Posts Tagged ‘immigrès déstructuré’

Obama tue, plutôt que faire des prisonniers

février 19, 2010

L’administration Obama préfère souvent tuer les suspects de terrorisme plutôt que d’essayer de les faire prisonniers, démontre ce dimanche le Washington Post. Ce n’est pas le premier article à ce sujet, on peut compléter ici ou ici, mais le Post fait là une nouvelle synthèse éclairante des dessous de la guerre au terrorisme. Le Washington Post revient en particulier sur la traque d’un leader d’Al-Qaeda en Somalie, en septembre. Les services américains avaient reçu l’information que le kenyan Saleh Ali Nabhan, soupçonné de faire le lien entre Al-Qaeda et ses alliés est-africains, allait traverser en voiture le sud de la Somalie. Les forces américaines avaient le choix de le frapper à distance, par avion. Ou bien tirer depuis des hélicoptères qui pourraient ensuite se poser pour confirmer que la cible avait bien été tuée. Ou encore tenter de le capturer vivant. La Maison Blanche a choisi l’option hélicoptères, raconte le Post, l’un des hélicos se posant brièvement à terre et prélevant l’ADN des victimes pour pouvoir confirmer que Saleh Ali Nabhan a bien été tué.

Ce choix, de tuer plutôt que de prendre le risque de faire des prisonniers, a été fait de nombreuses fois ces derniers mois, souligne le Post: “Le résultat se solde par des douzaines de morts ciblés et aucune indication que des détenus de valeur aient été capturés”.

Par rapport à l’administration Bush, l’équipe Obama a plus souvent autorisé ces raids mortels, pour au moins deux raisons, poursuit le Post: éviter les risques d’incidents, y compris diplomatiques, en tentant des captures à l’étranger, et s’épargner aussi le casse-tête de savoir où mettre les prisonniers. Barack Obama a promis de fermer le camp de Guantanamo et ne sait déjà que faire des 190 détenus qui y restent. Toutes les autres prisons clandestines de la CIA ont été fermées, affirme le Post. En Irak, les suspects arrêtés par l’armée américaine doivent être remis aux autorités locales. En Afghanistan, la prison américaine de Bagram doit passer d’ici la fin de l’année sous l’autorité du gouvernement de Kaboul. Sous l’administration Bush, “il y avait déjà un penchant à “juste abattre le bâtard”, rapporte un agent des services américains cité anonymement par le Post. Mais maintenant il y a une inclination encore plus grande à agir de la sorte”. Le souci des droits de l’homme, qui pousse l’administration Obama à fermer Guantanamo, aurait donc pour conséquence… davantage de tirs à vue.
source

Tranquille, les américains se foutent d’avoir des renseignements, ce qui leur plait c’est de foutre la haine aux musulmans, histoire d’alimenter la haine et la guerre.

Quelle difference entre l’attentat qui a tué les 7 agents de la cia et les assassinats par missiles interposés ?

Les américains agissent comme ceux qu’ils qualifient de terroristes, mais il faut préciser que les censés terroristes résistent avant tout contre l’oppression occidentale.

Nous avons des méthodes de barbares, nous sommes les barbares.
Quand Obama disait qu’il voulait fermer guantanamo, il avait ommis de préciser que les prisonniers seraient abattus…

Immigration: a plan to alter the nation’s soul. Immigration: un plan visant à modifier l’âme de la nation

février 19, 2010

The government’s policy of mass immigration was intended to remodel the social fabric of the nation, says Janet Daley

So now we know what Labour’s immigration policy was really about. The « open door » was not simply held ajar in order to admit a fresh workforce that would help to fill gaps in the growing economy. Nor was it just a gesture of hospitality and goodwill to those who were fleeing from repressive or inhospitable regimes in order to seek a better life. Both of those aims would have been credible – if controversial and not thought-through in all their consequences. And so would the longer-term view that dynamic, cosmopolitan societies are generally healthier and more productive than in-bred, isolated ones, or that immigrants who tend to be ambitious for themselves and their families could help to counter the passivity and defeatism that tend to be endemic in the British class system.
But as it turns out, the policy was motivated by something far more radical and fundamental than any of this. The full text of the draft policy paper composed in 2000 by a Home Office research unit – the gist of which had already been made public by a former Labour adviser – was released last week under Freedom of Information rules. Properly understood, it is political dynamite. What it states quite unequivocally was that mass immigration was being encouraged at least as much for « social objectives » as for economic ones. Migration was intended specifically to alter the demographic and cultural pattern of the country: to produce by force majeure the changes in attitude that the Labour government saw itself as representing.

Tony Blair’s « forces of conservatism » speech; his improbable presentation of Britain as a « young country »; the advocacy of a multicultural society which would have to reassess its own history, replacing traditional pride with inherited guilt: all of this could be facilitated by a large influx of migrants whose presence in the population would require the wholesale deconstruction of the country’s sense of its own identity.
This may all sound rather far-fetched now, but try to recall just how much hubris the New Labour tide brought with it in the beginning: the contempt for history and the Year Zero arrogance with which they set about « modernising » the nation’s institutions. It was, in this respect, a prime example of the new direction which Left-wing parties were forced to take in the wake of Marxism’s collapse. Having lost the great economic argument of the 20th century, the Left had to switch its focus to society itself: if humanity could not be transformed through the redistribution of wealth and the socialist command economy, then it would have to be transfigured by altering social relations.
The object of the exercise was still to produce, in the words of an old Left-wing protest song, a « new world » based on a « new man ». But now the new man (sorry, « person ») would be formed not by changes in the power of capital or the ownership of the means of production, but in cultural attitudes and behaviour. The revolution now had to be confined to what went on in people’s heads: to their values, their assumptions and their reactions to each other.
The phrase « altering consciousness », which had once meant awakening the proletariat to its own economic enslavement, now referred to raising awareness of social injustices, such as intolerance of cultural differences, social inequality, or discrimination against minorities. But the subtext was always self-examination and personal guilt: the indigenous Briton must be trained (literally, by the education system) always to question the acceptability of his own attitudes, to cast doubt on his own motives, to condemn his own national identity and history, to accept the blame even for the misbehaviour of new migrants – whose conduct could only be a reflection of the unfortunate way they were treated by the host population.
Included in this programme for the newly constituted British psyche was a whole package of subliminal assumptions, which were adapted from the Old Left stable: international solidarity rather than national sovereignty, collective values rather than personal conscience, and « social equality » rather than individual achievement. It was a peculiarity of New Labour’s vanity that it actually tried to persuade the country that, under the miraculous Blair dispensation, it could have both sides of these dualities at the same time. But the full consequences of the new country that it envisaged, and the role that immigration was to play in the creation of it, broke the most basic rule of the democratic process: the electorate was never told it was voting for that.
The goal was a social revolution abetted by the influx of a huge variety of diverse cultures, which would provide both the need and the pretext for reshaping British life. It may have been relatively new (at least in Britain) as a specific political policy, but it was much of a piece with the conventional objective of Left-wing political movements, which is to transform human nature.
When you decide whether to give your support to a party of the Left or of the Right, you are actually making a judgment about what you think politics is for. If you believe that it is the function of government to alter or determine people’s perceptions and responses – their innermost feelings about themselves and others – then you will probably opt for the Left. If you take the view that the state should concern itself only with behaviour – with what people do, especially insofar as it affects other people, rather than what they think or feel – then you will be more likely to veer to the Right. So this is really a question of whether you want politics to be concerned with what goes on in people’s heads as much as with events in the objective world.
But of course, at least since the 1960s, when « raising consciousness » became the refrain of every group that sought change in any sphere, almost all parties have had to talk this way to some extent. It has become part of the politician’s acknowledged brief to suggest ways in which the internal lives and attitudes of voters can be influenced or directed. There is scarcely a party leader now who would dare to say that these matters are none of his (or any government’s) business.
Almost no one seems prepared to discuss the obvious danger: that if politics becomes a replacement for religion by taking upon itself the responsibility for transfiguring human nature then politicians, of all people, become the prophets and the priests. Just at the moment, I can’t think of a more absurd idea.
telegraph
traduction google

Cette information est CAPITALE, nos dirigeants ont joué avec leur population, cela s’appelle de l’ingéniérie sociale à grande échelle, ces abrutis du Labour( ces desaxés néo gauchiste, enfants des Fabiens et cousins des soviétiques) ont détruit volontairement les fondamentaux de la société britannique.

Ce sujet, l’immigration est malheureusement tabou, et cela faisait parti du plan.
Soyons clair, immigrés et français ont été manipulés (c’est pareil pour l’europe occidentale), il était évident que faire entrer 10 à 15 % d’une population étrangère dans un pays modifie son équilibre, mais savoir que cela a été fait exprès dépasse l’entendement.
Les immigrès ont été utilisés, ils ont été les dindons de la farce, mais je ne partage pas l’analyse qui en fait les responsables, les coupables du déclin de nos états nations.
Qui sur terre ne veut pas améliorer son niveau de vie, qui préfererait rester dans la pauvreté et l’absence de perspective ? À partir du moment ou il a était possible de venir en occident, c’était logique qu’il y ait ce mouvement migratoire.
Les coupables, ce sont ceux qui ont décidé sciement de détruire le concept d’état-nation, et non pas ceux qui ont été utilisés pour y parvenir, ne vous trompez pas de combat, mais ne vous cachez pas les yeux non plus, le bien pensée totalitaire des gauchistes nous a empéché de réfléchir sainement sur la situation, et l’article du Telegraph nous explique clairement pourquoi.

Et soyons réalistes, ces super gauchistes qui veulent ouvrir les frontières sont des idéalistes stupides, du moins pour les simples militants, mais leurs dirigeants, leurs idéologues sont des criminels qui poussent les différentes cultures à se perdre dans des altérations sociales dévastatrices, l’experience soviétique, qui a poussé ce concept à son maximum, l’a clairement et macabrement démontrée.

Pourquoi détruire des cultures qui ont mis des siècles à se constituer, si ce n’est dans cette volonté malsaine de
 » construire  » de toute pièce une nouvelle culture, une nouvelle civilisation, ce melting pot, cette assimilation génératrice de frustration et d’inégalité.
Il est évident qu’en coupant les populations de leurs cultures, de leurs coutumes, de leurs histoires, les gens seraient mures pour gober toutes ces sornettes mondialistes, et accepter l’esclavage moderne, aucune lutte n’étant possible puisque aucun terreau commun à la totalité de la population n’existe.
Les immigrès ont du oublier leur culture pour s’intégrer, et les  » locaux  » ont perdu leurs repères, puisque le concept de nation metissé a pris le dessus sur les anciens modes d’organisations sociales, du coup les deux populations se sont retrouvées perdus dans cette société nouvelle sans repère.

En laissant le concept de nation au Front National, le débat était impossible et maintenant, après 30 ans de manipulation mentale, l’idée de nation est totalement décredibilisée, passéiste et limite fasciste, ces enculés ont parfaitement réussi.

La nation est morcelée, divisée, et du coup le passage d’un état souverain à celui de satellite d’un embryon de gouvernement mondial y est grandement facilité.
Il faut expliquer aux gens ce qui se passe, parceque même si nous sommes divisés, nous avons le même ennemi, ce mondialisme destructeur à la botte des banquiers apatrides.

Les immigrès ne sont pas l’ennemi, ne vous trompez pas de combat, nous vivons tous au même endroit, les enfants de ces immigrès sont nés en france, ils sont français, il n’y a rien à transiger la dessus, c’est à nous tous , malgrè les difficultés inhérentes aux différences culturelles de réussir à nous entendre, mettant de coté les extrémistes de tout bord.
Quand je vois que quasiment tous les politiques ont été dérangés par la candidate du NPA qui portait un simple foulard, j’ai été stupéfait, et d’un autre coté, nous ne pouvons pas nous permettre que des pratiques trop communautaristes ne s’installent, le fossé entre les differentes populations créerait trop de distorsion, et l’unité de la nation serait impossible.
Je ne connais pas exactement la posture d’égalité et réconciliation, mais j’ai l’impression que ce sont ceux qui seraient les plus proches d’une solution qui laisserait le moins de personnes possible sur le bas coté.

Le BUT EST L’UNITÉ, et même si c’est extrèmement dure, même si nous devrons tous faire des concessions, nous devons tendre vers cet objectif, c’est le seul louable.
En luttant chacun de notre coté, ou pire en luttant les uns contres les autres, nous n’y arriverons jamais, et ceux qui nous ont mené la continueront à nous détruire en toute impunité.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 51 autres abonnés