » disant qu’elle ne désirait plus censurer « google.cn. » Le géant de l’Internet a alors déclaré qu’il avait pris sa décision suite à une cyber-attaque d’origine chinoise visant les identités des courriel de militants des droits de l’homme, et compte tenu du renforcement de la censure en ligne.

Le défi lancé directement par Clinton en Chine, dans un discours qui avait des échos de Guerre froide, avec ses références au Mur de Berlin et à un « rideau de l’information », a conduit Pékin à mettre en garde les Etats-Unis sur le fait que leurs critiques pourraient nuire aux relations bilatérales. Clinton a demandé à la Chine de mener une enquête complète et ouverte au sujet de l’attaque de Décembre sur « Google ».

Dans une interview réalisée par plusieurs journaux chinois d’aujourd’hui, Zhou Yonglin, Vice-directeur des opérations de l’Equipe nationale d’intervention d’urgence technique du réseau informatique, a déclaré : «Toute personne ayant des connaissances techniques des ordinateurs sait ça n’est pas parce qu’un hacker a utilisé une adresse IP en Chine, que l’attaque a été nécessairement lancée par un pirate chinois ».

Des diplomates américains ont cherché vendredi à contacter le public chinois à travers des blogs en Chine.

Ils avaient tenu une réunion en ligne similaire lors de la visite de Barack Obama en Novembre.
guardian
bellacio

La tension monte entre les USA et la Chine, l’histoire de google n’est qu’un pretexte pour déstabiliser la Chine, mais les chinois se sentent fort et ne se laisseront pas faire, la preuve ; il accusent les USA d’être derrière les troubles en Iran.Ce n’est pas anodin du tout.Clinton n’a pas pu s’empécher d’ouvri sa gueule sur la liberté d’expression en Chine, mais les chinois ne sont plus une puissance de troisième zone, même si les statistiques sont fausses(comme chez nous), ils possèdent de sérieuses capacités de nuisance, que ce soit les milliers de milliards dollars de réserve, ou un embargo sur les terres rares, la Chine peut mettre à genoux l’occident.

Si conflit mondial il doit y avoir, la Chine sera notre ennemi, soyons attentif aux relations sino occidentale et observons bien la Chine en asie, les alliances qu’elle noue, ses relations avec l’Iran, le Japon, la russie et l’Inde seront primordiales.

J’aime bien ce que le chinois dit sur l’origine d’attaque internet :

«Toute personne ayant des connaissances techniques des ordinateurs sait ça n’est pas parce qu’un hacker a utilisé une adresse IP en Chine, que l’attaque a été nécessairement lancée par un pirate chinois ».

Souvenez vous que les usa avaient eu le projet de détruire l’Irak grace à internet :

« Cette attaque devait accélérer la chute de Saddam Hussein sans faire de victime. Les Etats-Unis y ont pourtant renoncé, préférant une offensive militaire conventionnelle. En 2003, avant même de déclencher l’invasion de l’Irak, le Pentagone avait prévu de s’en prendre aux finances du régime irakien, pour geler les réserves du dictateur et lui retirer tout moyen de payer ses troupes et d’investir dans de l’armement. «Nous savions que nous avions les outils pour le faire», explique aujourd’hui un militaire à l’International Herald Tribune.
source

Ils peuvent très bien attaquer leurs propres installations ou celle d’un pays ami en faisant croire que l’origine est chinoise, une sorte de false flag numérique.

Bref, on va délirer cette année, stocker bien vos documentaires et vidéos, recopier les sites qui vous plaise, on sait jamais…

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 Réponses to “Whaou, la Chine accuse les USA d’avoir déstabilisé l’Iran grace à Internet !”

  1. Clinton perche et menace la Chine sur l’Iran.Et la vente d’arme à Taiwan accrédite la thèse d’une déterioration des relations sino-américaines. « SHOAH PLANETAIRE Says:

    […] Souvenez vous que la Chine a accusé les USA d'être derrière la déstabilisation en Iran […]

  2. Elizabet Says:

    Tous le Monde le sait que le Etat Unis utilisent tous les machinations pour contrôler le pétrole du Monde est surtout en Iran, en pays caspiennes. La querre en Irak, n’était que pour le pértol. USA doivent payer de tout les intrigues et actes terroristes dans le Monde. Ils veulent contôler la vie en politique dans tous les pays, ils ont fait centains des Coup d’Etat et plusieurs en Chine. Il est le temps qu’ils ramassent leus bandits et millitaiters chez soit. Nous n’avons pas besoin de ses ordures, de son drogue et tous le salté qu’ils reclament…

  3. Kim Jong Ilien Says:

    http://www.voltairenet.org/article167096.html
    « En premier lieu, certaines attaques de très grande ampleur sont l’œuvre de groupes politiques et non d’Etats (on pense aux Nashi russes et aux Hackers rouges en Chine). Il ne peut y être répondu de la même manière que lorsque les attaquants sont des armées. Secondement, la supériorité chinoise et russe sur les Etats-Unis et l’Union européenne est évidente et indéniable. Le Pentagone qui fut le premier à mettre en oeuvre ces techniques est aujourd’hui complètement dépassé. Or, les attaques informatiques peuvent être beaucoup plus efficaces que des attaques militaires conventionnelles et peuvent toucher des cibles lointaines sans avoir à projeter de forces, et de plus pour un coût insignifiant. Par exemple, dans la configuration actuelle, la Chine pourrait facilement neutraliser tout le système spatial et de communication US en cas de conflit, remportant la guerre avant de la livrer. »
    http://www.project-syndicate.org/commentary/chellaney6/French
    « Il semble improbable que ces hackers, surtout ceux qui pratiquent le cyber espionnage, le vol ou l’intimidation, soient des individus sans aucun lien avec le gouvernement chinois. Il est plus probable qu’ils soient liés à l’Armée de Libération du Peuple (ALP). En temps de guerre, ce contingent irrégulier de hackers constituerait l’avant garde derrière laquelle l’ALP se battrait contre l’ennemi . Les cyber attaques systématiques constituent un nouveau degré de guerre asymétrique à une époque où le monde est déjà confronté à d’autres menaces non conventionnelles, dont le terrorisme transnational. »
    J’ espère que l’ Iran forment des hackers pour controler des centrales nucléaires US, le CMI des USAs car la guerre approche…

  4. Kim Jong Ilien Says:

    http://www.lefigaro.fr/international/2009/05/14/01003-20090514ARTFIG00008-les-chinois-en-pointe-dans-la-cyberguerre-.php
    Bouclier chinois « La grande originalité de ce dispositif baptisé «kylin» serait de reposer sur un système d’exploitation inédit, soit une plate-forme de logiciels différente de Windows, Mac Os ou Linux. Selon Kevin Coleman, un consultant en sécurité informatique qui est intervenu devant les parlementaires, ce dispositif rend «les capacités d’attaques cybernétiques» américaines contre les ordinateurs chinois «inefficaces», les armes offensives de Washington ayant été conçues pour les systèmes classiques. Selon le même expert, la cuirasse chinoise serait renforcée par un microprocesseur sécurisé, là encore de conception inédite, qui serait capable de bloquer les tentatives d’intrusion menées par des pirates ou des logiciels «malveillants». Le spécialiste conclut que les Chinois font jeu égal avec les Américains en matière de cyberdéfense. » »Fin mars, des chercheurs canadiens avaient annoncé avoir découvert un vaste réseau de cyber-espionnage international basé en Chine. Ce réseau, GhostNet, serait l’un des plus étendus jamais mis en lumière, puisqu’il se serait introduit dans les ordinateurs de gouvernements et d’organisations privées de 103 pays, dont ceux du dalaï-lama. Et il y a un mois, des sources de renseignement américaines citées par le Wall Street Journal avaient affirmé que des cyber-espions chinois et russes avaient infiltré le réseau électrique américain, installant des programmes pouvant être utilisés pour perturber le système et provoquer le chaos aux États-Unis. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :