J’ai été expulsée d’Israël parce que mariée à un Palestinien…

Dimanche 22 novembre 2009 à 5h00 du matin, j’ai été expulsée du territoire israélien. Anthropologue, Française, je devais intervenir à une conférence à Jérusalem à l’invitation du Consulat général de France. Le problème pour les Israéliens, c’est que je suis mariée avec un Palestinien.
Je viens d’achever une thèse sur le patrimoine et l’identité locale à Naplouse, en Cisjordanie. Depuis 2004, j’y ai effectué des séjours de plusieurs mois, puis je revenais en France où je donne des cours à l’université.

Comme il est impossible de se rendre dans les Territoires occupés sans passer par Israël, qui en contrôle toutes les frontières, aériennes (l’aéroport Ben Gourion) ou terrestres (le pont Allenby), c’est auprès de l’Etat israélien qu’il me fallait solliciter un visa de tourisme de trois mois pour aller à Naplouse poursuivre mes recherches et rejoindre mon mari.

Depuis 2006, à chacun de mes passages, j’indiquais que je suis mariée avec un Palestinien, fournissant à la demande de la police son numéro de carte d’identité. J’ai souvent attendu des heures ; mais j’ai toujours obtenu un visa.

« Pourquoi est-ce que vous entrez et sortez tout le temps ? »
Samedi 21 novembre 2009, j’arrive par l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv vers 15 heures. En réponse à la question : « Quel est le motif de votre séjour en Israël ? », je présente ma lettre de mission. Quelques minutes plus tard, une policière arrive.

Elle prend mon passeport et m’intime de me rendre au centre de police, où je m’assieds face à une autre policière. Celle-ci tient à la main un feuillet qui comporte les dates de mes entrées et sorties du territoire israélien depuis 2005. « Pourquoi est-ce que vous entrez et sortez tout le temps ? », me demande-t-elle sèchement.

J’explique que je poursuis des recherches universitaires sur la région de Naplouse et que, par ailleurs, je suis mariée avec un Palestinien qui y habite. J’ajoute que ma visite a cette fois-ci des raisons professionnelles, même si je vais bien sûr voir mon mari.

Je tends une nouvelle fois ma lettre de mission. Oui, j’ai le numéro de téléphone de l’attaché culturel, oui, j’ai le numéro de carte d’identité de mon mari, oui, je reprends l’avion cinq jours plus tard, voilà le billet.

Ils me traitent comme ils traitent les Palestiniens
La policière m’annonce qu’on va vérifier mes dires. 20 minutes plus tard, elle revient me voir :

« Comme vous êtes mariée avec un Palestinien, pour la sécurité d’Israël, nous ne pouvons vous laisser entrer. Vous devez faire demi-tour et revenir par le pont Allenby [la frontière terrestre avec la Jordanie]. Nous allons vous renvoyer en France. Vous prendrez l’avion à 5 h du matin. »

Je reste sans voix. Je suis venue en mission pour le Consulat français. Tous mes collègues sont entrés. Sauf moi, parce que je suis mariée avec un Palestinien. Les Palestiniens n’ont pas le droit de passer par l’aéroport ni d’entrer en Israël. On me traite donc comme un Palestinien. C’est-à-dire comme un citoyen de deuxième catégorie.

La fin de la journée et la nuit en ont été une triste confirmation. On m’autorise à téléphoner à la personne qui m’attend. Je lui explique que je suis expulsée. Je ne peux téléphoner ni à mon ambassade, ni à mon mari. Mes bagages sont repassés aux rayons X, je suis fouillée au corps.

Autour de moi, dans la zone d’attente, des passagers d’origine arabe, turque, africaine. Des policières viennent les voir, leur passeport à la main. Parfois elles leur rendent, parfois elles partent avec eux. Je pense à mon mari que je ne peux pas prévenir, j’essaie de ne pas pleurer.

Une Colombienne en rétention depuis 22 jours
Vers 18h00, on me fait monter dans une fourgonnette de police grillagée. Nous descendons devant un petit centre de rétention, entouré de barbelés. On me fait déposer mes affaires, je ne peux garder que mon argent. Pas de téléphone, pas de livre. On me donne un sandwich et une petite bouteille d’eau, et on m’emmène dans ma cellule.

Deux femmes (une Ukrainienne, une Colombienne) s’y trouvent déjà, installées sur deux lits superposés en métal. La Colombienne, qui tente de rejoindre son ami israélien, est là depuis 22 jours. Son ami a engagé un avocat pour la faire entrer sur le territoire israélien. Elle ignore pourquoi on lui interdit l’accès.

Plus tard, une dame d’un peu plus de 50 ans est introduite dans la cellule. Réfugiée en Angleterre d’un pays d’Afrique, elle est venue avec un groupe de pèlerins. Elle ne possède pas de passeport britannique, mais seulement un document de voyage. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive, de se retrouver là, dans cette cellule. « God bless them », marmonne-t-elle.

Dans la cellule, nous ne pouvons pas éteindre la lumière. Quand le gardien passe, je lui demande une deuxième couverture, j’ai froid. Il me dit : « Je vais demander. » Mais il ne revient pas. Impossible de songer à dormir. Je finis par appeler en frappant de la main contre la porte, pour quémander un livre. Au bout d’une demi-heure de négociations, on me laisse en prendre un. Je me sens mieux, je me blottis sous mon unique couverture.

« Rendez-vous dans dix ans »
Vers 23h30, un coup de téléphone : c’est l’ambassade de France. Une dame me dit qu’elle va voir ce qu’elle peut faire. Je lui répète ce que l’on m’a dit : je vais prendre un avion à 5h00 du matin. Ensuite, plus de nouvelles.

Je lis, somnole un peu -j’ai vraiment froid. A 4h00 du matin, on vient me chercher pour m’amener directement sur le tarmac. On me donne ma carte d’embarquement, mon passeport est confié au personnel de bord. Lorsque je monte dans l’avion, le policier israélien me dit, un sourire en coin : « Rendez-vous dans dix ans. »

J’ai un passeport français valide, une lettre de mission du Consulat. Ce qui ne va pas, c’est que je suis mariée avec un Palestinien. Je dois donc faire demi-tour, et revenir par le pont Allenby, paraît-il. Sauf que là-bas, c’est aussi à la police israélienne que je montrerai mon passeport. Libre à elle alors, si elle le souhaite, de me refouler à nouveau. Et personne ne lui dira rien.
rue89

Rien à dire de plus, Israél est en plein délire, on croirait les lois de nuremberg, renseignez vous sur les arabes israéliens qui se marient avec des palestiniennes, ce n’est pas possible, ils doivent obligatoirement vivre en Cisjordanie ou à Gaza.

Comment pouvons nous soutenir ce pays hyper malsain ?


Michel Collon Israel L’Etat Le Plus Raciste Au Monde
envoyé par verite–. – Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

8 Réponses to “J’ai été expulsée d’Israël parce que mariée à un Palestinien…”

  1. Aéroport de Nuremberg : informations, photos, carte, vue satellite Says:

    […] holidays; Save on business trip: The part Travel service offers more favorable parking at the …J'ai été expulsée d'Israël parce que mariée à un Palestinien …Samedi 21 novembre 2009, j'arrive par l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv vers 15 heures. En […]

  2. trente-trois Says:

    Israël pratiqueraient les Lois de Nuremberg ? Que votre spécialité ne soit pas l’histoire, soit. Mais que votre exagération confine à l’insulte, certes non !
    Vous qui avez épousé un palestinien, et la cause palestinienne, pourriez vous nous indiquer la durée de vie moyenne d’un juif (même pas u israelien, disons juste un juif belge pour l’exemple), à Gaza ou à Jenine.
    Qui vise sciemment les civils ? Qui détourne les fonds humanitaires pour l’acaht d’armes et de roquettes ?
    Un peu de mesure, je vous prie. Vous n’aidez aucunement votre cause en vous vautrant dans al propagande dégueulasse et mensongère.

    • BEDAOUI Says:

      TON DISCOURS ET UN DISCOURS DE TRANCHEE CONTINU MAIS EN TAN QUE PALESTINIEN ON ABANDONNERA JAMAIS ET PENSE BIEN QUE TOU CE QUE FAIT ISRAEL TOUS LES LES MASSACRES LES GENOCIDES LES NETTOYAGES ETNHIQUES C VOUS LES JUIFS DU MONDE QUI EN SUBISSAIT LES DOMMAGES COLLATERAUX ET UNE DERNIERE QUESTION QUESQUE QUE VOUS PRIER DANS VOS SYNAGOGES SATAN C CA
      VIVE LA PALESTINE ET ON GAGNERA

  3. fonzibrain Says:

    t’es vraiment un taré mon pauvre
    qui vise des civils lol, et à gaza c’est qui qui est mort ?

    n’écrit plus chez moi, tu es trop taré

  4. trente-trois Says:

    le premier qui a cessé d’écrire (correctement en français) « chez toi » c’est d’abord toi-même…

  5. fonzibrain Says:

    petit mongoliens, des juifs non sionistes peuvent très bien vivre à gaza ou n’importe ou en paelestine, c’est d’ailleurs ce que veulent faire les naturei karta, donc tu dis vraiment n’importe quoi.

    je suis allé en israel ya 3 ans, et à hébron j’ai appris que dans les années 1920 ou 30, un pogrom contre les juif eu lieu( certain arabes commencais à comprendre ce qui se passait) et ce sont des familles musulmanes qui ont caché des juifs.

    écoute coco, je connais le sujet par coeur, et je vais te faire une confidence, y’a 10 ans je pensais comme toi, je soutenais israel en disant que les arabes pouvait aller vivre ailleur, que le hamas et compagnie avaiient le culte de la mort, mais bon je ne suis pas dogmatiques, si les fais me donne tort, je ninsiste pas dans la connerie et j’ai petit à petit changé d’avis.

    donc avec moi tu es mal barré, LOl, tu est islamophobe mon ami, c’est simple accepte le et dis le c’est pas grave tu sais, il faut bien des idiots utiles comme toi qui se prostitue pour un état qui tue et massacre depuis 60 ans.

    sinon renseigne toi bien sur les dévut du sionisme, tu risquera de tomber par terre, herzl était quasiment anrtisémite, il détestait les juifs religieux, il n’a pas circoncis son fils et voulait même convertit tout les juifs au chritianisme.

    si herzl voyait aujourd’hui qu’il existe des sioniste religieux, il deviendrait fou

    http://www.dailymotion.com/video/xbjt3v_la-face-cachee-du-sionisme-theodor_news

    et sinon à force, je me suis rendu compte que ceux qui parlent des faute d’ortographe ce sont ceux qui n’ont rien à dire

  6. benaya Says:

    c est n importe quoi t a pas honte

  7. arab Says:

    je lance un appel collectif à baiser ou enculer les juifs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :