Ou l’on parle de vaccination obligatoire en Suisse…

Dans les hôpitaux universitaires de Lausanne et de Genève, 25 à 30% du personnel se sont fait vacciner contre la grippe A à ce jour. Un succès considérable, disent les directions des deux établissements. En coulisses pourtant, ils ont moins fière allure. Car ils sont conscients que leurs employés ne montrent pas vraiment l’exemple. «Se vacciner pour se protéger et protéger les autres», dit depuis des semaines l’Office fédéral de la santé publique…

Pour protéger les patients les plus faibles, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), ont instauré un système de badges indiquant que tel médecin ou telle infirmière a été immunisé («Le Matin Dimanche» du 8 novembre). Les autres sont obligés de porter le masque dès qu’ils sont en contact avec les patients.

Protéger les patients en oncologie et les grands prématurés
Bernard Gruson, directeur des HUG, aurait préféré une solution plus simple: «Cela ne m’aurait pas choqué que l’on impose la vaccination aux professionnels», dit-il. En particulier dans des services avec des patients très vulnérables, comme en oncologie ou chez les grands prématurés. «Mais une telle mesure n’est pas légale et ne peut pas être imposée», ajoute le patron des HUG.

Parmi les professionnels de la santé, Bernard Gruson n’est pas le seul à poser la question d’une vaccination obligatoire. Jacques de Haller, président de la fédération des médecins suisses (FMH), est lui aussi prêt à franchir le pas. Tant que la dangerosité du virus reste limitée, il préfère privilégier les libertés individuelles, mais «en cas de virus dangereux, comme l’a été le SRAS par exemple, c’est une question qui se pose. »

Se préparer à la pandémie suivante
Et d’ajouter que si l’on est «vraiment professionnel», on sait que ce vaccin contre le virus H1N1 ne pose «aucun problème». Le port du masque par le personnel soignant protège moins bien les patients, selon Jacques de Haller. «Mieux vaut que les soignants soient vaccinés. »

Toutes ces questions ne se posent pas avec une très grande acuité dans le cas de la grippe A, car le virus est finalement moins virulent que l’on craignait. Mais tout le monde sait qu’une pandémie beaucoup plus grave finira par arriver.

«Le débat sur l’obligation pour le personnel soignant de se faire vacciner doit avoir lieu. Sans tabou», espère Eric Masserey, médecin cantonal adjoint vaudois. Non seulement avec à l’esprit la prévention d’une contamination de patients, mais aussi en regard de la disponibilité des soignants. Si beaucoup d’entre eux sont malades, cela peut conduire à des situations très problématiques, surtout en situation de crise, explique-t-il.

Directeur adjoint de l’Institut du droit de la santé de l’Université de Neuchâtel, Dominique Sprumont estime lui aussi que la Suisse n’échappera pas à une discussion.

Dans un avis de droit qu’il vient de rendre ce vendredi au Département de la santé du canton de Vaud, le professeur conclut qu’il serait légal d’obliger tous les soignants et tout le personnel en contact avec la petite enfance (garderies, crèches, mamans de jour, etc. ) à se faire vacciner contre la rougeole. Si le chef du département Pierre-Yves Maillard le confirme, ce serait une première nationale.

Et cela montrerait qu’un canton peut très bien imposer la vaccination à certaines catégories de la population, comme le prévoient les articles 19 et 23 de la loi fédérale sur les épidémies.

Dans la pesée d’intérêts pour savoir s’il faut franchir ce pas, quatre facteurs sont déterminants selon le professeur Sprumont: le degré de contagiosité de la maladie, la gravité de la maladie, la sûreté du vaccin et l’efficacité du vaccin.

Vacances forcées pour récalcitrants
Dans le cas de la grippe A, ces facteurs ne sont pas tous réunis, estime-t-il. «Mais pour protéger les patients particulièrement vulnérables, dit Dominique Sprumont, on peut déjà justifier la mise à l’écart du personnel non vacciné des services concernés. » Y compris en les mettant en vacances forcées.

L’Etat de New York, lui, va plus loin. Depuis quelques semaines, il oblige les soignants à se faire vacciner contre la grippe saisonnière et le virus H1N1. Sans surprise, des employés ont fait recours, mais selon le New England Journal of Medicine, paru ce jeudi, ils ont peu de chance de l’emporter.

Aux Etats-Unis, la responsabilité portée par l’institution a davantage de poids que la responsabilité individuelle. Du reste, l’Arkansas exige que les enfants qui entrent à l’école soient vaccinés contre l’hépatite B.

Cette doctrine s’imposera-t-elle un jour en Suisse? «En Suisse alémanique, où le taux de vaccination contre la rougeole est trop faible pour présenter une protection efficace (70% contre 95% en Suisse romande), dit Dominique Sprumont, je peux m’imaginer qu’on oblige la population à se faire vacciner. Et cela serait légalement justifiable. »
le matin
Merci à artémisia.

Il fallait s’y attendre, l’éventualité de la vaccination obligatoire va faire son apparition dans les discours.Il y a eu 1000 morts en une semaine, alors que plusieurs mois avaient été nécessaire pour atteindre 5000 décès.La pression monte, il va y avoir de plus en plus de cas mortels, en réalité nous allons être pris entre le marteau de la vaccination empoisonnée et l’enclume d’une maladie qui tue réellement.Ceux qui ont conçu ce plan hallucinant ont du penser à tout, ce virus est évolutif, il y a un calendrier à respecter.Pour inciter la population à se faire vacciner il faut que le virus soit virulent, qu’à cela ne tienne, le virus mute et devient virulent et bien sûr le vaccin est toujours efficace.
La vaccination sera obligatoire, que ce soit cette année ou l’hiver prochain, soyez en sûre, ce n’est pas une blague, des enculés de dégénérés nous ont déclaré la guerre, cela fait des années qu’ils y pensent, mais ils devaient avant tout nous exploiter pour créer assez de richesse, richesse qu’ils ont volé et qu’ils utilisent maintenant contre nous, il fallait aussi jeter les bases d’un gouvernement mondial.
Nous en sommes là, la crise vole la richesse des populations, le traité de Lisbonne est appliqué après demain et Copenhague sera un succès.
Nous sommes dans l’ère de tout les dangers, faites attention, envisager le pire pour ne pas être désarçonner lors d’évènements graves.
Ils ne sont pas fous, la vaccination sera obligatoire quand il y aura beaucoup de décès, surtout des enfants, attendez vous donc au pire. Et si cela arrive, sortez vos gosses de l’école et placez vous en quarantaine volontaire en limitant au minimun vos mouvements.Regardez ce qui se passe en Ukraine, c’est très réel.Anticiper est essentiel dans ce genre de situation.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 Réponses to “Ou l’on parle de vaccination obligatoire en Suisse…”

  1. Popol Says:

    En réponse à « obligatoire  » :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_de_Nuremberg

  2. Vladivostok1919 Says:

    juste pour info..
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mutation-h1n1-l-insoutenable-65837#forum2329830

    L’info sortie cette semaine sur Merck vaut qu’on s’y arrête, je pense…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :