Royaume Uni : La Banque Morgan Stanley craint une crise d’endettement de grande envergure en 2010 !

D’après le rapport de Morgan Stanley, la Grande-Bretagne pourrait être le premier pays du bloc G10, composé de principales puissances économiques, à enregistrer une fuite de capitaux et une crise d’endettement de grande envergure au cours des mois à venir.
La  banque américaine d’investissement estime que le mélange toxique de problèmes observé en Angleterre risque d’arriver à son point critique d’ici l’année prochaine. De cette situation résulteraient des craintes que Westminster ne parvienne plus à rétablir la confiance des contribuables.    
« Les craintes grandissantes au sujet d’un parlement en suspens risquent d’affecter la monnaie et les obligations des États puisque la situation semble n’être qu’un saut dans l’inconnu, et augmenterait les risques que certaines agences de notation  retirent le statut AAA britannique », souligne le rapport, rédigé par l’équipe de la banque chargée des questions en rapport avec l’investissement européen et dont les membres sont Ronan Carr, Teun Draaisma et Graham Secker.   
Dans une situation précaire, la crise fiscale pourrait entraîner une fuite de capitaux à l’intérieur du pays, une chute considérable du livre sterling ainsi qu’un dégagement des obligations de l’État britannique. Il est possible que la Banque d’Angleterre se voit obligée d’augmenter les taux afin de pouvoir soutenir la politique monétaire et stabiliser la monnaie, qui menace la faible reprise de l’économie », ont-ils déclaré.
Morgan Stanley estime qu’un tel enchaînement d’événements pourrait augmenter de 150 points de base les rendements des obligations d’Etat  pour une période de 10 ans. Il s’en suivrait que les coûts d’emprunts augmentent de 5% – niveau auquel se trouve actuellement la Grèce et plus élevé par rapport à celui de l’Italie, du Mexique ou du Brésil.   
Les dettes accumulées des sociétés telles que BP, GSK, ou Tesco pourraient présenter moins de prime de risque que l’emprunt souverain britannique, situation à laquelle on ne pouvait même pas penser autrefois.
Une augmentation des obligations pourrait considérablement rendre difficile le financement du déficit budgétaire britannique qui probablement sera le pire dans tout le groupe d’OCDE l’année prochaine, avec un PNB de 13%.   
Les investisseurs sont dans tous leurs états depuis un bout de temps du fait que la banque risque d’augmenter les taux avant qu’elle ne soit prête – Cette  augmentation précipitée entrainerait une récession doublement profonde, et un début d’une spirale de graves dettes – cependant, c’est la première fois qu’une importante institution internationale d’investissement lance une mise en garde aussi sévère.    
Depuis le début de la crise de l’endettement, il n’est jamais arrivé à un pays du G10  de voir sa capacité d’apporter l’impulsion d’urgence à l’économie considérablement limitée par des forces étrangères. On ne voit pas bien comment les marchés réagiraient s’ils commencaient à mettre en doute l’efficacité des autorités de l’État.   
Morgan Stanley a fait savoir que le livre sterling pourrait chuter davantage de 10% en termes des échanges boursiers. Cela complèterait la plus forte baisse du livre depuis la révolution industrielle, dépassant les 30% de baisse après que la Grande-Bretagne fût enlevée du Golden Standard lors des circonstances cataclysmiques de 1931.     
Les intérêts du pays s’amélioreraient considérablement. Quelque 65% des revenus des agences boursières de Londres viennent d’outre-mer, alors elles bénéficieraient d’un profit inattendu en termes monétaires.  
Bien que le rapport – intitulé Tougher Times in 2010 – ne soit pas lié à la débacle de Dubai, il rappelle que les pays n’ont fait qu’acheter du temps pendant la crise en faisant recours au stimulus financier et expédiant les pertes individuelles aux comptes publics. Les rescousses – bien que nécessaires –  n’ont pas résolu le problème de dette sous-jacent.  Ils ont juste créé une autre série de problèmes en dégradant l’emprunt souverain dans la majeure partie du monde.
 Morgan Stanley a souligné que les durs labeurs en Grande-Bretagne font partie des trois « surprises » auxquelles on doit s’attendre en 2010. Les deux autres sont la remontée du dollar et la forte performance des stocks pharmaceutiques.  
David Buik du BGG Partners a indiqué que la Grande-Bretagne était particulièrement mal en point parce que le système fiscal est à fort degré d’endettement dans le cycle économique mondial : les services financiers ont donné 27% des revenus en croissance, mais depuis il s’est effondré.
La Grande-Bretagne n’a pas épargné l’argent pendant les années prospères en prévision de ce cycle fiscal consacré à l’usage. Elle maintenait un déficit budgétaire de 3% du PNB au moment où des pays prudents tels que la Finlande et l’Espagne affichaient un excédent de plus de 2%.    
Nous devons augmenter les TVA de 20% et réduire considérablement des services qui dépassent ce à quoi Alistair Darling ou David Cameron fait référence.  Personne ne semble avoir le courage d’affronter cette réalité », estime David Buik.  
Le rapport coïncide avec les informations selon lesquelles la Grande –Bretagne est maintenant officiellement le seul pays membre du G20 à être toujours dans la récession. Le Canada a déclaré que son économie a augmenté de 0,1% au troisième trimestre. La Grande-Bretagne,  au contraire, a chuté de 0,3%, selon les chiffres les plus récents.
Reproduction Interdite

.Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr

.Toute reproduction même partielle, entrainera des poursuites judiciaires conformément au code de la propriété intellectuelle

Source: telegraph
spreadthetruth

Ce n’est pas la première fois qu’une grosse banque alerte le monde d’un probable effondrement systémique.Comme la SOG, Morgan Stanley insiste sur la gravité de l’endettement des états.Même si ici c’est le cas anglais qui est étudié, le poids des dettes publiques et privés vont faire sombrer les états.

L’angleterre est en ruine, c’est pire que dans les années 30.
C’est pour ça, autant diviser la population par deux comme le pressent Jonathan Porritt.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :